View this newsletter in your browser. / Voir ce bulletin sur notre site web.
You're receiving this message because you subscribed. / Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrit-e.
Not interested anymore? Unsubscribe / Vous n’êtes plus intéressé-e ? Se désabonner
WOMEN FEMMES NB
July 6, 2011

Send us your news:
wib-dqf@gnb.ca
Toll free: 1-877-253-0266
Fax: (506) 453-7977  
www.gnb.ca/women

Women Femmes NB is sent out twice a month by the provincial government Women's Issues Branch. It provides news related to equality issues, including events, studies, initiatives and information from women's groups, governments, universities, etc.

Text from non-governmental sources will be published in the language(s) in which it is provided.

 

 

(La version française suit)

This is the first edition of a new enewsletter on women's issues in New Brunswick. 

You are receiving this because you were a subscriber to either NB Women's News / NouvELLES , formerly published by the Advisory Council on the Status of Women, or to one of the Women's Issues Branch newsletters (Wage Gap Enews or Communities Connecting) which are being replaced by this new enewsletter. 

We hope you will choose to continue to receive Women Femmes NB , but if you want to unsubscribe, reply to this email with “Unsubscribe Women Femmes NB” as the Subject or message.

In This Issue:

  • Gendered Poverty, New Brunswick, 2009
  • Notices
  • Submissions from the Community
  • Family Friend Program Provides Support To Single Parents In Fredericton
  • Teenage Pregnancies in New Brunswick
  • Aboriginal Women & Violence by a Stranger, an Acquaintance or a Spouse
  • "Something About Hockey": Commentary About Vancouver's Hockey Riot
………………………………………………………………………………

GENDERED POVERTY, NEW BRUNSWICK, 2009

The somewhat good news: The overall poverty rate declined slightly in 2009 in N.B. compared to 2008:

  • 6.7% of the population is poor, down from 7.1% in 2008, using after-tax Low-Income Cut-Offs.
  • 11.2% of the population is poor, down from 11.5% in 2008, using the Market Basket Measure.

The other news: more children are living in poverty (7.5% of children, up from 5.4% in 2008, using LICO after-tax; but 14.6% of children, up from 13.9% in 2008, using the Market Basket Measure). That means between 10,000 and 20,000 children lived in poverty in 2009 (just over half of them living in female lone parent families).

The group most likely to be poor in the province is non-elderly women without partners (35% to 42% of them are poor, depending on the measure used).

Again depending on the poverty measure used, there were between 23,500 and 37,000 adult women living with low income in N.B. in 2009 (between 15,500 & 26,000 men).

StatCan's Low Income Cut-Offs count people who fall below a threshold (compared to others in a similar community, a greater proportion of their income is used for basics). Two LICOs are calculated: before-tax and after-tax (useful to show how tax policies redistribute income). A newer measure by HRDC, Market Basket Measure, compares family income to the cost of a basket of basic goods and services (nutritious diet, clothing, shelter, transportation & some personal /household supplies).

- Statistics Canada, Income in Canada 2009, http://bit.ly/jabzX2

 

NOTICES

Sarah Rose, of St. Mary's First Nation, is the new President of N.B. Aboriginal Women's Council Inc. She is also First Vice president of Native Women's Association of Canada. Sarah is Regional Health Coordinator for the Union of New Brunswick Indians since 2006. Sarah's great-grandfather Peter Polchies was the last traditional Maliseet chief on the Woodstock First Nation.

New! Factsheet on Family Law Services in N.B. - A table listing family law services, responsible agency/ dept, what the service offers & how to obtain it. Public Legal Education and Information Service of N.B. says it grew out of the confusion some people feel when attempting to find out about family law services. Ex.: there are several toll-free lines – some for certain regions only - for family mediation, family law information, making an appointment with an advice lawyer etc. http://bit.ly/l2bzOL

Quick Facts on Access to Justice in N.B. – a summary prepared by Pro Bono UNB Law students Adam Baker & Michael Prang, under supervision of Prof. Jula Hughes, for Access to Justice Working Group of Maritime Conference United Church of Canada. It's on pages 21 to 31 in: http://bit.ly/mRJbiE

