Voir ce bulletin sur notre site web. / View this newsletter in your browser.
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrit-e. / You're receiving this message because you subscribed.
Vous n’êtes plus intéressé-e ? Se désabonner / Not interested anymore? Unsubscribe
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB. / Subscribe to Women Femmes NB

Tous les numéros
2011 Bulletins
2012 Bulletins
(English version follows)
Women Femmes NB
le 25 avril 2012
 

DANS CE NUMÉRO :

  • DES POUPÉES... MAIS PAS POUR JOUER!
  • AVIS
  • RETOUR SUR LE MOIS DE LA SENSIBILISATION À L'AGRESSION SEXUELLE AU NOUVEAU-BRUNSWICK
  • J’AI MES 12 ANS !
  • L’ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES COMMENTE LE RÉGIME D’ASSURANCE MÉDICAMENTS
  • FACTEURS ASSOCIÉS À LA PARTICIPATION ÉLECTORALE
  • MOINS DE PLEIN AIR POUR LES FILLES

………………………………………………………………….……………

DES POUPÉES... MAIS PAS POUR JOUER!

Les directeurs des polyvalentes des écoles secondaires de Campbellton ont chacun reçu 10 poupées programmées permettent aux enseignants des cours d'Introduction à la petite enfance ou encore de Formation personnelle & sociale d'initier leurs élèves au programme «Realityworks». La programmation de la poupée va du changement de couche, au besoin de manger & dormir. Il y a aussi des bébés à problème notamment des bébés atteints du syndrome d'alcoolisme foetal & des bébés violemment secoués qui nécessitent encore plus d'attention. Vivre l'expérience d'une grossesse à l'adolescence ou encore devenir parent pendant une semaine est un face à face avec la réalité.

-Acadie Nouvelle, 9 avril 2012.

 

AVIS

Demandes de bourses d'études du Plan d'action sur l'écart salarial acceptées pour 2012-2013 - Les demandes de bourses d'études du Plan d'action sur l'écart salarial pour 2012-2013 seront acceptées jusqu'au 31 mai. Ces bourses sont offertes aux personnes qui entreprennent leur première année d'études dans un collège du Nouveau-Brunswick dans un domaine non traditionnel où les femmes ou les hommes sont sous-représentés. Le programme offre jusqu'à 150 000 $ en bourses par année, chacune d'elles pouvant atteindre 2600 $.
-Bureau du Conseil exécutif (Direction des questions féminines) : www.gnb.ca/femmes

Solidaire ? Adhère ! – La réunion annuelle du Regroupement féministe du N.-B. aura lieu le samedi 2 juin 2012 (lieu & programme à venir). Voir leur travail : http://bit.ly/JppISP.

Le voir & le dire – Décrivez le sexisme ordinaire dans le monde du travail sur le site Sexismeordinaire.com. Réagissez à ces lieux communs. http://bit.ly/HZf4BU

Le gouvernement du N.B. vous demande de l’aider à élaborer un régime d’assurance-médicaments pour les personnes non assurées. Avant fin avril 2012. 30% de nous n’avons pas d'assurance & devons payer nos médicaments. Détails & mémoires : http://bit.ly/yoRUOa

Féminisme & changement social - Colloque interdisciplinaire de l’Université féministe d’été, Univ. Laval, 20-25 mai 2012. Il faut beaucoup de naïveté ou de mauvaise foi pour affirmer que l’égalité dans les rapports entre les sexes est
« déjà là ». Une semaine de réflexion & d’analyses. http://bit.ly/IG6Nb2

Soumettez votre nom pour nomination à un conseil d’administration d’une agence ou commission nommée par le gouvernement provincial. Postes actuels : Collège communautaire, Conseil des arts, Tribunaux & commissions de recours du Service de défense des malades psychiatriques, Commission d’épuration des eaux usées du Grand Moncton. http://bit.ly/HDc1Fu

Avez-vous travaillé dans un projet innovant qui a influé sur la santé & la sécurité de votre collectivité? Partagez votre expérience lors des « Exposés sur la communauté atlantique » de l'Institut d’été sur les collectivités sûres & en santé au Cda atlantique. 22-24 août 2012, Charlottetown. http://bit.ly/HCc8N2

