Voir ce bulletin sur notre site web. / View this newsletter in your browser.
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrit-e. / You're receiving this message because you subscribed.
Vous n’êtes plus intéressé-e ? Se désabonner / Not interested anymore? Unsubscribe
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB. / Subscribe to Women Femmes NB

Tous les numéros
2011 Bulletins
2012 Bulletins
2013 Bulletins

(English version follows)
Women Femmes NB
le 16
mai 2014

 

DANS CE NUMÉRO :

  • LES FEMMES AU STATUT PRÉCAIRE SURVIVANTES DE VIOLENCE CONJUGALE DOIVENT CHOISIR ENTRE LEUR STATUT OU LEUR SÉCURITÉ
  • AVIS
  • LE SAVIEZ-VOUS?
  • CAMPAGNE CONTRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES : DES STATISTIQUES INQUIÉTANTES
  • ELLE N'AVAIT QU'À LE QUITTER!
  • C'EST UN FLÉAU, C'EST ÉVIDENT. LA VIOLENCE FAMILIALE EST PRÉSENTE AU QUÉBEC ET EN ONTARIO

………………………………………………………………….……………

LES FEMMES AU STATUT PRÉCAIRE SURVIVANTES DE VIOLENCE CONJUGALE DOIVENT CHOISIR ENTRE LEUR STATUT OU LEUR SÉCURITÉ 

Le cas d'Ivonne Hernandez, une survivante de violence conjugale sans statut, a récemment mis en lumière la précarité extrême dans laquelle se retrouvent souvent les femmes immigrant au Canada. Ivonne a vu son statut dénoncé aux autorités par son ex-conjoint lorsqu'elle a quitté son domicile et s'est réfugiée dans un centre d'hébergement pour femmes victimes de violence conjugale.

Pour Ivonne, la décision de quitter son conjoint violent l'a menée à être arrêtée par les services frontaliers et menacée de déportation. Un juge a aussi tranché en faveur du père canadien de son fils et lui a donné la garde de leur enfant, citant le statut d'immigration précaire d'Ivonne (la décision a depuis été renversée).

Le Centre communautaire des femmes sud-asiatiques (CCFSA) travaille avec des femmes migrantes survivantes de violence conjugale. Un texte publié par le CCFSA en mai 2013 décrit la situation dans laquelle plusieurs femmes, dont Ivonne, se retrouvent coincées :

Nous avons toujours été préoccupées par la violence faite aux femmes et nous savons que le statut de réfugiée ou d'épouse parrainée a d'énormes effets sur les femmes, surtout celles qui vivent dans la précarité. Afin de conserver sa résidence permanente, une épouse parrainée (bien des femmes d'origine sud-asiatique arrivent à Montréal par parrainage) doit vivre au Canada avec son parrain durant deux ans. Le parrainage rend ainsi les femmes complètement dépendantes de leur mari et les place dans une relation de pouvoir inégale. Si une femme parrainée décide de se protéger en quittant le foyer ou si le mariage est dissout, elle court le risque de ne pas avoir le droit de rester au Canada. La peur d'être renvoyée dans son pays d'origine... Suite : http://bit.ly/QmkGBv

 

AVIS

Bourse égalité femme-homme – Est-ce que vous allez au CCNB ou à un collège privé cet automne ? Si oui, n'oubliez pas de soumettre votre candidature pour la Bourse égalité femme-homme !

La date limite pour soumettre votre demande est le 30 juin 2014 pour les programmes commençant cet automne. La bourse est d'une valeur de 2500$ par année. Pour plus d'information, veuillez visiter : http://bit.ly/RQg9sf

OFFRE D’EMPLOI -Le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick est à la recherche d’un(e) employé(e) d’été pour pourvoir au poste d’adjoint(e) aux projets. Toute personne intéressée est invitée à soumettre sa demande en envoyant une lettre de motivation et son C.V. par courriel au info@rfnb.ca d’ici le 19 mai 2014 inclusivement. Pour plus d’information sur le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick, veuillez visiter le rfnb.ca.

