Voir ce bulletin sur notre site web. / View this newsletter in your browser.
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrit-e. / You're receiving this message because you subscribed.
Vous n’êtes plus intéressé-e ? Se désabonner / Not interested anymore? Unsubscribe
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB. / Subscribe to Women Femmes NB

Tous les numéros
2011 Bulletins
2012 Bulletins
(English version follows)
Women Femmes NB
le 23 janvier 2013
 

DANS CE NUMÉRO :

  • POURQUOI S'EN PRENDRE AUX FAMILLES MONOPARENTALES ?
  • AVIS
  • QUE FAITES-VOUS CE 8 MARS ?
  • CONFÉRENCE DE 2012 DES PARTENARIATS PROVINCIAUX EN ACTION À MONCTON
  • COMBIEN D'ESCLAVES EXPLOITEZ-VOUS ?
  • PAUVRE UN JOUR, PAUVRE TOUJOURS?
  • PARVENIR A L'EGALITE DE GENRE - UN MANUEL SYNDICAL

………………………………………………………………….……………

POURQUOI S'EN PRENDRE AUX FAMILLES MONOPARENTALES ?

Dans le rapport État de l'enfance 2012, par le Bureau du défenseur des enfants & de la jeunesse du N.-B., la province est «mise en garde» quant à son pourcentage relativement élevé d'enfants qui vivent dans une famille monoparentale. La province est au 5e rang des 10 provinces canadiennes.

Excusez-moi, mais quel est le problème concernant les familles monoparentales? Certains enfants sont certainement mieux maintenant, élevés par un seul parent, qu'au temps où ils vivaient dans une famille dite «nucléaire» mais en conflit. De nombreux adultes heureux sont issus de familles monoparentales, que le parent absent l'ait été en raison de son décès ou d'une séparation du couple ou qu'il n'ait jamais été présent dans la vie de l'enfant; il se peut qu'au contraire il ait été davantage présent que certains parents bourreaux de travail ou désengagés, comme ce peut être le cas dans les familles composés de deux parents. Que devrait faire exactement le N.-B. pour régler le «problème» de l'existence des familles monoparentales? On a déjà connu une proportion élevée de familles monoparentales par le passé – pensons à toutes ces veuves qui ont dû élever leurs enfants seules après chaque grande guerre. Est-ce qu'on pensait à l'époque que ces enfants étaient «à risque» de quoi que ce soit?

On fait possiblement allusion ici aux familles monoparentales vivant en situation de pauvreté, quoique le rapport nous présente un autre indicateur de la proportion des enfants vivant dans cette situation, selon lequel la majorité des enfants élevés dans une famille monoparentale ne vivraient pas en situation de pauvreté (toutefois ce n'est qu'une légère majorité).

On fait probablement allusion, aussi, au droit qu'ont tous les enfants de connaître leurs deux parents respectifs. J'en conviens. Mais se limiter à ne considérer que la vie en famille monoparentale ou non, ne constitue qu'une évaluation approximative.

- Tiré d'une chronique par Jody Dallaire, 20 déc 2012, Acadie nouvelle, http://bit.ly/Xwg5Z8

 

AVIS

Séparation & divorce : considérations juridiques - Atelier en droit de la famille. Edmundston CCNB (D280), 28 mars 18h30-20h30, Isabelle Dionne. 20$. Pré-inscription obligatoire : 1888-236-2444 ; http://bit.ly/11Oa3us . Service public d'éducation & d'information juridiques du N.-B. For workshops in English, see EVENTS.

Guide de participation active : Femmes au conseil d'administration – Ce programme de l'ACAFS offre aux organisations, & aux femmes intéressées à faire partie d'un conseil d'administration, les ressources nécessaires pour assurer une représentation & un leadership dynamique de la part des femmes au sein de conseils. http://bit.ly/UPlMng

Femmes & conseil d'administration - Atelier interactif de 2 jours pour femmes intéressées à siéger à des CA. Mode de fonctionnement, résolution de conflits, choix du conseil qui vous convient. 27-28 fév 2013, 9 à 17h, CBDC Restigouche, 41 rue Water. 50 $. S'inscrire : lisette.doucet@cbdc.ca ; audrey.poitras@cbdc.ca

Violence faite aux femmes, Beaubassin-Est - Ayez votre mot à dire sur un projet majeur de prévention, du Centre de ressources & de crises familiales Beauséjour, financé par Condition féminine Canada. Séance publique avec les résidant-e-s de Grand-Barachois à Shemogue, 31 janv 2013, 19h, édifice municipal de Beaubassin-Est. Une rencontre semblable aura lieu à Cap-Pelé en février.

