Voir ce bulletin sur notre site web. / View this newsletter in your browser.
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrit-e. / You're receiving this message because you subscribed.
Vous n’êtes plus intéressé-e ? Se désabonner / Not interested anymore? Unsubscribe
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB. / Subscribe to Women Femmes NB

Tous les numéros
2011 Bulletins
2012 Bulletins
(English version follows)
Women Femmes NB
le 3 avril 2013
 

DANS CE NUMÉRO :

  • SYNDICALISATION AU CANADA - DIFFÉRENCES ENTRE HOMMES ET FEMMES
  • AVIS
  • GALA DES MÉTIERS ET TECHNOLOGIES POUR FILLES SONT DE RETOUREN PLEIN ESSOR POUR 2013 !
  • LE N.-B. A BESOIN D'UN RÉGIME DE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE
  • RENFORCER LA CAPACITÉ DE RECHERCHE DU CANADA : LA DIMENSION DE GENRE
  • LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE DES VEUVES ET DES FEMMES DIVORCÉES DURANT LA RETRAITE
  • CONFLITS - FEMMES VICTIMES, FEMMES ACTRICES

………………………………………………………………….……………

SYNDICALISATION AU CANADA - DIFFÉRENCES ENTRE HOMMES ET FEMMES

En 2010, le taux de syndicalisation des femmes canadiennes (31%) a, pour la 7e année consécutive, surpassé celui des hommes (28%). Les femmes membres d'un syndicat gagnaient en 25,97$, et les hommes, 27,41$. Le nombre d'employés syndiqués s'est accru de 80 000, pour s'établir à 4,3 millions au premier semestre de 2011, un taux global de 29,7 % en 2011 (29,6 % en 2010).

Au Nouveau-Brunswick en 2011, 29% des employé-e-s étaient membres d'un syndicat (30.8% si on inclut les personnes non syndiqués mais assujettis à une convention collective). Il s'agit d'une augmentation depuis 2010, quand 27,8% étaient syndiqués (29,2%, syndiqués ou assujettis).

Travail partiel et temps plein - 25% des femmes et 18% des hommes travaillant à temps partiel. 33% des femmes et 30% des hommes travaillant à temps plein sont syndiqués.

Postes permanents et non permanents - Parmi les travailleurs permanents, plus de femmes que d'hommes sont syndiqués : 31% des femmes et 29% des hommes. La même tendance dans les postes non permanents : 28% des femmes et 25% chez les hommes sont syndiqués).

Secteur public et privé - Dans le secteur public, 73% des femmes et 69% des hommes le taux de syndicalisation a sont syndiqués (les femmes se trouvant davantage dans les administrations publiques et dans les secteurs de l'enseignement et de la santé). Dans le secteur privé, 13% des femmes, et 19% des hommes sont syndiquées ; les femmes sont davantage dans les professions liées à la vente et les services.

- La syndicalisation, 2011, Statistique Canada, http:// bit.ly/13R8VIN

 

AVIS

Avril est le mois de la sensibilisation aux agressions sexuelles - Le mois de la sensibilisation aux agressions sexuelles a lieu dans toute la province pour amener les membres de nos communautés à prendre conscience de ce problème et du fait que les personnes touchées par une agression sexuelle ont besoin de soutien et de services.  http:// bit.ly/10vVoA

Sensibiliser les jeunes – Parlons-en… en ligne! - Pour le mois d'avril, nous vous demanderons, ainsi qu'à tous nos partenaires, d'utiliser des images de la campagne afin de sensibiliser tout le monde sur la question de l'agression sexuelle au Nouveau-Brunswick. Changez les images de votre profil Facebook et Twitter, ajoutez le symbole graphique à votre signature courriel, bref, aidez-nous à faire passer le mot! Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Jenn Richard ( j.richard@nb.aibn.com ). Trouvez-nous sur Facebook  en exécutant une recherche pour l'événement « Mois de la sensibilisation aux agressions sexuelles 2013 »  où vous pourrez télécharger des photos et d'autres ressources au sujet de la campagne!

