Voir ce bulletin sur notre site web. / View this newsletter in your browser.
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrit-e. / You're receiving this message because you subscribed.
Vous n’êtes plus intéressé-e ? Se désabonner / Not interested anymore? Unsubscribe
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB. / Subscribe to Women Femmes NB

Tous les numéros
2011 Bulletins
2012 Bulletins
(English version follows)
Women Femmes NB
le 20 juin 2012
 

DANS CE NUMÉRO :

  • QUE FAITES-VOUS LE 11 OCTOBRE ?
  • AVIS
  • VOICI LE GROUPE DE TRAVAIL SUR LA TRAITE DE PERSONNES
    AU N.-B.
  • JE RECONNAIS LA CONFÉDÉRATION WABANAKI…
  • LES ENTREPRENEURS FÉDÉRAUX N'AURONT PLUS À RESPECTER LA LOI D'ÉQUITÉ
  • HARPER ÉTOUFFE LA DISSIDENCE
  • CRIMINALISER L'AVORTEMENT AUGMENTE LA MORTALITÉ MATERNELLE

………………………………………………………………….……………

QUE FAITES-VOUS LE 11 OCTOBRE ?

2012 est la première année que sera célébrée la Journée internationale des filles. Les Nations-Unies ont déclaré l'an dernier que le 11 octobre y sera dédié, parce que l'investissement dans les filles & leur autonomisation sont essentiels pour la croissance économique, l'élimination de la pauvreté, la discrimination & la violence, & leur participation aux décisions qui les touchent.
Dites-nous ce que vous planifier : wib-dqf@gnb.ca

Des ressources : http://bit.ly/MJfluE ; http://bit.ly/NHgrxW ; http://bit.ly/NKEEC2 ; http://bit.ly/LWGAog

 

AVIS

Honneur & hommage aux femmes autochtones – Journée nationale des Autochtones, jeudi 21 juin 2012, midi à 16h, Place des officiers, Fredericton. Ouvert au public. Tambours & danseurs traditionnels. Artistes & organismes autochtones. Par le N.B. Aboriginal Women's Council, Gignoo Transition House Inc & la Province du N.-B. Krista Paul, 462-5177 ; Sonja Perley, 462-5023.

Atelier avec John McKnight, champion de la transformation communautaire aux É.-U. - Le développement communautaire reposant sur les actifs, démarche qui responsabilise au lieu de déresponsabiliser, en se concentrant sur les forces des communautés & des individus. Gratuit (dîner compris). 6 juillet 2012, 9 à 17h, Place Willie O'Ree, Fredericton. Société d'inclusion économique & sociale avec ministère de Culture, Tourisme & Vie saine. S'inscrire avant 28 juin : scott.macafee@gnb.ca

Soumettez votre nom – Siégez comme membre d'un conseil d'administration d'une agence ou commission nommée par le N.-B. Parmi les postes ouverts : Collège communautaire, Conseil des arts, Community College, Comm. des droits de la personne, Société des alcools. Détails : http://bit.ly/HDc1Fu

Don - L'Association des enseignantes & des enseignants francophones du N.-B. a remis un don de 2 400 $ au Regroupement féministe du N.-B., soit 1 $ pour chaque membre de l'AEFNB, appuyant ainsi le travail envers l'égalité au sein de la communauté acadienne & francophone. http://bit.ly/JppISP

Le guide sur la gestion de l'information à l'intention des femmes - Si vous vous demandez ce que sont ou comment mettre à profit  : les outils d'accès à l'information (alertes google, fils rss, signets en ligne), les outils de diffusion de l'information (sites web, blogues, wikis, réseaux sociaux, outils de partage), les outils électroniques de collaboration & de planification (agendas & suites bureautiques en ligne). Centre de documentation sur l'éducation des adultes & la condition féminine, 2012 http://bit.ly/M1tkkC

Appel de candidatures - Prix du gouverneur général en commémoration de l'affaire « personne ». En octobre, 5 prix sont remis à des Canadien-ne-s qui ont aidé à promouvoir l'égalité des sexes. 2 des 5 prix seront des jeunes (15 à 30 ans). D'ici au 15 juillet prochain. http://bit.ly/Kw160R

Cyberaide.ca - où on peut signaler l'exploitation sexuelle d'enfants sur Internet. Ce portail Web traite les rapports envoyés par le public pour dénoncer la pornographie & la prostitution juvénile, les leurres, le tourisme sexuel orienté vers les enfants. Une initiative du Centre canadien de protection de l'enfance.