Consultations publiques avec les femmes francophones du N.-B . – Les CBDC vous invitent à les aider à trouver des solutions aux barrières à la prospérité & sécurité économique des femmes. SAINT-QUENTIN, 28 janv, 10 à 12 h, Bibliothèque. DALHOUSIE, 28 janv, 18 à 20 h, Hôtel de ville. BELLEDUNE, 29 jan, 13 à 15h, Centre récréatif, rue Main. BERESFORD, 29 janv, 18 à 20h, Danny's Inn, Salle A. CARAQUET, 6 fév, 13 à 15h, Hôtel de ville. SHIPPAGAN, 6 fév, 18 à 20h, U de Moncton, Local 142. TRACADIE-SHEILA, 7 fév, 9 à 11 h, Tazza Café. EDMUNDSTON, 11 fév, 13 à 15h, Bibliothèque, rue Irène. GRAND-SAULT, 11 fév, 18 à 20h, Auberge Près du Lac, Salon rouge. CAMPBELLTON, 12 fév, 13 à 15h, Bibliothèque, rue Aberdeen. Confirmez votre présence : nicole.soucy@cbdc.ca ; 1888-351-3344.

The Hole Story – version anglaise du film de Richard Desjardins & Robert Monderie (Trou Story, 2011, 79 min), 22 fév 2012, 19h, 180 rue St. John, Cinema Politica Fredericton, http://bit.ly/Wk7lGq

Obtenir son propre divorce – Atelier en droit de la famille en français  dans 3 communautés : EDMUNDSTON (CCNB D280), 31 janv 18h30-20h30, Cindy Sirois. GRAND SAULT Centre de Ressources Familiales, 475 rue Terrace, Unité E, 27 fév, 18h30-20h30, Brigitte Ouellette. MONCTON (endroit & heure à déterminer), 20 mars, Julie Emond-McCarthy. 20$. Pré-inscription obligatoire : 1888-236-2444 ; http://bit.ly/11Oa3us . Service public d'éducation & d'information juridiques du N.-B. For workshops in English, see EVENTS.

Coup d'œil sur la situation des femmes au Canada : Sommaire statistique – nouvelle publication de Condition féminine Canada source sommaire d'information statistique. http://bit.ly/VhHvI0

Modifier une ordonnance de pension alimentaire pour enfants - Atelier en français à Edmundston (CCNB, salle D280) à 2 reprises : 28 fév , 18h30-20h30, avec Georges Cyr. 25 avril , 18h30-20h30, avec Claude Voyer. 20$. Pré-inscription obligatoire : 1888-236-2444 ; http://bit.ly/11Oa3us . Service public d'éducation & d'information juridiques du N.-B.

 

QUE FAITES-VOUS CE 8 MARS ?

Les femmes célèbrent la journée internationale des femmes depuis plus de 100 ans. Il s'agit d'une occasion de réfléchir sur toutes les réalisations & les aspirations des femmes.

Que ferez-vous pour marquer ce 8 mars ?

