Voir ce bulletin sur notre site web. / View this newsletter in your browser.
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrit-e. / You're receiving this message because you subscribed.
Vous n’êtes plus intéressé-e ? Se désabonner / Not interested anymore? Unsubscribe
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB. / Subscribe to Women Femmes NB

 

Faites-nous parvenir vos nouvelles :
wib-dqf@gnb.ca
Sans frais : 1-877-253-0266
télécopieur : (506) 453-7977
www.gnb.ca/femmes

Women Femmes NB est publié deux fois par mois par la Direction des questions féminines du gouvernement provincial. Il diffuse des nouvelles sur les questions d’égalité - des événements, des rapports, des initiatives et des renseignements nous provenant des groupes de femmes, des gouvernements, des universités et autres.

**Les textes fournis par des organismes non gouvernementaux seront publiés dans la ou les langues dans lesquels ils nous sont fournis.

 

 

(English version follows)

Women Femmes NB
le 14 mars 2012

DANS CE NUMÉRO :

  • LA DISCRIMINATION FONDÉE SUR LA GROSSESSE AU NOUVEAU-BRUNSWICK
  • AVIS
  • LES SOUPERS DE RÉSEAUTAGE « LA COMPÉTENCE, ÇA MARCHE »
  • PROFIL DES FOURNISSEURS DE SERVICES AUX VICTIMES AU N.-B.
  • PARTIR OU RESTER
  • NOUVEL ÉCLAIRAGE SUR LE DÉCROCHAGE DES FILLES
  • LES GENS DE MILIEUX AISÉS MANQUENT D'ÉTHIQUE
  • LES PRIX ÉGALITÉ ONT ÉTÉ DÉCERNÉS PAR LE GOUVERNEMENT QUÉBECOIS À :


………………………………………………………………………………

LA DISCRIMINATION FONDÉE SUR LA GROSSESSE AU NOUVEAU-BRUNSWICK

Au cours de la période comprise entre janvier 2001 & janvier 2012, Commission des droits de la personne du N.-B. reçu 141 demandes d'information de la part des employées & des employeurs relatives à la grossesse, & huit plaintes écrites de la part d'employées portant sur la discrimination fondée sur la grossesse. La plupart des cas se rapportaient à l'emploi. Ils couvraient des points comme exiger des employées qu'elles prennent un congé de maternité plus tôt qu'elles ne le désiraient, ne pas préserver leur poste pour leur retour au travail ou refuser d'embaucher une femme enceinte. Il est décevant de constater que les employées enceintes ne peuvent pas toutes espérer voir leurs droits respectés au travail.

Il est déconcertant de constater qu'après une décennie de modifications à la loi, la Commission des droits de la personne du N.-B. reçoit encore des plaintes relatives à des employeurs qui exercent une discrimination à l'endroit des femmes enceintes. La protection contre la discrimination fondée sur la grossesse est un ajout au droit aux congés de maternité & de soins des enfants garantis par la Loi sur les normes d'emploi. Afin d'interdire explicitement la discrimination fondée sur la grossesse, la possibilité de grossesse & les circonstances connexes, la Loi a été modifiée de nouveau en 1992. La grossesse comprend les complications d'ordre médical, l'avortement, la fausse couche, le traitement de l'infertilité, la planification familiale & l'allaitement maternel. La Commission a publié une ligne directrice qui explique cela en détail.

- Tiré d’un communiqué de la Commission des droits de la personne du N.-B., 6 mars 2012. http://bit.ly/wdwU47. Ligne directrice sur la grossesse : http://bit.ly/zCjTXo



AVIS

Les manipulateurs et leurs victimes - formation avec Isabelle Nazare-Aga, thérapeute en pratique privée à Paris spécialisée dans les groupes d’affirmation & l’aide aux victimes des manipulateurs & auteure de Les manipulateurs sont parmi nous. Les 25-26 avril 2012, Village historique acadien, Caraquet. Inscription & dîners : 100 $ avant 13 avril ou 125 $. Comité consultatif en matière d’agression sexuelle de la Péninsule acadienne & Table de concertation pour contrer la violence conjugale et familiale dans la P. acadienne. tablecontrelaviolence@gmail.com ; 395-7632.

