Voir ce bulletin sur notre site web. / View this newsletter in your browser.
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrit-e. / You're receiving this message because you subscribed.
Vous n’êtes plus intéressé-e ? Se désabonner / Not interested anymore? Unsubscribe
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB. / Subscribe to Women Femmes NB

Tous les numéros
2011 Bulletins
2012 Bulletins
(English version follows)
Women Femmes NB
le 6 juin 2012
 

DANS CE NUMÉRO :

  • NOUVELLES DONNÉES SUR LA VIOLENCE PAR UN PARTENAIRE INTIME, 2010
  • AVIS
  • LE GALA DES MÉTIERS ET TECHNOLOGIES POUR FILLES
  • JEUNES FEMMES & LEADERSHIP COMMUNAUTAIRE- ENGAGEMENT POUR LE CHANGEMENT
  • ABUS SEXUELS: C'EST AUX AGRESSEURS D'AVOIR HONTE, PAS AUX VICTIMES
  • LES FEMMES S'AUTOCENSURENT POUR SE CONFORMER AUX STÉRÉOTYPES
  • ÉPIDÉMIE CACHÉE DE VIOLENCE DANS LES FRÉQUENTATIONS ADOLESCENTES
  • PROSTITUTION : UNE FORME D'EXPLOITATION & DE VIOLENCE À L'ÉGARD DES FEMMES

………………………………………………………………….……………

NOUVELLES DONNÉES SUR LA VIOLENCE PAR UN PARTENAIRE INTIME, 2010

Au N.-B. en 2010, 2 800 victimes de violence par un partenaire intime ont été rapportées à la police. Cela donne un taux de 443 pour 100 000 de population (taux national : 363). Le N.-B. est en 4e place parmi les provinces - les 3 provinces des prairies ont des taux encore plus élevés.

Entre 2000 & 2010 au N.-B., 19 femmes & 5 hommes ont été tués par un partenaire intime. Le N.-B. a aussi été le lieu de 11 autres homicides familiaux & 44 homicides non familiaux, durant cette période.

En comparaison aux taux nationaux, les taux au N.-B. sont pires en ce qui a trait à la violence entre partenaire intime, la violence familiale contre un enfant ou un jeune, la violence familiale contre une aînée ou un aîné, la violence familiale en générale, & la violence non familiale. Le taux du N.B. en ce a trait aux homicides de femmes par un partenaire intime est le même qu'au niveau national. Le taux du N.-B. pour les homicides de hommes par un partenaire intime & pour homicides familiaux & non familiaux sont inférieurs au taux national.

- La violence familiale au Canada : un profil statistique, 2010, Juristat, http://bit.ly/JR7Ru2

 

AVIS

Mise en candidature pour le Prix des droits de la personne du N.-B. - Afin de reconnaître les efforts, les réalisations & le leadership exceptionnels de personnes & d'organismes bénévoles dans la promotion de l'égalité & des droits de la personne au N.-B. Soumettre avant le 25 juin 2012. Cérémonie à la mi septembre à la Maison du Gouverneur. http://bit.ly/Ka1KO5

Les luttes des jeunes femmes en Acadie - Projet de photographie des jeunes féministes du Regroupement féministe du NB. Voir au http://bit.ly/Ka1FtC

Atelier offert aux femmes survivantes de la violence conjugale - 21–23 août 2012, Bathurst L'Assoc. des travailleurs sociaux du N.-B. avec le Centre Muriel McQueen Fergusson pour la recherche sur la violence familiale offre un atelier gratuit de 3 jours à des femmes qui ont survécu à la violence conjugale. Habiliter à mener une vie saine & sécuritaire. Les frais de déplacement seront payés. Comprendre la violence conjugale ; développer une bonne estime de soi ; développer des outils de leadership. 453-3595; fvrc@unb.ca

Ici & maintenant : les défis démographiques des politiques publiques canadiennes - Conférence d'été sur la recherche dans le domaine des politiques publiques. Atelier le 7 juin 2012 (11h30–17h, Taillon, U de Moncton, 858-4506; lucienne.landry@umoncton.ca ) suivi de Sessions sur la recherche en politiques publiques, 8-9 juin (Auberge le Vieux Presbytère, Bouctouche). Institut canadien de recherche en politiques & administration publiques, avec Réseau de recherche sur les politiques sociales du N.-B. manon.cormier@umoncton.ca

