Voir ce bulletin sur notre site web. / View this newsletter in your browser.
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrit-e. / You're receiving this message because you subscribed.
Vous n’êtes plus intéressé-e ? Se désabonner / Not interested anymore? Unsubscribe
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB. / Subscribe to Women Femmes NB

Tous les numéros
2011 Bulletins
2012 Bulletins
(English version follows)
Women Femmes NB
le 5 décembre 2012
 

DANS CE NUMÉRO :

  • LE SEXE ET LES CONSEILS ET COMMISSIONS NOMMÉS PAR LE GOUVERNEMENT DU N.-B.
  • AVIS
  • LA SCIENCE INFORMATIQUE NE S'ADRESSE PAS AUX FILLES? ET SI…
  • MAXIMISER LE POTENTIEL DES FEMMES DANS LA RECHERCHE UNIVERSITAIRE
  • LA FAMILIARISATION DE LA VIOLENCE MASCULINE FAITE AUX FEMMES
  • GROSSESSES CHEZ LES ADOLESCENTES AU N.-B. – PRÉOCCUPATIONS
  • PROSTITUTION EN SUÈDE - POURQUOI NOUS AVONS CRIMINALISÉ L'ACHAT

………………………………………………………………….……………

LE SEXE ET LES CONSEILS ET COMMISSIONS NOMMÉS PAR LE GOUVERNEMENT DU N.-B.

Les femmes occupent 31% des 1 719 postes de membres nommés par le gouvernement provincial au sein des organismes, conseils et commissions en 2012, soit la même proportion depuis une quinzaine d'années. Les femmes sont surtout sous représentées au sein d'organismes dans les domaines du développement économique, des ressources et de l'aménagement. En début de 2012, les femmes étaient :

Comité consultatif de la loi sur le financement de l'activité politique, 1 de 8
Comité consultatif provincial de la mesure et de l'évaluation (écoles francophones), 0 de 7
Corporation de financement des municipalités, 2 de 7
Commission de santé, sécurité & indemnisation des accidents au travail Tribunal d'appel, 3 de 10
Commission de police du N.-B., 1 de 8
Commission du district d'aménagement rural, 0 de 5
Commission des assurances, 2 de 13
Commission des services d'aide juridique, 2 de 7
Conseil du développement industriel 1 de 8
Conseil de la recherche et de la productivité, 2 de 15
District d'aménagement de la Péninsule acadienne, 1 de 7
Investir N.-B., 2 de 11
Loi sur les coroners, 11 de 65
Loi sur l'hygiène et la sécurité au travail, 4 de 29
Corporation de production Énergie N.-B., 2 de 13
Services N.-B., 3 de 14
Société de gestion des placements, 3 de 14
Société des loteries et des jeux, 0 de 4
Société de développement régional, 2 de 11

-  Tiré du Profil Égalité 2012, Direction des questions féminines, Gouvernement du N.-B., http://bit.ly/QVLaqA

 

AVIS

Dave est un voyant. Ou se fait passer pour un voyant en s'informant sur vous sur les sites internet publics. Campagne des banques belges pour sensibiliser au fait que partager des informations sur internet, c'est s'exposer aux abus. http://bit.ly/TIeHSC

Concert de Noël au profit du Centre de prévention & Maison Sérénité pour venir en aide aux femmes et enfants victimes de violence. Dim 9 déc 2012, 14h (portes ouvertes à 13h), Église Saint-Jean Baptiste de Bouctouche. Avec Lee Marlow, Daniel Goguen, Isabelle Bujold, Chorale EDMM, Acajun, Chorale de Bouctouche, etc. 20$ à Chez Joanne Vidéo. 743-5449

Journée nationale de commémoration et d'action pour contrer la violence faite aux femmes - Vigile à la chandelle, 6 déc, 18h30, Centre Familiale Dan Bohan (à côté de l'Hôtel de ville de Riverview). Nous commémorons également la mémoire des femmes de la grande région de Moncton tuées aux mains d'hommes violents, 20 depuis 1989. Avec Sue O'Sullivan, Ombudsman fédérale des victimes d'actes criminels. Conseil de travail de Moncton et région. http://bit.ly/VgKKJH

