Voir ce bulletin sur notre site web. / View this newsletter in your browser.
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrit-e. / You're receiving this message because you subscribed.
Vous n’êtes plus intéressé-e ? Se désabonner / Not interested anymore? Unsubscribe
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB. / Subscribe to Women Femmes NB

Tous les numéros
2011 Bulletins
2012 Bulletins
(English version follows)
Women Femmes NB
le 15 mai 2013
 

DANS CE NUMÉRO :

  • LE GOUVERNEMENT INVESTIT DANS UNE INTERVENTION AMÉLIORÉE AUPRÈS DES VICTIMES DE VIOLENCE SEXUELLE
  • AVIS
  • LA SILHOUETTE DE LA TÉMOIN SILENCIEUSE DE ALICE LEADLAY
  • LE SAVIEZ- VOUS? NOUVEAU
  • LA DESTRUCTION PSYCHOLOGIQUE, UNE REGRETTABLE ÉPIDÉMIE
  • ACCÈS À LA JUSTICE FAMILIALE – PROGRAMME PILOTE DU DROIT DE LA FAMILLE

………………………………………………………………….……………

LE GOUVERNEMENT INVESTIT DANS UNE INTERVENTION AMÉLIORÉE AUPRÈS DES VICTIMES DE VIOLENCE SEXUELLE

Le gouvernement provincial investira 600 000 $ pour la mise en œuvre continue d'interventions coordonnées à l'échelle provinciale auprès des victimes d'agression sexuelle au cours des trois prochaines années.

« L'agression sexuelle et la violence sexuelle continuent d'avoir des répercussions profondes et durables sur la vie des femmes dans toutes les collectivités de la province », a déclaré la ministre de la Justice et procureure générale, Marie-Claude Blais, qui est également ministre responsable des Questions féminines. « Par l'intermédiaire de ce partenariat, nous voulons sensibiliser davantage la population à ce problème sociétal et nous assurer que les femmes de l'ensemble de la province ont accès aux services dont elles ont besoin. »

L'investissement appuiera l'engagement continu du Fredericton Sexual Assault Crisis Centre (centre pour les victimes d'agression sexuelle de Fredericton) d'assurer la mise en œuvre de la Stratégie provinciale en matière d'agression sexuelle en mettant l'accent sur la coordination, la formation, le counseling, la sensibilisation, l'éducation et les soins de santé pour les victimes d'agression sexuelle dans l'ensemble de la province.

Le centre offre activement des services d'intervention d'urgence aux victimes d'agression sexuelle depuis près de 38 ans.

Le mois dernier, le centre a dirigé la troisième édition annuelle du Mois de la sensibilisation à l'agression sexuelle avec l'appui des réseaux de prévention de la violence de la province. Le financement accordé pour l'exécution de la stratégie renforce la capacité du centre à coordonner des activités parmi ses partenaires communautaires.

- Pour lire l'article complet http:// bit.ly/12lw3tW

 

AVIS

Symposium Dynamique et compréhension de l'agression sexuelle - Il vise le développement d'une expertise québécoise en matière d'agression sexuelle, en associant les services médicaux, psychosociaux, policiers et socio judiciaires à la connaissance et à la recherche. Pour plus d'informations, veuillez communiquer avec Emilie Therrien. Téléphone : 506-743-5449 Télécopieur : 506-743-6673 Courriel : etherrien@preventionviolencekent.com

Ateliers en droit de la famille pour mai - Les cours seront présentés dans la langue précisée. Vous pouvez cliquer sur le sujet traité pour obtenir un exemplaire de l'affiche. Voir le schedule http:// bit.ly/QaBvsH

Une journée pour transformer sa vie - Une journée conférences et ateliers axées sur le développement personnel aura lieu le 19 octobre 2013 à Bathurst avec la conférencière Caroline Rochon. Une partie des profits de cet événement "Toi c'est tout" sera versé à la Maison de Passage. Pour plus d'information Annie 544-6747 ou Monique 548-2336 Frais d'inscription 100$ . Pour femme seulement .