Violence familiale : stratégies favorisant un mode de vie sain et des relations saines - 6e conférence de réseautage sur la violence familiale, mardi 8 mai 2012, Centre de conférence de St. Thomas U. Parmi les invités : Dr. Walter S. DeKeseredy, U. of Ontario Inst. of Technology & Annie LePage, U. de Moncton. 75$ avant le 10 avril ou 100$. Comité provincial On vous tient à cœur. 472-5085; 1-(888)-673-6633; pcpc@unb.ca . http://bit.ly/w3eo8c

 Soumettez votre nom afin d’être nommée à un conseil d’administration par le gouvernementprovincial - Parmi les postes vacants actuels : Collège communautaire NB & NBCC, Conseil des arts Commission d’appel en matière d’évaluation & d’urbanisme (Edmundston & Campbellton). Voir d’autres postes & les détails : http://bit.ly/fXTxdM

YWCA Moncton invite les nominations à son prix Femme de mérite 2012 - Elle doit résider et/ou travailler dans le Grand Moncton & consentir à sa candidature. Nombreuses catégories. Envoyez un profil & 2-3 lettres d’appui avant le 26 mars. info@ywcamoncton.com ; 855-3320. Le gala a lieu le 24 mai. http://bit.ly/yIRYdf

Le gouvernement du N.B. vous demande de l’aider - à élaborer un régime d’assurance-médicaments pour les personnes non assurées. Avant fin avril 2012. 30% de nous n’avons pas d'assurance & devons payer nos médicaments. Le gouvernement mettra sur pied un régime pour aider. Détails & mémoires : http://bit.ly/yoRUOa

Comment se perçoivent les jeunes féministes en 2012 ? - Essai photographique ONF & Le Devoir. 6 artistes transforment 24 mots en 24 photographies - Âgée, Blonde, Célibataire, Féminine, Grosse, Hystérique, Libre, Solidaire. Réflexion poétique & éclatée. http://bit.ly/y4n7nT

Santé des hommes - Atelier gratuit. Pour hommes & couples adultes. Par vidéoconférence, Simona Parascan & Rino Méthot du Médisanté Saint-Jean. Mardi 20 mars, 18h30-19h30, Centre de santé Noreen-Richard, Fredericton. S’inscrire : 474-4619 ; CentreNoreenRichard@HorizonNB.ca

Engagement actif des filles et des femmes : Se pencher sur les facteurs psychosociaux - Nouvelle publication permettra aux personnes engagées auprès des femmes/ filles d’avoir les bons outils pour les inciter à conserver un mode de vie sain. Assoc canadienne pour l’avancement des femmes, du sport et de l’activité physique. http://bit.ly/wE2mRz

Féminisme & changement social - 10e édition de l’Université féministe d’été, 20-25 mai 2012, Univ. Laval, Qc. Quelques sessions : “Nous” les femmes - sur l’indissociable hétérogénéité & homogénéité d’une catégorie sociale. Les mouvements féministes: au coeur du changement social. Fondements idéologiques de la misogynie & de l’antiféminisme. Médias, pouvoir & rapports sociaux de sexe. Quel projet féministe de société en ces temps conservateurs? http://bit.ly/pkFhGZ

« Rien à cacher », féministe mais... - Exposition au Musée de la Femme, Longueuil, jette un regard sur le féminisme, annoncé mort, pas très en forme, «essentiel » par ici, « agaçant » par là... via 3 univers : la manif, l'état de lieux & les reliques du féminisme. Une démarche délirante & désespérément optimiste pour combattre l'amnésie qui menace toute entreprise militante minoritaire; intéresser les femmes « ordinaires » que l'on croit inexistantes parce qu'on ne les entend pas; faciliter la transmission aux générations suivantes. Jusqu’ au 17 sept 2012. http://bit.ly/zyZpiD