Dites-nous quels événements vour préparez au N.-B. & nous informerons le public via ce bulletin & notre site internet : WIB-DQF@gnb.ca ; 1-877-253-0266 ; 453-8126 ; www.gnb.ca/femmes

 

CONFÉRENCE DE 2012 DES PARTENARIATS PROVINCIAUX EN ACTION À MONCTON

Le comité des Partenariats provinciaux en action (PPA) est un comité provincial composé de représentants du gouvernement & de 14 représentants de réseaux régionaux de lutte contre la violence familiale, de maisons de transition, du Programme d'hébergement prolongé & des services d'approche en violence familiale. Le concept comité des Partenariats provinciaux en action est fondé sur la reconnaissance qu'il faut une collaboration & un échange d'information entre les partenaires provinciaux pour répondre aux besoins des femmes victimes de violence dans leurs relations personnelles. Chaque partenaire fait partie d'une stratégie provinciale générale. Une fois par année, les partenaires se réunissent pour prendre part à des activités de formation & de perfectionnement des compétences, discuter & échanger des idées concernant des modèles de prestation de services & les pratiques optimales, ainsi que traiter de questions communes en matière de prestation de services.

Le comité vise premièrement à permettre aux participants de tisser des liens avec des partenaires d'autres régions & de tirer des leçons de leurs expériences et, deuxièmement, à mettre au point dans leur région une approche axée sur la femme pour la prestation des services essentiels destinés aux femmes & aux enfants. Pendant les dernières six années, la Direction des questions féminines a collaboré avec ses partenaires communautaires pour organiser les conférences du comité des Partenariats provinciaux en action.

La conférence de 2012 du comité a été présentée en collaboration par le personnel de la Direction des questions féminines, un représentant de la GRC & les membres du comité représentant les réseaux de Moncton, de Shédiac & du comté de Kent. Elle s'est tenue du 1er au 3 octobre à Moncton & avait comme thème Tisser des liens afin de renforcer les capacités : Contribuer à changer la vie des femmes victimes de mauvais traitements. L'honorable Marie Claude Blais, ministre responsable des questions féminines, a ouvert la séance. Le programme de la conférence était rempli de séances très informatives, tant pour les travailleurs de première ligne en violence familiale que pour les invités & les conférenciers. Des employés de maisons d'hébergement prolongé & de transition, des travailleuses d'approche, des représentants de réseaux, des Premières Nations & de la GRC ainsi que divers professionnels ont participé à la conférence.

Communications NB a ouvert la conférence en offrant un atelier de formation médiatique, soit une séance utile sur la préparation aux entrevues médiatiques.

Une gamme de conférenciers de services de police, de la GRC, du gouvernement, du milieu universitaire, d'organismes communautaires & du secteur privé ont transmis leurs connaissances spécialisées & ont partagé, du point de vue de la femme, des expériences pertinentes en matière de victimisation des femmes. Une grande partie de la conférence a porté sur l'importance de l'évaluation & de la gestion des risques dans les instances de violence familiale. Les conférencières principales, Mary Anne Campbell, professeure agrégée au campus de Saint John l'Université du Nouveau Brunswick, & Angela Moser, chercheuse & membre du service de police de Saint John, ont discuté de l'importance d'utiliser des outils approuvés d'évaluation des risques.

Une discussion en groupe interactive, intitulée The Scoop with K2 , a permis à des invités de différents milieux & de différentes régions de discuter de leur travail & des services offerts aux femmes dans leur région. Des représentants des comtés de Kent & de Beauséjour ont donné des présentations pour expliquer comment leurs réseaux ont collaboré avec la GRC de leur district afin de déterminer le niveau de risque d'une femme dans une situation de violence. La Coalition contre l'abus dans les relations a présenté la Trousse de dépistage de la violence pouvant être utilisée par les professionnels de la santé lorsqu'ils soupçonnent un cas de violence. La conférence s'est terminée par une séance de yoga du rire, qui est pratiqué comme son nom le suggère, pour nous rappeler que le maintien de notre mieux-être personnel est essentiel à notre santé & à notre production au travail.

Tout au long de l'événement, il a constamment été souligné à quel point il est important de collaborer & de mettre l'information en commun pour améliorer la qualité de vie des femmes & des enfants dans nos collectivités.

 

COMBIEN D'ESCLAVES EXPLOITEZ-VOUS ?

J'exploite une cinquantaine d'esclaves & je ne le savais même pas. Mes esclaves, y compris de nombreux enfants, travaillent surtout en Asie & en Afrique à produire de magnifiques & indispensables petits appareils électroniques, mais aussi des vêtements & des chaussures maintenant beaucoup moins chers qu'il y a 20 ou 30 ans, toutes proportions gardées. On n'arrête pas le progrès. Ni la régression universelle.