The Impact of Social Media on Girls – The Ministers responsible for the Status of Women from the Atlantic provinces are developing a 5-yr strategy to promote awareness of the impact of social media on girls, to identify safety measures & to recognize gaps and emerging needs. http://bit.ly/lYxC5V

“Parents are concerned, but should they be?” - View the video of a lecture on “Tweeting, Texting, Teens & Chat: The Internet and Sex in the Lives of Youth” by UNB Prof. Dr. Lucia O'Sullivan, Canada Research Chair in Adolescents' Sexual Health Behaviours, delivered at Fredericton High, April 2011. http://bit.ly/kGEbRz

As of June 18, 2011, the Canadian Human Rights Act applies to the Indian Act. First Nation governments must ensure compliance; ex.: buildings and housing owned by First Nations must meet the needs of persons with physical disabilities. Assembly of First Nations Chief Shawn A-in-chut Atleo said First Nations fully support human rights and but currently lack the capacity and resources to implement the changes. Over 700,000 people are affected by the change. The exclusion of the Indian Act from the 1977 Canadian Human Rights Act had been intended to be temporary. http://bit.ly/kXSYEd

Int'l Forum on Social & Solidarity Economy – 17-20 Oct 2011, Montréal. Citizens answering their needs by building a more inclusive and solidarity economy. Themes include “Women at the Heart of the Social & Solidarity Economy” & “Reducing the Vulnerability of Women and Families to Food Insecurity Through Collective Action”. www.fiess2011.org/en/

Two new N.B. programs to help athletes and coaches: Long-term Athlete Development Funding ($200,000) to support high-performance athletes & athletes involved in long-term physical activity. Professional Coach Employment ($150,000) to increase the number of professional coaches. http://bit.ly/m2N8tr

Success Stories - Wendy Boone, first female blaster in New Brunswick. “Tearing things down and building them into something beautiful is very exciting to me.” www.gnb.ca/0012/Womens-Issues/wg-es/careersurf/successstories/wboone-e.asp

What Men Can Do to support the participation/ leadership of girls/women in sport & physical activity: Be vocal about fair access in programs, facilities, coaching, media, etc. New document by Cdn Assoc. for Advancement of Women & Sport & Physical Activity: http://bit.ly/iSjdKV
Read what David Morrison, a father of 2 girls, did: http://bit.ly/im9yl4

 

SUBMISSIONS FROM THE COMMUNITY

Please send us your news – notices of events, but also your projects, reports or publications, successes – related to issues of interest to women's equality. We'll include appropriate items in Women Femmes NB. Send to: wib-dqf@gnb.ca; Fax: (506) 453-7977; or call us at 1-877-253-0266.

 

FAMILY FRIEND PROGRAM PROVIDES SUPPORT TO SINGLE PARENTS IN FREDERICTON

Excerpts from a text by Wage Gap Reduction Initiative of Women's Issues Branch

Since 2004, the YMCA's Family Friend Program has helped single parents by matching them with volunteers in the Fredericton area. “Participants meet with their volunteer friend once a week,” says Krista Steeves, program coordinator with the Family Friend Program adding that participants also attend monthly workshops. In addition to connecting participants with valuable services offered in the community, the benefits of belonging to the program include access to the YMCA and community-based services such as employment counselling, financial management advice, computer training, and a variety of health and recreational programs for participants and their families.

Recently, Mary-Clare White from the Wage Gap Reduction Initiative and guest speaker, Rose MacKinnon, spoke to participants at their May workshop… Rose MacKinnon is an apprentice plumber and had participated in the Partners Building Futures program in 2008. MacKinnon believes that there is a need for more women to get into the trades. “The income is higher (in the trades), and not everyone is cut out for office work,” says MacKinnon. “I hope to broaden their minds to those career potentials so that they don't need to stay in a box.”

- Read article: http://bit.ly/jjSa5V
See the Program's website: http://bit.ly/kUAazx

 

TEENAGE PREGNANCIES IN NEW BRUNSWICK

The first issue of “Health Indicators”, a new bulletin by N.B.'s Office of the Chief Medical Officer of Health, is dedicated to teenage pregnancy. Excerpts:

In N.B. in 2009, there were a reported total of 613 teen pregnancies. Two-thirds (409) were among those 18 to 19 at the time of the pregnancy outcome (birth, stillbirth or abortion). If we include abortions in N.B. private clinics and spontaneous abortions resulting in admission to a medical facility, the total number of pregnancies in 2009 among women 19 and younger is estimated at 710... Given that the available data don't capture abortions performed outside the province nor spontaneous abortions for which no medical attention was sought, it is likely the true number of teenage pregnancies is somewhat higher.