Violence sexuelle, violence conjugale: Exploration du continuum de la violence faite aux femmes & aux filles - Journée nationale de la recherche, 7-9 nov 2012, Vancouver. Parmi les conférencières : Mary Ellen Turpel-Lafond, représentante de la C.-B. pour l'enfance & la jeunesse, qui présentera sur « Protéger les enfants vivant avec la violence conjugale ». Atelier pré-conférence sur la provision de services aux femmes ayant vécu de la violence sexuelle. http://bit.ly/KFcoP4

Dialogue sur le transport communautaire - 12-13 juin 2012, Fredericton Inn. Société d'inclusion économique et sociale au N.-B. Les meilleures pratiques à travers le pays. Gratuit (dîner fourni). Parmi les intervenants : Thérèse Dominque, Assoc des transports collectifs ruraux du Qc. monarchevents@rogers.com

Honneur et hommage aux femmes autochtones – Événement organisé à l'occasion de la Journée nationale des Autochtones par le N.B. Aboriginal Women's Council et Gignoo Transition House Inc en partenariat de la Direction des questions féminines, le Secrétariat des affaires autochtones et le ministère de la Santé du Gouv't du N.-B. 21 juin 2012, Quartier des officiers, Fredericton, midi à 16h. Ouvert au public. Une vitrine sur la culture autochtone au N.-B. Tambours et danseurs traditionnels. Des artistes et organismes autochtones vont exposer leurs produits et services. Krista Paul, 462-5177 ; Sonja Perley, 462-5023.

 

LE GALA DES MÉTIERS ET TECHNOLOGIES POUR FILLES

Les soupers du réseau de contacts féminin Les compétences ça marche ! possèdent maintenant une nouvelle image! Nos efforts pour renommer le souper assurent que le nom de l'évènement reflète le but de l'activité. Les soupers visent à permettre aux jeunes filles du secondaire de rencontrer des femmes qui travaillent dans le domaine des métiers spécialisés ou des technologies et qui peuvent leur servir de mentor. Cette activité a été lancée pour encourager les jeunes filles à examiner toutes leurs options avant de faire un choix de carrière.

Le gala des métiers et technologies pour filles continuera d'offrir un environnement positif dans lequel les jeunes filles ont l'occasion d'entendre des intervenantes discuter des récompenses et des difficultés associées au cheminement de carrière qu'elles ont choisi, et d'établir des contacts avec des mentors de leur collectivité. Les mentors conseillent les élèves, les guident et les inspirent en leur faisant part de leur expérience. Ces galas autonomisent les participantes et les renseignent sur divers choix de carrière qui leur sont accessibles, dont bon nombre dans des secteurs non traditionnels.

Nous pensons que cette nouvelle image représente nos buts et notre engagement à aider aux jeunes filles à découvrir qu'elles sont seulement limitées par leur imagination, et non leur sexe.

Restez à l'écoute pour les prochains galas cet automne et gardez l'œil ouvert pour notre nouvelle image!

 

JEUNES FEMMES & LEADERSHIP COMMUNAUTAIRE- ENGAGEMENT POUR LE CHANGEMENT

Une série d'ateliers sur 3,5 jours conçus pour les femmes de 18 à 25 ans impliquées ou désirant s'impliquer dans le leadership & qui souhaitent entrer en contact avec d'autres jeunes femmes qui participent au changement au Canada atlantique. 21-24 août 2012, Charlottetown. Si tu veux lancer ou renforcer un programme ou améliorer quelque chose qui ne fonctionne pas, ces sessions sont pour toi. Acquérir des compétences, discuter des occasions & défis pour les jeunes femmes leaders, bâtir un réseau & élaborer un plan pour mettre en œuvre quelque chose que tu veux faire dans ta communauté. Un nombre limité de subventions est offert. Ces sessions sont un volet de la conférence Transformation de l'inspiration en action de l'Institut d'été sur les collectivités sûres & en santé au Canada Atlantique. S'inscrire : http://bit.ly/JlhddF ; asi@thequaich.pe.ca

 

ABUS SEXUELS: C'EST AUX AGRESSEURS D'AVOIR HONTE, PAS AUX VICTIMES

Récemment, le village de Cap-Pelé a réagi rapidement & avec grande considération aux allégations d'abus sexuels perpétrés contre de nombreux hommes dans leur enfance. Voir le retrait de l'enseigne était réconfortant. Bravo & merci à tous les intervenants… Certains des hommes ont fait des déclarations publiques. Ils se sont identifiés & ont refusé d'avoir honte de ce qui leur était arrivé… Souhaitons que de plus en plus de femmes se sentent un jour à l'aise de faire la même chose. La plupart des victimes d'abus sexuels sont des femmes, même la plupart des victimes d'abus sexuels commis par des prêtres ou des membres du clergé. Néanmoins, peu le signalent. Les filles & les femmes qui portent plainte contre les agressions sexuelles dont elles sont victimes sont encore traitées différemment.