Tout compte fait, chacun de nous, ou presque, des pays riches, cache un esclavagiste moderne qui s'ignore. Cette thèse-choc, …le site Slaveryfootprint.org la développe en ligne... Le test en 11 points nécessite quelques minutes. Le répondant doit fournir quelques informations de base, notamment pour la nourriture, les vêtements & le linge de maison, les bijoux & les appareils électroniques, toutes sources d'exploitation dans les mines & les usines du tiers-monde.

"Il y a plus de gens qui vivent dans l'esclavage d'aujourd'hui, soit environ 27 millions de personnes, qu'à aucun autre moment de l'histoire humaine", explique Elisabeth Copper. "Vous ne pouvez pas sortir de votre maison le matin sans l'aide d'un produit qui a probablement été fabriqué par du travail forcé… Un esclave, c'est une personne forcée de travailler sans rémunération, exploitée économiquement & incapable de s'extraire de cette situation. Ce travail forcé, également connu comme une servitude involontaire, peut se produire quand des employeurs exploitent des personnes rendues plus vulnérables par la pauvreté, la criminalité, la discrimination, la corruption, les conflits politiques, ou l'acceptation culturelle de cette pratique."

-  Un site Internet, Stéphane Baillargeon, Le Devoir, 14 janv 2013. http://bit.ly/Xwg1sn

 

PAUVRE UN JOUR, PAUVRE TOUJOURS?

D'une année à l'autre, deux tiers des Canadiens à faible revenu demeurent dans la même situation, & 3% des autres Canadiens deviennent à faible revenu. Le fait d'être étudiant & le fait d'être immigrant récent sont probablement les principaux facteurs qui sous - tendent une situation de faible revenu transitoire, tandis que la composition de la famille (personnes seules & parents seuls), les limitations d'activités & un niveau de scolarité moins élevé sont probablement les principaux facteurs entraînant une situation de faible revenu persistante.

Le sexe ne semble pas jouer un rôle significatif à titre de déterminant du faible revenu mais comparativement aux hommes, il y a plus de femmes qui se retrouvent en situation de faible revenu transitoire & moins de femmes qui sont en situation de faible revenu persistante. Le pourcentage de personnes en situation de faible revenu persistante est plus élevé parmi les mères seules, les immigrants récents, les membres de minorités visibles, les personnes avec peu de scolarité & celles qui ont des limitations d'activités.

Lorsqu'un particulier qui vivait seul en vient à former un couple, le fait de former un couple semble avoir une incidence plus grande chez les femmes célibataires que chez les hommes célibataires en ce qui touche le fait de cesser, ou d'éviter, d'être en situation de faible revenu. De même, les mères seules, mais non les pères seuls, étaient moins susceptibles d'être à faible revenu si elles en venaient à former un couple.

- Dynamique & déterminants du faible revenu selon différents seuils : nouvelles observations relatives au Canada en 2000 & après, Statistique Canada, nov 2012, http://bit.ly/10nmt7m

 

PARVENIR A L'EGALITE DE GENRE - UN MANUEL SYNDICAL

Si les syndicats ne sont plus, aujourd'hui, des confréries d'hommes, la plupart d'entre eux sont pourtant nés en tant que tels. En 1949, la proportion femmes/hommes dans les syndicats était de 7%. Aujourd'hui, quatre membres sur dix sont des femmes. Les femmes qui doivent s'occuper d'un ménage & d'enfants ont tendance à être moins informées de leurs droits. Lorsqu'une femme adhère à un syndicat, elle doit s'adapter à des points de vue peu familiers & à un langage essentiellement masculin. Si elles tiennent à représenter leurs collègues, elles doivent s'efforcer de respecter les normes masculines, supporter des disputes & se battre pour des positions, ce qui n'est pas toujours évident… Même lorsque les hommes sont minoritaires, ils ont tendance à dominer la prise de décisions… Les processus établis, mis en place par une organisation à dominante masculine, entraînent un sentiment d'exclusion pour les femmes.