Trousse sur les agressions sexuelles destinée aux professionnels des médias - Institut national de santé publique du Québec. Les mythes, les facteurs de risque, le processus judiciaire, la récidive, les agressions sexuelles commises par des femmes, les fausses allégations chez les enfants et plus. http://bit.ly/UbJxC1

Journée nationale d'action… de la Saint-Valentin – 9 e année consécutive. Inscrivez votre projet visant à sensibiliser le public à des enjeux qui vous sont importants (vous pourriez être admissible à une subvention allant jusqu'à 850 $. Date limite : 16 déc 2012. http://bit.ly/QCuwxi ; Contribuez à la lettre d'amour collective aux filles du Canada (lire celle de 2012, http://bit.ly/Xj25HH ). Réseau national Filles d'action. karine@girlsactionfoundation.ca ; 1 888 948-1112.

Vigil pour la Journée nationale de commémoration et d'action pour contrer la violence faite aux femmes – Édifice du centenaire, Fredericton. jeudi 6 déc 2012, 8h du matin. Les silhouettes des Témoins silencieuces seront présentes. Présenté par la ministre Marie-Claude Blais.

 

LA SCIENCE INFORMATIQUE NE S'ADRESSE PAS AUX FILLES? ET SI…

Le premier ordinateur numérique entièrement électronique, l'ENIAC, a été programmé par six femmes, et c'est une femme, Grace Hopper, qui a inventé le premier langage de programmation.

Même si on y trouve présentement davantage d'hommes, le domaine de la science informatique gagne en popularité auprès des femmes. S'il est vrai que le rapport entre les hommes et les femmes tend vers une majorité masculine dans l'industrie des technologies de l'information, il ne faut pas croire que les femmes ne sont pas représentées. En 2011, la revue d'affaires Forbes a collaboré à l'organisation d'une célébration dans le cadre du Forum économique mondial à Davos. À cette occasion, des femmes du domaine des technologies étaient à l'honneur en lien avec la liste annuelle des 100 femmes les plus puissantes selon Forbes. Des ingénieures, des cadres supérieures et des entrepreneuses du milieu des technologies de l'information ont fait leur place dans ce palmarès.

La nouvelle chef de la direction de Yahoo, Marissa Meyer, une brillante informaticienne à qui l'on attribue plus d'une centaine de nouveaux produits Google, a décidé d'assumer une tâche colossale : remettre sur pied un géant de l'informatique qui a connu des jours meilleurs et qui a vu se succéder cinq chefs de la direction en autant d'années. Le fait qu'elle ait accepté ce défi au troisième trimestre d'une grossesse …est tout simplement remarquable.

Au cours des dernières années, un certain nombre d'articles sont parus au sujet des fausses idées par rapport aux femmes qui mènent une carrière dans le domaine de l'informatique. Par exemple, bon nombre d'entre nous avons entendu dire que la crise du « point com », qui s'est étendue de 2000 à 2010, est à l'origine du manque d'emplois offerts dans le domaine. C'est toutefois complètement l'inverse : il n'y a jamais eu autant d'ouvertures dans le domaine. Comme l'indique le Bureau of Labor Statistics, l'offre d'emploi continuera de croître à un rythme plus élevé que la moyenne puisque les organisations continueront de se doter de technologies de plus en plus sophistiquées. Les perspectives d'emploi sont donc excellentes.

Mais comment donc le fait de trouver des femmes en informatique peut-il représenter un avantage pour la gent féminine? La plupart des outils technologiques destinés aux femmes ont été élaborés, conçus et programmés par des hommes. Lucy Sanders, du National Center for Women and Information Technology, croit que la solution réside dans la diversité des idées et la façon dont cette diversité peut mener à de meilleurs produits.« Les créations d'un groupe homogène ne sont pas si viables », explique t elle. Après tout, qui de mieux placé qu'une femme pour concevoir un logiciel destiné aux femmes?