On accuse rarement les garçons & les hommes qui dénoncent un abus sexuel de tout inventer ou d'avoir invité le contact sexuel. La situation est encore bien différente pour les filles & les femmes aujourd'hui.

Le premier obstacle posé par les abus sexuels tient au fait que tant de cas passent sous silence & restent impunis. Les agresseurs comptent là-dessus.

Il y a quelques semaines, une organisation féminine a invité les femmes à «tweeter» la raison pour laquelle elles n'avaient pas porté plainte. Dans l'espace de quelques heures, des milliers de personnes avaient répondu.

«Parce que je n'osais pas en parler & quand je l'ai enfin fait un an plus tard on ne m'a pas crue»; «Parce qu'à douze ans “on imagine beaucoup de choses”»; «Parce que c'était mon ex-mari»; «Parce que déballer l'horreur devant un flic qui vous prend de haut c'est pas facile!»; «Parce que j'avais peur de lui & de sa famille».

Mariska Hargitay, une actrice dans la série New York unité spéciale a créé une fondation visant à aider les gens se guérir des séquelles d'une agression. Peter Hermann, son mari, affirme: «Notre vision, c'est qu'un jour quelqu'un sera en mesure de s'asseoir à une table & d'affirmer “J'ai survécu à un abus sexuel”, & que tout ne s'arrêtera pas là, car la personne assise en face ne sait pas quoi répondre. L'agression ne devrait pas définir une victime, c'est simplement une chose qui lui est arrivée. Ce n'est pas sa faute, & elle n'a pas à avoir honte... C'est l'agresseur qui doit être rongé par la honte.»

- Tiré de la chronique de Jody Dallaire, 28 mars 2012, Acadie nouvelle, http://bit.ly/KrkUTS

 

LES FEMMES S'AUTOCENSURENT POUR SE CONFORMER AUX STÉRÉOTYPES

Une nouvelle étude qui devrait remettre en question bien des certitudes sur la moindre ambition des femmes. Si elles accèdent moins souvent que les hommes aux postes de managers c'est avant tout parce qu'elles se conforment à des stéréotypes… & parce que ceux qui décident des nominations les regardent à travers les lunettes des stéréotypes sexués. « Les femmes ont des difficultés à être identifiées comme leaders & à se projeter sur des postes à haute responsabilité. & les hommes vont négliger la candidature de femmes à ces postes ». L'étude réalisée par l'association IMS-Entreprendre auprès de 1 200 salariés de 9 entreprises en France, confirme que les croyances ont la peau dure : selon les personnes interrogées, « les hommes seraient plutôt doués pour la négociation, doués de charisme & de leadership, alors que les femmes seraient plus dans l'écoute, l'empathie, avec le sens du détail & de l'organisation ». & c'est ce que répondent quasiment autant les hommes que les femmes… & les femmes s'autocensurent pour se conformer à ces stéréotypes.

Les stéréotypes peuvent rendre aveugle : 67% des hommes estiment que l'accès aux promotions internes est équitable entre les sexes, contre 39% des femmes. Il suffit pourtant de regarder les organigrammes … Mais surtout, ces stéréotypes peuvent intimider : la moitié des personnes interrogées, des deux sexes, pensent que les femmes qui obtiennent un poste à responsabilité finissent par se masculiniser. Les hommes ont une image positive des femmes… tant qu'elles restent à des niveaux hiérarchiques inférieurs.

La bonne nouvelle est que les entreprises finissent par prendre le sujet au sérieux. Les chantiers : l'égalité salariale, le travail sur les mentalités & les stéréotypes, la conciliation vie professionnelle / vie privée, la politique managériale et, enfin, inciter les acteurs à s'impliquer davantage.

Conclusion : il faut impulser des valeurs fortes mais aussi agir sur les dirigeants qui n'identifient pas les femmes comme potentielles managers & sur les femmes elles-mêmes pour éviter qu'elles ne se laissent influencer, voire intimider, par les stéréotypes.