- Tiré du manuel syndical, Parvenir à l'égalité de genre, publié en 2012 par la Confédération syndicale internationale, http://bit.ly/UPmr8i

 

EN FIN DE COMPTE

Le trop de quelque chose est un manque de quelque chose.
-  Proverbe arabe


 

 

wib-dqf@gnb.ca
Sans frais : 1-877-253-0266
télécopieur : (506) 453-7977
www.gnb.ca/femmes

Women Femmes NB
est publié deux fois par mois par la Direction des questions féminines du gouvernement provincial. Il diffuse des nouvelles sur les questions d’égalité - des événements, des rapports, des initiatives et des renseignements nous provenant des groupes de femmes, des gouvernements, des universités et autres.

**Les textes fournis par des organismes non gouvernementaux seront publiés dans la ou les langues dans lesquels ils nous sont fournis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

Women Femmes NB
January 23, 2013

 

 

IN THIS ISSUE:

  • WHAT'S WRONG WITH LONE-PARENT FAMILIES?
  • NOTICES
  • WHAT ARE YOU DOING FOR MARCH 8?
  • 2012 PROVINCIAL PARTNERSHIP IN ACTION CONFERENCE – MONCTON
  • ABUSED /NEGLECTED GIRLS MORE LIKELY TO HAVE AT RISK BEHAVIOUR ON INTERNET
  • CUTS TO HEALTH CARE & EDUCATION BAD FOR ECONOMIC GROWTH
  • ACHIEVING GENDER EQUALITY - UNION MANUAL
    ………………………………………………………………………………

WHAT'S WRONG WITH LONE-PARENT FAMILIES?

In the 2012 State of the Child report by the N.B. Office of the Child & Youth Advocate, New Brunswick is “cautioned” because the province has a relatively high percentage of children living in a lone-parent family. N.B. is fifth out of 10 Canadian jurisdictions.

Excuse me, but what's wrong with lone-parent families? Some children being raised in a lone-parent family are better off than when they were in a “nuclear” conflicted family. Many happy adults come out of lone-parent families, whether the absent parent was absent because of death or separation, whether the absent parent was never present at all or was actually more present than some workaholic or disengaged parents in two-parent families.

What exactly should New Brunswick do to fix the “problem” of the existence of lone-parent families? There have been large numbers of lone-parent families before – think of the widows raising families after each major war. Did we think those children were at risk?

The allusion is possibly that lone-parent families live in poverty, but the report has another indicator for the proportion of children living in poverty. The majority of children of lone-parent families do not live in poverty (though it's a slight majority).

The allusion is possibly to the fact that children have a right to know both two parents. Agreed, but whether they live in a lone-parent family or not is a crude measure...

- From a column by Jody Dallaire, 20 Dec 2012, Times Transcript, http://bit.ly/XvSrfZ .

 

NOTICES

Pathways to Empowerment – International Women's Day event by Saint John Community Loan Fund. Fri 8 March 2013, 8 to 4pm. 6 workshops plus panel of NB women leaders. Keynote by Barb Stegemann, CEO of 7 Virtues Fragrance, 2012 Atlantic Ernst and Young Entrepreneur Award recipient, & one of the best pitches on Dragon's Den. $60 before 15 Feb, incl lunch. Register: http://bit.ly/11O8SeD

Separation & Divorce: Legal Considerations – Family law workshop with local lawyer in 7 locations in English: MONCTON Public Library, 23 Jan 2013, 7-9pm, Jason Dempsey. FREDERICTON UNB Law School, 31 Jan, 7-9pm, Shannon Doran. MIRAMICHI NBCC Rm 125, 31 Jan, 7-9pm, Thomas Prince. GAGETOWN Military Family Resource Ctre, Rm A, 20 Feb, 7-9pm, Kelly Driscoll. Saint John Free Public Library, West Branch, 30 Jan, 6:30-8:30pm, Richard Albert. CAMPBELLTON Public Library, 26 March 2013, 6-8pm, Prisca Levesque. Public Legal Education & Information Service of N.B. Pre-registration required: 1888-236-2444; http://bit.ly/vr4qdH . Pour les ateliers en français, voir les AVIS dans la section en français de ce bulletin.