Condition féminine Canada lance un appel de propositions - Si vous décidez de présenter un projet, veuillez noter que celui-ci devra inclure un certain nombre d'éléments prédéterminés, éléments que vous aurez soin de décrire dans votre proposition . La date limite pour présenter une demande dans le cadre de cet appel de propositions est le 31 mai 2013 à 23 h 59, heure avancée du Pacifique. Tous les documents requis doivent être fournis au moment de la soumission. Veuillez noter que les demandes incomplètes ou en retard ne seront pas prises en considération. http:// bit.ly/17xi5bw

Un atelier en droit de la famille intitulé - « Modifier une ordonnance de pension alimentaire pour enfants » sera présenté à Bathurst , jeudi le 30 mai de 18h-20h, à la Bibliothèque publique Smurfit-Stone, salle Pavillon, 150 rue St George.  L'animatrice de cet atelier est Rita Godin, avocate locale. Vous devez vous préinscrire pour les ateliers.   Pour s'inscrire, complétez le formulaire électronique ou téléphonez la ligne sans frais en droit de la famille au 1-888-236-2444   ou 506-453-7971.

Cours D'auto Défense - Il faut préférable s'inscrire à l'avance - Cours d'auto défense Samedi le 25 mai  2013, 13h30 au Centre des jeunes de Bathurst, Pour   femmes et filles de tous les âges. Coût 10 $. Pour vous inscrire veuillez composer le 549-3215 ou womenoutreach1@gmail.com

Gala Entrepreneurial Provincial 2013 des CBDC du N.-B. - L'Association des CBDC du Nouveau-Brunswick est hereuse d'être l'hôte de la 5e édition du Gala entrepreneurial provincial 2013 qui aura lieu dans le cadre de son assemblée générale annuelle le 18 juillet 2013 à compter de 18 h, au Centre Multifonctionnel de Shediac, Shediac, N.-B. Date limite pour envoyer votre formulaire de nomination : Le 29 mai 2013. Visitez www.info-biz.ca  

21inc est à la recherche de candidatures - La deuxième édition du Sommet des leaders émergents de 21inc aura lieu du 20 au 23 octobre à St Andrews (NB). Les candidats sélectionnés poursuivent leur développement à la deuxième partie de l'expérience soit le très réussi Festival d'idées de 21inc., prévu du 23 au 25 octobre. Pour plus d'informations, veuillez contacter: Nadine Martin Gestionnaire de projets (506) 384-7051nmartin@21in.ca Nadine Duguay Directrice générale
(506) 380-4986 nadine@21inc.ca

Gala des métiers et technologies pour filles est l'hôte du deuxième d îner autochtone ! - Venez découvrir des métiers spécialisés et des carrières en technologies qui vous captiveront! Pendant cette activité, vous aurez l’occasion de rencontrer des femmes passionnées qui travaillent dans ces domaines, d’écouter histoires inspirantes, tout en savourant un bon souper et vous renseignez sur diverses possibilités de carrières.. Toutes les filles autochtones grades 9-12 invités ! Le mercredi 22 mai, 2013 Club Kinsmen de Miramichi HEURE:: 11H30 -14H30 CÔUT: GRATUIT. Pour plus d'informations et pour vous inscrire, communiquez avec : Kate McLean 506-462-5910,
kate.mclean@gnb.ca

Les femmes représentent 51,2 % de la population totale du Nouveau-Brunswick.
Visitez le Profil Égalité
et envoyez-nous vos commentaires ICI


LA SILHOUETTE DE LA TÉMOIN SILENCIEUSE DE ALICE LEADLAY

La silhouette de la témoin silencieuse de 80 ans, Alice Leadlay, a été dévoilée le vendredi 10 mai 2013, à Quispamsis, au Nouveau-Brunswick.Lors de l'événement, le fils et la belle-fille d'Alice, David et Gail Leadlay, ont raconté son histoire.Deborah Doherty, représentant le Comité organisateur du projet Une témoin silencieuse du Nouveau-Brunswick, a ensuite présenté les faits saillants sur les vulnérabilités propres aux personnes âgées en matière de mauvais traitements, en particulier celles qui ont des troubles cognitifs ou une déficience et qui deviennent de plus en plus dépendantes d'une personne soignante.