Pièce de théâtre La liste – de Jennifer Tremblay. Une femme se sent responsable de la mort d’une voisine qu’elle n’a pas aidée avec un renseignement qui l’aurait peut-être sauver, qu’elle avait pourtant inscrite sur une liste. « De ce récit ressort clairement tous les enjeux et les angoisses d’une mère de famille contemporaine, qui soulage son esprit surchargé du mieux qu’elle le peut en se fiant à ses listes. » Sam 17 mars, 20h, Centre culturel de Caraquet. http://bit.ly/y64Z5y

 

LES SOUPERS DE RÉSEAUTAGE « LA COMPÉTENCE, ÇA MARCHE »

Les jeunes femmes de la 9e à la 12e année sont invitées à participer l'accès à des soupers leur permettant d'explorer des carrières dans des domaines non traditionnels

Les soupers de réseautage « La compétence, ça marche » ont été instaurés pour fournir aux jeunes femmes l'accès à des mentors féminins qui travaillent dans des emplois non traditionnels, en particulier dans les secteurs des métiers spécialisés et de la technologie. Pendant la soirée vous aller échanger avec des femmes qui œuvrent dans ces carrières, entendrez des témoignages inspirants de conférencières enthousiastes, et, dans certains cas, de voir comment le travail lui même est fait, tout en savourant un délicieux repas.

Les participantes repartent en se sentant habilitées et renseignées sur divers choix de carrière possibles.

Le prochain souper La compétence, ça marche aura lieu le 29 mars au Sussex Regional High School, de 17h30 à 20h30.

Pour obtenir de plus amples renseignements ou vous inscrire à un souper de réseau de contacts féminins à venir, visitez http://bit.ly/p5ULYI

 

PROFIL DES FOURNISSEURS DE SERVICES AUX VICTIMES AU N.-B.

En 2009-10, les 22 fournisseurs de services aux victimes au N.-B. ont aidé plus de 4 848 victimes immédiates & indirectes d’actes criminels - intervention de crise, soutien affectif & liaison avec d’autres organismes. 13 relèvent du système de justice, 5 de la police, 1 de la collectivité, 1 était un centre d’aide aux victimes d’agression sexuelle. Il y a aussi un programme provincial d’indemnisation des victimes d’actes criminels. Ils ont l’équivalent de 71 employé-e-s rémunéré-e-s à temps plein & 158 bénévoles.

Lors de la journée « instantanée » (27 mai 2010), les fournisseurs de services ont servi 1 385 personnes; 69% étaient de sexe féminin. 65% des victimes avaient fait l’objet d’un crime violent. De celles-ci, 34% avaient été agressées sexuellement, alors que 63% avaient été victimes d’un autre crime violent.

Parmi les victimes d’agression sexuelle, 87% avaient été agressées par un ami, une connaissance ou un étranger ; 4% par un conjoint actuel ou ancien ou un partenaire intime ; 8% par un autre membre de leur famille. Parmi les personnes qui ont indiqué avoir été victimes d’une autre infraction avec violence, l’agresseur était un conjoint actuel ou ancien, ou un partenaire intime dans 35% des cas ; 5%, un autre membre de la famille ; 61%, une autre personne, comme un ami, une connaissance ou un étranger

Tiré de Les services aux victimes au Canada 2009-10, StatCan, fév 2012. http://bit.ly/A3QJNT

 

PARTIR OU RESTER

S’il est pertinent de se demander pourquoi la femme ne quitte pas une relation violente, il s’avère toutefois aussi important de réfléchir à « qu’est-ce qu’il arrive lorsqu’elle quitte? ». Est-ce que le fait de quitter met vraiment fin à la violence? Des recherches indiquent que pour certaines femmes, partir est potentiellement plus dangereux que de rester… 39% des 437 000 femmes ayant eu une relation abusive ont dit que la violence avait continué après la séparation, 22% ont reporté de la violence plus sévère après la séparation, & près de 15% des femmes qui ont reporté que la première agression physique avait eu lieu après la séparation. Le risque d'abus post-séparation arriverait à un pic 2 mois après la séparation & ensuite lorsque la femme franchit des étapes pour atteindre la séparation permanente, comme entamer des procédures légales, acheter une maison, ou se trouver un emploi stable. Le risque de féminicide par le partenaire augmentant de 6 fois lors de la séparation. Ce serait par le biais des enfants que la violence postséparation serait la plus présente…