Les carrières en informatique sont devenues si diversifiées qu'il est maintenant possible d'y combiner pratiquement n'importe quel intérêt. De nos jours, les gens qui font carrière en informatique sont des athlètes, des professionnels de la santé, des développeurs de jeux, des analystes des systèmes de gestion, des concepteurs de systèmes de sécurité informatique et d'excellents communicateurs. Les professionnels de l'informatique sont des touche-à-tout dans leur travail comme dans leurs loisirs, en plus d'être des membres valorisés de la société.

« Si vous désirez vraiment percer dans le milieu, si vous y croyez vraiment…continuez à aller de l'avant et assurément, le succès viendra. » de dire Cassandra Sandford, cofondatrice et chef de la direction de KellyMitchellGroup.

www.unb.ca/fredericton/cs/careers/top-10-career-myths.html# ; http://bit.ly/Vrt8ww ; http://nyti.ms/11sxOqf

- Where are the Women in Tech?, Eve Tahmincioglu, MSNBC.com careers contributor, 29 Feb 2008; http://onforb.es/YIddyv ; http://onforb.es/TDQboy ; http://bit.ly/TFdwEh ; http://bit.ly/SsGnMX

 

MAXIMISER LE POTENTIEL DES FEMMES DANS LA RECHERCHE UNIVERSITAIRE

Une évaluation exhaustive, commandée par le ministre fédéral de l'Industrie, du statut des femmes dans la recherche universitaire révèle que, bien que la représentation des femmes aux postes de recherche universitaire ait progressé, le passage du temps ne suffira pas à assurer une parité hommes-femmes dans ce milieu.

On note une représentation très variable des femmes selon la discipline et l'échelon considérés. Plus le rang est élevé, plus le pourcentage de femmes est inférieur à celui des hommes. Les principaux facteurs qui influencent les trajectoires de carrière des femmes : les stéréotypes qui définissent les rôles et les attentes attribués aux femmes ; les femmes sont mal informées par rapport aux exigences liées aux carrières et ont peu de modèles et de mentors ; la structure rigide des postes menant à une permanence ; les défis associés à la conciliation du travail rémunéré et de la vie familiale.

Cette évaluation par un comité composé de 15 experts canadiens et étrangers avait été commandée en 2010 considérant l'absence de candidatures féminines au prestigieux programme des Chaires d'excellence en recherche du Canada…

Les efforts du groupe d'experts ont été gênés par le manque de données exhaustives et longitudinales, non seulement de la part des gouvernements, mais également des organismes subventionnaires, des universités canadiennes et du secteur privé. Les États-Unis et certains pays d'Europe ont quelques longueurs d'avance en matière de mesure et de suivi des progrès réalisés par les chercheuses. La présidente Lorna Marsden, « Je crois que nul d'entre nous, au début de l'enquête, n'aurait pu imaginer découvrir un si grand nombre de lacunes, d'incohérences et d'accès restreints. »

En 2003, un groupe de sept femmes avait déposé une plainte auprès de la Commission canadienne des droits de la personne, se disant victimes de discrimination lors des nominations des titulaires des Chaires de recherche du Canada. Une analyse du programme par une des plaignantes, Wendy Robbins, (professeure à UNB) avait révélé que seuls 17% des chaires avaient été attribuées à des femmes. Trois ans plus tard, on réglait le litige au moyen d'une entente négociée qui prévoyait de nouveaux objectifs en matière de recrutement et de nomination de groupes sous-représentés.

-  Renforcer la capacité de recherche du Canada : La dimension de genre, Conseil des académies canadiennes, nov 2012, http://bit.ly/QCuDsT .
Tiré aussi de En matière d'inégalités entre les sexes dans le domaine de la recherche, Léo Charbonneau, http://bit.ly/YrvDV4

 

LA FAMILIARISATION DE LA VIOLENCE MASCULINE FAITE AUX FEMMES

Beaucoup de gens du N.-B. meurent des suites de violence aux mains de leur partenaire. Environ le tiers des homicides sont reliés à la violence des hommes contre leur partenaire féminine, mais ce ne sont pas seulement les femmes qui meurent. Leurs enfants et membres de leurs familles sont souvent les victimes de ce fléau, tout comme les policiers, et l'homme va souvent se suicider aussi.