Among teens 15 to 17, the pregnancy rate has been cut by nearly half since 1992 (to 14.5 per 1,000). Among older teens, 18 or 19, the rate has dropped by almost a third, to 42.6 per 1,000. But the declining trend has reversed: the rates have increased each year since 2005 among both age groups (by about 6 to 8% each year on average) (except for 2009 among 18-19 yr olds). Relatively higher increases in the rate were experienced between 2005 and 2009 in certain health regions.

Live births: The fertility or live birth rate for N.B. remains higher than the national average (19.8 versus 14.0 per 1,000 in 2007), and slightly higher than for the other Atlantic provinces.

Compared to women who postpone motherhood, teenage mothers experience a higher rate of pregnancy-related complications and are less likely to complete their education and more likely to have limited career and economic opportunities. Furthermore, their babies are at increased risk of preterm birth, low birth weight and death during infancy. - http://bit.ly/iTNHm2

 

ABORIGINAL WOMEN & VIOLENCE BY A STRANGER, AN ACQUAINTANCE OR A SPOUSE

Aboriginal women in Canada have much higher rates of violent victimization and experience more severe impact than non-Aboriginal women, according to new data from Statistics Canada's General Social Survey 2009. Aboriginal women who were surveyed were almost 3 times more likely to be victims of violence (sexual or physical assault, robbery) in the previous year, whether at the hands of a stranger, acquaintance or a spouse. The rates for all kinds of violent victimization were:

  • 279 per 1,000 Aboriginal females;
  • 106 per 1,000 for non-Aboriginal women.

Spousal Violence (by current or former intimate partner): 15% of Aboriginal women and 6% of non-Aboriginal women stated they had been a victim in the previous 5 years. Many more of the Aboriginal women victims said they had been threatened with a gun or a knife, sexually assaulted, beaten or choked (48% of Aboriginal victims, 32% of non-Aboriginal). The spousal violence resulted in injury for 59% of Aboriginal victims, compared to 41% of non-Aboriginal victims. 52% of Aboriginal victims and 31% of non-Aboriginal victims said they feared for their lives. Most victims did not report the incident to police (69% of Aboriginal victims of spousal violence, 76% of non-Aboriginal).

Stranger/acquaintance violence : An even higher proportion of the women who experienced stranger/acquaintance violence did not report the crime: 76% of Aboriginal victims and 70% of non-Aboriginal victims.

Note: The General Social Survey is known to have serious limitations when measuring the true incidence of violence against women, and particularly women of diverse cultures. It is conducted by telephone, only in English and French, and it excludes the Northwest Territories, Yukon and Nunavut.

- Statistics Canada, Juristat: Violent victimization of Aboriginal women in the Canadian provinces, 2009, released May 2011, http://bit.ly/jXolOo

 

"SOMETHING ABOUT HOCKEY": COMMENTARY ABOUT VANCOUVER'S HOCKEY RIOT

Hockey is played by multimillionaires who skate very well, but frequently hurt and/or fight one another while officials watch and fans cheer… Why are we surprised when the fans mimic the sport?... The Vancouver Police crime statistics for April 2011, when playoff fever started, show a 28% increase in assaults in District 1, which contains the most sports bars - double the city's average, which itself had increased 14%. Sexual assaults in Vancouver increased 133% in District 1… Similar rises in crime coincided with Olympic hockey in Vancouver in 2010… Commentators who say the Vancouver riots have "nothing to do with hockey" and "were not committed by hockey fans" are not informed enough to give public comment… Young males buy into a violent subculture of masculinity fed by hockey, UFC etc that define men through violence...

Canadians need to understand this gendered, violent crisis… how violence has become an endorsed dance of manliness -both on and off the ice - and how dangerous that dance truly is.

