Direction de l'égalité des femmes / Women's Equality Branch
Voir ce bulletin sur notre site web. / View this newsletter in your browser.
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrite. / You're receiving this message because you subscribed.
Vous n’êtes plus intéressée? Se désabonner / Not interested anymore? Unsubscribe
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB. / Subscribe to Women Femmes NB

Tous les numéros
2011 Bulletins
2012 Bulletins
2013 Bulletins

(English version follows)
Women Femmes NB
le 2 octobre 2014

 

DANS CE NUMÉRO :

  • VIOLENCE CONJUGALE : « LES GENS DOIVENT SAVOIR TOUT LE MAL QUE ÇA PEUT FAIRE »
  • AVIS
  • LE SAVIEZ-VOUS?
  • FEMMES AUTOCHTONES DISPARUES : LA COLÈRE SE TRANSPORTE DANS LES RUES
  • POURQUOI Y A-T-IL PLUS DE FEMMES QUE D'HOMMES QUI MEURENT D'EBOLA?
  • LE PUBLIC INVITÉ À SE MOBILISER CONTRE LA PROMOTION D'UN MODÈLE UNIQUE DE BEAUTÉ

………………………………………………………………….……………

VIOLENCE CONJUGALE : « LES GENS DOIVENT SAVOIR TOUT LE MAL QUE ÇA PEUT FAIRE »

Peur, colère, résignation et culpabilité. Voilà les principaux sentiments auxquels Camille (nom fictif) a dû faire face. Son histoire d'horreur a commencé en 2008 et a duré près de quatre ans. Quatre ans pendant lesquels son enfant et elle ont dû subir des agressions physiques et psychologiques de façon quasi quotidienne.

« J'étais jeune et un peu perdue dans la vie, confie la jeune Pointelière qui a commencé à sortir avec son agresseur à l'âge de 14 ans. Si j'avais su que je n'étais pas la seule à être dans cette situation, ça aurait été peut-être un peu plus facile de m'en sortir. »

Celle qui garde encore les séquelles d'une relation tyrannique, souhaite aujourd'hui faire connaître son cas pour sensibiliser les gens à cette réalité qui touche une québécoise sur cinq.

« La violence conjugale est encore un peu taboue dans notre société. Je voudrais que les gens en parlent pour qu'ils soient de plus en plus conscients de tout le mal que ça peut faire. »

Quatre ans en enfer

Issue d'une famille d'immigrants, Camille a eu une enfance et une adolescence cloîtrée.

« Ma mère était très sévère. Je n'avais pas le droit de sortir de chez nous comme tous les autres jeunes que je côtoyais, raconte-t-elle. Je ne connaissais rien à la drogue, à l'alcool, aux relations de couple. Je ne savais pas comment ça se passait dans les autres maisons et j'avais envie de voir le monde. »

Elle a rencontré son ex-conjoint lors d'une fête où elle a été invitée par des amis.

(…) Suite  : http://bit.ly/1lu2PaM

 

 

AVIS

Semaine Mondiale de l'allaitement maternel 2014 - La semaine Mondiale de l'allaitement est célébrée à l'international, sous l'égide de WABA (Alliance internationale pour l'action liée à l'allaitement). Un thème choisi avec soin chaque année permet aux mères de participer à diverses activités démontrant le soutien international à l'allaitement. Cette semaine se déroulera au Canada, entre le 1er et le 7 octobre, sous le thème : L'allaitement maternel : un but gagnant pour la vie! Pour information sur les activités qui se tiendront au Nouveau-Brunswick, consultez : www.facebook.com/breastfeedingnb.allaitementnb

Appel de candidatures – Prix et certificats de prévention du crime (date limite étendue). L'Association de la prévention du crime du Nouveau-Brunswick est encore une fois à la recherche de candidats pour ses divers prix tels que le Prix à la mémoire du gendarme Leo « Tyler » Francis, le PRIX D'EXCELLENCE DE LA PRÉVENTION DU CRIME POUR LES ENTREPRISES, L'Association de la Prévention du Crime du Nouveau-Brunswick Inc. Gallerie de la renommée, et le Certificat de reconnaissance offert par la Sécurité publique. Pour désigner des personnes, des organismes, des entreprises et des chefs d'entreprise de votre collectivité qui méritent une marque de reconnaissance pour leurs efforts et pour connaître les critères d'admissibilité, contactez le Comité des prix au 100, cour Howe, bureau 47, Oromocto (Nouveau-Brunswick), E2V 2R3 ou par courriel à info@cpanb-apcnb.com . La date limite pour toutes les mises en candidature et la documentation connexe a été étendue jusqu'au mardi, le 7 octobre, 2014. Nous inviterons tous les récipiendaires à assister à un banquet et à la cérémonie de remise de prix qui aura lieu au début novembre 2014 au Days Inn, Oromocto.