Quand le gouvernement a finalement accepté de nommer un comité d'examen des décès par violence familiale, en 2009, bien des gens étaient soulagés d'enfin voir que quelque chose serait fait pour prévenir certains de ces décès à l'avenir... Trois ans après la nomination du comité, un rapport de «première étape» a été publié le mois dernier. Ce rapport examinait les dossiers de tous les «homicides familiaux» de 1999 à 2008.

Trois ans à attendre un rapport qui conclut qu'il n'est pas possible d'avoir une vision élargie du problème des homicides familiaux dans la province parce que l'information sur ces dossiers n'est pas recueillie de façon systématique. On peut présumer que tous les professionnels siégeant à ce comité savaient que les données des dossiers n'étaient pas compilées systématiquement. S'il y avait un système, tout le monde le saurait, pas vrai?...

Ce qui est incroyable, le rapport ne fait aucune mention du sexe. S'il y a un sujet où une analyse reposant sur les sexes est justifiée, c'est bien celui-ci. Pour les cas où l'information est disponible, le rapport mentionne divers détails, comme l'âge et l'état d'emploi de la victime et de l'auteur du crime, si la victime avait des enfants et la façon dont l'homicide a été commis, mais aucune information sur le sexe. On nous dit que la majorité des victimes d'homicides familiaux étaient des femmes, mais pourquoi ne pas fournir des données exactes? Je suis certaine que le sexe de la victime et de l'auteur du crime était indiqué dans tous les dossiers. Pourquoi le cacher?

La vaste majorité de ces cas implique de la violence par les hommes contre les femmes, et la dynamique de l'homme et de la femme et les relations sont des renseignements pertinents. Si nous ne pouvons indiquer ces renseignements en les appelant des «homicides familiaux», est-ce que nous étudions le problème ou que nous le «familiarisons»?

- Tiré de la chronique par Jody Dallaire, 24 oct 2012, http://bit.ly/VrvNpS

 

GROSSESSES CHEZ LES ADOLESCENTES AU N.-B. - PRÉOCCUPATIONS

Le nombre d'adolescentes qui ont donné naissance à un enfant l'an dernier au N.-B. est supérieur à la moyenne nationale dans une proportion de 30 %. La directrice générale du Regroupement féministe du N.-B., Sarah LeBlanc, croit que le peu d'éducation sexuelle à l'école et les obstacles menant à un avortement dans la province expliquent en partie le phénomène. « Chaque femme qui veut avoir un avortement financé publiquement doit avoir l'accord de deux médecins. Ça doit être fait pour des raisons médicales. Donc, c'est une embuche à l'accès à l'avortement…».

-  Tiré d'un article par Radio-Canada, 29 nov 2012.

 

PROSTITUTION EN SUÈDE - POURQUOI NOUS AVONS CRIMINALISÉ L'ACHAT

Tiré d'un article par Beatrice Ask, ministre suédoise de la Justice, nov 2011, http://bit.ly/UkMJOe

En 1999, la Suède est devenue le premier pays au monde à criminaliser l'achat – mais non la vente – de services sexuels. Au fil des années, l'intérêt d'autres pays pour notre législation s'est accru, principalement parce que l'on constate clairement un lien entre la prostitution et la traite des êtres humains. La Norvège et l'Islande, par exemple, ont maintenant leur propre forme de criminalisation de l'achat de services sexuels. Plusieurs pays envisagent de suivre l'exemple suédois.