La 27e Conférence annuelle sur la prévention du crime de l'Atlantique – du mercredi 4 juin au vendredi 6 juin 2014 au Future Inns à Moncton (40, boulevard Lady Ada). Thèmes : les jeunes à risque, les contrevenants chroniques, la violence conjugale et la violence de la part d'un partenaire intime, dans le cadre des thèmes globaux des Premières Nations, de la santé mentale et de la toxicomanie. Public cible: Les travailleurs de première ligne et les décideurs en matière de prévention du crime du Canada atlantique. Visitez le site Web: www.acc-cca.org pour de plus amples renseignements et pour s'inscrire (frais 275$).

Diriger avec IMPACT Voici une occasion exceptionnelle pour faire la lumière sur votre véritable potentiel de leadership et prendre conscience de tout votre pouvoir, à travers vos forces, vos valeurs, vos motivations, vos désirs et vos rêves. Le 12 juin (13h à 21h) et le 13 juin (9h à 16h) à la Maison Tait House 293, rue Main, Shediac. Pour en savoir plus contacter: Diane Allain diane@yourimpactpartners.ca 506.743-1900

Prospérité économique : le succès à la portée des femmes - Appel de propositions Condition féminine Canada lance un appel de propositions pour des projets visant à améliorer la prospérité économique des femmes. Si vous décidez de présenter un projet, veuillez noter que celui-ci devra comprendre un certain nombre d'éléments prédéterminés, éléments que vous aurez soin de décrire dans votre proposition. Condition féminine Canada accepte seulement les demandes faites en ligne. La date limite pour présenter une demande dans le cadre de cet appel de propositions est le 13 juin 2014 à 23 h 59, heure avancée du Pacifique . Pour de plus amples renseignements http://bit.ly/1tVmCRe

Le logo et les panélistes de renom du Sommet des femmes sont dévoilés! - Le Congrès mondial acadien 2014 et le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick (RFNB) ont dévoilé le logo et les panélistes de renom du prochain Sommet des femmes qui se déroulera lors des festivités de 2014 en Acadie des terres et forêts. Rappelons-nous que le Sommet des femmes aura lieu du 17 au 19 août 2014 à Edmundston. Pour plus d'information ou demande d'entrevue, veuillez communiquer avec : France Le Moignan, coordinatrice des communications CMA 2014 - France.le.moignan@cma2014.com ; Tél.:(506) 737-2014 poste 5436 Sylvie Morin, présidente du RFNB, sylvie.morin@umoncton.ca ; Tél. : (506) 737-5050 poste 5130.

Le 8e Gala annuel Femmes de Mérite du YWCA aura lieu au Centre communautaire de la paix, le jeudi 29 mai 2014. Ce gala rassemble plus de 200 dirigeants communautaires et chefs d'entreprise, afin de souligner l'important travail accompli par des femmes remarquables de la région, et ce, tout en amassant des fonds pour le travail mené par notre agence. Les billets, au cou^t de 50 $ pour cette soire´e a` ne pas manquer, sont en vente au bureau du YWCA Moncton et au Read's Newsstand a` Riverview et a` Moncton (rue Coverdale et rue Main). Le prix du billet inclut de de´licieux tapas, un verre de vin et des performances musicales. Pour plus d'information, contactez Marisa Piccini: mpiccini@ywcamoncton.com ou (506) 855-4349, ou visitez le http://bit.ly/1oXir3B

Subventions pour la prévention du crime dans les collectivités accepte actuellement les demandes de financement – L'Association de la prévention du crime du Nouveau-Brunswick accepte actuellement les demandes de financement sous le Programme de subvention de projet local de prévention du crime. Cette possibilité de financement revêt la forme d'une subvention pouvant atteindre 1000 $ offert aux collectivités admissibles et visant des initiatives de prévention du crime au Nouveau-Brunswick. Prière de communiquer avec diane.hawkins@gnb.ca pour des renseignements supplémentaires et pour obtenir un formulaire de demande.

Appel de présentations : conférence nationale sur la violence conjugale (Fredericton, le 20-22 octobre 2014) – L'Observatoire canadien sur les mesures judiciaires prises pour contrer la violence conjugale, le Centre Muriel McQueen Fergusson et le ministère de la Sécurité publique du N.-B. acceptent maintenant des propositions de présentation (en français et en anglais) pour la conférence nationale sous le thème Approches intégrées de la violence conjugale: apprendre et innover ensemble. La conférence se tiendra du 20 au 22 octobre 2014 à l'université du Nouveau-Brunswick au centre de conférence Wu à Fredericton. Veuillez communiquer avec Christine Stewart à christine.stewart@unb.ca ou au (506) 458-7457 ou cliquez sur http://bit.ly/1fJrlfD pour plus de renseignements, y compris les sous-thèmes. Date limite pour les propositions : le 2 juin 2014.