Mission commerciale au Maine des exportatrices du N.-B. – 22-25 mai 2012. Pour vous aider à exporter aux É.-U. Réunions, Int’l Trade Day, atelier sur les médias sociaux. sarah.corey@cbdc.ca ; barb.touchie@gnb.ca

La recherche sur les droits de l'enfant & leur bien-être – Dialogue de démonstration & de partage. 3 mai 2012, STU Forest Hill Conference Ctre. Réseau de recherche de la politique sociale du NB & Défenseur des enfants & de la jeunesse. Gratuit. Eric.gionet@rrsp-nb-sprn.ca

21inc, avec l'appui de Knightsbridge Robertson Surrette cherche des candidats talentueux âgés entre 20 et 35 ans pour son expérience de leadership avancée, soit 21 Leaders du Nouveau-Brunswick et cette année, 21Leaders de la Nouvelle-Écosse.   Pour plus de renseignements, veuillez visiter le http://www.21inc.ca ou communiquez avec nous au sara@21inc.ca



RETOUR SUR LE MOIS DE LA SENSIBILISATION À L'AGRESSION SEXUELLE AU NOUVEAU-BRUNSWICK

La Stratégie provinciale en matière d'agression sexuelle, une initiative du Centre pour les victimes d'agression sexuelle de Fredericton, a lancé, le 1 er avril dernier, la deuxième édition annuelle du Mois de la sensibilisation à l’agression sexuelle au Nouveau-Brunswick. Depuis, partout dans la province, on discute du problème, que ce soit dans les médias, en ligne ou dans les cuisines.

Un des points marquants de la campagne de cette année est la vidéo produite par le sous-comité de sensibilisation à l’agression sexuelle du Réseau de prévention de la violence familiale de Miramichi (Miramichi Family Violence Prevention Network) et Miramichi Online. Réalisée avec l’aide d’amis et de membres de la famille et de la collectivité, la vidéo présente des statistiques importantes en matière d’agression sexuelle et encourage les personnes concernées à en parler. Ces messages, la musique envoûtante et la passion des participants se combinent pour créer un film très fort qui a un impact certain. On peut regarder le film sur YouTube.com en cherchant « sexual assault awareness in Miramichi ».

De nombreuses autres activités ont eu lieu, y compris des entrevues dans les médias de la province et la présentation d’exposés dans les collectivités. Cette année, les promoteurs de la campagne de sensibilisation ont organisé une activité sur Facebook afin d’encourager les gens à discuter d’agression sexuelle. Des éléments visuels accrocheurs à télécharger ont été conçus pour les personnes qui désiraient modifier les photos figurant dans leur profil et contribuer à sensibiliser les gens à l’agression sexuelle. Cette stratégie s’est avérée fructueuse auprès des jeunes et des étudiants, soit les personnes qui utilisent les médias sociaux quotidiennement.

Même si ce n’est que la deuxième année où le Mois de la sensibilisation à l’agression sexuelle est souligné officiellement au Nouveau-Brunswick, la sensibilisation et le soutien des collectivités ne cessent de croître. L’an prochain, ce sera encore mieux, alors Ensemble, parlons-en!

Mois de la sensibilisation à l’agression sexuelle se déroule an avril. Pour en savoir plus, composez le 506-452-6986 ou consultez le site Web suivant : www.parlons-en.ca.


J’AI MES 12 ANS !

Selon les lois du N.-B., lorsque tu as 12 ans :

- Tes parents peuvent te laisser seule sans supervision (sauf sit u as des handicaps)
- Tu dois être d’accord si quelqu’un veut t’adopter
- Le tribunal doit prendre compte de ton opinion lorsqu’il décide si un avocat devrait être disponible lorsque la question de ta garde légale est déterminée.
- Ton nom ne peut pas être modifié sans ton consentement
- Une entente d’adoption ouverte peut être conclue sans ton consentement
- Family Services Act, Change of Name Act.

 

L’ASSOCIATION DES INFIRMIÈRES COMMENTE LE RÉGIME D’ASSURANCE MÉDICAMENTS

Le Nouveau-Brunswick n’a pas les moyens de ne pas avoir de régime d’assurance médicaments pour les personnes non assurées. La viabilité financière d’un régime d’assurance médicaments pour les Néo-Brunswickois non assurés exige la participation des employeurs, des politiques pharmaceutiques qui intègrent des preuves de l’efficacité des médicaments, l’établissement des prix & l’achat des médicaments, l’état de santé de la personne, & la taille & le besoin financier des familles.