Violence conjugale entre partenaires de même sexe (Semaine nationale de sensibilisation aux victimes d'actes criminels) – Formation gratuite offerte par Mme Jane Oxenbury le Vendredi 26 avril 2013 (9h-16h) au Centre Multifonctionnel de Shédiac (58 rue Festival, Shédiac). La formation est offerte en anglais, mais de la traduction simultanée sera à votre disposition. Places limitées. Inscrivez-vous avant le 5 avril 2013 en appelant ou en envoyant un courriel au Centre de ressources et de crises familiales Beauséjour : 533-9100/ crcfb@nbnet.nb.ca .

Est-ce que vous vous représentez seul en matière de droit de la famille? Avez-vous besoin de renseignements sur les formulaires et la procédure? Considérez vous inscrire à l'atelier suivant : http:// bit.ly/PZTALN .  Il ya aussi un formulaire d'inscription en ligne :   on-line registration

Intervenir face à la traite : vers une action concertée - session 11-12 avril 2013, Montréal, pour intervenants des secteurs communautaires, de la santé & des services sociaux & judiciaires. Leurs pratiques, leur expérience, les pratiques exemplaires. Présentée par le Comité d'action contre la traite humaine interne & internationale avec l'École de service sociale de McGill & la Chaire Hans & Tamar Oppenheimer en droit international public. www.cathii.org/intervenir.html . Demandez de recevoir le Bulletin d'information du Canada sur la traite de personnes (gratuit, 3 fois par an) publié par la Division des crimes graves & du crime organisé de Sécurité publique Canada : Envoyez un courriel à HTT.GTTP@ps-sp.gc.ca .

 

GALA DES MÉTIERS ET TECHNOLOGIES POUR FILLES SONT DE RETOUR EN PLEIN ESSOR POUR 2013 !

Le Gala des métiers et technologies pour filles offre un environnement positif dans lequel les jeunes filles ont l'occasion d'entendre des mentors discuter des récompenses et des défis associées au cheminement de carrière qu'elles ont choisi, et d'établir des contacts avec des mentors de leur collectivité.  Les mentors conseillent les élèves, les guident et les inspirent en leur faisant part de leur expérience. Ces galas autonomisent les participantes et les renseignent sur divers choix de carrière qui leur sont accessibles, dont bon nombre dans des secteurs non-traditionnels.

Le premier Gala des métiers et technologies pour l'année 2013se tiendra àSaint Stephenà l'école deSaint Stephenle jeudi11Avril , 2013, à 17h30.

En 2012, les Gala des métiers et technologies pour filles ont organisé leurpremier dînerautochtone et l'événement a eu lieu àFredericton . L'équipe des Gala des métiers et technologies prépare actuellement undeuxième dînerautochtone à Miramichi pour le printemps 2013.

Vous êtes une jeune femme souhaite explorer les diverses options de carrière qui s'offrent à vous ? Aimeriez-vous rencontrer des femmes qui travaillent actuellement dans des domaines qui sont principalement dominés par les hommes ? Alors rejoignez-nouspour une Gala des Métiers et Technologies pour les filles, vous aurez l'occasion de parler à des mentors et à gagner des prix comme un iPad!

Visitez notresite webpour voir quand aura lieu leprochainGala dans votre région  ! Vous pouvez maintenant vous inscrireen ligne ! http:// bit.ly/p5ULYI

Visitez notre page « Exemples de réussites »! Cette page met en lumière quelques histoires de réussite de Néo-Brunswickois et de Néo-Brunswickoises qui ont transformé leur passion en profession. Vous trouverez ci-dessous des renseignements sur le travail de ces derniers et sur les éléments et les personnes qui les ont inspirés à mener une carrière dans leur domaine, ainsi que leurs conseils pour les personnes désirant exercer leur profession.
http:// bit.ly/xBsBp9

 

LE N.-B. A BESOIN D'UN RÉGIME DE MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE

Les 150 000 Néo-Brunswickois n'ayant aucune assurance-médicaments attendent avec impatience la création d'un régime de médicaments sur ordonnance. J'espère qu'ils bénéficieront sous peu du régime élaboré actuellement par le gouvernement provincial. Les participants au régime devront verser des primes et une franchise, car il s'agit d'une assurance. Néanmoins, certaines personnes auraient droit à une subvention sur la base de leur capacité à payer, car il s'agit aussi d'une mesure anti-pauvreté. À vrai dire, la population entière de la province en sortira gagnant, pas seulement les 150 000 personnes sans assurance.