Joignez-vous à notre dynamique équipe Le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick! - Le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick est à la recherche d'une personne visionnaire et engagée qui saura mener l'organisme vers la croissance de sa capacité d'agir, le développement de ses ressources et l'augmentation de son impact sur les débats et les politiques publiques au Nouveau-Brunswick, et, ultimement, sur les conditions de vie des femmes francophones du N.-B.. Toute personne intéressée est invitée à soumettre sa demande en envoyant une lettre de motivation et son c.v. par courriel au sylvie.morin@umoncton.ca jusqu'au 15 octobre 2014 inclusivement.

Atelier : Examen des facteurs de risque de la violence entre partenaires intimes par la recension des décès , avec le professeur Neil Websdale. Le lundi 20 octobre, de 8 h 30 à 12 h 30 au Holy Cross House, Université St. Thomas - 825, rue Montgomery, Fredericton (N.-B.). Objectifs de l'atelier : Acquérir une meilleure compréhension des facteurs de risque de violence grave entre partenaires intimes et des blessures et des décès qui en découlent, ainsi que du rôle que jouent divers partenaires communautaires pour lutter contre la violence conjugale et des moyens de collaborer avec eux pour atténuer les risques. Public cible : Agents de police, responsables et répartiteurs du 911, coroners, coordonnateurs des services aux victimes, travailleurs sociaux, praticiens du milieu des soins de la santé, travailleuses d'approche en violence familiale, travailleuses de maisons de transition, membres du Comité d'examen de la mortalité liée à la violence familiale et membres du comité mettant au point une intervention provinciale coordonnée visant les cas les plus graves de violence conjugale et de violence entre partenaires intimes (VC/VPI). Cet atelier sert de complément à la formation sur la VC/VPI et l'outil d'ERVCO et il constitue une étape importante en vue de la mise en place d'une intervention globale visant les cas les plus graves de VC/VPI. L'atelier est gratuit, mais le nombre de places est limité. http://bit.ly/1rMup3v
Pour vous y inscrire, veuillez cliquer ici: ou envoyer un courriel à l'adresse dpsprevention.mspprevention@gnb.ca

À mettre au calendrier! – 25 et 26 novembre 2014 – InspirELLE à émerger : Inspirez, engagez, agissez! – “Préparer la réussite des filles et des jeunes femmes : un projet de leadership” aura le plaisir d'accueillir et de rassembler plus de 100 femmes des trois collectivités de Moncton, de Riverview et de Dieppe pour un événement unique en son genre (veuillez consulter le document ci-joint).
Joignez-vous à nous, le 25 novembre, lors d'un événement public et gratuit au Centre communautaire de la paix (22, rue Church, Moncton de 18h30 à 20h30). Cette soirée tout à fait spéciale comprendra une exposition Photovoice, divertissements, fraternisation et rafraîchissements. Un forum aura lieu le 26 novembre au Club de golf Royal Oaks Golf Club (401, boul. Royal Oaks, Moncton de 8h30 à 16h30; une préinscription est nécessaire). Les activités comprendront une présentation des résultats du projet, un discours inspirant de Kelly Lovell, des dialogues pertinents, ainsi qu'un “forum ouvert” axé sur les solutions et les objectifs. Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Chantal Landry, Agente de développement communautaire, ou Barbara Aubie, Coordinatrice de projet, au (506) 858-1303 poste 3303.

Atelier : «  Intervention médiatique et développement de compétences » - conçu spécialement pour les femmes du milieu universitaire et collégiale.
Quand : 
•  Edmundston (27 octobre)
•  Shippagan (29 octobre)
•  Moncton (31 octobre)
Coût :  35$ (incluant le repas du midi)
L'atelier vous permettra d'en apprendre plus sur le développement du message médiatique, la préparation aux entrevues médiatiques, la rédaction de communiqué de presse, de plan de communication et plus encore.
Pour participer à notre atelier, veuillez remplir le Formulaire d'inscription  et le faire parvenir à joelle.martin@rfnb.ca ou par télécopieur au  (506) 381-2255.
Pour toutes questions contactez-nous :  par courriel : joelle.martin@rfnb.ca ; par téléphone (506) 381-2255; ou visitez http://bit.ly/1uDPTCa

Traite de personnes : le Canada n'est pas à l'abri.   Formation gratuite en ligne, offerte en français et en anglais par le Bureau de lutte contre la traite de personnes de la Colombie-Britannique. Le cours et les révisions récentes comprennent:

  • Témoignages d'anciennes victimes de la traite;
  • Contenu, recherches et ressources actualisé et plus pertinent pour le contexte national;
  • Liste nationale des organismes qui s'occupent de problèmes liés à la traite des personnes au Canada;
  • Questionnaire final et un certificat de réussite imprimable.