 

ATELIERS DE CROISSANCE PERSONNELLE - VERS DES RELATIONS SAINES

Ces ateliers s'adressent à toutes les femmes francophones de 18 ans & plus de la région du Nord-Ouest (Edmundston & environ) qui souhaitent avoir des outils & une dose de motivation nécessaires pour vivre des relations plus saines. Les ateliers sont offerts gratuitement le lundi de 18h30 à 21h00 sur une période de 8 à 10 semaines.


Les objectifs des ateliers sont : Valoriser les relations saines, Apporter un soutien aux femmes dans un climat rassurant, Un lieu d'écoute & d'échange, Briser l'isolement & créer un sentiment d'appartenance, Revaloriser l'image & l'estime de soi, Apprendre à mieux communiquer & s'affirmer, & Informer sur les ressources de la communauté.

Les groupes sont formés de 20 participantes au maximum selon la demande. Déjà 4 groupes ont été offerts dans la dernière année & demie & ce fut un succès selon les évaluations des participantes. Les ateliers sont thérapeutiques sans être une thérapie. Le contenu des ateliers est élaboré par Martine Thériault avec l'approche de la Théorie du choix du D r William Glasser. Les thèmes & les activités tournent autour des besoins fondamentaux des êtres humains tels que : survie, amour\ appartenance, plaisir, pouvoir & liberté. Les autres outils importants qui sont utilisés sont Le vent du pouvoir du Centre pour les victimes d'agression sexuelle de Fredericton & les conseils & les idées de Louise Kingston, travailleuse sociale avec beaucoup d'expérience en animation de groupe & co animatrice des ateliers.


Chaque atelier a son thème. Il débute avec l'accueil qui donne la chance aux femmes d'échanger & de parler de leur semaine, & est suivi d'une présentation Powerpoint, de périodes d'échange & de questions, d'une pause & d'activités ayant rapport au thème. La discussion permet de s'affirmer en groupe. La conclusion est sur une note positive, avec tirage d'un petit cadeau.

Une discussion de la violence faite aux femmes sous toutes ses formes a lieu en début d'atelier suivie d'un examen des outils & des options pour s'en sortir. Un suivi est offert par moi via le service d'approche si une participante désire avoir des rencontres individuelles ; Louise offre aussi un suivi aux participantes.

Les prochains ateliers débutent en septembre 2012. Ils sont offerts en collaboration avec le Comité de la violence familiale du Nord-Ouest inc, Priorité Santé & la Direction des questions féminines.

-  Pour plus d'information : Martine Thériault, 263-0888, martine.th@live.ca ou Louise Kingston, 739-0899, psinc@nbnet.nb.ca

 

VOICI LE GROUPE DE TRAVAIL SUR LA TRAITE DE PERSONNES AU N.-B.

Nous avons pour mandat de sensibiliser les citoyens du N.-B. à la question de la traite de personnes au Canada ainsi qu'à l'international. Nous sommes des représentants des services aux victimes, des services de police, de ministères gouvernementaux & de groupes communautaires. Depuis 2005, nous avons fait des efforts pour nous informer au sujet de la traite de personnes and avons agi pour sensibiliser la communauté, surtout les personnes susceptibles d'être en contact avec des victimes de la traite au Nouveau-Brunswick.

Nous présentons des événements, distribuons des publications & offrons des présentations publiques. Nous prévoyons développer une liste de ressources pour aider les victimes & les intervenants.