Chapeau au gouvernement actuel d'avoir promis d'offrir le régime bientôt, au gouvernement précédent d'avoir amorcé le processus et surtout à ceux qui ont contribué à la mise sur pied d'un bon programme, soit le Dr Dennis Furlong et le Comité aviseur sur les bénéfices de santé formé de citoyens... Comme l'a mentionné le Dr Dennis Furlong, nous transportons par voie aérienne les victimes d'une crise cardiaque vers un service de cardiologie de premier ordre, pratiquons des tests et des chirurgies onéreux lors de leur séjour à l'hôpital qui dure des jours, voire des semaines, puis nous leur donnons congé avec des ordonnances qu'ils n'ont pas les moyens d'acheter. Nous referons exactement la même chose dès la manifestation d'une rechute. Pensez à d'autres affections – l'asthme, le diabète et l'hypertension, par exemple – et à toutes les économies que réaliserait le système de soins de santé si chaque citoyen était en mesure d'obtenir tous les médicaments sur ordonnance dont il a besoin.

Parmi le 20 % des Néo-Brunswickois n'ayant aucune couverture pour les médicaments sur ordonnance, certains sont en assez bonne santé et n'ont pas besoin de médicaments, d'autres ont du mal à payer leurs ordonnances et le reste se prive de médicaments d'ordonnance ou les rationne en raison des coûts. Bientôt, ils devront payer une prime, ce qui donnera à chacun protection, tranquillité d'esprit et médicaments d'ordonnance en cas de nécessité...

-  Tiré d'une chronique de Jody Dallaire, janvier 2013, http:// bit.ly/16nqqMo

 

RENFORCER LA CAPACITÉ DE RECHERCHE DU CANADA : LA DIMENSION DE GENRE

La progression des emplois féminins au sein des universités canadiennes est inégale & varie selon la discipline & le rang. Plus le rang est élevé, plus le pourcentage de femmes est inférieur à celui des hommes. Les principaux facteurs qui influencent le parcours de carrière des femmes agissent dès les premières années de vie, en commençant par les stéréotypes qui définissent les rôles & les attentes. De plus, les femmes sont mal informées par rapport aux exigences liées aux carrières qui s'ouvrent à elles & ont peu de modèles & de mentors qui puissent les motiver & les guider. Ces questions ainsi que la structure rigide des postes menant à une permanence, les défis associés à la conciliation du travail rémunéré & de la vie familiale & l'importance accrue du soutien & de la coordination entre les gouvernements & les établissements, doivent être examinés si le Canada souhaite parvenir à une représentation plus équilibrée des sexes dans les postes universitaires.

- Tiré du rapport, Renforcer la capacité de recherche du Canada : La dimension de genre, Conseil des académies canadiennes, 2012. http:// bit.ly/12eKc01

 

LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE DES VEUVES ET DES FEMMES DIVORCÉES DURANT LA RETRAITE

Une étude a évalué l'effet du veuvage et du divorce après l'âge de 55 ans sur le taux de remplacement du revenu durant la retraite (comparaison du revenu avant et après retraite) : on a examiné l'évolution du revenu des personnes qui étaient âgées entre 54 et 56 ans en 1983, jusqu'à ce qu'elles aient de 78 à 80 ans en 2007, comparés à la situation des personnes qui sont restées mariées.

La baisse la plus importante des taux de remplacement du revenu est observée chez les femmes qui ont divorcé. La séparation ou le divorce a un effet négatif plus important que le veuvage sur le taux de remplacement du revenu des femmes, surtout sur le revenu des femmes à revenu élevé. Chez les femmes des familles à faible revenu, la forte dépendance à l'égard de revenus provenant de régimes de pension de l'État a tendance à réduire l'effet du divorce sur le taux de remplacement. Chez les femmes venant de familles à revenu élevé, l'effet du divorce ou de la séparation est le plus prononcé car elles dépendent plus que les autres de revenus tirés de régimes de retraite privés ou de placements. Afin de vérifier si le fait que de plus en plus de femmes participent au marché du travail depuis cette période diminue l'effet du divorce ou du veuvage, l'étude a aussi fait l'examen de la cohorte de femmes qui avaient de 54 à 56 ans en 1993. L'effet du veuvage ou du divorce n'était pas plus faible chez la cohorte de 1993.