-  Tiré de L'entreprise s'attaque aux stéréotypes, Isabelle Germain, 2012. http://bit.ly/MbIwtt . Voir aussi le guide pratique, Les stéréotypes sur le genre - Comprendre & agir dans l'entreprise, http://bit.ly/MspDFC

 

ÉPIDÉMIE CACHÉE DE VIOLENCE DANS LES FRÉQUENTATIONS ADOLESCENTES

Un nombre record d'adolescents canadiens sont victimes de violence dans leurs fréquentations & ont besoin d'aide pour rester en sécurité.

Dr Claire Crooks, de la Fondation canadienne des femmes : « Lorsque l'on se penche sur la glorification de la violence contre les femmes dans la culture populaire & les dynamiques des pairs chez les adolescents, il n'est pas surprenant que la jalousie & le comportement possessif ou contrôlant soient perçus comme des signes de dévotion & de tendresse. » La Fondation canadienne des femmes a investi dans des programmes sur les relations saines à l'intention des adolescents, & a récemment reçu un financement de Condition féminine Canada afin d'élaborer une stratégie d'apprentissage nationale. « Il est essentiel d'aider les adolescents à se concentrer sur la prévention de la violence pour avoir une incidence à long terme sur la fin de l'abus au Canada. »

Les programmes en matière de relations saines chez les adolescents sont en train de transformer les relations & les cultures scolaires. Une évaluation récente des programmes financés par la Fondation a révélé que 90% des étudiants ont déclaré que les programmes leur ont appris à garder leurs relations saines, même des années après avoir quitté l'école. 60% ont dit que les programmes ont influencé leur choix de partenaires ou les ont aidés à décider de quitter une relation malsaine.

-  La violence chez les adolescents dans leurs relations est une épidémie cachée au Canada, 21 février 2012, Canadian Women's Foundation, http://bit.ly/M6uPbL .

 

PROSTITUTION : UNE FORME D'EXPLOITATION & DE VIOLENCE À L'ÉGARD DES FEMMES

Il faut cesser de considérer la prostitution sous l'angle des nuisances publiques ou de la santé publique, comme on l'a fait jusqu'ici, sans se préoccuper de ses effets sociaux & du bien-être des personnes prises au piège de la prostitution. Le Conseil du statut de la femme propose l'adoption d'une loi, à l'instar de la Suède, qui dépénalise les femmes prostituées & qui criminalise tous ceux qui les exploitent. Celle-ci devrait s'inscrire dans une politique globale, axée sur la responsabilisation de tous les acteurs sociaux, visant à lutter contre le proxénétisme sans criminaliser les femmes; soutenir les femmes pour les aider à sortir & non à demeurer dans la prostitution; & changer les mentalités pour rendre la prostitution socialement inacceptable.

Le Conseil refuse de considérer la légalisation ou la décriminalisation comme une solution aux problèmes complexes liés à la prostitution. Le Conseil croit que cela ne ferait qu'amplifier tous les problèmes associés à la prostitution, comme en témoigne l'expérience des pays ayant opté pour ce choix. Le Conseil refuse le statu quo des lois actuelles qui criminalisent les femmes prostituées. Il faut considérer la prostitution comme une forme d'exploitation & de violence à l'égard des femmes. Il faut agir à deux niveaux : au niveau juridique, pour continuer à pénaliser ceux qui exploitent la prostitution d'autrui, & au niveau social, par la prévention & la protection des personnes à risque ainsi que par le changement des mentalités.

Les préjudices découlant de la prostitution, tant au niveau individuel qu'au niveau collectif, portent atteinte à la dignité des femmes, au droit à l'égalité des sexes & aux droits fondamentaux, ce qui justifie des mesures légales destinées à freiner sa pratique.

Le Conseil propose que le gouvernement du Québec fasse pression pour que soit supprimée la promotion de services sexuels dans les petites annonces & dans l'espace public ; que des services spécialisés soient mis à la disposition des personnes qui veulent sortir de la prostitution: maisons d'hébergement, services de désintoxication, aide psychologique adaptée, aide à la réinsertion sociale & économique; aide juridique afin d'obtenir un pardon pour les condamnations liées à la communication à des fins de prostitution ; que les organismes terrain dont la mission est d'aider les personnes prostituées à quitter ce milieu soient subventionnés ; que le gouvernement réalise une campagne d'information auprès de la population en général & des clients en particulier afin de décourager l'achat de services sexuels…

-  Avis du Conseil du statut de la femme au Québec, mai 2012. http://bit.ly/MbImCo

 

EN FIN DE COMPTE

Du moment où l'État reconnaît & protège la prostitution, il en proclame par cela même la nécessité & lui ôte son opprobre.