La traite de personnes consiste à recruter, à transporter ou à héberger des personnes en vue de les exploiter, généralement à des fins sexuelles ou de travail forcé. Les trafiquants ont recours à la force, aux menaces, à la violence corporelle & à l'abus émotionnel.

« Traite interne » signifie la traite de personnes à l'intérieur du Canada. La « traite internationale » se dit de l'envoi au Canada de personnes de d'autres pays.

-  Pour plus amples renseignements : Direction des questions féminines, wib-dqf@gnb.ca

 

JE RECONNAIS LA CONFÉDÉRATION WABANAKI…

… formée des peuples micmac, malécite & passamoquoddy -, le territoire ancestral sur lequel la plupart d'entre nous habitent… En de rares occasions, un conférencier, par exemple, ouvre son allocution par un commentaire comme celui-là. Il ou elle mentionne que l'activité se déroule sur le territoire traditionnel des peuples autochtones & reconnaît qu'il ou elle est simplement en visite sur ces terres. Parfois il ou elle ajoute savoir que les Autochtones n'ont jamais cédé le territoire. Les Premières Nations des Provinces maritimes soutiennent qu'elles n'ont jamais cédé leurs terres à la Couronne.

Le jeudi 21 juin prochain est la Journée nationale des Autochtones…

Les femmes autochtones du N.-B. ont toujours pris une part active dans la lutte dans la défense des droits, faisant face au gouvernement fédéral & les dirigeants de leurs collectivités. Elles participent aussi à la vie politique. Par exemple, elles sont bien représentées à leurs conseils de bande, à l'instar d'autres femmes siégeant aux conseils municipaux dans toute la province. Même si les femmes ne sont pas parfaitement représentées, la situation s'améliore.

Les femmes autochtones sont éparpillées un peu partout dans la province. Elles sont confrontées à divers problèmes liés tant au sexisme qu'au racisme. C'est pourquoi elles doivent travailler ensemble.

Je félicite le Conseil des femmes autochtones du Nouveau-Brunswick & les autres groupes de femmes dans les collectivités des Premières Nations pour l'important travail qu'ils accomplissent.

J'espère que les gouvernements - celui des Premières Nations & le gouvernement canadien - intégreront un jour les groupes de femmes autochtones & leurs enjeux particuliers aux programmes, aux ententes & au financement accordé aux groupes autochtones clés.

-  Tiré de la chronique de Jody Dallaire, Acadie nouvelle, 14 juin 2012, http://bit.ly/LAiQV9

 

LES ENTREPRENEURS FÉDÉRAUX N'AURONT PLUS À RESPECTER LA LOI D'ÉQUITÉ

Les entrepreneurs n'auront plus à respecter les exigences liées à la loi fédérale sur l'équité en matière d'emploi, lorsqu'ils obtiendront des contrats en vertu du Programme de contrats fédéraux (PCF). Mis en place par le gouvernement Mulroney en 1986 afin de favoriser l'équité en milieu de travail, le PCF oblige les entreprises comptant 100 employés ou plus qui obtiennent des contrats de 200 000 $ ou plus du fédéral à respecter la Loi sur l'équité en matière d'emploi. Les employeurs ne respectant pas les exigences pouvaient se retrouver sur la liste des fournisseurs non admissibles & faire l'objet de sanctions. La Loi sur l'équité vise à corriger les conditions d'emploi défavorables aux femmes, aux autochtones, aux personnes handicapées & aux membres des minorités visibles.

« En supprimant les exigences du Programme de contrats fédéraux, le gouvernement Harper abandonne les plus discriminés de notre société, considérant qu'il n'a plus à exiger des entreprises, en contrepartie des milliards qu'il leur accorde sous forme de contrats, de faire preuve de civisme. C'est la morale réformiste, le retour au chacun pour soi & Dieu pour tous » - sénatrice libérale Céline Hervieux-Payette.

-  Le projet de loi C-38, Paul Gaboury, La Presse, 6 juin 2012.