Les femmes subissant de la violence font face à de nombreuses incompréhensions quant à leur décision de rester avec leur conjoint ou à retourner avec celui-ci après un séjour en maison d’hébergement. Ces incompréhensions auront d’importantes répercussions sur leur soutien social & l’aide qui leur sera offerte. Entre le moment où la femme se rend compte qu’elle est victime de violence conjugale & celui où elle prend la décision de quitter définitivement, il y toute une prise de conscience & un processus d’une grande complexité qui doit s’opérer & plusieurs facteurs entrent en ligne de compte. S’il est difficile de savoir combien de femmes sont victimes de violence conjugale, il est encore plus difficile de savoir combien quittent, celles-ci ne passant pas toutes par des ressources spécialisées. Les femmes qui s’en sortent auront souvent quitté plusieurs fois avant de quitter définitivement…

Les émotions jouent un rôle important dans la décision de la femme de mettre fin à une relation abusive. L’expression des émotions pourrait donc être considérée comme un motivateur essentiel plus qu'un obstacle à la séparation & étiqueter les émotions dans cette population comme étant pathologiques serait contreproductif. Des interventions thérapeutiques ou pharmacologiques qui tenteraient de faire diminuer l’expression des émotions pourraient avoir l'effet inattendu de faire diminuer la motivation de la victime à mettre fin à la relation. Faire reconnaitre & explorer les émotions comme la dépression, l'anxiété & la colère en thérapie pourraient être particulièrement avantageux au renforcement de la décision de partir de la femme.

- Tiré de Partir ou rester - Facteurs liés à la prise de décision de quitter ou non une relation violente, N. Dugal, Criminologie, U de Montréal, Journal Int’l de victimologie, 2011 ; http://bit.ly/wyX2R0

 

NOUVEL ÉCLAIRAGE SUR LE DÉCROCHAGE DES FILLES

Les enfants sont, pour les filles, à la fois la principale motivation & l'obstacle majeur pour un retour aux études. «On investit beaucoup dans le sport ou on développe des programmes scolaires en fonction des intérêts dits masculins. Les filles ont des besoins particuliers qui doivent être pris en compte», a dit Pierre St-Germain de la Fédération autonome de l'enseignement, citant une aide financière pour permettre le retour aux études, des programmes d'études tenant compte de la conciliation travail-famille ou études-famille, un meilleur accès aux services de garde.

2 facteurs spécifiques peuvent amener les filles à décrocher : l'adversité familiale & les difficultés familiales. L'adversité familiale, parce que les filles sont les premières victimes de violence ou d'inceste & que les filles doivent assumer une plus grande part de responsabilités dans la sphère domestique. L'absence de soutien parental serait plus déterminante pour elles que pour les garçons. Pour 77% des décrocheuses, la mère n'avait pas obtenu un diplôme d'études secondaires & ont de la difficulté à apporter de l'aide durant le parcours scolaire.

- Tiré de Nouvel éclairage, La Presse Canadienne, 6 mars 2012.
L’étude par la Fédération autonome de l'enseignement : http://bit.ly/xCuqK4

 

LES GENS DE MILIEUX AISÉS MANQUENT D'ÉTHIQUE

Les gens provenant de milieux aisés auraient des comportements moins éthiques que les plus pauvres, ce qui s'expliquerait en partie par une attitude plus favorable à l'avarice. Ceux qui se considèrent comme étant de «classe supérieure» (upper-class) avaient une plus forte tendance que les autres à prendre des articles de valeur aux autres, à mentir lors d'une négociation, à tricher pour augmenter leurs chances de gagner un prix ou à approuver des comportements non éthiques au travail. Un plus grand pourcentage de conducteurs de classe supérieure coupaient la voie aux autres automobilistes & aux piétons.

Ces données étaient constantes à travers les âges, le sexe, le groupe ethnique, la religion & l'orientation politique des participants. «Ça doit rendre les gens un peu plus méfiants. On ne dit pas que tous les gens qui ont plus d'argent, qui sont riches, qui ont plus d'éducation, sont nécessairement moins éthiques que ceux qui en ont moins. On ne démontre qu'une tendance.» Les comportements non éthiques ne sont pas absents des classes plus pauvres.