- Josephine Butler, 1828–1906, féministe britannique qui a surtout œuvré pour l'amélioration de la condition des femmes prostituées.

 


 

 

wib-dqf@gnb.ca
Sans frais : 1-877-253-0266
télécopieur : (506) 453-7977
www.gnb.ca/femmes

Women Femmes NB
est publié deux fois par mois par la Direction des questions féminines du gouvernement provincial. Il diffuse des nouvelles sur les questions d’égalité - des événements, des rapports, des initiatives et des renseignements nous provenant des groupes de femmes, des gouvernements, des universités et autres.

**Les textes fournis par des organismes non gouvernementaux seront publiés dans la ou les langues dans lesquels ils nous sont fournis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 
Women Femmes NB
June 6, 2012
 

IN THIS ISSUE:
  • NEW STATS ON INTIMATE PARTNER VIOLENCE IN CANADA, 2010
  • NOTICES
  • NEW BRANDING: “TRADES & TECH GALA FOR GIRLS”
  • YOUNG WOMEN & COMMUNITY LEADERSHIP – ENGAGING FOR CHANGE
  • THE MYTH OF MEAN GIRLS
  • THE QUICK & DIGNIFIED WAY THAT THE COMMUNITY OF CAP-PELÉ…
  • SEX TRAFFICKING, MILITARY CONTRACTORS & ONE WOMAN'S FIGHT FOR JUSTICE
  • PROSTITUTION: A FORM OF EXPLOITATION & VIOLENCE AGAINST WOMEN - QUÉBEC
  • THE HIDDEN EPIDEMIC OF TEEN DATING VIOLENCE


………………………………………………………………………………

NEW STATS ON INTIMATE PARTNER VIOLENCE IN CANADA, 2010

In N.B., there were about 2,800 victims of intimate partner violence reported to police in 2010. That's a rate of 443 per 100 000 population (national rate, 363). N.B. has the fourth highest provincial rate of such violence in Canada, after the 3 prairie provinces.

19 women & 5 men were killed by their intimate partner in N.B. between 2000 & 2010. N.B. also had 11 other family homicides & 44 non-family homicides in that period.

Compared to, N.B. is doing better than the national average when it comes to the family & non-family homicide rate & the rate of males killed by an intimate partner. N.B.'s rate of homicide of a female by an intimate partner is the same as the national figure. However, N.B.'s rate is worse for intimate partner violence, child & youth victims of family violence, senior female & senior male victims of family violence, child & youth victims of non-family violence & family violence.

-Family violence in Canada: A statistical profile, 2010, Juristat, http://bit.ly/JR7Ru2

 

NOTICES

Aboriginal Day Event “Celebrating and Honouring our Aboriginal Women” – N.B. Aboriginal Women's Council with Gignoo Transition House Inc. and Government of N.B.'s Women's Issues Branch, Aboriginal Affairs Secretariat and Dept of Health are hosting an event celebrating National Aboriginal Day on 21 June 2012, Officer's Square, Fredericton, 12 to 4 pm. Open to the public. Showcase of N.B.'s Aboriginal culture. Traditional drum groups and dancers. Aboriginal artists and Aboriginal organizations will show products, programs and services. Krista Paul, 462-5177; Sonja Perley, 462-5023.

3-Day Workshop for Women Who've Lived in Situations of Intimate Partner Violence - 19-21 June 2012, Fredericton. Free. Travel expenses covered. NB Assoc. of Social Workers & Muriel McQueen Fergusson Ctre. How to understand IPV; build self-esteem, become a leader in your life & community. 453-3595; fvrc@unb.ca

Nominations Sought – Nominate a person or organization for the NB Human Rights Award recognizing outstanding effort, achievement or leadership on a volunteer basis in promotion of equality & human rights in N.B. Politicians, parties & deceased persons not eligible. By 25 June 2012. http://bit.ly/NAcIhD

Prenatal Yoga Workshop - 9 June 2012, 1-5pm, Amana Institute, Nauwigewauk. To empower women (& partners) with knowledge & confidence to enter the labour/delivery room through non-medical methods. Gentle yoga poses, meditation & breath-awareness. Krista Watson-Hare & Jenn Carson. $60/ person; $90/couple. No previous yoga experience necessary.