 

HARPER ÉTOUFFE LA DISSIDENCE

Il en a été très peu question dans la plupart des médias. La semaine dernière, le premier ministre Harper a indiqué ne pas croire que l'argent du gouvernement fédéral devrait servir aux organisations dont les buts & objectifs sont incompatibles avec la politique du gouvernement fédéral… C'est dans cet esprit, toutefois, que les subventions à des groupes de pression pour l'avancement de la cause féministe, que la Table ronde nationale sur l'environnement, que le programme initial de contestation judiciaire ont vu leur existence prendre fin de façon abrupte.

Les défenseurs de la position du premier ministre Harper avancent l'argument qu'elle ne nuit en rien à la liberté d'expression des Canadiens. Tous les jours, dans les médias, on lit ou on entend des Canadiens exprimer leurs opinions sur les politiques du gouvernement fédéral. D'accord.

Mais tout est une question d'équilibre. S'il est normal que le gouvernement ne finance pas des groupes dont les activités mettent en péril la sécurité du pays & de ses citoyens, est-il aussi souhaitable qu'il ne le fasse pas dans le cas de regroupements citoyens qui ne partagent pas entièrement les vues du gouvernement? À notre avis, c'est une question de légitimité.

Faire taire les groupes de défense de l'environnement en coupant les fonds qui leur permettent de fonctionner parce qu'ils critiquent les décisions du gouvernement en matière d'environnement, c'est davantage protéger l'idéologie des dirigeants du parti installés au pouvoir que de refléter l'opinion des citoyens... 66 % des intentions de vote des Canadiens se répartissent entre les partis politiques qui s'opposent aux décisions du gouvernement en matière d'environnement. Est-ce que leur point de vue est illégitime parce qu'ils ne forment pas le gouvernement? Poser la question, c'est y répondre, comme le veut le cliché. Une démocratie en santé ne se contente pas de permettre la divergence d'opinions, elle l'encourage. Un gouvernement qui veut représenter les intérêts divergents de tous les citoyens a le devoir non seulement d'entendre, mais d'écouter attentivement ce que revendiquent tous les secteurs de la société canadienne.

-  Tiré d'un éditorial de Jean Saint-Cyr, Acadie Nouvelle, 11 juin 2012.

 

CRIMINALISER L'AVORTEMENT AUGMENTE LA MORTALITÉ MATERNELLE

Il est clairement établi dans la littérature que, dans tous les pays où l'avortement constitue un acte criminel ou demande un encadrement légal, on observe directement une augmentation des décès à la suite des complications entourant ces procédures secrètes & illicites. Les femmes concernées sont prêtes à prendre des risques injustifiés dictés par leur désespoir. Les registres de mortalité maternelle canadienne n'étant pas accessibles, il est difficile d'évaluer les problématiques d'accès de certaines provinces comme l'Atlantique où l'avortement n'est ni accessible ni disponible.

Le Québec, de par sa détermination, a toujours figuré en tête de peloton dans l'établissement de pratiques innovantes pour améliorer la santé des femmes. Les chiffres traduisent les efforts consentis puisqu'on observe une diminution significative du nombre d'interruptions volontaires de grossesses (IVG) déclarées sans crainte de représailles & effectuées dans la sécurité & le respect. En effet, on note une diminution de 20 % dans le groupe des 15-19 ans, de 13 % chez les 20-24 ans, & finalement de 25,7 à 22,4/1000 chez les 25 à 29 ans. Les seuls groupes où l'on observe une augmentation sont les 35-39 ans, & les 40-44 ans, principalement liées aux IVG de foetus anormaux.

Cette diminution est le résultat des mesures comme l'accès à la contraception d'urgence dans les écoles & les pharmacies, le paiement par la RAMQ de méthodes contraceptives à longue durée & l'établissement d'ordonnances collectives permettant la prescription de contraceptifs de façon facile & sécuritaire dans les écoles. « Toutefois, nous sommes encore & toujours en attente de l'approbation par Santé Canada de la mifépristone (RU 486) alors que nos voisins du Sud ont le privilège d'offrir aux femmes américaines l'accès à des avortements non instrumentés » de conclure Dre Diane Francoeur, au nom de l'Association des obstétriciens & gynécologues du Québec. .