Espérance de vie, N.-B., 2006

À la naissance:
Filles 82,7 ans
Garçons 77,6 ans

À 65 ans:
Femmes 20,9 ans
Hommes 17,7 ans

Visitez le Profil Égalité
et envoyez-nous vos commentaires ICI


CAMPAGNE CONTRE LA VIOLENCE FAITE AUX FEMMES : DES STATISTIQUES INQUIÉTANTES

La Fondation canadienne des femmes lance sa 10e campagne annuelle pour mettre fin à la violence faite aux femmes, en révélant des statistiques inquiétantes.

Selon un nouveau sondage réalisé par la Fondation, une personne sur quatre au Canada a déjà essayé d'aider une amie à quitter un conjoint violent.

Les Canadiennes sont en effet plus susceptibles de se tourner initialement vers des amis pour rapporter des situations de violence verbale, émotionnelle ou physique. 10 % des femmes tenteraient toutefois de résoudre par elles-mêmes la violence physique ou sexuelle dont elles sont victimes.

Même si les Canadiennes sont enclines à rapporter la violence à leurs amis, 13 % d'entre elles ne sont pas certaines qu'on les croirait. Les Canadiennes craignent aussi que leur famille, à 16 %, leur médecin, à 15 %, ainsi que la police ou d'autres figures d'autorité, à 28 %, ne prennent pas leurs déclarations au sérieux.

Selon la Fondation canadienne des femmes, il est alarmant de constater qu'il est toujours tabou de dénoncer la violence, et que plusieurs rejettent encore le blâme sur la victime.

Les fonds qui seront recueillis jusqu'au 11 mai dans le cadre de la 10e campagne annuelle serviront à soutenir quelque 445 maisons d'hébergement pour femmes violentées et leurs enfants ainsi que des programmes communautaires de prévention de la violence.

 

ELLE N'AVAIT QU'À LE QUITTER!

Si vous mettez une grenouille dans l'eau bouillante, elle s'échappera. Si vous la mettez dans l'eau tiède et élevez progressivement la chaleur jusqu'à ébullition, elle y restera jusqu'à ce qu'elle meure. Et c'est ça, une relation violente.

"Elle a joué à la victime."
"Elle a couru après."
"Elle n'avait qu'à le quitter, après tout."
"Si elle est restée si longtemps avec lui, c'est qu'en quelque part, c'est elle qui a bien voulu ça."
"Elle est responsable de ce qui est arrivé dans son couple."

Parce qu'elles pensent que c'est normal. Lorsqu'on vit dans une relation amoureuse violente, les abus font partie du quotidien. Les femmes victimes de violence conjugale sont prises dans une spirale de contrôle : c'est le conjoint violent qui a toute la balance du pouvoir, et elles ne savent pas qu'elles ont le choix de partir , avance E. : «  Elles pensent que c'est normal  […]. Il y a des femmes qui normalisent la violence dans les faits, parce qu'on parle de toutes les sortes de violence; violence sexuelle, financière, physique, psychologique ». Le conjoint violent normalise aussi les gestes de violence, rajoute M. Il est aussi normalisé pour lui de violenter que pour la conjointe d'être violentée. La violence est justifiée, également : l'agresseur fera croire que cela va changer, s'améliorer, puis, ça recommence. Pour E., « une femme qui est violentée, elle le tolère en même temps qu'elle ne le tolère pas. Ça se fait à deux. Elle tolère, plutôt que d'être seule ou de vivre cette séparation qui est angoissante. […] Il y en a que c'est des cas extrêmes : si elles partent, elles se sentent en danger de mort. Il y en a beaucoup (qui ne partiront pas) parce qu'elles ont peur. »

Parce qu'elles sont isolées. Suite : http://bit.ly/1dPwYMw

 

UN NOUVEAU GROUPE POUT LE DROITS À LA REPRODUCTION QUI REVENDIQUE UN MEILLEUR ACCÈS AUX SERVICES D'AVORTEMENT AU NOUVEAU-BRUNSWICK

Un nouveau groupe pour les droits à la reproduction qui revendique un meilleur accès aux services d'avortement au Nouveau-Brunswick s'est présenté devant l'Assemblée législative le 14 mai. Justice reproductive NB est un groupe de femmes et d'hommes de partout au Nouveau-Brunswick qui demande au gouvernement de respecter ses obligations constitutionnelles en matière de santé et aussi de respecter l'égalité des femmes ainsi que leur choix de reproduire ou non.