La formation est disponible ici : http://www.pssg.gov.bc.ca/octip/training.htm

Forum de concertation - Les voix des femmes du Nouveau-Brunswick – Contactez-nous : Édifice Sartain MacDonald, rue 551 King, Suite 103,  Fredericton NB E3B 1E7, T. 506.462.5179 , F. 506.462.5069, E. Info@voixfemmesnb-voiceswomennb.ca , www.voixfemmesnb-voiceswomennb.ca

Le Service d'approche pour femmes et familles victimes de violence conjugale du Centre des jeunes de Bathurst organise leur premier évènement annuel «WALK A MILE IN HER SHOES» le samedi 4 octobre 2014 – à 15h00. Ceci est un événement de sensibilisation et de levée de fonds pour aider les victimes de violence conjugale. Coût de l'inscription: 20$ (individu), 70$ (équipe de 4). Les frais d'inscription couvrent les talons hauts rouges, créés spécialement pour les hommes par des hommes et un T-shirt pour les femmes. Chaque équipe/individu est invité à recueillir des dons qui seront remis au Services d'approche pour aider les femmes et leur famille de la région Chaleur. Pour inscription et feuille de dons, contactez le womenoutreach1@gmail.com,   melissaharveysimone@gmail.com ou le 506-549-3216.

Conférence nationale de 2014 Approches intégrées de la violence conjugale : apprendre et innover ensemble - L'Observatoire Canadien sur les mesures judiciaires prises pour contrer la violence conjugale et ses partenaires, le Centre Muriel McQueen Fergusson (CMMF),le Gouvernement du Nouveau-Brunswick et l'Association de la prévention du crime du Nouveau-Brunswick, sont heureux d'annoncer l'ouverture de la période d'inscription à la conférence nationale de 2014. Vous pouvez vous inscrire ici et obtenir des renseignements à jour ainsi qu'une liste des hôtels offrant des tarifs préférentiels pour les participants en vous rendant sur le site de la conférence. La conférence, qui se tiendra du 20 au 22 octobre au centre des congrès de conférence Wu de Fredericton.

 

Femmes en pourcentage de l'effectif universitaire à temps plein, N.-B.

Depuis la deuxième moitié des années 80, les femmes forment la majorité de la population étudiante aux universités du Nouveau-Brunswick.  En 2010/11, les femmes représentaient 59 % des étudiants universitaires à temps plein au N.-B., une augmentation par rapport à 45 % en 1980/81.

Visitez le Profil Égalité
et envoyez-nous vos commentaires ICI

FEMMES AUTOCHTONES DISPARUES : LA COLÈRE SE TRANSPORTE DANS LES RUES

le 23 août 2014   Deux manifestations sont en cours à Winnipeg pour réclamer la tenue d'une enquête nationale sur les femmes autochtones disparues et assassinées.

Une manifestation a débuté vers 15 h [ le samedi 23 août 2014 ], heure locale, au centre-ville de Winnipeg, à l'angle des rues Main et Portage. Elle rassemble quelques dizaines de personnes, surtout des jeunes, qui brandissent des pancartes réclamant la protection de leurs familles et la fin de la violence faite aux femmes. La fin de la manifestation est prévue pour 18 h.

Son organisateur, Kendal Wood, 14 ans, a expliqué que la manifestation servait d'occasion aux jeunes comme lui de demander au gouvernement canadien de revoir sa décision de rejeter l'idée d'une enquête nationale .

Plus loin, des mères autochtones ont décidé d'installer six tentes dans le parc Memorial, devant le palais législatif, durant quatre jours. Le campement est baptisé  Bring Back The Village , ou « Ramenons le village ».

Ces démonstrations publiques font suite au meurtre de la jeune Tina Fontaine, dont le corps a été retrouvé  en début de semaine. Depuis, de multiples voix s'élèvent pour réclamer à nouveau  la tenue d'une commission d'enquête nationale sur les disparitions et les meurtres de femmes autochtones.