-  Tiré d'un communiqué, AOGQ, 24 mai 2012.

 

EN FIN DE COMPTE

J'n pense pas que j'continuerai de me laisser faire comme ça
J'pense qu'y est temps que j'me réveille, que mon cadran sonne
Yé temps que tes conneries arrêtent de m'taper dans y'eule.
Arrête d'épingler les affiches de mes défauts sur des murs que t'as construits
Câlisse-moi là.
Vas-y jusqu'au boute, finis moi ça. Pis câlisse-moi là,
J'te bet que t'es pas game
Trop peureux d'voir que j'aimerai peut-être ça.

-  Tiré des paroles de la chanson par Lisa LeBlanc, Câlisse-moi là, 2012.

 


 

 

wib-dqf@gnb.ca
Sans frais : 1-877-253-0266
télécopieur : (506) 453-7977
www.gnb.ca/femmes

Women Femmes NB
est publié deux fois par mois par la Direction des questions féminines du gouvernement provincial. Il diffuse des nouvelles sur les questions d’égalité - des événements, des rapports, des initiatives et des renseignements nous provenant des groupes de femmes, des gouvernements, des universités et autres.

**Les textes fournis par des organismes non gouvernementaux seront publiés dans la ou les langues dans lesquels ils nous sont fournis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

Women Femmes NB
June 20
, 2012

 

 

IN THIS ISSUE:

  • WHAT ARE YOU DOING OCTOBER 11?
  • NOTICES
  • PERSONAL GROWTH WORKSHOPS - WORKING TOWARDS HEALTHY RELATIONSHIPS
  • INTRODUCING THE N.B. HUMAN TRAFFICKING WORKING GROUP
  • I ACKNOWLEDGE THE WABANAKI CONFEDERACY…
  • THE PATH FROM BULLY TO SEXUAL ASSAULTER
  • YOUNGER WOMEN MORE LIKELY TO WORK IN SEGREGATED OCCUPATIONS THAN OLDER
  • LEGAL CONSEQUENCES OF DECLARING A FETUS IS A PERSON


………………………………………………………………………………

WHAT ARE YOU DOING OCTOBER 11?

2012 is the first year that the “International Day of the Girl Child” will be celebrated. The United Nations has declared that October 11 would be dedicated to it, because empowerment of & investment in girls are critical for economic growth, the eradication of poverty, the meaningful participation of girls in decisions that affect them, & to break the cycle of discrimination & violence.
So, tell us what you are planning: wib-dqf@gnb.ca

More info: http://bit.ly/Mmjk1V; http://bit.ly/N0Db5Q ; http://bit.ly/M5R6Lm ; http://bit.ly/NHfe9N ; http://bit.ly/KfYYFM

 

NOTICES

Workshop with John McKnight, Community Builder – Learn about asset-based community development that encourages citizens & groups to build upon strengths to develop sustainability. Develop method for identifying groups & fostering productive relationships. By Economic & Social Inclusion Corporation with Dept of Culture Tourism & Healthy Living. Free (incl lunch). 6 July 2012, Willie O'Ree Place, 9 to 5 pm. Fredericton. Simultaneous translation. Register by 28 June 2012: scott.macafee@gnb.ca

Submit your name for appointment to N.B. boards & commissions – Curren positions: Community College, Collège communautaire, Arts Board, Human Rights Comm., Liquor Corp. Details: http://bit.ly/HDuWOv

Aboriginal Day Event “Celebrating & Honouring Aboriginal Women” – N.B. Aboriginal Women's Council with Gignoo Transition House Inc. & Province of N.B. 21 June 2012, 12-4 pm, Officer's Sq., Fredericton. Open to the public. Traditional drum groups & dancers. Aboriginal artists & organizations. Krista Paul, 462-5177; Sonja Perley, 462-5023.