"Compte tenu de la fermeture imminente de la Clinique Morgentaler de Fredericton en raison de l'absence de financement public, les femmes du Nouveau-Brunswick sont à une croisée des chemins," a dit Kathleen Pye, présidente de Justice reproductive NB. "Nous demandons au gouvernement d'abroger son règlement injuste et dépassé en matière d'avortement, et d'assurer l'accès aux mêmes services de santé aux femmes d'ici qu'ailleurs au Canada."

"Notre groupe revendique un régime de services publics de reproduction qui comprend des services d'avortement," selon Mme Pye. "Et nous entendons par cela, un accès à des services d'avortement dans toutes les régions de la province et dans les deux langues officielles."

La Justice reproductive NB entend poursuivre sa lutte en organisant des campagnes publiques, des ralliements, et un lobbying auprès du gouvernement. Pour plus d'information, voir le feuillet d'information de JRNB à: http://bit.ly/1n1reEF

 

EN FIN DE COMPTE

« Le féminisme n'a jamais tué personne. Le machisme tue tous les jours »
Benoîte Groult

 

 

 

web-edf@gnb.ca
Sans frais : 1-877-253-0266
télécopieur : (506) 453-7977
www.gnb.ca/femmes

Women Femmes NB
est publié deux fois par mois par la Direction de l'égalité des femmes du gouvernement provincial. Il diffuse des nouvelles sur les questions d’égalité - des événements, des rapports, des initiatives et des renseignements nous provenant des groupes de femmes, des gouvernements, des universités et autres.

**Les textes fournis par des organismes non gouvernementaux seront publiés dans la ou les langues dans lesquelles ils nous sont fournis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

Women Femmes NB
May 16, 2014

 

 

IN THIS ISSUE:

  • CANADA'S SEX TRAFFICKING RINGS PREY ON NATIVE GIRLS—AND ONE NON-PROFIT GROUP IS HELPING SURVIVORS OF THE TRADE SPEAK OUT AND FIGHT BACK.
  • NOTICES
  • DID YOU KNOW?
  • HOW TO CLOSE THE GENDER GAP AT WORK? STRIKE A POSE
  • LISTENING TO SURVIVORS: EUROPE TREND TOWARDS POSITIVE CHANGE
  • A NEW REPRODUCTIVE RIGHTS GROUP CALLING FOR IMPROVED ABORTION ACCESS IN NEW BRUNSWICK

………………………………………………………………….……………

CANADA'S SEX TRAFFICKING RINGS PREY ON NATIVE GIRLS—AND ONE NON-PROFIT GROUP IS HELPING SURVIVORS OF THE TRADE SPEAK OUT AND FIGHT BACK.

On October 26 in Kansas City, the non-profit group Veronica's Voice will be hosting a conference featuring the voices of sex trafficking survivors. Their call is to have more survivors engaged in combating the trade that sees more than a hundred thousand victims each year. In Manitoba, Canada, survivors have been at the table for nearly a decade now, helping implement some of the most progressive laws and programs. (…)

Manitoba is leading the way not just in Canada, but worldwide, in trying to combat the sexual trafficking of children. It's one of the first jurisdictions to refer to all child sex workers under the age of 18 as abused children in need of care. The province has enacted some of the most progressive laws to combat the sexual trafficking of minors and pumps about $10 million a year into front-line services, including foster homes, safe houses, educational facilities and work programs to help these abused children find new and healthier lives. Key to these changes were the voices of survivors, who have not just shared their experiences in the sex trade or ‘game', but have come to the table alongside politicians, law enforcement, social workers and the medical profession as equal partners in developing strategies to stop human trafficking. “We know we have to work with the victims,” says Manitoba politician, Joy Smith. “We have to understand what human trafficking is. Victims know how predators work.” Continued: http://thebea.st/1izI7BN