- Tiré de Le Devoir, 28 fév2012, http://bit.ly/x3UOgI . Série de 7 études par des chercheurs des univ. de Californie & de Toronto, Proceedings of the National Academy of Sciences.



LES PRIX ÉGALITÉ ONT ÉTÉ DÉCERNÉS PAR LE GOUVERNEMENT QUÉBECOIS À :

Projet Hypersexualisation, Montréal - ateliers pour jeunes de 12 à 15 ans. http://bit.ly/yWpcQt

Un métier, ça n'a pas de sexe - livre d'art pour mieux faire connaître les métiers traditionnellement masculins & les possibilités de formation en région. Table de concertation des groupes de femmes de la Gaspésie-Îles & Commission scolaire de Bonaventure. http://bit.ly/znBU52 ; http://bit.ly/zdiFci

Conciliation travail-famille : un outil profitable - Un guide & site Web qui s'adresse aux gestionnaires qui cherchent des solutions durables. Chambre de commerce & d'industrie, Victoriaville. http://bit.ly/z7L8Ux

La grande Marelle - programme de réinsertion sociale & de prévention de l'itinérance destiné aux femmes. YWCA de Québec http://bit.ly/xaZ7gF

Mobilis - pour lutter contre l'exploitation sexuelle des adolescentes par les gangs de rue. Conférence régionale des élus de l'agglomération de Longueuil. http://bit.ly/w9onZy http://bit.ly/xFLPIy

EN FIN DE COMPTE

J'adore vieillir. Pour rien au monde, je ne voudrais revenir en arrière. C'est tellement mieux, on est moins con.

- Muriel Robin, comédienne et humoriste française.

 


 

Send us your news:
wib-dqf@gnb.ca
Toll free: 1-877-253-0266
Fax: (506) 453-7977  
www.gnb.ca/women

Women Femmes NB is sent out twice a month by the provincial government Women's Issues Branch. It provides news related to equality issues, including events, studies, initiatives and information from women's groups, governments, universities, etc.

**Text from non-governmental sources will be published in the language(s) in which it is provided.

 

 

Women Femmes NB
March 14, 2012

IN THIS ISSUE:

  • NEW BRUNSWICK HUMAN RIGHTS COMMISSION ON PREGNANCY DISCRIMINATION
  • NOTICES
  • “SKILLS WORK!® FOR WOMEN” NETWORKING DINNERS
  • PROFILE OF VICTIM SERVICE PROVIDERS IN N.B.
  • 10-POINT HEALTH EQUITY ROAD MAP
  • ADDICTIONS TREATMENT PROGRAMS DESIGNED FOR MEN
  • IT'S NOT THAT THEY HAVE THE BEST IDEAS
  • RICH PEOPLE MORE LIKELY TO CHEAT, TAKE CANDY FROM CHILDREN

………………………………………………………………….……………

NEW BRUNSWICK HUMAN RIGHTS COMMISSION ON PREGNANCY DISCRIMINATION

During the January 2001 to January 2012 period, we received 141 inquiries from employees & employers concerning pregnancy, & a total of 8 written complaints of pregnancy discrimination from employees. Nearly all the cases concerned employment. They involved such issues as requiring the employee to take an earlier leave than she wanted, not preserving her position for her return, or refusing to hire an applicant who is pregnant. It is disappointing that not all pregnant employees can count on having their rights respected at work.”

It is disconcerting that, a decade after the amendment to the act, the N.B. Human Rights commission still receives complaints of employers discriminating against pregnant women. The protection against pregnancy discrimination is in addition to the right to maternity & child care leaves guaranteed by the Employment Standards Act. The Human Rights Act was amended to explicitly prohibit pregnancy discrimination in 1992, including the possibility of pregnancy, circumstances related to pregnancy & includes medical complications, abortion, miscarriage, fertility treatment, family planning, & breastfeeding. The commission has published a guideline that explains this in detail.