Nominations for Governor General's Person Case Awards 2012 - 5 awards to be given to Canadians (incl 2 youth) who have helped advance equality for females. Named in honour of the women who obtained recognition that women were persons (1929). Submit names by 15 July. http://bit.ly/Pd5L72

A Place for our Poets: Atlantic Canadian Poets' Archive - STU students of Atlantic Canadian women poets made a web database, http://bit.ly/L9lohQ . 16 poets, mostly female, each poem with critique.

Stop Harming, Start Helping: Women's Rights & Climate Change - Climate change is more than an environmental issue. It is about poverty & human rights. At Oxfam, we work passionately to end global poverty & advance gender equality. But, climate change is blocking the way. http://bit.ly/L9l82y

Cybertip.ca - Canada's tipline for reporting online sexual exploitation of children. This Cdn Centre for Child Protection clearinghouse ensures law enforcement in Canada is less likely to be processing same leads. It has resulted in 75 arrests & some children removed from abusive environments.

Raising & Mentoring Boys & Male Youth - Dynamics of male youth culture, effects of biology & socialization. Rites of passage experiences. For safe, socially-responsible schools, families & communities. 24-26 Oct 2012. $620 (incl meals & lodging). http://bit.ly/MBnB3e

Anti Bullying Website for First Nations Youth – New. http://bit.ly/KHA1Jv . By National Aboriginal Health Organization (whose funding was abolished by Harper government). “Bullying among Aboriginal people is a form of lateral violence” (when oppressed people turn on each other).

 

PERSONAL GROWTH WORKSHOPS - WORKING TOWARDS HEALTHY RELATIONSHIPS

These workshops are intended for all Francophone women 18 years & over from northwestern New Brunswick (Edmundston & surrounding area) who are looking for tools & the motivation needed to forge healthier relationships. The workshops are offered free of charge once a week on Monday evenings from 6:30 p.m. to 9:00 p.m. for a period of 8 to 10 weeks.

The objectives of the workshops are to encourage healthy relationships, support women in a reassuring environment, offer a place for sharing & listening, put an end to isolation & create a feeling of belonging, enhance self-esteem & self-image, learn to communicate better & be assertive, & find out about community resources.

There will be a maximum of 20 participants per group depending on demand. Four groups have already taken part in these workshops in the past year & a half, & based on the participants' assessments, they were all successful. The workshops are therapeutic without actually being therapy sessions. The content was developed by Martine Thériault using Dr. William Glasser's Choice Theory approach. All the themes & activities are based on the fundamental needs of all human beings: survival, love & belonging, fun, power, & freedom. Other important resources used are the Empowerment approach of the Fredericton Sexual Assault Crisis Centre & the advice & ideas of Louise Kingston, a social worker with a wealth of experience as a group facilitator & workshop co-facilitator.

Each workshop is based on one theme. The participants are welcomed & are given a chance to converse & talk about their week. This is followed by a PowerPoint presentation on the theme, a question & discussion period, a break, & activities & exercises relating to the themes. The discussion enables them to assert themselves in groups. The workshop always ends on a positive note & there is a draw for a small gift.

Violence against women in all its forms is discussed at the beginning of the session, & tools & positive ways to escape from the violence are examined. I offer a follow-up outreach program if a participant wishes to have individual meetings, & Louise also offers follow-ups to participants.

The next workshops will begin in September 2012. These workshops are offered in collaboration with the Comité de la violence familiale du Nord-Ouest inc, Priorité Santé & the Women's Issues Branch.

-  Contact Martine Thériault 263-0888 martine.th@live.ca ; or Louise Kingston 739-0899 psinc@nbnet.nb.ca

 

INTRODUCING THE N.B. HUMAN TRAFFICKING WORKING GROUP

We work to raise awareness in New Brunswick about human trafficking, both domestic & international. We come from community groups, government departments & law enforcement around the province. Since 2005, we have worked to inform ourselves about human trafficking & have taken actions to raise awareness within the community, especially among those who might come into contact with people being trafficked in N.B.