Chez les hommes, la séparation ou le divorce a peu d'effet sur le taux de remplacement du revenu, quel que soit le revenu familial au départ. Le veuvage a tendance à accroître légèrement les taux de remplacement, particulièrement chez les hommes des familles à revenu médian et à revenu élevé.

-http:// bit.ly/14NqjOa

 

CONFLITS - FEMMES VICTIMES, FEMMES ACTRICES

Il a fallu du temps pour penser que l'histoire n'était pas seulement celle des hommes, que des femmes y prenaient leur part, a priori quand il s'agit des histoires de guerre, une histoire d'hommes où les femmes n'ont de place que comme victimes civiles, et même là encore ce n'est que très récemment que l'on s'intéresse aux persécutions à l'encontre des femmes dans un tel contexte… Aujourd'hui, en particulier depuis la guerre en ex-Yougoslavie et le génocide au Rwanda, des chercheur(e)s se sont penché(e)s sur le caractère politique de cette violence et sur les raisons qui ont conduit les dirigeants à faire (du viol) une « arme de guerre ». Françoise Héritier analyse le comportement de ces hommes qui violent, sur ordre, une femme appartenant à un autre groupe culturel et/ou religieux… : « [ils] véhiculent une idée fantasmatique qui revient à affirmer que le sperme “porte” le sang et la religion. Voilà ce qu'il y a au-delà de la violence : les humeurs masculines seraient dominantes et porteuses des principes d'identité. » Ainsi au-delà de l'humiliation imposée à la femme, et aux hommes de son camp, devant qui a souvent lieu le viol, il s'agit d'instrumentaliser le corps des femmes comme réceptacle « naturel » d'un stigmate identitaire, qui font d'elles, aux yeux de leurs maris ou pères, des êtres impurs, … surtout si ce viol donne naissance à un enfant... Ainsi ce n'est pas tant, ou pas seulement, parce qu'elles sont des femmes qu'elles subissent des violences, mais c'est aussi «comme acteurs sociaux tributaires d'un rôle social et …d'une fonction, imputés à la femme dans la société de référence »…

Une marche, en mai 2000, réunit des femmes du Liberia, de la Sierra Leone et de la Guinée. Elles marchent et prient ensemble et se regroupent dans une zone frontière entre les trois pays pour s'opposer ensemble au trafic de drogue, de diamants et d'armes qui affectent les trois pays, en dépassant l'intérêt national. Elles ont monté un groupe d'intervention auprès des plus hautes instances et ont voyagé à travers la région pour apprendre aux femmes à surveiller et à prévenir les mouvements d'armes ou de drogues : « la paix commence à la maison. Nous avons le pouvoir de réconcilier notre société. » Ces prises de position explicitent parfaitement la notion de « continuum de la violence » avancée par Cynthia Cockburn pour qui la violence de la guerre ne peut être dissociée des violences pré ou post conflits et trouve son origine dans la famille, lieu de transmission, par les femmes, d'une culture patriarcale. C'est le sens, également, de la Marche mondiale des femmes dont la charte a été adoptée à Kigali en 2004, déclarant que ces systèmes « se renforcent mutuellement. Ils s'enracinent et se conjuguent avec le racisme, le sexisme, la misogynie, la xénophobie, le colonialisme, l'esclavagisme, le travail forcé. Ils font le lit des fondamentalistes et intégristes qui empêchent les femmes et les hommes d'être libres. Ils génèrent la pauvreté, l'exclusion, violent les droits humains, particulièrement ceux des femmes, et mettent l'humanité et la planète en péril. »

Hommes et femmes vivent pendant ces conflits des « expériences différentes et non synchrones » dans lesquelles le rôle des femmes reste toujours subordonné à celui des hommes et que l'après-guerre est souvent une période de restauration de l'équilibre précédent. Qu'elles soient victimes civiles, qu'elles adhèrent ou participent aux massacres commis au nom d'une nation, d'une ethnie, d'un principe ou d'une religion, les protagonistes masculins voient en leurs femmes les garantes d'une identité menacée et exigent d'elles l'adhésion inconditionnelle aux valeurs de la communauté à laquelle elles appartiennent, en remettant à des lendemains meilleurs les revendications qui les concernent plus spécifiquement.