Why Are Women & Girls Drinking So Much? – Free online webinar Thurs 7 June 2012, 1-2pm NB time. Journalist Ann Dowsett Johnston spent a year talking with women, researchers & policy-makers to learn why women drink, & how alcohol affects us differently. Rates of risky drinking rose significantly in recent years. Canadian Women's Health Network & BC Centre of Excellence for Women's Health. Register: http://conta.cc/K7PgLp

Doing Your Own Divorce – Workshop in 2 locations. 27 June 2012, 7-9pm, YWCA Moncton with lawyer Adèle Savoie. 20 June, 7-9pm, UNB Ludlow, Fredericton with Elizabeth McGrath. $20. Pre-registration required. PLEIS NB. 1-888-236-2444 http://bit.ly/vr4qdH .

Leadership Management International Inc Invites Registrations to My Women's Workshop with keynote Kathy Watt, “The Doing vs. Being Conundrum”. 4 sessions: Precision Pilates; Women Growing Wealth; The Truth About Health; Importance of Reflection & Purpose to Our Careers. $49. Sat 16 June 2012, 9-2:30pm, Wu Centre, Fredericton. http://bit.ly/KjaMcY

Momcafé - A platform for professional moms - conversations started at live events continue online - is looking for a mom to operate momcafé New Brunswick. You will build local membership & organize 5-8 events/yr, negotiate local member benefits to complement national. Commitment of 8-15 hrs/ week. Contact tasha@momcafenetwork.com 902.405.8576 http://bit.ly/KxsRX3

Sexual Violence, Domestic Violence: Exploring the Continuum of Violence against Women & Girls - National Research Day, 7-9 Nov 2012, Vancouver. Presenters incl Beverley Jacobs, Liz Kelly (Prof.of Sexualized Violence, London Metro Univ). Pre-conference training on provision of services for women who have experienced sexual violence. http://bit.ly/A57WvR

Violence against Women under International Human Rights Law – book by Alice Edwards, Office of UN High Commissioner for Refugees. How women's lives & the violence they face are understood & responded to in human rights jurisprudence. The more women work within the structures of law & institutions, the more power & sexual inequalities in the system are reinforced. http://bit.ly/MbHNZl

PBS Interview with Mary Gordon , Founder of Roots of Empathy - http://to.pbs.org/u8N2Hj

Here & Now: Demographic Challenges to Canadian Public Policies - Summer 2012 Conference. Workshop, Thurs 7 June (11:30–5pm, Taillon Bldg, U. de Moncton, lucienne.landry@umoncton.ca ; 858-4506) followed by Sessions on Public Policy Research, 8-9 June (Auberge Vieux Presbytère, Bouctouche). Cdn Institute for Research on Public Policy & Public Administration, with Social Policy Research Network of N.B. manon.cormier@umoncton.ca

Community Transportation Dialogue – 12-13 June 2012. N.B. Economic and Social Inclusion Corp. Best practises from across the country. Free (lunch incl) Speakers incl: Katherine Freund, Founder of ITN Dignified Transportation for Seniors. monarchevents@rogers.com


NEW BRANDING: “TRADES & TECH GALA FOR GIRLS”

The previously known “Skills Work Networking Dinners” have been rebranded!

Our rebranding effort ensures our name reflects the overall purpose of our event. These dinners connect high school girls to women working in non-traditional careers as a means to ensure young N.B. women have considered all career options before embarking on decisions about their futures.

Trades & Tech Gala for Girls will continue to foster a positive environment in which young women have the opportunity to hear from speakers, to find out more about the rewards & challenges of non-traditional career paths, & to network with female mentors from their community. Mentors that participate in our Gala for Girls provide students with advice, guidance & inspiration by sharing their experiences. Participants leave empowered & informed about a variety of career choices available to them.

We feel this new brand represents our goals & commitment to helping young girls discover that they are only limited by their imagination, not their gender.

Stay tune for the continuation of the Trades & Tech Gala for Girls coming in the fall, & keep an eye out for our new look!