Le régime devrait comprendre une franchise annuelle établie selon un pourcentage qui varie en fonction de la taille & du revenu net de la famille. Une fois la franchise annuelle atteinte, le régime d’assurance paie ensuite la totalité des coûts.

Le régime ne devrait pas comporter une prime. Il est démontré dans la section précédente que faire assumer au patient une plus grande part des coûts dissuade les personnes à faible revenu d’adhérer à la pharmacothérapie qui leur est prescrite & peut donner lieu à des coûts accrus pour le système en raison d’un nombre plus élevé de consultations médicales, de visites à la salle d’urgence & d’hospitalisations.

Aucune restriction ne devrait être imposée à l’égard des personnes présentant des problèmes de santé préexistants. Il ne devrait y avoir aucune période d’attente après l’inscription. Les régimes d’assurance médicaments offerts par les employeurs devraient continuer à jouer un rôle intégral au Nouveau-Brunswick. Le régime public d’assurance médicaments devrait cibler les personnes qui n’ont pas de couverture des médicaments sur ordonnance. Il sera important que le gouvernement engage les fournisseurs des régimes d’assurance médicaments des employeurs dans le processus.

L’un des éléments clés d’une société juste est un accès équitable aux conditions nécessaires pour être en bonne santé & une répartition juste de ces conditions, lesquelles sont reliées aux déterminants sociaux de la santé et, dans ce cas, à l’emploi & au revenu. Les conditions socioéconomiques ont autant, sinon plus d’influence sur l’état de santé que les services de soins de santé ou les comportements personnels en matière de santé.

- Tiré du mémoire de L’Association des infirmières & infirmiers du N.-B., 2012, http://bit.ly/IqYGfd

 

FACTEURS ASSOCIÉS À LA PARTICIPATION ÉLECTORALE

Une faible participation au vote peut aboutir à des politiques qui ne sont pas forcément représentatives de certains groupes, comme ceux qui ont moins tendance à voter.

Lors de l’élection fédérale de mai 2011, 67% des Canadiens ont voté. Plus de femmes que d’hommes ont voté (67,4% versus 65,6%).

Environ la moitié des personnes de 18 à 24 ans & de 25 à 34 ans ont voté, comparativement à 70% chez les 45 à 54 ans, & 82% chez les 65 à 74 ans.

Les études universitaires sont un facteur même plus déterminant que l’âge. Les écarts de participation entre groupes d’âge sont beaucoup plus faibles chez ceux qui ont fait des études universitaires. Dans le groupe d’âge de 25 à 34 ans, l’écart de participation entre ceux qui ont un baccalauréat & ceux qui n’ont pas fait d’études secondaires était de 42 points de pourcentage. La participation des personnes possédant un diplôme universitaire était de 78%, mais de 60% ou moins chez les personnes ayant fait tout au plus des études secondaires.

Dans tous les types de familles, la présence d’enfants a été négativement associée au vote, mais particulièrement chez les parents seuls - 36% de ceux qui ont de jeunes enfants ont voté (& 60% des couples ayant de jeunes enfants). Les propriétaires sont plus susceptibles de voter que les locataires (71% & 54%). Les immigrants & les personnes au chômage sont moins susceptibles de voter.

Dans les années 90, la baisse de la participation électorale était liée à une régression chez les jeunes. Depuis 2000, la participation est relativement stable au Canada & a même augmenté modestement chez les jeunes. Le taux entre 2004 & 2011 a fluctué entre 37% & 39% chez les 18 à 24 ans (hormis 2006 : 44%).