Le principal facteur qui entretient la prostitution et la traite des personnes est la demande pour ces services - l'achat du sexe par des gens. la prostitution en Suède n'a pas augmenté depuis l'instauration de l'interdiction de la prostitution et la prostitution de rue a été réduite de moitié. Bien que le nombre de femmes étrangères impliquées dans la prostitution en Suède semble avoir augmenté au cours des années, cette augmentation n'est pas aussi grande que celle constatée chez nos pays voisins. la prostitution où le premier contact se fait par Internet est plus répandue chez les pays voisins et que l'interdiction suédoise n'a pas amené la prostitution de rue à se déplacer vers Internet. Aucun élément probant ne suggère non plus que les femmes prostituées autrefois exploitées dans la rue sont maintenant engagées dans la prostitution à l'intérieur (en bordel, par exemple). L'interdiction de l'achat de services sexuels a eu un effet normatif et qu'il existe désormais en Suède un ferme soutien pour cette interdiction.

La police affirme, comme les travailleurs sociaux, que les groupes criminalisés qui vendent des femmes à des fins sexuelles considèrent maintenant la Suède comme un marché médiocre. Ils choisissent de ne pas s'établir en Suède à cause de notre législation.

Après 12 ans, on peut établir que l'interdiction en Suède a été d'une grande valeur dans la lutte contre la prostitution et la traite des êtres humains. Chaque pays doit trouver la législation la mieux adaptée à son appareil juridique - mais j'espère que davantage de pays feront des efforts pour diminuer la demande de services sexuels. Si oui, alors je pense que nous pouvons éviter que des jeunes filles et des garçons soient exploité-es par des trafiquants d'êtres humains.

 

EN FIN DE COMPTE

La violence peut changer le monde mais il est infiniment probable qu'elle le change en un monde encore plus violent.

- Arendt Hannah, 1906-75, philosophe allemande naturalisée américaine


 

 

wib-dqf@gnb.ca
Sans frais : 1-877-253-0266
télécopieur : (506) 453-7977
www.gnb.ca/femmes

Women Femmes NB
est publié deux fois par mois par la Direction des questions féminines du gouvernement provincial. Il diffuse des nouvelles sur les questions d’égalité - des événements, des rapports, des initiatives et des renseignements nous provenant des groupes de femmes, des gouvernements, des universités et autres.

**Les textes fournis par des organismes non gouvernementaux seront publiés dans la ou les langues dans lesquels ils nous sont fournis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

Women Femmes NB
December 5, 2012

 

 

IN THIS ISSUE:

  • SEX & PROVINCIAL-GOVERNMENT-APPOINTED AGENCIES, BOARDS & COMMISSIONS
  • NOTICES
  • COMPUTER SCIENCE IS NOT FOR GIRLS
  • 'NO ONE IN POWER AIN'T GIVING UP NOTHING'
  • DOMESTICATING MALE VIOLENCE AGAINST WOMEN
  • ENDING DEMAND FOR PROSTITUTION WORKS
    ………………………………………………………………………………

SEX & PROVINCIAL-GOVERNMENT-APPOINTED AGENCIES, BOARDS & COMMISSIONS

Men occupy 69% of the 1,700 seats on New Brunswick-government appointed agencies, boards & commissions, the same percentage for over 15 years. Women are particularly under-represented on boards dealing with economic development, planning commissions & resources. In early 2012:

Advisory Committee of the Political Process Financing Act, 1 of 8
Assessment & Planning Appeal Board, 7 of 27
Coroners Act, 11 of 65
Industrial Development Board, 1 of 8
Insurance Board, 2 of 13
Invest NB, 2 of 11
Investment Management Corp., 3 of 14
Labour & Employment Board, 10 of 32
Legal Aid Services Commission, 2 of 7
Lotteries & Gaming Corp., 0 of 4
Occupational Health & Safety Act, 4 of 29
Police Commission, 1 of 8
Power Generation Corporation, 2 of 13
Regional Development Corporation, 2 of 11
Research & Productivity Council, 2 of 15
Service N.B., 3 of 14
Workplace Health, Safety & Compensation Commission Appeals Tribunal, 3 of 10

-  2012 Equality Profile, Women's Issues Branch, Government of N.B., http://bit.ly/PrUiou

 

NOTICES

The food insecurity-obesity paradox for women – Free webinar. Fri 7 Dec 2012, 1-2 pm (NB time). Researcher Andrea S. Papan on the paradox of women simultaneously experiencing food insecurity & weight gain as outlined in the Atlantic Canadian study, The Food Insecurity-Obesity Paradox as a Vicious Cycle for Women. Register: http://bit.ly/UbIvpF Canadian Women's Health Network & Atlantic Centre of Excellence for Women's Health.