- Excerpts, Commission’s release, 6 March 2012, http://bit.ly/wdwU47; Pregnancy guideline: http://bit.ly/AEnA0V

 

NOTICES

Family Violence: Strategies for Healthy Living & Healthy Relationships – 6th Family Violence Networking Conference, 8 May 2012, St. Thomas U Conference Centre. With author Dr. Walter S. DeKeseredy of U. of Ontario Institute of Technology, Annie LePage of U. de Moncton etc. Early bird $75 by 10 April or $100. Some subsidies. Provincial Caring Partnerships Cttee. 472-5085; 1-(888)-673-6633; pcpc@unb.ca . http://bit.ly/w3eo8c

Where Have All the Voters Gone?: The Death of Politics & Citizen Engagement - free lecture, UNB poli sci professors Paul Howe & Thom Workman. Wed 28 March 2012, 7pm, UNB SUB. http://bit.ly/ypQxqN

Submit Your Name to be named on N.B.’s government-appointed boards & commissions . Current vacancies include Collège communautaire NB & NB Community College, NB Arts Board, Assessment & Planning Appeal Bd (Edmundston & Campbellton). See others & details: http://bit.ly/hhEEYN

UNB Women's Studies "Talk Back" Lunch & Learn – Thurs 15 March 2012, 12-1:30pm, Wu Centre. Overview of the 25-yrs of UNB Women's Studies & open discussion. Part of a quality assessment review. Prominent feminist academics present: Dr Margrit Eichler & Dr Katherine Side. Everyone welcome incl community groups & citizens. Free coffee & sandwiches. Dr Wendy Robbins, wjr@unb.ca ; 449-2213.

Ignite conference : Passion, Perseverance, Leadership – Speakers: Erin Brockovich, Barb Stegeman, Margaret-Ann Blaney. 26 April 2012, Moncton Wesleyan Center. $75 incl lunch. http://bit.ly/zRuLqL

Actively Engaging Women and Girls: Addressing the Psycho-Social Factors - New resource for those working with women and girls so they maintain healthy lifestyles. Cdn Assoc for Advancement of Women and Sport and Physical Activity. http://bit.ly/Axjj7W

Queer Theory: What It Is & What It Isn't - UNB's Chris Lorey, 20 March 2012, mingle at 7, presentation 7:30pm, Gallery Connexion, 440 York St, Fredericton, Bring questions, assumptions & thinking caps.

Improving Financial Growth Opportunities for Women Business Owners - Workshops in various N.B. regions. Women in Business & N.B. Assoc of CBDC. 452-3918 ; sarah.corey@cbdc.ca

Fredericton Sexual Assault Crisis Centre Seeks Volunteers - Help support victims of sexual assault. Volunteer training begins in April 2012. Apply by 23 March. 454-0460.

The N.B. Government Invites You – to help design a drug plan for uninsured persons. By 30 April 2012. 30% of us don’t have prescription coverage & government will subsidize costs of a plan. Details & submissions, http://bit.ly/zOUP24

A Voyage Of Self Discovery - 6-wk women-centered program. Moncton’s Support to Single Parents & YWCA. Thursdays 7-9pm for 6 wks starts 3 May 2012. Self-care, stress management, financial literacy, tapping into creativity, taking action. $30. Register: 858-1303 (3301) admin@supporttosingleparents.ca

Addictions & Mental Illness - Working with Co-occurring Disorders – workshop by CTRI, Fredericton: 30 May 2012. http://bit.ly/zQ8CGL; info@ctrinstitute.com

YWCA Moncton is looking for nominations for Women of Distinction 2012 Award – Must live &/or work in Greater Moncton & consent to nomination. Many categories. Send a profile & 2- 3 support letters by 26 March: info@ywcamoncton.com ; 855-3320. Gala will be on 24 May, http://bit.ly/xvXGYA

Bystander Intervention Campaign by Men Can Stop Rape - “When Karl kept harassing women on the street, I said, “Stop being a jerk”. I’m the kind of guy who takes a stand. Where do You stand?” http://bit.ly/yhF8Qc Guide: http://bit.ly/y9dXq8

 

“SKILLS WORK!® FOR WOMEN” NETWORKING DINNERS

Young women from across the province are being invited to attend dinners promoting careers in sectors where women have been traditionally under-represented.