Talking Circle: Balancing Fire & Air - 6 Feb 2013, 7pm, St. Mary's First Nation Cultural Centre. Hosted by Maliseet Grand Council, St. Mary's First Nation, & CCNB. forest@ccnbaction.ca .

Idle No More, Harper's Big Oil, & All our Relations - Public lecture by Winona LaDuke, 7 Feb 2013, 7pm. McCain Hall, STU Fredericton. By Native Studies, Religious Studies (STU) & Education UNB.

Factors that Influenced the Availability of Abortion Services in the Maritimes from 1969 to 1996 – Research topic of Katrina R. Ackerman, PhD candidate in history at Univ of Waterloo. Residents of NB are invited to complete a 30-min online anonymous survey re factors that shape a person's beliefs regarding abortion (or if preferred, contact her via email: kackerma@uwaterloo.ca, or supervisor & Canada Research Chair in Gender & Medical history, Dr. Wendy Mitchinson, wlmitchi@uwaterloo.ca). Where answers are of a personal nature or could put a participant at risk – ex.: a patient or professional's experiences - data will be aggregated to ensure anonymity. Funding from Social Sciences & Humanities Research Council of Canada. Clearance from UW Office of Research Ethics. In English: http://bit.ly/142JJLR & enter when prompted: abortionstudy2013 . En français, http://bit.ly/WcY4CV et entrez le mot de passe : abortionstudy2013

Doing Your Own Divorce - Family law workshop with local lawyer in 4 locations in English: CAMPBELLTON Public Library, 29 Jan 2013, 6-8pm, Prisca Levesque. BATHURST Smurfit Public Library, 31 Jan, 6-8pm, Adèle Savoie. FREDERICTON UNB Ludlow Hall (Law), 28 Feb, 7-9pm. MONCTON (location & time TBA), 20 Feb, Stephanie Cormier. $20. Series by Public Legal Education & Information Service of NB. Pre-registration required: 1888-236-2444; http://bit.ly/vr4qdH . Pour les ateliers en français, voir les AVIS dans la section en français de ce bulletin.

Idle No More Unity March - Aboriginal students at St. Thomas Univ invite all to join, 24 Jan 2013, 1pm, Fredericton's Queens Square to STU, where there'll be speakers on Bill C-45: http://on.fb.me/XvTaxN

Craving Change - 8-wk program for people with eating issues: emotional eating, cravings, weight management. 2 groups: 24 Jan 2013, 12-1pm; or 26 Jan, 1-2pm. $85/prsn, $150/couple, $60 senior/student. Fredericton Family Enrichment, 458-8211; info@familyenrichment.ca

How Many Slaves Work for You? - Your electronics, your food, your clothes – know who made them, under what conditions? Take the survey. http://slaveryfootprint.org/

Changing a Child Support Order – Family law workshop with local lawyer in 2 locations in English: WOODSTOCK NBCC Rm 2110, 20 March 2013, 7-9pm, Jonathan Goodine. GRAND FALLS Mada/Vic Family Resource Ctre, 475 Terrace St, Unit E, 24 April, 6:30-8:30pm, Tina Lagacé-Rivard. Public Legal Education & Information Service of NB. Pre-registration required: 1888-236-2444; http://bit.ly/vr4qdH . Pour les ateliers en français, voir AVIS dans la section en français de ce bulletin.

Preparing for a Family Court Hearing – Family law workshop with local lawyer. MONCTON (location & time TBA), 17 April, Sheila Cameron. Public Legal Education & Information Service of NB. Pre-registration required: 1888-236-2444; http://bit.ly/vr4qdH .