Dans une publication de 2010 de Statistique Canada intitulé La violence familiale au Canada , le chapitre sur « La violence familiale envers les personnes âgées » nous indique que le taux de violence contre les aînés déclaré par la police est moins élevé que celui de toute autre catégorie d'âges.Il existe une multitude de raisons pour lesquelles une personne âgée maltraitée ne fait pas appel à la police :l'humiliation de dénoncer un membre de la famille, la dépendance, la crainte de la solution de rechange – qui peut en fait être le placement en établissement – et même la peur d'être puni émotionnellement ou physiquement à la suite de la dénonciation.En fait, l'Enquête sociale généralede 2009 a révélé que moins de la moitié des personnes âgéesde55 ans et plus ont déclaré à la police avoir été maltraitées.Cette enquête a indiqué que le taux de violence conjugale faite aux femmes âgées était plus du double de celui pour les hommes âgés. Le taux de violence familiale perpétrée envers les femmes âgées était 34 % plus élevé que celui des hommes âgés.L'enquête sur la violence familiale a révélé que les agressions physiques contre les personnes âgées représentaient la forme de violence la plus commune, et que les conjoints, suivis des enfants majeurs, étaient les plus susceptibles de commettre une agression.

Depuis la mort d'Alice en 2004, 12 autres femmes au Nouveau-Brunswick sont décédées aux mains de leur conjoint : quatre d'entre elles étaient âgées de plus de 56 ans, sept étaient âgées de 25 à 54 ans, et une avait moins de 25 ans.Étant donné la croissance sans précédent de la population des personnes âgées, d'autres femmes âgées seront malheureusement sans doute tuées au Canada au cours des prochaines années, à moins que nous fassions quelque chose pour empêcher la violence faite aux aînés.Pour ce qui est de la violence aux aînés par les membres de la famille, les recherches indiquent que les facteurs de risque les plus communs sont le stress causé par les problèmes financiers, la mauvaise santé d'une personne soignante et peut-être même la toxicomanie.Si l'on combine le tout avec un historique de violence familiale et la fatigue des personnes soignantes, nous avons une recette parfaite pour obtenir un désastre pouvant finir de façon mortelle lors d'une dispute ou d'un moment d'exaspération.La probabilité que cela se produise augmente lorsque la victime est handicapée, atteinte de démence ou isolée des autres.Il importe de souligner qu'aucun de ces facteurs n'est causal et ne constitue une excuse.Peu importe à quel point il est difficile d'être une personne soignante, LES MAUVAIS TRAITEMENTS SONT INEXCUSABLES!

Il est important de reconnaître que la violence familiale ne cesse pas soudainement à un certain âge et que quelque chose de nouveau, appelé violence à l'égard des aînés, prend le relais.Il faut faire davantage pour mieux renseignement les citoyens afin qu'ils puissent reconnaître les signes et les symptômes de mauvais traitements et comment la dynamique des relations familiales peuvent changer pendant la durée de vie.Le Service public d'éducation et d'information juridiques du Nouveau-Brunswick a reçu récemment une petite subvention du programme fédéral Nouveaux Horizons afin de créer des ressources et des outils de planification de la sécurité conçus spécialement pour les aînés.

 

LA DESTRUCTION PSYCHOLOGIQUE, UNE REGRETTABLE ÉPIDÉMIE

Est-ce qu'on vous a déjà traitée d'«irrationnelle»? Dit de vous que vous aviez des «réactions excessives»? Qu'on vous ait qualifié de «reine de la tragédie» (dramaqueen), d'avoir «l'imagination trop fertile» ou de n'avoir pas assez le sens de l'humour pour supporter les plaisanteries, alors que vous exprimiez à quelqu'un votre opinion ou vos sentiments à propos de quelque chose? Si oui, vous n'êtes pas la seule. Il y a de fortes chances que vous ayez été victime du phénomène qu'on nomme aujourd'hui la «destruction psychologique».

Jusqu'à tout récemment, je n'avais encore jamais vraiment entendu cette appellation. Un ami m'a envoyé un article traitant de ce sujet, et ce même article m'a ouvert les yeux sur la manière dont nous nous traitons mutuellement dans nos relations amoureuses, dans nos groupes de travail, de même qu'en famille ou entre amis.

Donc, qu'est-ce que c'est, exactement, la destruction psychologique? En gros, c'est de la manipulation émotionnelle. Le but recherché est d'amener une personne à s'interroger sur ses propres réactions à une situation, en l'amenant à se considérer comme irrationnelle, folle ou autre. En gros, les personnes qui font de la destruction psychologique ne veulent pas assumer les conséquences de leurs actes, alors ils blâment injustement d'autres personnes.

Voici quelques exemples:

Votre copain ou votre mari arrive avec une heure de retard, sans avoir téléphoné, un soir où vous aviez planifié une activité ensemble. Alors que vous lui demandez des explications, il vous répond: «Tu es tellement trop sensible, tout le temps; tu réagis toujours de façon exagérée; ce n'est pas un drame que je sois en retard!»