- Tiré de Facteurs associés à la participation électorale, Statistique Canada. http://bit.ly/IYeWbc

 

MOINS DE PLEIN AIR POUR LES FILLES

Une étude américaine montre que les parents sollicitent moins leurs filles pour les activités de plein air. La moitié des enfants américains en âge préscolaire n’ont pas d’activité physique quotidienne en plein air. & les filles moins que les garçons. Portant sur une cohorte de 8950 enfants américains, l’étude a mis en évidence cette différence : les parents sollicitent moins les filles que les garçons pour aller jouer dehors. Un écart de l’ordre de 16 %. D’après les chercheurs, la persistance de préjugés plus ou moins inconscients explique ce constat : selon les stéréotypes sexués, les garçons seraient plus en demande d’activités physiques tout en jugeant leurs prédispositions athlétiques plus développées. On tolèrerait davantage qu’un garçon se salisse : une norme genrée qui conduirait les filles à être moins exposées aux microorganismes & qui pourrait expliquer la recrudescence des maladies auto-immunes chez les femmes à l’âge adulte.

En France, 50% des filles pratiquent une activité physique ou sportive en dehors du cadre scolaire, contre 75% des garçons. Le sport s’est historiquement construit par & pour les hommes, afin de les former à la virilité. Dans « Le mythe de la fragilité - Déceler la force méconnue des femmes », Colette Dowling raconte ainsi comment, à toutes les époques, le contrôle des femmes est passé par l’assujettissement de leur corps. Avant 1928, les femmes n’avaient pas accès à l’arène olympique & devaient organiser leurs compétitions en dehors de la sphère publique. Avec le temps, elles ont gagné l’accès à certains sports mais certaines disciplines leurs sont encore interdites : le Comité international olympique a ainsi refusé aux femmes pour raisons médicales la pratique du saut à ski aux Jeux de 2010. Il aura fallu une plainte de féministes canadiennes pour que les sportives puissent pratiquer cette discipline aux jeux de 2014.

Aujourd’hui encore, la présence des femmes dans le sport, leur engagement & leur visibilité sont très révélateurs. Une affiche de la coupe Rogers titrait « Venez pour les filles, restez pour les légendes »…

- Moins de plein air pour les filles, Sophie Gourion, Nouvelles News, http://bit.ly/HWwkeY

EN FIN DE COMPTE

… En combattant pour elle, la classe ouvrière / Apportera un ordre nouveau sur la terre
Au coude à coude restons unis, prolétaires/ C'est l'union qui nous rend forts…
Solidarité mes frères & mes sœurs / Ensemble nous vaincrons.

- Solidarité mes frères & mes sœurs, paroles françaises 1915 par J. Baumgarten, traduction de Solidarity Forever de Ralph Chaplin, 1915.


 

 

wib-dqf@gnb.ca
Sans frais : 1-877-253-0266
télécopieur : (506) 453-7977
www.gnb.ca/femmes

Women Femmes NB
est publié deux fois par mois par la Direction des questions féminines du gouvernement provincial. Il diffuse des nouvelles sur les questions d’égalité - des événements, des rapports, des initiatives et des renseignements nous provenant des groupes de femmes, des gouvernements, des universités et autres.

**Les textes fournis par des organismes non gouvernementaux seront publiés dans la ou les langues dans lesquels ils nous sont fournis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 
Women Femmes NB
April 25, 2012
 
IN THIS ISSUE:
  • WE DON’T WANT ONE SINGLE STUDENT HERE BECOMING A PARENT
  • NOTICES
  • WRAPPING UP SEXUAL ASSAULT AWARENESS MONTH IN NEW BRUNSWICK
  • DEDICATION CEREMONY FOR MELANIE DAVIS
  • THE MAGIC OF BEING 12
  • NURSES ASSOCIATION OF NB COMMENT ON A PROPOSED PRESCRIPTION DRUG PLAN
  • WHO VOTES?
  • TEEN BIRTHS & INEQUALITY
  • SIGNS THAT PROGRESS TOWARDS GENDER EQUALITY IS IN TROUBLE – U.S.


………………………………………………………………………………

“WE DON’T WANT ONE SINGLE STUDENT HERE BECOMING A PARENT

The two high schools in Campbellton will soon be including in their curriculum ways of preventing or at least reducing the number of cases of, student pregnancies. Sugarloaf Senior High & Polyvalente Roland Pepin have teamed together, with the assistance of outside funding, to bring in “pregnancy dolls” & related equipment used to educate students on the issues & challenges faced by students who become pregnant or father a child. Students, as part of the curriculum in the child studies courses at both schools, will take the dolls home & “mother” them for a period of time. They might also have to care for one of 3 dolls with health issues or wear the pregnancy vest while going about their day. The programmable dolls are set up so that the baby might cry at a certain time of day.