La Gendarmerie royale du Canada a recensé près de 1200 cas en 30 ans .

Le jeune Kendal Wood a indiqué que la nouvelle de la découverte du corps de Tina Fontaine dans un sac au fond de l'eau l'avait poussé à organiser sa manifestation. « Ce n'est pas parce que les adultes s'expriment que l'affaire est réglée. Les jeunes aussi peuvent se faire entendre et faire leur possible », estime-t-il.

Pour sa part, la restauratrice Althea Guiboche, surnommée la Bannock Lady, croit que le premier ministre du Canada, Stephen Harper, devait écouter les revendications, « car son poste est en jeu ». http://bit.ly/1pGfjqY


POURQUOI Y A-T-IL PLUS DE FEMMES QUE D'HOMMES QUI MEURENT D'EBOLA?

Selon plusieurs études, un grand nombre de maladies infectieuses ne touchent pas hommes et femmes à égalité. Mais ces données ne sont pas mises en pratique.

En mars, quand   l'épidémie d'Ebola   commençait à sévir en Afrique de l'Ouest et que de plus en plus de gens en mouraient, Martha Anker, ancienne statisticienne pour l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et spécialiste de la surveillance et du contrôle des maladies transmissibles, s'est postée devant sa télévision pour savoir qui la terrible maladie semblait toucher en priorité. Assise dans le salon de sa maison du Massachusetts, Anker eut un mauvais pressentiment : que l'Ebola, comme par le passé, allait faire beaucoup plus de victimes chez les femmes.

Une prédiction qui s'est révélée exacte. Le 14 août, le  Washington Post  estimait qu'en moyenne et dans l'ensemble de la Guinée, du Liberia et de la Sierra Leone, les femmes représentaient entre 55 % et 60 % des cas mortels du virus. Au Liberia, le gouvernement a même fait état de  
75 % de victimes
  femmes.

«J'ai ressenti une très grande tristesse quand j'ai lu l'article du Washington Post , soupire Anker, je suis tellement affligée d'avoir raison.»

En 2007, elle publiait un rapport pour l'OMS , qui indique :

«Des différences d'exposition entre hommes et femmes se sont révélées d'importants facteurs de transmission de la FHE   [fièvre hémorragique Ebola] . Dès lors, à un niveau local, il est crucial de comprendre quels rôles sexuels et quelles responsabilités sexuellement assignées influent sur l'exposition au virus.»

1. Parce qu'elles s'occupent plus souvent des malades que les hommes

La requête n'avait manifestement pas encore atteint l'Afrique de l'Ouest quand l'épidémie s'est déclarée cette année. Le virus Ebola se propage par le contact avec du sang et d'autres fluides corporels et, au Liberia comme dans les pays voisins, ce sont les femmes qui restent en priorité au chevet des malades. Une tendance qui se confirme avec l'épidémie actuelle —les femmes restent chez elles et sont infectées par leurs enfants ou leur mari, au lieu de se tourner vers des médecins et du personnel infirmier pour qu'ils s'occupent de leurs proches. Et les rôles sont rarement inversés.   «Si un homme est malade, une femme va facilement pouvoir l'aider à faire sa toilette, pas un homme» , explique Marpue Spear, directrice exécutive de   Wongosol , un ensemble d'ONG œuvrant pour les Libériennes. «Traditionnellement, les femmes vont beaucoup plus souvent s'occuper des hommes, que les hommes des femmes.»

Suite... http://bit.ly/1lvyUPg

 

LE PUBLIC INVITÉ À SE MOBILISER CONTRE LA PROMOTION D'UN MODÈLE UNIQUE DE BEAUTÉ

L' Association pour la santé publique du Québec  (ASPQ) [a lancé] un  Guide pour porter plainte contre la promotion du modèle unique de beauté dans l'environnement socioculturel .  « Cet outil vise à éveiller le sens critique du public à l'égard des images qui nous sont présentées, souvent dès le plus jeune âge. Les images destinées aux enfants contribuent à forger leur représentation de la beauté pour les années à venir », souligne Émilie Dansereau-Trahan, chargée de projet à l'Association pour la santé publique du Québec.

La population invitée à partager
Le lancement de ce guide est l'occasion de sensibiliser le public et de stimuler les échanges entourant la représentation de la beauté. La population est donc invitée à partager des exemples d'images de stigmatisation à l'égard du poids, d'hypersexualisation, de maigreur extrême, etc., via le mot-clic #NONauModeleUnique.