Ce qui unit toutes ces femmes c'est qu'elles refusent le rôle qui leur revient et s'attaquent à l'oppression sous toutes ses formes... Dans une démarche qui ne doit rien à la nature, mais à l'expérience de l'oppression acquise par leur éducation et dans leur socialisation, elles prennent conscience que face à la violence des groupes armés, comme de la répression de l'État, il leur faut trouver une autre réponse. Elles font l'expérience de la liberté de choisir et de décider par elles mêmes et dessinent, parfois sans le savoir, des pistes pour une nouvelle culture qui ne se contente pas de définir les droits de chacun et de chacune mais qui dépasse les frontières qui séparent les nations, les communautés, les hommes et les femmes et inscrit les luttes féministes dans le cadre du rejet d'un monde dirigé par le patriarcat identifié comme système d'oppression des femmes.

- Genre et conflit, Marguerite Rollinde, Centre de recherche en sciences sociales et politiques de Paris,Laboratoire Genre, travail, mobilités, Revue ASPECTS, 2010, http:// bit.ly/11lRb4q

 

EN FIN DE COMPTE

Il y a des miroirs pour le visage, mais il n'y en a point pour l'esprit.
-  Graciàn Baltasar (1601-58), L'art de la prudence


 

 

wib-dqf@gnb.ca
Sans frais : 1-877-253-0266
télécopieur : (506) 453-7977
www.gnb.ca/femmes

Women Femmes NB
est publié deux fois par mois par la Direction des questions féminines du gouvernement provincial. Il diffuse des nouvelles sur les questions d’égalité - des événements, des rapports, des initiatives et des renseignements nous provenant des groupes de femmes, des gouvernements, des universités et autres.

**Les textes fournis par des organismes non gouvernementaux seront publiés dans la ou les langues dans lesquels ils nous sont fournis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

Women Femmes NB
April 3, 2013

 

 

IN THIS ISSUE:

  • UNIONIZATION IN CANADA - DIFFERENCES BETWEEN WOMEN & MEN
  • NOTICES
  • TRADES & TECH BACK IN FULL SWING FOR 2013!
  • PRESCRIPTION DRUG PROGRAM NEEDED IN N.B.
  • EXAMINING THE GENDER-DIVERSITY PROGRAMS OF 235 COMPANIES - EUROPE
  • WHAT DOES BIRTH CONTROL HAVE TO DO WITH REDUCING GLOBAL EMISSIONS?
  • CHANGING COMPANIES' MINDS ABOUT WOMEN


………………………………………………………………………………

UNIONIZATION IN CANADA - DIFFERENCES BETWEEN WOMEN & MEN

For the seventh year in a row, the unionization rate for Canadian women was higher than men's in 2010 (31% versus 28%). Female union members earned on average $25.97, & male, $27.41. The number of unionized employees increased by 80,000 from 2009 to 2010, reaching 4.3 million Canadians, 30%.

In New Brunswick in 2011, 29% of workers were union members (30.8% if you count persons who are not union members but covered by collective agreements). That is an increase from 2010, when 27.8% were union members (29.2%, members & those covered by an agreement).

Full or Part-time – 33% of women & 30% of men working full time were unionized. 25% of women & 18% of men working part time were unionized.

Permanent or non-permanent positions – Among permanent workers, 31% of women are unionized, & 29% of men. In non-permanent jobs, 28% of women & 25% of men are unionized.

Public or private sector - In the public sector 73% of women & 69% of men were unionized, reflecting women's presence in public administration, & in teaching & health positions. In the private sector, only 13% of women were unionized, compared with 19% of men. The lower rate among women reflected their predominance in sales & several service occupations.

- Unionization 2011, StatCan, http:// bit.ly/13R8VIN

 

NOTICES

April is Sexual Assault Awareness Month - a month dedicated to raising awareness of sexual violence to all members of our communities, and to highlight the need for support and services to those affected by sexual assault.   http:// bit.ly/10vVoAn

Engaging Youth – Let's Talk About It… Online! - For the month of April, we will be asking you and all our partners around the province to use the images to spread awareness of sexual assault in New Brunswick. Change your Facebook and Twitter profile pictures, add the graphic to your email signature, and help us spread the word! Contact Jenn Richard for more information ( j.richard@nb.aibn.com ).  Find us on Facebook by searching for the “Sexual Assault Awareness Month 2013 - Mois de la sensibilisation aux agressions sexuelles 2013” event where you can download profile pictures and other campaign resources!