We organize events, distribute publications, & do public presentations. We plan to develop a list of resources to help victims & interveners.

Human trafficking involves the recruitment, transportation or harbouring of persons in order to exploit them, typically for sex work or forced labour situations. Traffickers control their targets by using force or threats, or physical or emotional abuse.

Domestic human trafficking is trafficking people within Canada – ex.: from a small town in Canada to Toronto or from a First Nations community to Vancouver. International human trafficking refers to people in Canada who were trafficked here from another country.

- For more information, contact Women's Issues Branch, wib-dqf@gnb.ca

 

I ACKNOWLEDGE THE WABANAKI CONFEDERACY…

… the Mi'kmaq, Maliseet & Passamaquoddy peoples, on whose ancestral land most of us reside. I've always thought it sobering & worthwhile on those rare occasions when a conference speaker, for ex., opens with such a comment, stating that the event is happening on the traditional territory of aboriginal peoples, … sometimes adding that they know the land was never ceded. First Nations in the Maritimes assert they did not surrender their lands to the Crown.

Thursday June 21 is National Aboriginal Day...

N.B.-based aboriginal women have historically been very active in the struggles for rights, confronting the federal government & their own community leaders. Aboriginal women are also involved in politics. For example, they are as well represented on their band councils as other women are on their municipal councils throughout the province. This is to say that women aren't fully represented but it's improving.

Aboriginal women are dispersed around the province & they face many issues related to both sexism & racism. As a result, they have a great need to work together & I salute the N.B. Aboriginal Women's Council & the other women's groups on First Nations communities & the important work that they do.

I hope aboriginal women's groups will one day find governments, both First Nations & “self-endowed” Canadian governments, to include them & their issues on agendas, in agreements & in the funding provided to key aboriginal groups.

- Excerpt, column by Jody Dallaire, Times & Transcript, 14 Jun 2012, http://bit.ly/KfYakj

 

THE PATH FROM BULLY TO SEXUAL ASSAULTER

Starting in early middle school, traditional bullying perpetration transforms into more gendered harassment & aggressive behavior, incl homophobic teasing & sexual harassment. Bullying behavior if not resolved or redirected, may escalate in nature. As bully teens mature, it is suggested they are more likely to perpetrate sexual violence. Modifying bullying prevention strategies to address homophobic teasing & sexual harassment may be an opportunity for prevention of sexual violence.

-  The Bully-Sexual Violence Pathway in Early Adolescence, Centers for Disease Control & Prevention, http://1.usa.gov/LgWH1p

 

YOUNGER WOMEN MORE LIKELY TO WORK IN SEGREGATED OCCUPATIONS THAN OLDER

The difference in male & female median hourly earnings now averages around 18% across the OECD, but with large & sometimes surprising variations. One explanation for the persistent differences is that men & women, except the most highly educated ones, often work in separate labour markets. Women are concentrated in teaching, health care, clerical work, social care & sales; they are underrepresented in manual, production & managerial jobs, maths, physics, science & engineering. They are much more concentrated than men in just a few job categories. Half the employed women in rich countries work in 12 of the 110 main occupations listed by the ILO.

In America women have made considerable progress in getting into a range of jobs that used to be male preserves. The share of women dentists went up from under 2% in 1972 to over 30% in 2009; female lawyers from 4% to 32%; & women pharmacists & photographers from the low teens to half. But very few women want to become carpenters, electricians or machinists, & men show no interest in becoming dental assistants or hairdressers. During the 70s & 80s, labour markets for men & women became less segregated, but that trend came to a halt in the mid-1990s. Younger women are now more likely to work in segregated occupations than older women.

One place where women seem to be both welcome & happy is the public sector. The biggest attraction of the public sector is that, for women with the same qualifications & skills, it almost always pays better than does private industry. For men the differences are much less pronounced. The public sector is also more likely to promote women to senior jobs.