Au bureau, Mary collabore avec Charles sur un projet. Pendant une réunion avec le patron, on s'aperçoit que Charles n'a pas terminé sa section du projet. Afin de sauver la face devant le patron, Charles ment en prétextant: «J'attendais de recevoir les données de Mary pour pouvoir terminer ma section du projet. Ce n'est quand même pas de ma faute si elle ne m'a pas partagé sa partie du travail, et qu'elle travaille mal en équipe.»  

Fait intéressant: le terme anglais désignant la destruction psychologique, «gaslighting», provient d'une production cinématographique de suspense de 1944, intitulée Gaslight. Dans le film, un mari tente par tous les moyens de faire croire à sa femme qu'elle est en train de sombrer dans la folie, et ce, dans le but de lui voler des choses. L'une de ses tactiques consistait à diminuer les flammes des lampes à l'huile de la maison jusqu'à ce qu'elles vacillent, mais disait à sa femme qu'il ne voyait absolument pas les flammes vaciller. Sa femme finit par se questionner sur sa santé mentale et sur sa perception de la réalité.  

Il existe différentes sortes de destruction psychologique. Dans l'exemple du film Gaslight de 1944, il est question de destruction intentionnelle, où des paroles sont dites avec l'intention de manipuler l'autre. Un commentaire pour illustrer cette catégorie pourrait être: «Tu es tellement idiote, personne d'autre que moi ne voudrait de toi.» Par contre, la plupart du temps, les commentaires émis sont beaucoup plus subtils, et peuvent même se camoufler sous le manteau d'une excuse: «Je suis désolé, mais c'est de ta faute si je…»

Même si, dans une certaine mesure, nous sommes tous et toutes capables de faire de la destruction psychologique avec les autres, nous constatons malheureusement que les hommes sont souvent les «destructeurs» et les femmes, les «détruites».

La destruction psychologique dirigée vers les femmes est présente partout autour de nous; autant dans les émissions de télévision et les films que nous regardons que dans la musique que nous écoutons. Ça fait maintenant partie de notre culture populaire d'attribuer aux femmes une image d'hypersensibles et de dépendantes affectives. Et c'est très malheureux.

Nous ne serons donc pas surpris d'apprendre que la destruction psychologique est aujourd'hui considérée, par les professionnels de la santé mentale, comme une véritable «épidémie» de société. Est-ce que ça vous étonnera, désormais, lorsque vous entendrez parler de telle ou telle femme qui n'a pas eu assez confiance en elle pour accepter une promotion au travail, pour devenir sa propre patronne, ou d'une autre qui n'est même pas convaincue que son opinion VAUT quelque chose alors elle n'ose pas émettre son opinion? Ça me fait tant de peine lorsque j'entends des femmes qui s'excusent avant même d'avoir parlé...

Cette épidémie est de toute évidence liée à la manière dont nous éduquons les jeunes garçons et les jeunes filles à être dans la société, et des stéréotypes de genres qui se transmettent d'une génération à l'autre. Le premier pas à faire pour stopper ce phénomène, c'est d'abord de prendre conscience qu'il existe.

Je suis très contente d'en avoir appris davantage à propos de la destruction psychologique. Je serai maintenant beaucoup plus alerte concernant les comportements des gens qui m'entourent… et envers ma propre attitude.

-  Tiré d'une chronique de Jody Dallaire, avril 2013, http:// bit.ly/16m9smv


ACCÈS À LA JUSTICE FAMILIALE – PROGRAMME PILOTE DU DROIT DE LA FAMILLE

L'Honorable Marie Claude Blais, ministre de la Justice et procureure générale, annonce que le programme pilote de la ville de Saint John sur le droit de la famille a été adopté comme un modèle continu  qui débute pendant l'année budgétaire 2013-2014.