- Excerpts, Laura Robinson, former member of national cycling team & author of Crossing the Line: Violence and Sexual Assault in Canada's National Sport. 17 Jun 2011. http://bit.ly/iF1lpC

 

IN PARTING
My divorce came to me as a complete surprise. That's what happens
when you haven't been home in 18 years.
- Lee Trevino, U.S. golfer.

 


WOMEN FEMMES NB
le 6 juillet 2011

Faites-nous parvenir vos nouvelles :
wib-dqf@gnb.ca
Sans frais : 1-877-253-0266
télécopieur : (506) 453-7977
www.gnb.ca/femmes

Women Femmes NB est publié deux fois par mois par la Direction des questions féminines du gouvernement provincial. Il diffuse des nouvelles sur les questions d’égalité - des événements, des rapports, des initiatives et des renseignements nous provenant des groupes de femmes, des gouvernements, des universités et autres.

Les textes fournis par des organismes non gouvernementaux seront publiés dans la ou les langues dans lesquels ils nous sont fournis.

 

 

Voici la première édition d'un nouveau bulletin électronique portant sur les questions féminines au Nouveau-Brunswick.

Vous recevez ce bulletin parce que vous étiez abonné-e soit à NouvELLES /NB Women's News, le bulletin de l'ancien Conseil consultatif sur la condition de la femme, ou à un des bulletins de la Direction des questions féminines, de l'Initiative de réduction de l'écart salarial ou de l'Initiative de prévention de la violence, qui sont remplacés par ce nouveau bulletin, Women Femmes NB.

Nous espérons que vous choisirez de continuer de recevoir Women Femmes NB, mais si vous souhaitez vous désabonner, répondez à ce courriel avec comme sujet ou message, « Désabonner Women Femmes NB ».

Dans ce numéro :

  • La pauvreté – une réalité liée au sexe, Nouveau-Brunswick, 2009
  • Avis
  • Des nouvelles de vous
  • Médias Acadiens : Les femmes sont sous-représentées
  • Le Programme Family Friend vient en aide aux chefs de famille monoparentale
  • Grossesse adolescente au Nouveau-Brunswick, 2009
  • Violence faite aux femmes autochtones

………………………………………………………………………………

LA PAUVRETÉ – UNE RÉALITÉ LIÉE AU SEXE, NOUVEAU-BRUNSWICK, 2009

La ‘bonne' nouvelle. Le taux général de pauvreté s'est légèrement amélioré en 2009, comparativement à 2008, au N.-B., selon deux mesures de la pauvreté :

  • 6.7% de la population est pauvre, une amélioration par rapport à 7.1% en 2008, selon les Seuils de faible revenu après impôt de Statistique Canada.
  • 11.2% de la population est pauvre, une petite amélioration par rapport à 11.5% en 2008, selon la Mesure du panier de consommation de DRHC.

L 'autre nouvelle : la proportion d'enfants qui sont pauvres a augmenté  (7.5% des enfants sont pauvres, une hausse par rapport au 5.4% en 2008, selon les Seuils de faible revenu après impôt ; ou 14.6% des enfants, comparativement à 13.9% en 2008, selon la Mesure du panier de consommation). Cela représente entre 10 000 et 20 000 enfants pauvres en 2009 (dont un peu plus de la moitié sont membres d'une famille monoparentale dirigée par une femme).

Le groupe ou on retrouve la plus grande proportion de pauvres sont les femmes sans partenaire et qui ne sont pas des aînées (entre 35% et 42% de celles-ci sont pauvres, selon la mesure choisie)

Toujours dépendamment de la mesure, on dénombre entre 23 500 et 37 000 femmes adultes ayant un faible revenu au N.-B. en 2009 (et entre 15 500 & 26 000 hommes).

Les Seuils de faible revenu de Statistique Canada permettent de compter les personnes qui doivent consacrer une part plus importante de leur revenu à l'achat de nécessités que les autres résidents d'une communauté semblable. Deux seuils sont calculés, avant-impôts et après-impôts (ce qui est utile pour démontrer l'effet de redistribution du revenu des politiques fiscales). L'autre mesure, Mesure du panier de consommation, compare le revenu d'une famille au coût d'un panier de biens et services nécessaires (aliments nutritifs, vêtements, loyer, transport et certains articles ménagers et de soins personnels.