Pour illustrer son propos, madame Dansereau met en lumière l'évolution de Fraisinette au fil des ans.  Elle nous rappelle du même souffle que les personnes en surpoids font souvent l'objet de préjugés, citant l'exemple du cousin bien enrobé d'Harry Potter, le méchant Dudley.

De la stigmatisation à l'hypersexualisation
Lilia Goldfarb du Y des femmes renchérit : « En effet, les images à caractère sexiste, sexuel ou pornographique dans les médias sont fréquemment associées à la minceur et au désir de plaire puisque la beauté et la sexualité vont généralement de pair. Le modèle unique de beauté est bien souvent composé d'un ensemble de croyances allant dans ce sens ». Pour sa part, la directrice générale d'ÉquiLibre, Fannie Dagenais, estime que « Ces images véhiculées dans les médias augmentent la pression sociale pour se conformer à un modèle unique de beauté et contribuent à augmenter l'insatisfaction corporelle et à entretenir les préjugés sur le poids. …

Suite : http://bit.ly/1qrYSAv



EN FIN DE COMPTE

"On ne naît pas femme : on le devient... C'est l'ensemble de la civilisation qui élabore ce produit intermédiaire entre le mâle et le castrat qu'on qualifie de féminin." .
-
Simone de Beauvoir

 

 

web-edf@gnb.ca
Sans frais : 1-877-253-0266
télécopieur : (506) 453-7977
www.gnb.ca/femmes

Women Femmes NB
est publié deux fois par mois par la Direction de l'égalité des femmes du gouvernement provincial. Il diffuse des nouvelles sur les questions d’égalité - des événements, des rapports, des initiatives et des renseignements nous provenant des groupes de femmes, des gouvernements, des universités et autres.

**Les textes fournis par des organismes non gouvernementaux seront publiés dans la ou les langues dans lesquelles ils nous sont fournis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

Women Femmes NB
Octobre 2, 2014

 

 

IN THIS ISSUE:

  • SOME UNIVERSITIES CRACK CODE IN DRAWING WOMEN TO COMPUTER SCIENCE
  • NOTICES
  • DID YOU KNOW?
  • CANADIAN SECURITIES REGULATORS SEEK COMMENTS ON PROPOSED AMENDMENTS RELATED TO GENDER DIVERSITY
  • MORE WOMEN THAN MEN ARE DYING FROM EBOLA
  • WHY WE NEED MORE FEMALE ENGINEERS

………………………………………………………………….……………

SOME UNIVERSITIES CRACK CODE IN DRAWING WOMEN TO COMPUTER SCIENCE

One of the reasons so few women work in tech is that few choose to study computer science or engineering. Only 18 percent of computer science graduates in the United States are women, down from 37 percent in 1985.

At a few top college programs, though, that appears to be changing.

At Carnegie Mellon University, 40 percent of incoming freshmen to the School of Computer Science are women, the largest group ever. At the University of Washington, another technology powerhouse , women earned 30 percent of computer science degrees this year. At Harvey Mudd College, 40 percent of computer science majors are women, and this year, women represented more than half of the engineering graduates for the first time.

These examples provide a road map for how colleges can help produce a more diverse group of computer science graduates. They also help answer a controversial question: Does the substance of computer science instruction need to be adjusted to attract women, or does recruitment and mentorship? It's an important question because tech companies have so many jobs to fill, and because computer science skills have become necessary in almost every other industry, too. http://nyti.ms/1wYXc5j

 

NOTICES

World Breastfeeding Week 2014 - World Breastfeeding Week, promoted by the World Alliance for Breastfeeding Action (WABA), is celebrated internationally. Each year a specific theme is highlighted and allows for an international show of support as moms celebrate in various activities. This year Canada celebrates World Breastfeeding Week from October 1-7, 2014. The slogan and theme for WBW 2014 is BREASTFEEDING: A WINNING Goal - For life! For information on activities taking place in New Brunswick, visit www.facebook.com/breastfeedingnb.allaitementnb