“The idea is to teach the students that pregnancies at the best of times present challenges, notwithstanding being in high school... We don’t want one single student here becoming a parent of a baby. That’s why we brought in this program.”

- Excerpts, So you want to have a baby?, Trevor McNally, Campbellton Tribune, 06 Apr 2012

 

NOTICES

Wage Gap Scholarships applications accepted for 2012-13. Applications are being accepted until May 31 for the Wage Gap scholarships for 2012-13. The scholarships are open to students entering their first year at New Brunswick's colleges to explore careers in sectors where women and men have traditionally been under-represented. Each scholarship has a maximum value of $2,600, with up to $150,000 being awarded per year. For more information: Executive Council Office (Women's Issues Branch): www.gnb.ca/women

Lunch & Learn Programs Fredericton
- Menopause Symptoms, treatment side effects, management strategies. Mon 4 June 2012, 12 to 1. Free. Bring your lunch, hot beverage provided. Pre-registration required: 458-8211; info@familyenrichment.ca

Shining the Light: A community forum on child sexual abuse – Wed. 25 April 2012, 8:30- 4:30, Fredericton Inn. $25. Fredericton Sexual Assault Crisis Centre, fsacc@nbnet.nb.ca

You See It, You Say It - Everyday Sexism Project invites you to help catalogue sexism experienced by women on a daily basis. Serious or minor, offensive or so normalised you don’t feel able to protest. Because it seems increasingly difficult to talk about sexism in a society that perceives itself to have achieved gender equality. Add at http://bit.ly/HHoO4i or email laura@everydaysexism.com

Canadian Women’s Health Network is offering free multiple copies of non-commercial health publications incl: A Women’s Guide to Understanding Evidence about Health & Health Care; Women & Health Care Reform; Pharmaceuticals in Our Water; SSRI Anti Depressants: Their Place in Women’s Lives; Drug Regulatory Failure in Canada: The Case of Diane-35. Order: outreach@cwhn.ca

Help design a prescription drug plan for uninsured persons in N.B. – Send ideas to N.B. government by 30 April 2012. 30% of us don’t have prescription coverage. See submissions to date, http://bit.ly/zOUP24

Have you worked in an innovative project that influenced the health & safety of your community? Share your experience at Atlantic Community Showcase at Atlantic Summer Institute on Healthy & Safe Communities, 22–24 Aug 2012, Charlottetown. By noon, 1 May: http://bit.ly/HLbh0d

Consider submitting your offer to sit on provincially appointed boards & commissions – Current vacancies incl: NBCC & CCNB, Arts Board, Greater Moncton Sewerage Comm. http://bit.ly/HDuWOv

Mission to Maine of N.B. Women in Export Business - 22–25 May 2012. To help you export to U.S. Int’l Trade Days. Includes a social media workshop. sarah.corey@cbdc.ca ; barb.touchie@gnb.ca

CCWESTT (Cdn Coalition of Women in Engineering, Science, Trades & Technology) biannual conference, 3-5 May 2012, Halifax Marriott Harbourfront Hotel. Promotes full participation & advancement of women in science, engineering, trades & technology. http://bit.ly/HNz4Kq

Research on Children’s Rights & Wellbeing - A Showcase/ Sharing Dialogue. N.B. Social Policy Research Network & Child & Youth Advocate. Free. 3 May 2012, STU Forest Hill Ctre. Eric.gionet@rrsp-nb-sprn.ca

21inc, with the support of Knightsbridge Robertson Surrette, is seeking nominations of top young talent aged between 20 and 35 for its advanced leadership experience, 21 Leaders New Brunswick and new this year, 21Leaders Nova Scotia. For more information please visit http://www.21inc.ca or contact us at sara@21inc.ca or at 21leaders@kbrs.ca.



WRAPPING UP SEXUAL ASSAULT AWARENESS MONTH IN NEW BRUNSWICK


The Provincial Strategy on Sexual Assault, an initiative of the Fredericton Sexual Assault Crisis Centre, launched the second annual Sexual Assault Awareness Month in New Brunswick on April 1 st. Since then the entire province has come together to talk about the issue – in the media, on line, and at kitchen tables.