Taking Charge of Your Life by Managing Your Time and Your Priorities - Spring is on the threshold! And it's time to think about this season of your life in a very thoughtful and purposeful way! Check out the All-new Agenda for the Saturday, April 27 event. Registration must be completed in advance, and the last two events have sold out our 60 spaces. We encourage you to register early! Registration fee is $49 + HST. Check out the other informative and personally-challenging sessions here !

Same-sex Domestic Violence (National Victims of Crime Awareness Week) – Free training by Ms Jane Oxenbury on Fri April 26 2013 (9am-4pm) at the Multipurpose Centre in Shediac (58 Festival st., Shediac). Training offered in English with simultaneous translation. Limited seating. Register by April 5 th 2013 by calling or e-mailing the Beauséjour Family Crisis Resource Centre: 533-9100/ crcfb@nbnet.nb.ca

At the Fredericton Women's Show, shop til you drop or learn something new! Bring your sisters, daughters, mom, boyfriend etc. It's free! Find one of a kind crafts and fine art or learn from the professionals on mental, physical and spiritual health. There will be fashion shows, seminars, free goodie bags each day to the first 200 women! And much, much more! We will be collecting any donations for Women In Transition House at the doors. If you can, give generously! Sat., Apr. 13 - 10:00 a.m. to 6 p.m., Sun., Apr. 14 - 11 a.m. to 4:30 p.m FREE ADMISSION!!!!

Are you handling your own Family Law matter? Do you need information about court forms and procedures? Consider registering for any of these workshops. The schedule is on our family law NB website and will be updated constantly - http:// bit.ly/PZTALN There is also an online registration form:   on-line registration

The Social Aetiology of Mental Illness [SAMI] training program is pleased to present the following free webinars. Please join us! http:// bit.ly/XpGq1W
Live broadcasts take place on TUESDAYS, from 11:30am-12:30pm EST (Toronto Time).

Computer Science at UNB offers a girls-only summer camp this year, Aug 19-23. In case you have a daughter in grade 6-8 or know someone who does, please consider this new summer program, CyberGirlz. A link with the information included below can be found at http://iscx.ca/summercamp2013 .
http:// bit.ly/1089EQU

A Benefit Brunch will be held in support of Family Enrichment by the Snooty Fox on Sunday, April 7th from 11 am to 2 pm.  Live music by Somerville!  The Snooty Fox prepares a special menu for the event.  In the Special Menu each item is $10 and they donate $8 to Family Enrichment!!!  You can also order from the regular menu.  However, no donation is made to Family Enrichment from these purchases.  The staff donate some of their time and some of their tips as well.  We will also have a 50/50 draw.  Come one, come all.  Bring your family and invite your friends!!!

Lean In videoconference - dedicated to women on college campuses globally on April 11 at 4 p.m. PST .   Sheryl will be speaking about her new book, Lean In: Women, Work & the Will to Lead , the growing Lean In community and then will be taking your questions from campuses globally. Join us: April 11 th , 4pm PST /7pm EST http://bit.ly/LIApril11Event

 

TRADES & TECH ARE BACK IN FULL SWING FOR 2013!

Trades & Tech Gala for Girls is a relaxed dinner that fosters a positive environment in which young women have the opportunity to hear speakers discuss the rewards and challenges of their chosen career path, and to connect with mentors from their community. Mentors provide students with advice, guidance and inspiration by sharing their experiences. Participants leave empowered and informed about exciting non-traditional careers.

The first Gala Dinner for the year 2013 will be held in Saint Stephen. The Gala dinner will be at the Saint Stephen High School on Thursday April 11, 2013 starting at 5:30.

In 2012 the Trades & Tech Gala for Girls team hosted their first Aboriginal dinner, the event was held in Fredericton. The Trades and Tech Gala team is currently preparing a second Aboriginal dinner to be hosted Miramichi during spring 2013.