“Skills Work!® for Women” Networking Dinners provide young women in grades 9-12 access to female mentors working in non-traditional careers, specifically in skilled trades and technologies. While enjoying a great dinner, students will have the opportunity to explore exciting careers, hear inspiring stories from dynamic guest speakers, meet fascinating women working in these fields - and in some cases, even see how the job is done.

Participants leave feeling empowered and informed about a variety of career choices available to them.

The next “Skills Work!® for Women” Dinner will be held on March 29th at Sussex Regional High School in Sussex from 5:30-8:30pm, with another dinner planned to take place in Fredericton on May 9th at Leo Hayes High School.

For more information or to register for an upcoming networking dinner, visit http://bit.ly/nF6SJD

 

PROFILE OF VICTIM SERVICE PROVIDERS IN N.B.

In 2009-10, the 22 victim service providers operating in New Brunswick assisted over 4,848 primary & secondary crime victims - crisis intervention, emotional support & liaising with agencies. The services employ the equivalent of 71 full-time staff & 158 volunteers. 13 services are justice system-based, 5 police-based, 1 community-based, 1 sexual assault centre. A provincial criminal injuries compensation program is also available.

On snapshot day (27 May 2010), 69% of the victims served were female. 65% had been the victim of a violent crime: 34% of sexual assault & 63% of another violent crime such as physical assault. Among the victims of sexual assault who received assistance, 87% had been sexually assaulted by a friend, an acquaintance or a stranger; 4% by a current/former spouse or an intimate partner & 8% by a family member. Of those who had been the victim of another type of violent offence, 35% said that they had been victimized by a current/former spouse or an intimate partner, 5% by another family member & 61% by another person such as a friend, an acquaintance or a stranger.

- Excerpts, Victim services in Canada, 2009/2010, Statistics Canada. http://bit.ly/wp0xeo

 

10-POINT HEALTH EQUITY ROAD MAP

A 6-yr long POWER Study (Project for an Ontario Women's Health Evidence-Based Report) just released examines access, quality & outcomes of care using evidence for the leading causes of disease & disability & how they varied by sex, income, ethnicity & region. Among conclusions:

If people from all income groups had the same hospital admissions rates as those from the highest ‐ income group re heart failure, diabetes, COPD, & asthma, there would be 30% fewer hospitalizations. If all Ontarians had the same health as those with higher incomes, 231,000 fewer people would be disabled & 3,373 fewer deaths would occur each year among those in metropolitan areas.

Low-income women experience highest burden of chronic illness & disability. The social determinants of health influence women & men differently. Many of the observed inequities result from chronic diseases & their risk factors. There is an opportunity to improve population health while reducing inequities by focusing on chronic disease prevention & management & targeting at-risk populations.

Reducing illness burden is key to health system sustainability as population ages.

- Media release: http://bit.ly/A2DboI . Study: http://bit.ly/zlZs0w

 

ADDICTIONS TREATMENT PROGRAMS DESIGNED FOR MEN

Outcome research needs to be conducted with women to understand women’s unique treatment requirements. In the past decade, researchers have acknowledged that there are different treatment concerns for women, & research efforts have been made to address such issues necessitated by women increasingly seeking treatment in traditionally male-oriented addictions programs.

Many addictions treatment programs were designed by men & originally intended only for men. Male-oriented treatment programs are less likely to meet the needs of female clients. Ex.: treatment programs that incorporate a 12-step model tend to focus on surrendering power, which further disempowers women. Women participating in intensive outpatient addictions treatment programs were less apt to stay in treatment due to fewer women clients enrolled in the program & programs not designed for their needs.

When women participate in a collaborative addiction treatment program that focuses on empowerment & choice, women reduce their substance use & become responsible for their lives.

- Excerpt, Ethical & Legal Issues in Addictions Outcome Research, Simone F. Lambert in Counseling Outcome Research & Evaluation, March 2011.