One of this year’s highlights has been a video produced by the Sexual Assault Awareness Sub-Committee of the Miramichi Family Violence Prevention Network and Miramichi Online. The video, created by Sub-Committee, with help from friends, family and community members, highlights important statistics about sexual assault, and encourages those affected to talk about it. These messages, coupled with haunting music and the passion of those on screen combine to create an extremely powerful and impactful film. The film can be found by searching for “sexual assault awareness in Miramichi” on Youtube.com

Many other activities have taken place, including many media interviews throughout the province, and community presentations. This year, organizers organized a Facebook event to encourage people to talk about the issue of sexual assault. Special eye-catching graphics were designed for public download for those who wished to change their profile pictures and help to spread awareness. This strategy has been effective in reaching youth and students – those who use social media on a daily basis.

While this is only the second official Sexual Assault Awareness Month in New Brunswick, awareness and community support continues to grow and expand. Next year will be even better, so Let’s Talk About It!

Sexual Assault Awareness Month happens every April. For more information, please call 506-452-6986 or visit www.lets-talk-about-it.ca.

 

DEDICATION CEREMONY FOR MELANIE DAVIS

On May 10 th, 2010 Melanie Davis was murdered by her estranged husband outside of a local business on Rothesay Ave.  This May will mark the 2 year anniversary of her death.  A dignified tribute for Melanie, welcoming her into the silent witness family of silhouettes is being hosted by the Domestic Violence Community Action Group.  The honorable Margaret-Ann Blaney will be in attendance to share her support in addition to family, friends and members of the community.  The ceremony will also include memories, songs and an unveiling of the silhouette to celebrate the life of Melanie.

In honoring Melanie and the other silent witnesses, we ask for your support in attending the ceremony, food and refreshments to follow.  For further information please contact Laura Gatien at 649-2580 .

Friday May 11 th, 2012 11:00 am – 1:00 pm Market Square Atrium

 

THE MAGIC OF BEING 12

According to laws in N.B., when you turn 12:
- Your parents can leave you alone unsupervised (unless you have disabilities)
- Your consent is needed for you to be adopted
- The court shall consider your opinion when determining whether counsel should be made available in a proceeding with respect to who has custody of you
- Your name cannot be changed without your written consent
- An openness agreement regarding an adoption requires your consent.
- Family Services Act, Change of Name Act.

 

NURSES ASSOCIATION OF NB COMMENT ON A PROPOSED PRESCRIPTION DRUG PLAN

New Brunswick cannot afford not to have a prescription drug plan for those without insurance. For this plan to be sustainable & effective, the NANB believes it must include robust policies that require evidence of drug effectiveness, drug pricing & purchasing, patient health status, & family size & financial need.

A public prescription drug plan should not include copayments. The plan should include an annual deductible based on a variable percentage according to family size & net income. Once the yearly deductible is reached the insurance plan should then pay 100 percent of costs.

The plan should not have a premium. Shifting costs to the patient is a disincentive for low-income individuals to adhere to prescription medications & may lead to increased costs to the system as a result of increased doctor’s visits, emergency visits & hospitalizations.

There should be no restrictions for those with pre-existing medical conditions. Employer based drug plans should continue to play an integral role in N.B. This drug plan should be for those who do not have existing prescription drug coverage.
- Excerpts, Nurses Association of New Brunswick, 2012, http://bit.ly/HWrVJ4

 

WHO VOTES?

Lower voter participation can result in policies that are not representative of key constituencies, like those who tend to vote less. During the May 2011 federal election, 67% of Canadians voted. More women than men voted (67.4% versus 65.6%). Only about half of people aged 18 to 24 or 25 to 34 voted, compared to 70% of 45 to 54 year olds & 82% of 65 to 74 year olds.

The education effect was strong. Among those with a university education, differences across age groups are much smaller. Among people aged 25 to 34, the difference in participation between those with at least a bachelor degree & those with less than high school was 42 percentage points. The voting rate among those with a university degree was 78%, compared with 60% or less for those with high school or less.

The presence of children was negatively associated with 2011 voting in all family types, particularly among lone parents: 36% of lone parents of young children voted, compared to 60% of couples of young children. Home owners had significantly higher voting rates than renters (71% vs 54%). Immigrant citizens & the unemployed were less likely to vote.