L'élaboration d'un modèle pilote de droit de la famille a suivi les recommandations du groupe de travail sur l'accès à la justice familiale et la conception se compose d'un maître de gestion des cas, d'un coordonnateur de triage, des services internes de médiation familiale, des services d'avocats-conseils sur place et un Centre d'information juridique sur le droit de la famille polyvalent (CIDF). Le personnel du CIDF fournit des informations et une assistance aux clients du domaine du droit de la famille – généralement, mais sans en exclure d'autres, les plaideurs sans avocats. Les cas de  litiges de droit de famille sont triés pour s'assurer que toutes les possibilités sont utilisées pour résoudre les problèmes sans audience/procès, mais que, dans tous les cas, les  litiges qui finissent par avoir besoin d'une audience, seront prêts à être entendus par un juge. La nouvelle Règle de procédure prévoit plus de processus simplifiés et conviviaux pour accéder aux procédures judiciaires. Elle oblige également une utilisation accrue des conférences préparatoires. Le master de gestion des cas a un pouvoir quasi-judiciaire et peut rendre des ordonnances relatives à la procédure, des ordonnances de consentement ainsi que des ordonnances provisoires pour un certain allègement en vertu de la Loi sur les services à la famille ou de la Loi sur le divorce .

Avant que la décision d'adopter ce modèle ait été prise, il a été évalué par un cabinet indépendant de  recherche et d'évaluation et les résultats ont été très positifs. Le rapport offre de nombreuses recommandations utiles pour aller de l'avant et le rapport complet de l'évaluation a été posté dans le site Web du ministère. Dans les prochains mois, le ministère donnera suite aux recommandations de l'évaluation indépendante afin de faire des changements visant à améliorer le fonctionnement du modèle de Saint John tel que l'amélioration des processus décrits dans la Règle 81 des Règles de procédure. Pour le moment, le modèle n'est pas étendu à toute la province en raison de la situation financière actuelle de la province et de la nécessité de revenir à un budget équilibré.

Les services d'avocats-conseils en droit de famille et les avocats commis d'office seront toujours disponibles partout dans la province. Les avocats-conseils, fournis par la Commission des services d'aide juridique du Nouveau-Brunswick, permettent aux plaideurs non représentés d'accéder à un avocat qui peut expliquer les procédures liées au droit de la famille et apporter son aide pour les formulaires. Avant le 1 er avril de cette année, les plaideurs non représentés pouvaient  recevoir une heure de service gratuit. À partir du 1 er avril, ce service gratuit s'étendra à deux heures.

Pour avoir un rendez-vous avec un avocat-conseil de famille, les plaideurs non représentés peuvent composer le n° sans frais 1-855-266-0266 (ou appeler le 506-658-2261 pour les résidents de la juridiction de Saint John).
http:// onforb.es/14GZDPL


EN FIN DE COMPTE

Un homme ne doit pas tuer pour ses valeurs, mais doit savoir mourir pour elles.
- Gandhi.


 

 

wib-dqf@gnb.ca
Sans frais : 1-877-253-0266
télécopieur : (506) 453-7977
www.gnb.ca/femmes

Women Femmes NB
est publié deux fois par mois par la Direction des questions féminines du gouvernement provincial. Il diffuse des nouvelles sur les questions d’égalité - des événements, des rapports, des initiatives et des renseignements nous provenant des groupes de femmes, des gouvernements, des universités et autres.

**Les textes fournis par des organismes non gouvernementaux seront publiés dans la ou les langues dans lesquels ils nous sont fournis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

Women Femmes NB
May 15, 2013

 

 

IN THIS ISSUE:

  • GOVERNMENT INVESTS IN IMPROVED RESPONSE TO SEXUAL VIOLENCE
  • NOTICES
  • SILENT WITNESS SILHOUETTE - ALICE LEADLAY
  • DID YOU KNOW! NEW
  • GASLIGHTING, AN UNFORTUNATE EPIDEMIC
  • THE IDEAL WOMAN
  • ACCESS TO FAMILY JUSTICE – FAMILY LAW PILOT


………………………………………………………………………………

GOVERNMENT INVESTS IN IMPROVED RESPONSE TO SEXUAL VIOLENCE

The provincial government will invest $600,000 in the continued implementation of a provincially co-ordinated response to sexual assault during the next three years.

"Sexual assault and sexual violence continue to have a profound and lasting impact on the lives of women in every community in this province," said Justice Minister and Attorney General Marie-Claude Blais, who is also the minister responsible for women's issues. “Through this partnership, we aim to increase awareness surrounding this societal issue and ensure that women provincewide have access to the services they need."

The investment will support an ongoing commitment by the Fredericton Sexual Assault Crisis Centre to lead the Provincial Strategy on Sexual Assault Services by focusing on provincial co-ordination, training, counselling, awareness and education, and health-care of sexual assault survivors.

Last month, it led the third annual Sexual Assault Awareness Month with support from violence prevention networks across the province. Funding through the strategy enhances the capacity of the centre to co-ordinate activities among community partners.