Workshop: Exploring risk factors for IPV homicide through Fatality Review , with Professor Neil Websdale . Monday, October 20th, 8:30am-12:30pm, Holy Cross House, St. Thomas University - 825 Montgomery Street, Fredericton, NB. Workshop Objective: to build a better understanding of the risk factors of serious intimate partner violence, injury and death, the role that various community partners play in responding to domestic violence, and how to work with these partners to mitigate the risk. Who Should Attend: police, 911 operators and dispatchers, coroners, victim services coordinators, social workers, health care practitioners, domestic violence outreach and shelter workers, members of New Brunswick's Domestic Violence Death Review Committee, and Committee members developing a provincial Coordinated Response to Most Serious D/IPV Cases. This workshop is complimentary to the D/IPV and ODARA training, and is an important step toward building a comprehensive response to the most serious D/IPV cases.  There is no cost to this workshop, but space is limited. Go to: http://bit.ly/1x2rbtc or contact: dpsprevention.mspprevention@gnb.ca

Call for Nominations - Crime Prevention Awards & Certificates (extended deadline) . The Crime Prevention Association of New Brunswick is once again looking for submissions for our various awards including The Constable Leo “Tyler” Francis Memorial Award, the BUSINESS CRIME PREVENTION EXCELLENCE AWARD, the Crime Prevention Association of New Brunswick Inc. Hall of Fame Award, and the NB Department of Public Safety Certificate of Recognition.  To nominate individuals, agencies, organizations, or businesses in your community who deserve to be recognized for their efforts, and to find out the criteria for receiving one of these Awards, contact the Awards Committee at 47-100 Howe Court, Oromocto, NB, E2V 2R3 or info@cpanb-apcnb.com for a nomination form.  Please note that the deadline to submit all nominations, along with supporting documentation has been extended to Tuesday, October 7, 2014 .   An invitation will be sent to the successful nominees to request their attendance at our Awards Presentation Ceremony and Luncheon, being held at the Days Inn, Oromocto in early November.

Save the dates - November 25 & 26, 2014 - InspirHER to Emerge: Inspire, engage, act! “Setting the Stage for Girls and Young Women to Succeed: A Leadership Project” is very pleased to host a unique event to bring together 100+ women from our tri-community area. Join us on November 25 for a free public event at the Community Peace Centre (22 Church Street, Moncton from 6:30-8:30 pm). This special evening will include a Photovoice exhibit, entertainment, networking and refreshments. On November 26, we will host an all-day forum at the Royal Oaks Golf Club (401 Royal Oaks Blvd, Moncton from 8:30 am–4:30 pm; pre-registration is required). Activities will include a presentation of the findings of our Leadership Project, inspirational keynote speaker Kelly Lovell, meaningful conversation and an “Open Space” forum to focus on solutions and goals.
For more information, please contact: Chantal Landry, Community Development Officer or Barbara Aubie, Project Coordinator at (506) 858-1303, ext. 3303

LUNCH AND LEARN SERIES, FAMILY ENRICHMENT AND COUNSELLING (Fredericton, fall 2014) 12:00 pm to 1:00 pm. $10 per person (unless otherwise stated). Bring your lunch! Coffee/Tea Provided. Programs take place at 356 Queen Street, Fredericton, NB. To register and find out about upcoming deadlines, please call (506) 458-8211 or email info@familyenrichment.ca :

  • Tuesday, September 23: Introduction to Assertiveness.
  • Wednesday, September 24: Gaining Mastery over Anxiety & Panic.
  • Monday, September 29: Breaking the Worry Habit.
  • Wednesday, October 1: Aging With a Healthy Brain.
  • Tuesday, October 7: Stress Management.
  • Thursdays: October 9, 16, 23, 30, November 6 and 13 : Craving Change – Six Consecutive Sessions (program for those who struggle to maintain healthy eating habits and feel frustrated with the usual weight loss diet programs).
  • Wednesday, October 15: Enhancing Self-esteem.
  • Mondays: October 20 & 27, November 3, 10, 17, and 24: Mindfulness at Lunch – Six Consecutive Sessions (mindfulness, self-care and stress reduction).
  • Tuesday, October 21: Meditation 101.
  • Thursday, October 23: Intro to Anger Management for Women.
  • Friday, October 31: Boundaries in Relationships.
  • Wednesday, November 12: Giving and Receiving Feedback.
  • Tuesday, November 25: Relationship Skills.
  • Tuesday, December 2: Time Management. 

Human Trafficking: Canada is Not Immune Free online training course offered in English and French by British Columbia's Office to Combat Trafficking in Persons, which has been conducting a comprehensive update of the online training course. Key features of the updated training include: 

  • Up-to-date information on human trafficking including laws in Canada, global and national trends, research and reports, and current best practices
  • Stories from survivors across Canada illustrating the realities of human trafficking
  • Quotes from subject matter experts across the Canada illustrating key concepts and ideas
  • Final quiz and option to print a personalized Certificate of Completion
  • National List of organizations working on human trafficking issues in Canada
    Available at: http://www.pssg.gov.bc.ca/octip/training.htm .