In the 90s, the decline in the voter turnout rate was linked with the declining participation of younger voters. Since the 2000s, the rates have been relatively stable in Canada, & the rate of younger age groups even increased modestly. Between 2004 & 2011, the rate among 18 to 24 year olds varied between 37% & 39% (except 2006: 44%).

From Factors associated with voting, StatsCan. http://bit.ly/INNZrG

 

TEEN BIRTHS & INEQUALITY

Poor teen-agers who live in states where there is greater income inequality are more likely to have babies. It’s not just that they are poor but that they see little chance for advancement if they stay in school, play by the rules, & avoid becoming mothers. “We speculate that the combination of being poor & living in a more unequal (and less mobile) society contributes to a low perception of possible economic success, & hence leads to choices that favor short-term satisfaction—in this case, the decision to have a baby when young & unmarried… The despair & hopelessness that poor, young women may face increases the likelihood that they will give birth at an early age outside of marriage… Low socio economic status women are more likely to give birth at a young age & outside of marriage when they live in higher inequality locations. Less frequent use of abortion is an important determinant of this behavior.” Teen birth rates have been falling in the U.S. for two decades, but they are still higher than in any other industrialized country, & perhaps economic inequality offers an insight into why.

- Excerpts from item in New Yorker by Margaret Talbot http://nyr.kr/JplAlI quoting from Early Non-Marital Child-Bearing & the “Culture of Despair”, Melissa Schettini Kearney & Phillip B. Levine, National Bureau of Economic Research.

 

SIGNS THAT PROGRESS TOWARDS GENDER EQUALITY IS IN TROUBLE – U.S.

Between the early 60s & the end of the 80s, sex-segregated want ads were outlawed, equal pay laws were passed, courts prohibited establishing admissions & hiring quotas & assigning promotions on the basis of sex, laws giving husbands authority over wives were repealed, women gained access to educational fields, sports, & jobs formerly closed to them, & prejudices against women dramatically lessened. But what has happened since the end of the 80s?

Beginning in the 90s, there was a significant slowing in progress toward gender equality that has yet to be reversed. Women's participation in the labor force rose rapidly from the 60s through the 80s. It slowed in the 90s & stalled in the 2000s, falling to 76% by 2010. The slight convergence between men & women’s workforce participation since 2000 has not been due to a continued upward trend in women's participation but to a continuing decline in men's, which has fallen from 97% in 1962 to 89% in 2010.

There was a sharp decline in occupational segregation between the 60s & 1990. The pace slowed considerably in the 90s & all but stopped in 2000-10. Among managers, female representation increased by 1% point / year in 70s & 80s, but by a total of 5% points for the period 1990 to 2010. Working class occupations are nearly as segregated today as they were in 1950. A similar pattern can be observed in the desegregation of college majors - rapid progress in the 1970s & then a stalling after the mid-1980s. In some fields, women have even lost ground.

- Excerpts from the Keynote Council on Contemporary Families Gender Revolution Symposium, March 2012. David A. Cotter, Joan M. Hermsen & Reeve Vanneman, http://bit.ly/HMLmEq

 

IN PARTING

What does labour want? We want more school houses & less jails, more books & less guns, more learning & less vice, more leisure & less greed, more justice & less revenge… We want more opportunities to cultivate our better nature.

- Samuel Gompers, 1850–1924, English-born U.S. labour union leader.



 

wib-dqf@gnb.ca
Toll free:
1-877-253-0266
Fax: (506) 453-7977  
www.gnb.ca/women

Women Femmes NB
is sent out twice a month by the provincial government Women's Issues Branch. It provides news related to equality issues, including events, studies, initiatives and information from women's groups, governments, universities, etc.

**Text from non-governmental sources will be published in the language(s) in which it is provided.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

To unsubscribe, click here. / Pour désabonner, cliquez ici.
Subscribe to Women Femmes NB / Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Questions or comments? E-mail us at wib-dqf@gnb.ca or call 1-877-253-0266
. /
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel
wib-dqf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266
Women's Issues Branch | 551 King Street, Suite A | Fredericton, NB E3B 5H1 /
Direction des questions féminines | 551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1