Are you a young woman interested in exploring the variety of career options that are available to you? Would you like to meet women that are currently working in fields that are predominately dominated by men? Then join us for a Trades & Tech Gala for Girls dinner, you will have the opportunity to speak to mentors and to win great prices like an iPad!

Visit our website to see when the next Gala Dinner closest to you is, you can sign up online! http:// bit.ly/qPi3VN

Also visit our success stories page! This page highlights some of the success stories from New Brunswickers who've turned their passion into a career! Read about what they do in their jobs, what or who inspired them to pursue a career in their field, and their advice for students interested in working in their profession. http:// bit.ly/xOZdfP



PRESCRIPTION DRUG PROGRAM NEEDED IN N.B.

We can't get a prescription drug program fast enough for the 150,000 New Brunswickers who currently are not covered by any plan. I look forward to the time soon when they will benefit from the plan the provincial government has in the works. Those people will have to pay premiums & a deductible – it's insurance -, though some would qualify for a subsidy based on the family's ability to pay – it's also an anti-poverty measure -, but everyone in the province will benefit, not just those 150,000.

Kudos to the government for promising to deliver it soon, to the previous government for launching the process, & mostly to those who put us on a path to a good program, Dr. Dennis Furlong & the Advisory Committee on Health Benefits made up of citizens ...

As Dr. Dennis Furlong said, we transport people who have a heart attack by air to a first-class cardiac unit, perform expensive tests & surgery while in hospital for days & weeks & then discharge them with prescriptions they can't afford to fill. We'll do it all over again, as soon as the problem reoccurs. Think of other examples - asthma, diabetes, high blood pressure - & of the savings to the health care system if everyone were able to have the needed prescription.

The 20 per cent of New Brunswickers who don't have prescription drug insurance are either currently healthy enough to not need medication, struggling to pay for prescriptions or doing without or cutting back on their prescribed medicine because of the cost. Soon they will have to pay a premium which will give everyone protection, peace of mind, & medication when needed...

-Excerpt, column by Jody Dallaire, January 2013, http:// bit.ly/Z7TqKV

 

EXAMINING THE GENDER-DIVERSITY PROGRAMS OF 235 COMPANIES - EUROPE

Corporate transformations that address the underlying attitudes that prevent change are 4 times more likely to succeed than those that tackle only the symptoms of resistance. The particular mindsets that hamper gender diversity vary... Sometimes there is an unchallenged view that positions requiring long hours & lots of travel will not suit women... Some companies are reluctant to give women the tough feedback that everyone needs on their way to the top, & some men are reluctant to develop mentoring relationships with women for fear that the relationship might be deemed inappropriate…

One company went to great lengths to understand junior women's concerns about promotion, then worked to overcome them. Another strove to understand biases that might be at play in the promotion process & found, for instance, that women were often judged on their performance but men on their potential. It set up training courses for managers to shift perceptions. The same biases might be at play in recruitment. One company “organized an audit of our recruiting processes & found that recruiters tended to be more critical of female than male candidates. As a result, we organized training for the whole recruiting department.” …

The very best minds, men's & women's alike, are needed to address today's business challenges. McKinsey & Company's Women Matter research has been making the business case for increasing the number of women in senior management roles. It has shown a link between the specific behaviors that women tend to adopt more frequently than men, & corporations' organizational & financial performance.

- Excerpts, Women Matter 2012, McKinsey & Company. http://bit.ly/GN32hR

 

WHAT DOES BIRTH CONTROL HAVE TO DO WITH REDUCING GLOBAL EMISSIONS?

Everything, women around the world would say, because they know how closely linked reproductive health is to poverty, food security, climate change & beyond. This was the message that female leaders brought to the Rio+20 conference on sustainable development (June 2012), but not many were listening, least of all the Vatican.

“The only way to respond to increasing human numbers & dwindling resources is through the empowerment of women - giving women access to education, to paid income, & to reproductive health services, reproductive rights, access to family planning,” said Dr. Gro Harlem Brundtland, former prime minister of Norway & former director-general of WHO, adding that no other way existed to change the current “pattern of human consumption”.