 

IT'S NOT THAT THEY HAVE THE BEST IDEAS

Katie Orenstein, founder of The OpEd Project (http://huff.to/zJCGrd ) which trains women to write for op-ed pages & online sites:

If you think about who the voices are & what are the ideas that we hear in the world, it's a very narrow selection of society. It's mostly privileged, Western, white, & male. It's almost 85% male in almost any forum where thought leadership & public conversation take place. If you look at op-ed pages, they run 80-85% male. Wikipedia, 87% of contributors are male. 85% of Hollywood writers, producers, & directors are male. People think, 'Oh, there's Maureen Dowd… Hillary Clinton… Katie Couric.' It's easy to forget they are the exception. It’s a problem for women because our ideas & our needs aren't being expressed. The bigger problem is that if you believe that half of the best minds & ideas out there belong to women... then what is the cost to all of us with those voices missing? Only about 10-20% of newspaper opinion pieces are written by women. A tiny percentage of people are driving the ideas that influence the world. It's not that (they) have the best ideas. It's the people who by accident of birth are the ones who are heard.

One of the most poignant examples …is with heart disease. For years it was thought that women were hormonally protected from heart disease, & then, 10 or 15 years ago, we found out it's the number one killer of women. How could it be that for years we thought that we were hormonally protected? The reason is that all of the research protocols were done by & on men.

Those who are under-represented start to internalize it. Minority voices begin to doubt their own competencies. A lot of research that shows we believe we can do things because we see other people who look like us doing them. So if you are a woman, a person of color, if you are a poor person, or if you are from the developing world, you are not seeing a lot of people like you participating in thought leadership & public debate. Therefore you are less likely to see yourself doing it. Something that comes up universally in our training is massive self-abnegation. You see it with men of color as well. You rarely see it with people who are well-represented such as accomplished white men. It's about - do you feel entitled to have a voice? We worry about whether we know enough. We should focus on how important the things we know could be to other people, what a difference we could make… There are people who narrate the world, who own history, who own the story, & there are people who are characters in the story. The story never reflects well the needs or perspectives of those who aren't telling it.

 

RICH PEOPLE MORE LIKELY TO CHEAT, TAKE CANDY FROM CHILDREN

A study says rich people are more likely to engage in unethical behaviour than their poorer counterparts - lying in a negotiation, cheating to win a prize & cutting off motorists & pedestrians. Those who considered themselves "upper class" were more likely to take valued items from others, including candy, even after they were told that what was left would be given to children. Others exhibited a greater willingness to cheat to increase their chances of winning a prize. Under all the circumstances the researchers tested, the higher "class" someone was, the greater their tendency to engage in "socially inappropriate" or illegal behaviour.

The differences in ethical behavior can be explained, in part, by the upper-class participants' more favourable attitude toward greed... Unethical behavior is not absent from lower-class individuals. But the higher-class people tend to engage in more unethical behaviour. The findings were consistent across age, gender, ethnicity, religion & political orientation.

- Study by U of California & U of Toronto School of Management, Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA. CTV coverage: http://bit.ly/x3cPjr

IN PARTING

Erin Brockovich: You want my number, eh? Which number you want? George: How many numbers you got?
Erin: Oh, I got numbers comin' outta my ears. For instance: ten.
George: Ten?
Erin Brockovich: Yeah. That's how many months old my baby girl is. George: You got a little girl?
Erin Brockovich: Yeah, sexy, huh? How 'bout this for a number? Six. That's how old my other daughter is, 8 is the age of my son, 2 is how many times I've been married - & divorced; 16 is the number of dollars I have in my bank account. 850-3943. That's my phone number, & with all the numbers I gave you, I'm guessing zero is the number of times you're gonna call it.

- From the 2000 movie, Erin Brockovich.

 


Pour désabonner, cliquez ici. / To unsubscribe, click here.
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB. / Subscribe to Women Femmes NB
Avez-vous des questions ou des commentaires? Communiquez avec nous par courriel wib-dqf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266 /
Questions or comments? E-mail us at wib-dqf@gnb.ca or call 1-877-253-0266.
Direction des questions féminines | 551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1/
Women's Issues Branch | 551 King Street, Suite A | Fredericton, NB E3B 5H1