Trades & Tech Gala For Aboriginal Girls - Willie O'Ree Centre, Fredericton, Thurs 13 Dec 2012, 11:30 - 2:30. Free. Formerly known as Skills Work for Women Networking Dinners, introduced in N.B. in 2009 to showcase careers in which women are traditionally under represented to girls in high school. Designed to introduce girls in grades 9 12 to the skill trades & technology sectors by connecting them with mentors from their community working or studying in a related field. A relaxed, positive environment in which young women may explore options for their future. Mentors & speakers discuss the rewards & challenges of their careers so participants leave empowered & informed about non-traditional careers. http://bit.ly/qPi3VN

National Day of Remembrance & Action to End Violence Against Women Candlelight Vigil - Moncton & District Labour Council. We will also commemorate our own victims from the greater Moncton Region who faced violent deaths -20 since 1989. 6 Dec 2012, 6:30pm, Father Dan Bohan Family Centre (next to Riverview Town Hall). Speaker: Sue O'Sullivan, Federal Ombudsman for Victims of Crime. http://bit.ly/TFd9JO

National Day Of Remembrance & Action On Violence Against Women - UNB's SUB, Fredericton, 6 Dec 2012, 4-5 pm. Everyone welcome.

Valentine's Day is… National Day of Action - 9th year that Girls Action Foundation flips the script on sending chocolate, & instead shines light on girls /young women who are making an impact in their communities. Register an action action-oriented project that raises awareness about issues important to your community. Apply for funding up to $850 by 16 Dec 2012. http://bit.ly/SsFTX5 Or participate in the National Day of Action Love Letter day (check out the one from last year: http://bit.ly/QCtAcf
karine@girlsactionfoundation.ca ; 1.888.948.1112.

Human Trafficking in Calgary: Informing a Localized Response - First of its kind study examining human trafficking responses. 2012, ACT Alberta & Mount Royal Univ. http://bit.ly/VgW5Jg

Vigil for National Day of Remembrance and Action on Violence Against Women - Centennial Bldg, Fredericton. Thurs 6 Dec 2012, 8am. Silent Witness silhouettes. Hosted by Minister Marie-Claude Blais.

 

COMPUTER SCIENCE IS NOT FOR GIRLS

The first all-electronic, digital computer, the ENIAC, was programmed by six women. Grace Hopper, a woman, invented the first programming language.

Although currently the number of males in computer science exceeds that of females, many girls are taking Computer Science. Just because the male-female ratio shows that just a small percentage is female, it doesn't mean women aren't there. In 2011, Forbes co-hosted a party at the Economic Forum in Davos, where women in technology were the highlight for the annual FORBES list of the 100 most powerful women. Women engineers, executives and entrepreneurs in technology made the cut.

Yahoo's new CEO Marissa Mayer – a brilliant computer scientist, who's credited with more than 100 new Google products, has in fact taken an incredibly challenging position—to turn around a struggling tech giant that's seen five CEOS in as many years—and the fact that she's chosen to do so in her third trimester of pregnancy is... simply amazing!

In recent years there have been articles addressing some of the misconceptions regarding girls in computing careers and computing in general. For example, many of us have been told that the dot com bust, which happened over 10 years ago (2000-2001) is responsible for the lack of jobs available in this field. However, the opposite is true; there are more jobs available than ever before. As the Bureau of Labor Statistics puts it, "Employment is expected to increase much faster than the average as organizations continue to adopt increasingly sophisticated technologies. Job prospects are favorable.”