- To read full article http:// bit.ly/14a1IQi

 

NOTICES

Symposium - Understanding the Dynamics of Child Sexual Abuse - The Centre Marie-Vincent aims to develop an advanced expertise in child sexual abuse by involving, in one single location a variety of services such as medical, psychosocial, police, socio-judicial in knowledge and research. Also, researchers, experts, professionals and interveners in diverse sectors work together in an environment adapted specifically to the needs of the children. For more information please contact: Emilie Therrien. Telephone : 506-743-5449 Fax : 506-743-6673 E-mail : etherrien@preventionviolencekent.com

Family Law Workshops in May - The classes will be presented in the language indicated. You can click on the topic to get a copy of the poster. Please note you must pre-register to attend these classes. Be sure to check this schedule http:// bit.ly/PZTALN

Charities & Entrepreneurship - A workshop by Richard Bridge for organizational leaders thinking of generating new income and/or providing clients new opportunities. 9am to 11am Friday, May 17, 2013. Cost $50, RSVP by May 10 at loanfund@nbnet.nb.ca

Status of Women Canada is launching a Call for Proposals - All projects will include a number of predetermined elements, which organizations must address in their proposals. The deadline for applications under this Call for Proposals is 11:59 p.m. Pacific Daylight Time, May 31, 2013. All required documents must be provided at the time of submission. Please note that incomplete or late applications will not be considered. http:// bit.ly/1030AKJ

A Silent Witness Event to Honour the Life of New Brunswick Women - You are invited to an event to Honour the Life of New Brunswick Women who have been killed by domestic violence. Wednesday, May 15th - 7:00 pm at Hampton Town Square, Monday, May 27th at 5:00 pm to 8:00 pm at Rothesay High.

CyberGirlz: A new summer day camp offered August 19 th to the 23rd - by the Faculty of Computer Science. D esigned for girls entering grades 6-8, CyberGirlz will introduce girls to basic Internet security concepts and their application in real life. This year's theme will be ‘ CFI: Cyber Security Investigation .  To find out more information please visit http://iscx.ca/summercamp2013 or to register contact Natalia Stakhanova at natalia@unb.ca

Provincial Entrepreneurial Gala 2013 - The New Brunswick Association of CBDCs will host the 5th annual 2013 Provincial Entrepreneurship Gala on July 18th, 2013 at 6:00pm at the Shediac Multipurpose Centre in Shediac, NB. Deadline to send your nomination(s) form: May 29th, 2013. Visit
www.info-biz.ca

21inc seeks nominations for leadership experience - The 2nd edition of the Emerging Leaders Summit will take place October 20th to the 23rd in St. Andrew's NB. Ideas Festival, scheduled for October 23rd to the 25th. For more information, please contact: Nadine Martin Project Leader (506) 384-7051
nmartin@21in.ca or Nadine Duguay Executive Director (506) 380-4986
nadine@21inc.ca

The 5 Love Languages Workshop - This two part-workshop, based on the book by Gary Chapman June 8 & 15 from 1:30 – 4:30pm. Please register by May 31 st 458-8211 info@familyenrichment.ca

Boosting Creativity and Playfulness in Later Life Workshop - Friday, May 24; 12:00 – 1:30, $15 per person. To register 458-8211 info@familyenrichment.ca

How to be more assertive: A one-day Workshop - Friday, August 30; 9:00 am – 4:00 pm, the Station on York Street. Please register by August 9 th for early bird discount: $75 per person. Limited Seating! Register Early!!After August 9 th : $99 per person. Fee includes lunch, health breaks, and handouts! To register please contact: 506-458-8211 info@familyenrichment.ca

Trades & Tech Gala for Girls is hosting Second Aboriginal Dinner! - Come explore exciting careers in skilled trades & technologies. This is your opportunity to meet with mentors while enjoying a great dinner and investigating a variety of interesting career paths. All Aboriginal girls Grades 9-12 invited! Wednesday, May 22, 2013 Kinsmen Club of the Miramichi TIME: 11:30 -2:30 COST: FREE. For more information & to register, contact: Kate McLean 506-462-5910,
kate.mclean@gnb.ca

New Brunswick's population is more than half (51.2%) female.
Visit the Equality Profile
and send us your feedback HERE



SILENT WITNESS SILHOUETTE - ALICE LEADLAY

The Silent Witness silhouette for 80 year old, Alice Leadlay, was unveiled on Friday, May 10, 2013 at Quispamsis, NB. At the event, Alice's son and daughter-in-law, David and Gail Leadlay, shared her story.Dr. Deborah Doherty, representing the NB Silent Witness Committee, then presented highlights of the unique vulnerabilities of older adults to abuse particularly those with cognitive impairments and disabilities who become increasingly dependent on a caregiver.