- Statistique Canada, Le revenu au Canada 2009, http://bit.ly/l4Zjm4

 

AVIS 

Sarah Rose, de la Première nation de St. Mary, est la nouvelle présidente du N.B. Aboriginal Women's Council Inc. Elle est également première vice-présidente de L'Association des femmes autochtones du Canada. Sarah est la coordinatrice régionale de la santé au sein du Union of New Brunswick Indians depuis 2006. Le grand-grand-père de Sarah, Peter Polchies était le dernier chef traditionnel de la Première nation de Woodstock. nbawci@nb.aibn.com

Nouveau: Un feuillet d'information qui explique les services disponibles au N.-B. en matière de droit de la famille : les services offerts, l'agence ou le ministère responsable, ce qui est offert et comment y avoir accès. Le Service public d'éducation et d'information juridiques du N.-B. l'a créé parce que certains se retrouvent confus en essayant d'obtenir de l'information à propos des services disponibles en ce domaine. Ex. :, il existe plusieurs lignes téléphoniques sans frais pour obtenir de l'aide– certaines pour certaines régions seulement - une pour le service de médiation familiale, une pour de l'information générale et une pour obtenir un rendez-vous avec un avocat. http://bit.ly/jQCCI3

Les ministres du Canada atlantique responsables de la Condition des femmes élaborent une stratégie de 5 ans sur la sensibilisation de la population aux répercussions des médias sociaux sur les filles et la désignation de mesures de sécurité. - http://bit.ly/iKsajv

Depuis le 18 juin 2011, les membres des Premières nations et autres autochtones ont enfin accès à la protection de la Loi canadienne sur les droits de la personne et pourront porter plainte contre les gouvernements des Premières nations et du Canada s'ils sont victimes de discrimination. Ce changement touche plus de 700 000 personnes. L'article qui soustrait la Loi sur les Indiens de l'application de la Loi canadienne sur les droits de la personne de 1977 devait être une mesure provisoire. http://bit.ly/muGbBQ

Forum international de l'économie sociale et solidaire – 17 au 20 oct 2011, Montréal. Des représentant-e-s de la société civile, de gouvernements et d'entrepreneurs qui veulent trouver des voies de collaboration pour construire un monde plus juste. Parmi les thèmes : «  Femmes au cœur de l'économie sociale et solidaire » et « Réduire la vulnérabilité des femmes et des familles face à l'insécurité alimentaire par des actions collectives, un rêve ou une réalité? » http://bit.ly/k97bYI

2 nouveaux programmes à l'intention des athlètes et des entraîneurs au N.-B. - Programme de développement à long terme de l'athlète (200 000 $) et du Programme d'embauche d'entraîneurs professionnels (150 000 $). http://bit.ly/lXJosA

Exemples de réussites - Wendy Boone, première femme dynamiteuse au N.-B. « Les aspects explosion et démolition de la construction m'ont toujours intéressée. Je trouve ça très excitant de démolir une structure pour ensuite construire quelque chose de magnifique. www.gnb.ca/0012/Womens-Issues/wg-es/careersurf/successstories/wboone-f.asp

Ce que les hommes peuvent faire pour favoriser la participation et le leadership des filles /femmes dans le domaine du sport /l'activité physique : Demandez l'accès équitable pour les filles /femmes en matière de programmes, d'installations, d'entraînement, de couverture médiatique, etc. Nouveau document de l'Association canadienne pour l'avancement des femmes, du sport et de l'activité : http://bit.ly/j6JNJd . Lisez ce qu'a fait David Morrison, père de 2 filles : http://bit.ly/mgIL0H

 

DES NOUVELLES DE VOUS 

Nous vous invitons à nous faire parvenir des renseignements sur vos activités ayant rapport avec l'égalité des femmes – des avis d'événements, mais aussi des détails sur vos projets, vos publications, vos réalisations. Nous publierons des extraits dans Women Femmes NB. Faites parvenir à wib-dqf@gnb.ca; Télécopieur : (506) 453-7977; ou téléphonez-nous à 1-877-253-0266.