But how does it favour us as women to have women in computer science? Most of the technology made for women has been conceptualized, designed and coded by men. Sanders, of the Center for Women and Information Technology, believes it's all about diversity of thought and how diversity leads to a better product. "Anything created by a homogeneous group isn't as robust," she explains. Who better to conceptualize and design software for women than women?

Careers in computing have becoming so diverse that most interests can now be combined with computer science. Computing professionals today are athletes, medical professionals, game developers, business analysts, information security designers, and excellent communicators. Computing professionals work and play in all walks of life, and are valued members of society.

“If this is something that you really want to do, if you believe in it… simply keep forging forward because success will come.” – Cassandra Sandford Co-founder and CEO, KellyMitchellGroup.

www.unb.ca/fredericton/cs/careers/top-10-career-myths.html# ; http://bit.ly/Vrt8ww ; http://nyti.ms/11sxOqf

- Where are the Women in Tech?, Eve Tahmincioglu, MSNBC.com careers contributor, 29 Feb 2008; http://onforb.es/YIddyv ; http://onforb.es/TDQboy ; http://bit.ly/TFdwEh ; http://bit.ly/SsGnMX

 

'NO ONE IN POWER AIN'T GIVING UP NOTHING'

Although women represent a third of all full-time faculty in Canada, they make up a little less than 22 per cent of full professors. When asked why progress at the top is so slow, Wendy Robbins (UNB professor & part of the 15-member expert panel that recently released a report on the issue) quotes a line from an old song, 'no one in power ain't giving up nothing.' 'The old boys are still firmly in charge,' she said. 'It's a shame to say that, but it is absolutely true. We still see this group of mostly white, mostly older, almost all males at the top. It is very discouraging.' UNB's full-time faculty is made up of 369 males & 266 women. A breakdown of full professors was not immediately available…

The time demands for women on tenure track are a problem as the 10 year clock to get a permanent position often conflicts with a woman's biological clock. Another issue for women in universities is the wage gap. Robbins said women generally make 5 to 7% less than their male counterparts, even at the full professor level. But she said the No. 1 complaint from highly educated & accomplished university women - they are not taken seriously. Robbins said there needs to be a major national discussion about the innate biases against women that seem to be found everywhere. 'People need to be more educated about this. The people leading the country right now - & I mean in Parliament, in universities, wherever - very few of them have ever taken a women's study course, & very few have ever thought about these issues in a serious way.'…

-  Excerpts, The old boys are still firmly in charge', Chris Morris, TJ, 26 Nov 2012.

More than two decades after women started to outnumber men in the student population, they remain under-represented among the ranks of professors, & their absence has research-documented consequences for all of us… The real stumbling blocks are familiar: the impacts of taking time out for kids, working a “second shift” on the domestic front, & negotiating an inflexible academic promotion system.

Gloria Steinem once hypothesized that if men could menstruate, we would treat the biological experience with considerably more reverence. I think the same principle might apply to the natural next stage: If men could become pregnant, Canada's innovation gap would disappear, & we'd have access to vast reservoirs of untapped creativity & brilliance. Once equipped to reproduce & able to experience the hormonally-enhanced imperatives that follow, men would become even more motivated to implement measures that would facilitate work-life balance, support different paths to tenure, & promote an enriched stream of solutions to myriad social problems… But my proposed solution is tripped up by a classic Catch-22: until we actually have more women toiling away in research labs to discover how to allow men to bear children, we'll have to figure out other ways to capitalize on the talents of women currently sidelined by unconscious biases & unfriendly policies…

- Excerpts, Academe's glass ceiling, Shari Graydon, Globe & Mail, 22 Nov 2012.
Strengthening Canada's Research Capacity: The Gender Dimension, Council of Canadian Academies, Nov 2012, http://bit.ly/VgKoCN

 

DOMESTICATING MALE VIOLENCE AGAINST WOMEN

A lot of New Brunswickers die as a result of intimate partner violence. About a third of our homicides are related to male violence against their female partner, though not just women die. Their children & relatives are often also victims of this scourge, as have been police officers, not to mention that the perpetrator also often kills himself.