Who's Taking Care Of Mum & Dad? - Free webinar by Canadian Women's Health Network with Prof. Pat Armstrong, York Univ, who is leading a 7-yr global study of long term residential care. Wed 6 Feb 2013 1 to 2pm (NB time) Register: http://conta.cc/10ODdKH

Women in Canada at a Glance: Statistical Highlights - Status of Women Canada's new quick source of statistics on females in Canada. http://bit.ly/10nk0Km

Doc Talks Festival - Inaugural documentary films festival, with discussions, music & professional development events. 14 Feb - 1 March 2013, Fredericton (STU Brian Mulroney Hall, UNB Memorial Hall, Charlotte Street Arts Centre). Includes The Boxing Girls Of Kabul (52 min) about 3 Afghan teenage girls who take up boxing to try and represent their country in the Olympics, 26 Feb, 7:30pm.

Sexual Assault/Domestic Violence Clinical Education Forum - For nurses, physicians & social workers/therapists. 28 Feb-1 March 2013 Courtyard by Marriott Toronto. http://bit.ly/VhH14B

Women on Boards – 2-day workshop with Adrienne O'Pray. To learn the in's and out's of boards. 14-15 Feb 2013, STU Conference Centre, Fredericton. Cost is $100. Community Business Development Corp. sarah.coreyhollohan@cbdc.ca ; 452.3918.

Last Week's “In Parting” Text Did Not Credit its Author - The “Because We're Women” manifesto was written by Australian activist Joyce Stevens for a broadsheet distributed on the first International Women's Day in 1975. She is the recipient of an Order of Australia for “service to social justice for women as an activist & writer”. See her History of International Women's Day in Words & Images, http://bit.ly/V40vnS

 

WHAT ARE YOU DOING FOR MARCH 8?

International Women's Day has been celebrated for over 100 years and it remains a popular day for events reflecting on the achievements and aspirations of women.

What are you doing for March 8?

Tell us and we'll keep you informed in these newsletters and on our website of what is planned in New Brunswick: WIB-DQF@gnb.ca ; 1-877-253-0266 ; 453-8126 ; www.gnb.ca/women

 

2012 PROVINCIAL PARTNERSHIP IN ACTION CONFERENCE – MONCTON

The Provincial Partnership in Action (PPA) is a provincial committee comprised of representatives from government & 14 local family violence networks, Transition House, Second Stage & Domestic Violence Outreach workers. The concept of PPA is based on the recognition that meeting the needs of women experiencing violence in personal relationships requires collaboration & information sharing between provincial partners. Each partner is a part of the overall provincial strategy. Once a year, the partners meet to participate in training, skills development, exchange & the sharing of ideas on services delivery concepts, best practices & to address common issues on service delivery.

The goal of the PPA is to provide participants an opportunity to connect with other regions & learn from their experiences & develop a woman-centred approach for core services for women & children in their regions. For the last six years, the Women's Issues Branch (WIB), in conjunction with community, have worked together hosting PPA conferences.

On October 1 through October 3, 2012, WIB staff, a representative from the RCMP & representatives from the Moncton, Shediac & Kent County networks hosted the 2012 PPA Conference in Moncton entitled Forging Links to Build Capacity: Making a Difference in the Lives of Women who Experience Abuse. The Hon. Marie-Claude Blais, Minister responsible for Women's Issues, opened the session. The event offered an information-packed agenda for domestic violence front-line workers, conference invitees & presenters alike. Second Stage & Transition House staff, Outreach workers, Network & First Nations representatives, Municipal Police, RCMP & various professionals gathered for the event.

A Media Training workshop, delivered by Communications NB, set the stage for the conference & provided an insightful session on how to prepare for media interviews.

A host of guest speakers from Municipal Police Forces, RCMP, government, academia, community agencies & the private sector conveyed knowledge & their expertise & shared relevant stories on the victimization of women from a woman's perspective. A significant part of the conference looked at the importance of risk assessment & management in domestic violence cases. Keynote speakers, Mary Anne Campbell, associate professor at University of New Brunswick Saint John & Angela Moser, researcher & Saint John Police Force, discussed the importance of using validated risk assessment tools.

An interactive panel (“The Scoop with K2”) of invitees from different milieus & different parts of the province discussed their work & local services for women. There were presentations from Kent County & Beauséjour, which described how their agencies teamed-up with district RCMP to determine a woman's level of risk in abusive situations. The Coalition Against Abuse in Relationships showcased the “Abuse Screening Kit,” which medical professionals can use in suspected cases of abuse. The conference ended with Laugh Yoga (as its name implies) to remind us that self-care is a necessary element in the maintenance of our health & work productivity.