 

YOUNG WOMEN & COMMUNITY LEADERSHIP – ENGAGING FOR CHANGE

A 3.5 day workshop series for women aged 18–25 involved or interested in leadership in their communities & who want to connect with other young women engaging for change in Atlantic Canada. 21-24 Aug 2012, Charlottetown. If you want to start a program or fix something that's not working, this is for you! Develop skills & ideas about leadership. Discuss opportunities & challenges for young women leaders. Develop a network. Create a plan for something you want to work on in your community. Part of the Leadership for Active Communities conference of Atlantic Summer Institute. Some subsidies available. http://bit.ly/JlhddF ; asi@thequaich.pe.ca ; 902-894-3399.

 

THE QUICK & DIGNIFIED WAY THAT THE COMMUNITY OF CAP-PELÉ…

… acknowledged recently the sexual abuse done to many men there when they were children was heartening. Bravo & thank you to all involved.. It is noteworthy that some of the men came out publicly, giving their names & rejecting the shame that is supposed to be associated with the lot of sexual abuse victims. Bravo & may more women one day feel safe to do the same thing. Most sexual abuse victims are female, even most sexual abuse victims of priests or clerics. Few report it though. It is still different for girls & women to speak out about sexual assault. Few boys & men who speak out about sexual abuse are suspected of making up their story or of having encouraged the sexual contact. It is still a different story for girls & women.

The first problem with sexual abuse is that so much goes unreported & unpunished. The abusers count on that. In France last month, a women's group invited women to tweet the reason why they did not report their sexual abuse. Within hours, thousands had sent in replies.

“Because when I tried a year later, they didn't believe me.” “Because I wasn't supposed to be at the party & my parents would be mad.” “Because it was my husband.” “Because if people know you've been raped, they think you cannot be normal again.” “Because I was afraid of him.” …

Peter Hermann, husband to Mariska Hargitay, the actress in Law & Order: Special Victims Unit who launched a foundation to help people healing from abuse, says, “Our vision is that is that someday someone will be able to sit down at a table & say “I'm a survivor of sexual abuse” & not have the needle skip off the record & have the person sitting across from them not know what to say.Because it's not what defines them, it's simply something that happened to them & it's not their fault & they don't need to carry the shame . . . The shame belongs to the perpetrator.”

- Excerpt, Sexual abuse, Jody Dallaire, Times & Transcript, 28 March 2012, http://bit.ly/NAeI9C

 

THE MYTH OF MEAN GIRLS

Again & again, we hear of girls hitting, brawling & harassing. But this panic is a hoax. We have examined every major index of crime. None show a recent increase in girls' violence; every reliable measure shows that violence by girls has been plummeting for years. Fights, weapons possession, assaults & violent injuries by & toward girls have been plunging for at least 10 yrs... Virtually without exception, these surveys show major drops in fights & other violence, particularly relationship violence, involving girls over the last 15 to 20 years. Girls are no more likely to report being in fights, being threatened or injured, or violently victimizing others today than in the 1970s. Girls' supposed “violent crime increase” in the '80s & '90s resulted from new laws & policies mandating arrests for domestic violence & minor youth offenses “that in past years may have been classified as status offenses (e.g., incorrigibility)”. Increased numbers of arrests “are not always related to actual increases in crime.”

This mythical wave of girls' violence & meanness is contradicted by evidence. Yet news media & experts arouse unwarranted worry. The unfortunate result is more punitive treatment of girls, including arrests & incarceration for lesser offenses that were treated informally in the past, as well as alarmist calls for restrictions on their Internet use.

Why, in an era when slandering a group of people based on the misdeeds of a few has rightly become taboo, does it remain acceptable to use isolated incidents to berate modern teenagers, particularly girls? Why are we bullying girls?

- NY Times, 2010, by Mike Males, senior researcher at Center on Juvenile & Criminal Justice ; & Meda-Chesney Lind, women's studies prof, Univ. of Hawaii & co-editor of the “Fighting for Girls: New Perspectives on Gender & Violence.” http://nyti.ms/LhrdHe

 