 

MÉDIAS ACADIENS: LES FEMMES SONT SOUS-REPRÉSENTÉES

Une étude commandée par le Regroupement féministe du N.-B. constate qu'il existe une importante sous-représentation des femmes dans la presse écrite francophone de la province. Seuls 25 % des intervenants présents dans 494 textes recensés dans l'Acadie Nouvelle étaient des femmes, pendant la période du 17 octobre au 13 novembre 2010. Dans l'hebdomadaire l'Étoile, seulement 24 % des intervenants dans ses 24 reportages et brèves étaient de sexe féminin.

Estelle Lanteigne, présidente du Regroupement féministe du N.-B., a dit être d'autant plus surprise par les résultats puisqu'ils démontrent que les intervenants des textes portant sur des sujets où les femmes sont beaucoup plus actives que les hommes, comme en santé ou en éducation, étaient majoritairement masculins. "On reconnaît l'importance du rôle des médias dans le développement de la communauté acadienne et nous croyons simplement que les femmes devraient être plus visibles dans les couvertures médiatiques", explique Mme Lanteigne.

Marie-Linda Lord, titulaire de la Chaire de recherche en études acadiennes de l'Université de Moncton : « On a une vision masculine de l'information parce que, traditionnellement, ç'a toujours été des hommes qui ont mené l'information. Les femmes ont aussi un travail à faire sur elles-mêmes et doivent moins hésiter à prendre la parole, mais je pense aussi que nous avons besoin d'un coup de pouce de la direction des médias afin de nous aider et nous encourager".

- Médias, Justin Dupuis, L'Acadie Nouvelle, 6 mai 2011

Voir le rapport sur le site du RFNB : http://bit.ly/kzFYD1

 

LE PROGRAMME FAMILY FRIEND VIENT EN AIDE AUX CHEFS DE FAMILLE MONOPARENTALE

Ce texte est un extrait d'un article rédigé par l'Initiative de réduction de l'écart salarial

Depuis 2004, le programme Family Friend du YMCA vient en aide aux chef-fe-s de famille monoparentale dans la région de Fredericton en les jumelant à des bénévoles. « Les participant-e-s rencontrent leur ami-e bénévole une fois par semaine », a expliqué Krista Steeves, coordonnatrice. En plus d'informer les participants des services précieux offerts dans la localité, le programme fournit à ceux-ci un accès au YMCA et aux services communautaires, comme des services d'orientation professionnelle, des conseils en matière de gestion financière et une formation en informatique, ainsi qu'une variété de services de santé et récréatifs pour la famille. Récemment, Mary-Clare White, de l'Initiative de réduction de l'écart salarial, et la conférencière Rose MacKinnon ont parlé aux participants. Rose MacKinnon, une apprentie plombière, a participé au programme Partenaires pour bâtir l'avenir en 2008. Elle croit qu'il existe une demande pour un nombre plus élevé de femmes dans les métiers. « Le revenu est plus élevé (dans les métiers) et le travail de bureau n'est pas pour tout le monde. Je désire élargir la pensée des femmes sur ces possibilités de carrière pour qu'elles n'aient pas besoin de se couler dans le moule. »

- Lire l'article: http://bit.ly/lsN2zj

Visitez le site internet du programme (en anglais) http://bit.ly/kUAazx

 

GROSSESSE ADOLESCENTE AU NOUVEAU-BRUNSWICK, 2009

Le premier numéro du nouveau bulletin, « Indicateurs de santé », du Bureau du médecin-hygiéniste en chef de la santé du N.-B., est consacré au problème des grossesses chez les adolescentes. Des extraits :

Au N.-B. en 2009, on a déclaré un total de 613 grossesses chez les adolescentes. Les deux tiers (409) des adolescentes enceintes avaient 18 ou 19 ans à la fin de la grossesse (naissances vivantes, mortinaissances ou avortements). Si on tient compte du nombre d'avortements thérapeutiques dans les cliniques privées du N.-B. et du nombre d'avortements spontanés se soldant par une admission dans un établissement médical, le nombre total de grossesses en 2009 chez les adolescentes est estimé à 710. Étant donné que les données disponibles ne font ni état des avortements thérapeutiques pratiqués hors province, ni des avortements spontanés ne sollicitant aucune attention médicale, il est probable que le nombre réel de grossesses précoces soit légèrement plus élevé.