But the debt crisis has thrown a spanner in the works, because public-sector jobs in many countries have been drastically cut back. That is now beginning to hit female employment disproportionately hard. Despite these setbacks, women have been riding to the rescue of their families during the recession, says the OECD. In almost all rich countries men's working hours have fallen since the onset of the crisis but women have increased theirs to help make up for the shortfall.

The recession has also fuelled interest among both men & women in starting up a business. Becoming an entrepreneur holds particular attractions for women. They can set their own hours & they can be sure that the boss properly appreciates them. Big companies sometimes help them get there. Coca-Cola, for instance, has an entrepreneurship program called “5 by 20” that aims to increase the number of women who distribute & sell the drink on their own account to 5m by 2020.

-  The Economist, 26 Nov 2011, http://econ.st/Lx8Ld4

 

LEGAL CONSEQUENCES OF DECLARING A FETUS IS A PERSON

The rights & entitlements that accompany legal personhood in effect accrue at birth. Recognizing legal personhood at any stage of prenatal development could have wide-ranging consequences, which could lead to further human rights violations & other legal inconsistencies:

Violating the separation of church & state: Individuals who believe that life begins at birth could be restricted from acting in a manner consistent with their religious views, such as procuring an abortion when the woman's life is at risk.

Complicating criminal laws: zygotes, embryos, & fetuses could be included as victims, opening the door to criminal investigation of women who suffer miscarriages or stillbirths.

Limits on women's behavior: Pregnant women could be accused of child abuse/ endangerment if they rode in a car without a seatbelt or drank alcohol, for ex.

Registration: Pregnant women who miscarry could be required to register it through death registries.

-  Excerpts, Whose Right to Life?: Women's Rights & Prenatal Protections under Human Rights & Comparative Law. Toolkit: http://bit.ly/LWDl06 ; Center for Reproductive Rights: http://bit.ly/MitTF6

 

 

IN PARTING

When I was just a little girl, I asked my mother, What will I be? Will I be pretty? Will I be pretty? Will I be pretty? … What comes next? Oh right. Will I be rich? Which is almost pretty, depending on where you shop. & the pretty question infects from conception, passing blood & breath into cells. The word hangs from our mothers' hearts in a shrill fluorescent floodlight of worry. “Will I be wanted? Worthy? Pretty?” But puberty left me this funhouse mirror dryad: teeth set at science fiction angles, crooked nose, face donkey-long & pox-marked where the hormones went finger-painting. My poor mother.

“How could this happen? You'll have porcelain skin as soon as we can see a dermatologist. You sucked your thumb. That's why your teeth look like that!”… “Don't worry. We'll get it fixed!” She would say, grasping my face, twisting it this way & that, as if it were a cabbage she might buy… But this is not about her… This, this is about my own some-day daughter. When you approach me, already stung-stayed with insecurity, begging, “Mom, will I be pretty?” I will wipe that question from your mouth like cheap lipstick & answer, “No! The word pretty is unworthy of everything you will be, & no child of mine will be contained in five letters. You will be pretty intelligent, pretty creative, pretty amazing. But you, will never be merely 'pretty'.”

- Excerpts, Pretty, written & performed by Katie Makkai, http://bit.ly/MmhsX7



 

wib-dqf@gnb.ca
Toll free:
1-877-253-0266
Fax: (506) 453-7977  
www.gnb.ca/women

Women Femmes NB
is sent out twice a month by the provincial government Women's Issues Branch. It provides news related to equality issues, including events, studies, initiatives and information from women's groups, governments, universities, etc.

**Text from non-governmental sources will be published in the language(s) in which it is provided.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

To unsubscribe, click here. / Pour désabonner, cliquez ici.
Subscribe to Women Femmes NB / Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Questions or comments? E-mail us at wib-dqf@gnb.ca or call 1-877-253-0266
. /
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel
wib-dqf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266
Women's Issues Branch | 551 King Street, Suite A | Fredericton, NB E3B 5H1 /
Direction des questions féminines | 551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1