SEX TRAFFICKING, MILITARY CONTRACTORS & ONE WOMAN'S FIGHT FOR JUSTICE

The Whistleblower (2010), a Canadian-German film, the directorial debut of Canadian filmmaker Larysa Kondracki, is a grueling exposé of human trafficking in postwar Bosnia, based on the true story of Kathryn Bolkovac. Bolkovac is a police officer & divorced mother living in Nebraska. She accepts a job as a UN peacekeeping officer in Bosnia in 1999. She embraces her job with a gusto that immediately raises eyebrows among her cynical co-workers, who look down at the Eastern Europeans they have been charged to help... After demonstrating her mettle in prosecuting a case of domestic violence, Kathryn is offered a job in the UN Gender Affairs, working with the police to investigate rape, domestic abuse & sex trafficking. She journeys to a bar in the countryside, where she discovers a nest of imprisoned young prostitutes who are so frightened they refuse to talk to her. When she reports back to her smirking boss, she realizes he is part of a conspiracy among her male co-workers. Even the head of the repatriation program is of no help: rules leave her unable to rescue prostitutes whose passports have been confiscated by their kidnappers. A fuller picture emerges of a lucrative operation involving the police & UN peacekeepers, many of them protected by diplomatic immunity. The more noise she makes to UN higher-ups, the more apparent it becomes that she is viewed as a nuisance, & her job is terminated.

The movie concentrates on Kathryn's efforts to coax 2 terrified Ukrainian girls to identify their kidnappers. Some of the horrors in the book Ms. Bolkovac wrote about her experiences are softened, including the fact that many of the girls were much younger than those in the movie. “The Whistleblower” tells a story almost beyond belief. Its conclusion — that in the moral quagmire of war & its aftermath, human trafficking & corruption are collateral damage — is depressing.

- Excerpts, review by Stephen Holden, NY Times, 4 Aug 2011 ttp://nyti.ms/M6snSF

 

PROSTITUTION: A FORM OF EXPLOITATION & VIOLENCE AGAINST WOMEN - QUÉBEC

It is time to stop viewing prostitution as a public nuisance or public health issue, as has been the case so far, without considering its social effects & the welfare of those trapped in its web

The Conseil du statut de la femme recommends introducing a law that would decriminalize women engaged in prostitution while criminalizing all those who exploit them. This step must be part & parcel of a comprehensive overall policy that appeals to the responsibility of all members of society with the following aims combat pimping, without criminalizing women; support women so they can escape rather than remain stuck in prostitution; change attitudes, to make prostitution socially unacceptable.

The Conseil refuses to view legalization or decriminalization as solutions to the complex problems associated with prostitution. We believe that doing so would only magnify these problems, as shown by the experience of countries that have opted for this choice. Moreover, the Conseil rejects the existing legal status quo that criminalizes women who are prostitutes & penalize them twice by making it more difficult to quit prostitution. The Conseil believes that prostitution must be considered a form of exploitation & violence against women.

- Opinion, Conseil du statut de la femme au Québec, May 2012, http://bit.ly/LsWc10

 

THE HIDDEN EPIDEMIC OF TEEN DATING VIOLENCE

1 in 3 teens experience dating violence, & 66% of all female victims of sexual assault are under the age of 24 (11% under the age of 11). When you combine that with peer pressure & a violent popular culture, it's easy to see how young men & women can start to believe that jealousy, & possessive or controlling behaviour are signs of passion, not abuse. For 15 years, the Canadian Women's Foundation has been investing in teen healthy relationship programs; the last five in multi-year investments. These grants focus on school-based healthy relationship programs. Teens learn the warning signs of abuse, which behaviours help to create a healthy relationship, ways to show mutual respect. We want every teen to know how to recognize & prevent abusive relationships.
- http://bit.ly/NAfu6B

 

IN PARTING

I'm tired of saying: “How wonderful you are!” to fool men who haven't got one-half the sense I've got, & I'm tired of pretending I don't know anything, so men can tell me things & feel important while they're doing it.

- The character Scarlett O'Hara in Gone with the Wind, 1936, written by Margaret Mitchell



 

wib-dqf@gnb.ca
Toll free:
1-877-253-0266
Fax: (506) 453-7977  
www.gnb.ca/women

Women Femmes NB
is sent out twice a month by the provincial government Women's Issues Branch. It provides news related to equality issues, including events, studies, initiatives and information from women's groups, governments, universities, etc.

**Text from non-governmental sources will be published in the language(s) in which it is provided.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

To unsubscribe, click here. / Pour désabonner, cliquez ici.
Subscribe to Women Femmes NB / Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Questions or comments? E-mail us at wib-dqf@gnb.ca or call 1-877-253-0266
. /
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel
wib-dqf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266
Women's Issues Branch | 551 King Street, Suite A | Fredericton, NB E3B 5H1 /
Direction des questions féminines | 551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1