The Vatican led the opposition to remove references in the summit's outcome text that ensured women's reproductive rights. The final text has no such reference & commits to promotion rather than ensuring equal access of women to health care, education, basic services & economic opportunities. The Vatican equates reproductive rights & health with abortion – an inaccurate comparison, at best. Cate Owren, of Women's Environment & Development Organisation: “Political compromises for the sake of an agreement should not have cost us our rights – nor our planet.”

- Excerpts, Will the World Listen to Women?, Zofeen Ebrahim, IPS,
http:// bit.ly/MOybka
; Conference follow-up website: http:// bit.ly/P8T5Of

 

CHANGING COMPANIES' MINDS ABOUT WOMEN

The last generation of workplace innovations (policies to support women with young children, networks to help women navigate their careers, professional development) broke down structural barriers holding women back. The next frontier is toppling invisible barriers: mind-sets widely held by managers, men & women alike, that are rarely acknowledged …

Our ideas for breaking this cycle rest on our experience in the trenches with senior executives, on discussions with 30 diversity experts, & on the reflections of leaders at companies that have been on this journey for years - Pitney Bowes where 38% of vice presidents are women; & Time Warner, where more than 40% of senior executives in its operating divisions are women.

Look to the words that appeared most frequently as explanations for poor retention & promotion of women: “politics,” “management,” “the company,” “people,” & “the organization.” We've all heard endless variations on the mind-sets that set women up for failure: “She's too aggressive” (or “too passive”). “I don't want to tell Bob he didn't get the job.” “I don't know how to talk to or mentor her.” “A woman isn't right for that role.”

Real progress requires systemwide change driven by a hard-edged approach, including targets ensuring that women are at least considered for advancement, the rigorous application of data in performance dialogues to overcome problematic mind-sets, & genuine sponsorship.

At every step along the US corporate-talent pipeline, the odds of advancement for men are about twice those for women.

“When you look at corporate mind-sets, change starts at the top. I haven't seen change in diversity start from middle management.”

A starting point is making sure enough women are being considered for advancement. For a number of years, every list of candidates for promotion at Pitney Bowes had to include 35% women & 15% minorities, equal to their representation in the workforce at the time … because “white men had been disproportionately advantaged & had gotten complacent.”

PepsiCo tracks the progress of women at all levels - the full pipeline of female talent, not just the senior ranks, is highly visible. Pitney Bowes rates each division's diversity plan and, like Time Warner, includes in its bonus decisions an executive's success in promoting diversity.

Bottom-up survey data can help shake things up. Shell asks all employees to answer a survey with 61 questions - how they like working there, whether they feel able to speak up. The company uses the results to measure the inclusiveness of the work culture. Shell analyzes the responses of groups such as men & women, different nationalities & tenures. Over the years, it has seen the gap between men's & women's experiences shrink.

- Excerpts, Changing companies, Sept 2011, Joanna Barsh & Lareina Yee, McKinsey Quarterly, http:// bit.ly/oI83Q8

 

IN PARTING

Never, never, never let a man see you exert yourself physically, such as moving a heavy piece of furniture... You may work your head off all day, but when your husband comes home, stop… Don't impose on him. Just one little thing is sufficient to make him feel his manly superiority... The unmarried woman must use these same tactics in getting a man's interest... A man so appealed to will find his greatest urge to accomplish things. He will benefit more by a woman's dependence upon him than he will by her being shoulder to shoulder with him – unless she learns to call upon him in other ways. Manliness degenerates very quickly around women who provide no romantic flattery for masculine strength.

- Excerpts, The Woman You Want to Be, Margery Wilson's Complete Book of Charm, 10th edition, 1942 (1st edition, 1928).

 

wib-dqf@gnb.ca
Toll free:
1-877-253-0266
Fax: (506) 453-7977  
www.gnb.ca/women

Women Femmes NB
is sent out twice a month by the provincial government Women's Issues Branch. It provides news related to equality issues, including events, studies, initiatives and information from women's groups, governments, universities, etc.

**Text from non-governmental sources will be published in the language(s) in which it is provided.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

To unsubscribe, click here. / Pour désabonner, cliquez ici.
Subscribe to Women Femmes NB / Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Questions or comments? E-mail us at wib-dqf@gnb.ca or call 1-877-253-0266
. /
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel
wib-dqf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266
Women's Issues Branch | 551 King Street, Suite A | Fredericton, NB E3B 5H1 /
Direction des questions féminines | 551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1