In the 2010 publication, “Family Violence in Canada”, Statistics Canada, the chapter on “Family violence against seniors” tells us that the rate of police-reported violence amongst seniors is less than that of any of the other age categories. There are multiple reasons why an abused senior may not call the police. The humiliation of reporting a family member, the dependency, the apprehension about the alternative – which may indeed be institutionalization, and even fear of the emotional and physical punishment that may come with disclosure. In fact, the 2009 General Social Survey found that less than half of older adults - aged 55 and older - reported abuse to the police. That survey indicated that the rate of spousal violence for senior women was more than double the rate for senior men – and the rate of family violence against senior women was 34% higher than that of senior men. The family violence survey shows that physical assaults against seniors were the most common form of violence and the most likely to commit an assault were spouses followed by adult children.

Since Alice's death in 2004, there have been 12 more confirmed deaths of NB women at that the hands of their partners: 4 of the 12 women were over 56 years; 7 were between 25 and 54; 1 was under 25. Unfortunately, given the unprecedented growth in the senior population,unless we do something to prevent abuse of seniors, there are bound to be more domestic deaths of older women in the coming years. Research shows that in relation to violence against seniors by family members,the most common risk factors are stress caused by financial problems, the poor health of a caregiver and possibly addictions. When combined with a history of family violence and caregiver fatigue – we have a recipe for disaster that may erupt in a lethal manner during an argument or a moment of frustration. The likelihood that this may happen increases when the victim is disabled or has dementia and is isolated from others.It must be emphasized that none of these factors are causal, nor are they excuses. No matter how tough it is to be a caregiver, there is NO EXCUSE FOR ABUSE!

It is important to recognize that domestic violence does not suddenly stop at a certain age and something new takes over that is called elder abuse. There is a need to have more and better public education that recognizes the signs and symptoms of abuse, and how the dynamics of domestic relationships might change over the life span. Public Legal Education and Information Service NB recently received a small grant from the federal New Horizon's Program to create safety planning resources and tools specifically targeted at seniors.

 

GASLIGHTING, AN UNFORTUNATE EPIDEMIC

Have you ever been told that you are “irrational,” “over-reacting,” “such a drama queen,” “have an overactive imagination,” or “can simply not take a joke” in response to your expressing your opinion or feelings to someone about a situation. If you have, then you are not alone. Chances are that you have experienced the phenomenon known as gaslighting.

Until very recently I had never heard the term. A friend sent me an article on the subject and it opened my eyes to how we treat each other in intimate partner relationships, between co-workers and between friends and acquaintances.

So what is gaslighting? To put it bluntly, it is emotional manipulation. Its aim is to get the other person to question their reactions to a situation – characterizing these reactions as irrational and crazy. In short, the gaslighter does not want to take responsibility for their actions so they blame the gaslightee.

In psychological terms, it is defined by the Urban Dictionary as: “an increasing frequency of systematically withholding factual information from, and/or providing false information to the victim - having the gradual effect of making them anxious, confused, and less able to trust their own memory and perception.”

Here are a couple of examples:

Your boyfriend/husband shows up an hour late for a planned evening out together without calling. When you ask him about it, he responds: “You are so sensitive and over-react all the time. It is not a big deal.”

Mary is collaborating with Charles on a project at work. It comes to light during a meeting with the boss that Charles has not finished his share of the work. In order to save face, he lies in front of the boss by saying: “I was waiting for information from Mary to complete my section of the work. It is not my fault that she doesn't share information and doesn't work well in a team setting.”

The term gaslighting itself comes from the 1944 suspense film called Gaslight . In the film, the husband methodically tries to make his wife think that she is going insane in order to steal from her. One of the things that he does is dim the gaslights in the house until they flicker and then denies that he sees the lights dim. The wife questions her sanity and perception of reality as a result.

There are different types of gaslighting. Like in the 1944 Gaslight movie, there is intentional gaslighting where comments are said on purpose to manipulate the other person; comments like “you are so stupid, nobody else would ever want you.”More often than not though, it is more subtle than that. It can even be masked as an apology: “I am sorry but it is your fault that I...”