Voices of New Brunswick Women Consensus-Building Forum – Contact Us - Sartain MacDonald Building, 551 King Street, Suite 103,  Fredericton NB E3B 1E7, T. 506.462.5179 , F. 506.462.5069, E. Info@voixfemmesnb-voiceswomennb.ca , www.voixfemmesnb-voiceswomennb.ca

Support to single parents Fall 2014 Educational Programs ALL PARENTS WELCOME!! (Not just for single parents). NO ONE will be refused service if they are unable to pay *NEW* REGISTRATION begins 3 weeks before start date. Call Nathalie Tel: (506) 858-1303 ext 3301. All programs and services are offered in both languages based on demand. For more information http://bit.ly/1oWJLxH

Engaging Youth: Let the dialogue begin - October 6 & 7, 2014. 115 Villa Madonna Road, Rothesay, NB. Early Bird Registration $75, $100 after September 19th. The goal of this workshop is to discuss strategies in the identification and prevention of suicidality amongst teens. For more information email: Greta.McConkey@HorizonNB.ca

The Rose Campaign to End Violence Against Women and Girls - 25 years after the murders at l'École Polytechnique, violence against women and girls is still threaded through Canadian society. Go to www.rosecampaign.ca to learn more and download a full suite of resources.

Registration is open for the 2014 National Conference Integrated Approaches to Intimate Partner Violence: Learning and Innovating Together - The Canadian Observatory on the Justice System Response to Intimate Partner Violence, in partnership with the Muriel McQueen Fergusson Centre (MMFC), the Province of New Brunswickand the Crime Prevention Association of New Brunswick are pleased to announce that registration is now open for the 2014 National Conference. You can register here and visit our conference site for the latest information, as well as the list of hotels with preferred rates for conference attendees. This conference, taking place from October 20-22 at the Wu Conference Centre in Fredericton.

Use of Hospital Services for Eating Disorders in Canada: The Canadian Institute for Health Information (CIHI) has several data holdings that can be used to examine health service use for eating disorders across inpatient, emergency department (ED), ambulatory and clinic settings. This document highlights inpatient hospitalizations and ED visits for patients with a primary diagnosis of an eating disorder. Highlights: females have higher hospitalization rates than males, and hospitalization rate for adolescent females has increased in recent years. http://www.cihi.ca/web/resource/en/eatingdisord_2014_infosheet_en.pdf

Women as a Percentage of Full-Time University Enrolments, N.B.,

Since the late 1980s, female students outnumber male students in New Brunswick universities.  In 2010/ 1 1, women accounted for 59% of full-time students in the province, up from 45% in 1980/81.

Visit the Equality Profile
and send us your feedback HERE

CANADIAN SECURITIES REGULATORS SEEK COMMENTS ON PROPOSED AMENDMENTS RELATED TO GENDER DIVERSITY

Posted: 08/29/2014 6:22 pm EDT Updated: 09/09/2014 11:59 am EDT Montréal – The securities regulatory authorities in Saskatchewan, Manitoba, Québec, New Brunswick, Nova Scotia, Newfoundland and Labrador, Northwest Territories and Nunavut (the Participating Jurisdictions) today published for comment proposed amendments to Form 58-101F1 Corporate Governance Disclosure (Form 58-101F1) of National Instrument 58-101 Disclosure of Corporate Governance Practices (NI 58-101) (the Proposed Amendments). These amendments were previously published for comment by the Ontario Securities Commission (OSC) on January 16, 2014.

The Proposed Amendments would require all TSX-listed issuers and other non-venture issuers reporting in the Participating Jurisdictions and in Ontario to make disclosure regarding the representation of women on their boards and in their executive officer positions using a “comply or explain” approach. This approach is consistent with existing corporate governance disclosure requirements for non-venture issuers in Form 58-101F1.

These amendments are intended to increase transparency for investors and other stakeholders regarding the representation of women on boards and in senior management of all TSX-listed issuers and other non-venture issuers. This transparency is intended to assist investors when making investment and voting decisions.

The CSA notice and the proposed amendments are available on websites of the Participating Jurisdictions and the OSC. The comment period is open until September 2, 2014. Staff of the Participating Jurisdictions and the OSC are coordinating their efforts with respect to the Proposed Amendments.