Au cours des vingt dernières années, le nombre de grossesses déclarées chez les femmes Chez les adolescentes de 15 à 17 ans, le taux de grossesse a diminué de presque la moitié entre 1992 et 2009 (à 14,5 pour 1 000). Chez les adolescentes de 18 ou de 19 ans, le taux de grossesse a chuté de près d'un tiers depuis 1992, à 42,6 pour 1 000. La tendance à la baisse s'est toutefois renversée, les taux ayant augmenté à chaque année depuis 2005 chez les deux groupes d'âge, d'environ 6 à 8 % par année en moyenne (sauf en 2009 parmi les 18 à 19 ans). Dans certaines régions de santé, on a observé des augmentations relativement plus élevées entre 2005 et 2009.

Naissances vivantes : Le taux national de fécondité chez les adolescentes Néo-Brunswickois demeure plus élevé que la moyenne nationale (19,8 par rapport à 14,0 pour 1 000 en 2007) et légèrement plus élevé que ceux des autres provinces de l'Atlantique.

Comparativement aux femmes qui remettent à plus tard la maternité, les mères adolescentes connaissent un taux plus élevé de complications liées à la grossesse et sont moins enclines à terminer leurs études et, sont limitées sur le plan de la carrière et des avenues de développement économique. Leurs bébés présentent un risque accru de naître prématurément, d'avoir un poids de naissance plus faible et de mourir en bas âge. - http://bit.ly/lUVwOA

 

VIOLENCE FAITE AUX FEMMES AUTOCHTONES

Les taux de victimisation avec violence et l'impact de cette violence sont beaucoup plus élevés chez les femmes autochtones que chez les non autochtones au Canada, selon de nouvelles données de l'Enquête sociale générale de 2009 publiées par Statistique Canada. Les femmes autochtones qui ont participé au sondage étaient presque trois fois plus susceptibles que les femmes non autochtones de déclarer avoir été victimes d'un crime de violence (voies de fait, agressions sexuelles et vol qualifié) au cours de l'année précédente, que ça soit aux mains d'un étranger ou connaissance, ou d'un conjoint. Les taux pour les crimes violents, incluant la violence conjugale, étaient de :

  • 279 pour 1 000 femmes autochtones
  • 106 pour 1 000 femmes non autochtones.

Violence conjugale (partenaire intime actuel ou ancien) : 15% des femmes autochtones et 6% des femmes non autochtones ont déclaré avoir été une victime au cours des 5 années précédentes. Parmi les victimes de violence conjugale, bien plus de femmes autochtones (48% contre 32% des non autochtones) ont déclaré avoir été agressées sexuellement, battues, étranglées ou menacées au moyen d'une arme à feu ou d'un couteau. Cette violence aux mains d'un partenaire a eu pour résultat des blessures dans le cas de 59% des femmes autochtones (41% des femmes non autochtones). La plupart des victimes de violence conjugale n'ont pas signalé l'incident à la police: 69% des femmes autochtones et 76% des femmes non autochtones.

Incidents violents commis à l'extérieur d'une relation conjugale : La proportion de ces incidents ou la victime n'a pas contacté la police est encore plus élevée : 76% des victimes autochtones et 70% des victimes non autochtones.

Nota: La méthodologie de l'Enquête générale sociale comporte de sérieuses lacunes lorsqu'il s'agit de mesurer l'étendue réelle de la violence faite aux femmes, surtout des femmes de cultures différentes. L'Enquête est réalisée par téléphone, uniquement en anglais ou français et ne couvre pas les Territoires du Nord-Ouest, le Yukon ou le Nunavut.

- Statistique Canada, Juristat : La victimisation avec violence chez les femmes autochtones dans les provinces canadiennes, 2009, publié en mai 2011. http://bit.ly/k2uSMM

 

En fin de compte
C'est le rêve qui nous fait avancer, mais on n'avance pas en rêvant.
– René Lévesque, ancien premier ministre du Québec.

 

To unsubscribe, click here. / Pour désabonner, cliquez ici.
Questions or comments? E-mail us at wib-dqf@gnb.ca or call 1-877-253-0266
. /
Avez-vous des questions ou des commentaires? Communiquez avec nous par courriel
wib-dqf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266
Women's Issues Branch | 551 King Street, Suite A | Fredericton, NB E3B 5H1 /
Direction des questions féminines | 551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1