The message that resonated throughout the event with stakeholders was the importance of collaborating & sharing information for the betterment of women & children in their communities.

 

ABUSED /NEGLECTED GIRLS MORE LIKELY TO HAVE AT RISK BEHAVIOUR ON INTERNET

30% of teen girls surveyed met a stranger from the internet in person without confirming their identity, according to a study of 250 girls aged 14 to 17 by a U.S. children's hospital. Abuse, adolescent e. Abused or neglected adolescents, those with behavioral problems or low intelligence posed the highest risk: they were more likely to present themselves online in a sexually provocative way, which, research shows, are more likely to lead to offline meetings. Internet filtering software at home made no difference but “high quality parenting” helped reduce the risky behaviors (seeking adult content, acting provocatively on social networking sites & receiving sexual advances).

-  From Association of Maltreatment With High-Risk Internet Behaviors and Offline Encounters. Pediatrics, 14 Jan 2013, http://bit.ly/Ykrulu . Cincinnati Children's Hospital Medical Center http://bit.ly/10nkIaj

 

CUTS TO HEALTH CARE & EDUCATION BAD FOR ECONOMIC GROWTH

A new research paper shows the wealth-creating role of public spending on health, education & social services. Using a study by the Centre for the Study of Spatial Economics on the value of output generated by one dollar of spending in various sectors, economist Salimah Valiani concludes that every dollar spent on public health care, education & social services has a considerably higher economic output than private investment dollars, & that public-sector cuts means reduced economic growth. Ontario Nurses Association President Linda Haslam-Stroud: “Remembering cuts to health care in the 90s, our research & experience tell us that cuts to public health care are a false economy...”

-  Excerpts from Easy to Take for Granted: The role of the public sector & carework in wealth creation, for the Ontario Nurses Association, Oct 2012, http://bit.ly/WcYOrC

 

ACHIEVING GENDER EQUALITY - UNION MANUAL

Trade unions are no longer a brotherhood of men, but most of them did start out that way. In 1949 women were only seven of each hundred trade union members. Now they are about four out of every ten. In some unions they form the majority.

Women who are busy with household & children tend to have less access to information about their rights. When women join a union they must adapt to unfamiliar thinking & male ways of talking. If they want to represent fellow workers they must try keep up with male standards, withstand disputes & fight for positions in ways that don't come easily. Trade union strength is based on each member having an equal say & together building a collective voice, but even where men are in the minority you will find they predominate in union decision making... The established way of doing things which a male dominated organisation has built up leads to a sense of exclusion for women.

-  Excerpt, Achieving Gender Equality - A Trade Union, Manual, International Trade Union Confederation, 2012, www.ituc-csi.org/achieving-gender-equality-a-trade.html

 

IN PARTING

We used to march in the streets: now you're supposed to run for a cure, or walk for a cure, or jump for a cure, or whatever it is ... The effect of the whole pink ribbon culture was to drain & deflect the kind of militancy we had as women who were appalled to have a disease that is epidemic & yet that we don't even know the cause of.

– Barbara Ehrenreich, U.S. author and political activist.

 

wib-dqf@gnb.ca
Toll free:
1-877-253-0266
Fax: (506) 453-7977  
www.gnb.ca/women

Women Femmes NB
is sent out twice a month by the provincial government Women's Issues Branch. It provides news related to equality issues, including events, studies, initiatives and information from women's groups, governments, universities, etc.

**Text from non-governmental sources will be published in the language(s) in which it is provided.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

To unsubscribe, click here. / Pour désabonner, cliquez ici.
Subscribe to Women Femmes NB / Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Questions or comments? E-mail us at wib-dqf@gnb.ca or call 1-877-253-0266
. /
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel
wib-dqf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266
Women's Issues Branch | 551 King Street, Suite A | Fredericton, NB E3B 5H1 /
Direction des questions féminines | 551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1