So when the provincial government finally agreed to appoint a domestic violence death review committee in 2009, many were relieved that we would finally see something done to prevent some deaths in the future... Three years after the appointment of N.B.'s committee, a “first step” report was released last month. It looked into the files of all “domestic homicides” between 1999 & 2008.

Three years for a report which concludes that it is not possible to have a broad view of domestic homicide in the province because the information on cases is not systematically gathered. One would think that every professional on that committee knew that the data in the case files was not collected systematically. Because if there were a system, everyone would know, right? …

Incredibly, the report does not give information according to sex. If there is one topic where gender-based analysis is warranted, this is it. For cases where information is available, the report gives various details, the age & employment status of “victim” & “perpetrator”, whether the victim had children & the method of killing, but sex is not added. We are told that the majority of victims of domestic homicides are females, but why no actual data? I am sure the sex of the victim & the perpetrator was indicated in all case files. Why would we hide that?

The great majority of these cases are male violence against women & the dynamics of male & female status & relationships is relevant. If we can't say that, if we are trying to gloss over that & call it “domestic homicides”, then are we really “studying the issue”, or “domesticating” it?...

- Excerpts, column by Jody Dallaire, 24 Oct 2012, http://bit.ly/SsGurS .

 

ENDING DEMAND FOR PROSTITUTION WORKS

Sweden criminalizes the purchaser of sex, while decriminalizing the prostituted person. It has dramatically reduced prostitution & human trafficking since 1999. Some critics keep citing inaccurate data, saying such a law would not work in the U.S. In the NY Times of 23 Sept 2012, a freelance journalist cites rumors of an alleged increase in “underground” prostitution in Sweden & that prostitution became more dangerous with the new law. Both claims originate primarily from an online piece where the Swedish author does not mention in English that her sample of less than 20 women was composed of persons who said they mainly had a positive view about prostitution. Claims emanating from this biased study have been promulgated among academics, activists, & others who do not read Swedish, & who do not know how the results were obtained.

Swedish government agencies who interviewed key informants & prostituted persons found no evidence of a more dangerous situation after the law was passed; some prostituted persons say they've been “empowered” by the law, as it gives them leverage when dealing with tricks & others. Moreover, “underground prostitution” is rather an oxymoron. When hidden from the streets, the extent of prostitution can be approximated via the number of online or paper ads or observations from bars, casinos, & by outreach workers & law enforcement. In 2008, Nordic researchers published a comparison of the number of prostituted people. Sweden's prostitution was roughly ten times lower per capita than Denmark's & Norway's (Norway copied Swedish law in 2009). While the number of prostituted people increased in other countries since the 90s, the opposite happened in Sweden. International traffickers have been wiretapped while complaining how difficult a “market” Sweden has become...

International trafficking law urges states to reduce the demand for prostitution, & to protect & assist victims. This is contrary to what making prostitution legal does.

- Max Waltman, PhD candidate at Stockholm Univ. http://bit.ly/QCu3LF ; http://nyti.ms/SBWw40 ; http://bit.ly/UbJ9nl

 

IN PARTING

Power & control issues, not holidays & money, are at the heart of the number of incidents of relationship violence.

- Port Alberni RCMP Inspector Mac Richards, Alberni Valley News, 27 Nov 2012, http://bit.ly/Yruw7O

 

wib-dqf@gnb.ca
Toll free:
1-877-253-0266
Fax: (506) 453-7977  
www.gnb.ca/women

Women Femmes NB
is sent out twice a month by the provincial government Women's Issues Branch. It provides news related to equality issues, including events, studies, initiatives and information from women's groups, governments, universities, etc.

**Text from non-governmental sources will be published in the language(s) in which it is provided.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

To unsubscribe, click here. / Pour désabonner, cliquez ici.
Subscribe to Women Femmes NB / Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Questions or comments? E-mail us at wib-dqf@gnb.ca or call 1-877-253-0266
. /
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel
wib-dqf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266
Women's Issues Branch | 551 King Street, Suite A | Fredericton, NB E3B 5H1 /
Direction des questions féminines | 551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1