Although we are all capable of committing gaslighting, more often than not men are the gaslighters and women are the gaslightees.

Gaslighting and portraying women as irrational and clingy is part of our pop culture and glorified in the television programs and the movies that we watch and the songs that we listen to. It is passed off as the norm in our society. This is unfortunate.

It is not surprising then that gaslighting has been defined as an “epidemic” in our society by mental health professionals. Is it any surprise then that we often hear about women not having the confidence that they need to accept a promotion, to run for office or to even trust their own opinion as worthwhile. I feel so sad every time I hear a woman apologize before expressing her opinion.

This epidemic is likely the result of the way we socialize girls and boys and is perpetuated from one generation to the next. The first step in stopping it, is to be aware that it is happening.

 I am so glad to have recently become aware of gaslighting. I will now be on the lookout for it in my own behaviour and in that of others.

-Excerpt, column by Jody Dallaire, April 4, 2013, http:// bit.ly/YyWSex

 

THE IDEAL WOMAN

We must begin to counter the notion that to be worthy is to look like the “ideal woman” delivered to us through television shows, movies, music videos, newscasts, magazine covers, and video games. And, in doing so, we begin to experience a shift in power; instead of being valued solely because of a physical image, we promote one that recognizes our other contributions.
- Fight Like a Girl - How to be a fearless feminist, Megan Seely, Page 128.



ACCESS TO FAMILY JUSTICE – FAMILY LAW PILOT

The Honourable Marie Claude Blais, Minister of Justice and Attorney General, announced that the Saint John Family Law pilot has been adopted as a permanent model beginning in the 2013-14 fiscal year.

The development of a Family Law Pilot model followed the recommendations of the Task Force on Access to Family Justice, and the design includes a Case Management Master, a Triage Coordinator, in-house family mediation services, on-site advice lawyer services and a comprehensive on-site Family Law Information Centre (FLIC). The FLIC staff provide information and assistance to family law clients – generally, but not limited to, self-represented litigants. Family law cases are triaged to ensure that every opportunity is used to resolve matters without a hearing/ trial, but that, in any event, cases that do end up needing a hearing will be ‘judge ready'. The new Rule of Court provides more streamlined and user-friendly processes for accessing court proceedings. It also compels greater use of case conferences. The Case Management Master, has quasi-judicial authority and may make orders related to process, consent orders as well as interim orders for certain relief under either the Family Services Act or the Divorce Act. 

Before the decision was made to adopt this model, it was evaluated by an independent research and evaluation firm and the results were very positive. The report offered many helpful recommendations for going forward and the full evaluation report is being posted on the Department's website. In the coming months, the Department will be responding to the recommendations of the independent evaluation to make changes that will further enhance the operation of the Saint John model such as improvements to processes described in Rule 81 of the Rules of Court. The model is not being expanded throughout the entire province at this time due to the province's current fiscal situation and the need to return to a balanced budget.

Family Advice Lawyer services and Family Duty Counsel will also continue to be available throughout the province. Family Advice Lawyers, provided by the New Brunswick Legal Aid Services Commission, allow self represented litigants to access a lawyer who can explain family law-related procedures and assist with forms. Prior to April 1st of this year, self represented litigants were able to receive one hour of free service. As of April 1st, this will be expanded to two hours of free service. 

To request an appointment to meet with a Family Advice Lawyer, self represented litigants can call toll free 1-855-266-0266 (call 506-658-2261 for those who reside in the Saint John jurisdiction).



IN PARTING

We women need to claim our role as leaders, not for power, status or ego, but because the world needs what we can offer.

– Margaret Wheatley, U.S. author and consultant.

 

wib-dqf@gnb.ca
Toll free:
1-877-253-0266
Fax: (506) 453-7977  
www.gnb.ca/women

Women Femmes NB
is sent out twice a month by the provincial government Women's Issues Branch. It provides news related to equality issues, including events, studies, initiatives and information from women's groups, governments, universities, etc.

**Text from non-governmental sources will be published in the language(s) in which it is provided.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

To unsubscribe, click here. / Pour désabonner, cliquez ici.
Subscribe to Women Femmes NB / Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Questions or comments? E-mail us at wib-dqf@gnb.ca or call 1-877-253-0266
. /
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel
wib-dqf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266
Women's Issues Branch | 551 King Street, Suite A | Fredericton, NB E3B 5H1 /
Direction des questions féminines | 551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1