The CSA, the council of the securities regulators of Canada's provinces and territories, co-ordinates and harmonizes regulation for the Canadian capital markets. Continued.. .http://bit.ly/1mRm6mU


MORE WOMEN THAN MEN ARE DYING FROM EBOLA

The current Ebola outbreak may ultimately infect as many as 20,000 people and a disproportionate number of those cases will be women, experts say.

Since this strain of the disease first hit Guinea in May, 1,552 people have succumbed to Ebola , which has been rapidly making its way through four countries in West Africa, the Associated Press reported. More women than men are contracting the disease though, since they traditionally serve as health care workers and are the ones who are expected to look after ill family members, according to UNICEF.

Women account for 55 to 60 percent of victims who have died from Ebola in the current epidemic in Liberia, Guinea and Sierra Leone, according UNICEF.

But figures may actually be even higher. Health teams in Liberia recently reported that women made up 75 percent of victims who were infected or died from Ebola, The Washington Post reported. The outbreak is being attributed to the consumption of infected bushmeat -- the meat of wild animals -- which many rely on for their livelihood and as their main source of protein, according to Irin News.

The disease spreads when there is direct contact with the blood, body fluids and tissues of infected animals or people, which is more of a risk for women who are expected to spearhead taking care of ill family members and preparing for funerals, according to UNICEF. "Women are the caregivers -- if a kid is sick, they say, 'Go to your mom,'" Sia Nyama Koroma, first lady of Sierra Leone, told The Washington Post. "Most of the time when there is a death in the family, it's the woman who prepares the funeral, usually an aunt or older female relative."

A key reason this outbreak, and ones similar to it, continue to hit West Africa is because -- across the board -- both men and women are reluctant to seek medical care . They've developed strained relationships with healthcare workers and century-old traditions mandate that the ill be taken of at home, Raphael Frankfurter, executive director of Wellbody Alliance -- a group that provides free healthcare in Sierra Leone -- told HuffPost earlier this month.

This burden of tending to the sick, however, is the one that women have to bear.

"If a man is sick, the woman can easily bathe him but the man cannot do so," Marpue Spear, executive director of the Women's NGO Secretariat of Liberia, told Foreign Policy. "Traditionally, women will take care of the men as compared to them taking care of the women."

Helping to change these perspectives is what will finally put an end to these devastating outbreaks, Frankfurter said. Cont... http://huff.to/1nMbk24

 

WHY WE NEED MORE FEMALE ENGINEERS

While the number of female engineers has increased since the early 1980s, the proportion of female to male engineers still has a long way to go.

Why did I want to be president of Professional Engineers Ontario? I wanted to drive cultural change in engineering and serve as a role model for women to take my place. Also,  rather than criticize my organization from the outside, I set out to try and improve it from the inside.

Starting the discussion earlier
As President of PEO, I participated in an invitation-only Learning Partnership Summit on April 10 in Toronto with Minister of Education, Hon. Liz Sandals.  I used that opportunity to raise the issue of the impact that grade 11 physics has on streaming students either to the engineering field or not, particularly the issue of young girls not being interested in taking the subject. Why don't we rename itand revamp that course curriculum to make it more attractive to grade 10 girls?

The need for role models
Female role models in engineering are also important to young girls. Over the past decade I've been pleased to see a number of new organizations that celebrate and showcase women's careers. One such organization in Canada is Women of Influence. I was truly humbled to be named as one of their Top 25 Women of Influence of 2013. Now in its third year, the ranking is designed to celebrate and showcase the achievements of the most influential Canadian women in business, health, non-government organizations, professional services, and the public sector.

- See more at: http://bit.ly/1rGzs4i

 

IN PARTING

"A woman with a voice is by definition a strong woman. But the search to find that voice can be remarkably difficult."
-- Melinda Gates

 

web-edf@gnb.ca
Toll free:
1-877-253-0266
Fax: (506) 453-7977  
www.gnb.ca/women

Women Femmes NB
is sent out twice a month by the provincial government Women's Equality Branch. It provides news related to equality issues, including events, studies, initiatives and information from women's groups, governments, universities, etc.

**Text from non-governmental sources will be published in the language(s) in which it is provided.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

To unsubscribe, click here. / Pour désabonner, cliquez ici.
Subscribe to Women Femmes NB / Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Questions or comments? E-mail us at web-edf@gnb.ca or call 1-877-253-0266
. /
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel
web-edf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266
Women's Equality Branch | 551 King Street, Suite A | Fredericton, NB E3B 5H1 / Direction de l'égalité des femmes