 

NOTICES

Gender equality scholarship – Are you attending a non-traditional program at NBCC or a private college this fall? If so, get your applications in for the Gender Equality Scholarship!
The application deadline is June 30th, 2014 for those programs starting in the fall. The scholarships are valued at up to $2500 per year. For more information or to apply, please visit http://bit.ly/P2HtS1

Just released – Digging Deeper: Towards Greater Action on Global Rights for Women and Girls A new publication by CCIC, Oxfam Canada and other organizations, this report explores the kinds of programming that Canadian NGO's carry out in support of women and girls; the trends in international granting of Canadian foundations; and the funding trend for gender equality programs by CIDA/DFATD. The report provides a base of information from which to raise questions and promote further conversations, research, strategies and action. For full report: http://bit.ly/1oqRzeI

Young Wabanaki Women's Rising Gathering (Fredericton, May 23-25, 2014) Registrations are now open for the Young Wabanaki Women's Rising Gathering on May 23-25, 2014 at the Wu Conference Centre, Fredericton, NB for young Aboriginal women between the ages of 17-25 to increase their cultural knowledge; affirm their Aboriginal identities; build peer and inter-generational support; and learn about options after high school, strategies and resources in post-secondary education, employment and entrepreneurship, violence prevention and intervention. Please check out the website for more information http://www.caaw.ca. For those interested in being exhibitors during this event, please contact Barb Martin, Han Martin Associates at  bamartin@nb.aibn.com  or tel: (506) 363-2283

YWCA Moncton's 8th Annual Women of Distinction Awards Gala will take place May 29th, 2014 at the Moncton Community Peace Centre. This gala event brings together more than 200 community and business leaders to celebrate the important work of remarkable local women and raise funds for our agency's work.  Tickets are $50 and can be purchased from Moncton's YWCA office, at Read's Newsstands in Riverview and Moncton (Coverdale Road and Main Street). Price of ticket includes tapas, a glass of wine, and musical entertainment. For more information contact Marisa Piccini: mpiccini@ywcamoncton.com or (506) 855-4349 or visit http://bit.ly/1hIHtlI

Leading with IMPACT Now is the time to shine a light on your true leadership potential and discover your personal power, fuelled by your strengths, your values, your motivators, your wants and your dreams. Thursday, May 29
(1:00-9:00) and Friday, May 30 (9:00 – 4:00) at the Maison Tait House 293 Main St, Shediac, NB. Find out more: Diane Allain diane@yourimpactpartners.ca 506.743-1900

The 27th Annual Atlantic Crime Prevention Conference – Wednesday, June 4 - Friday, June 6, 2014 at the Future Inns in Moncton (40 Lady Ada Blvd.). Focus: Youth at-risk, Chronic Repeat Offenders and Domestic/Intimate Partner Violence, with overarching themes of First Nations, and Mental Health and Addictions issues. Who should attend: Atlantic Canada's crime prevention front-line workers and decision makers. Visit www.acc-cca.org for more information and to register. Cost: $275.

UNB Associated Alumnae Annual General Meeting - The Annual General Meeting of the UNB Associated Alumnae will be held at 6 p.m. on Thursday, June 12, 2014 at Renaissance College, 811 Charlotte Street, Fredericton, NB. Please RSVP by Monday, June 9 to alumni@unb.ca.

Economic Prosperity: Positioning Women for Success - Call for Proposals Status of Women Canada is launching a Call for Proposals for projects that will advance economic opportunities for women. All projects will include a number of predetermined elements, which organizations must address in their proposals. All proposals must be submitted online. The deadline for applications under this Call for Proposals is 11:59 p.m. Pacific Daylight Time, June 13, 2014. For more information http://bit.ly/1hJwFiB

Volunteer and skill-building opportunity - Fredericton – Want to start up your own radio show, voice women's issues on the radio or volunteer behind the scenes? At CHSR, a non-profit, volunteer-run community radio station in Fredericton, we would love to increase the number of women who produce on-air programming, such as hosting a music or spoken word show. (Training for producing on-air shows and recording live material is provided, as well as a mentor to help create your very own radio show.) To find out more please contact our volunteer coordinator (Recruiting@chsrfm.ca or 506-452-6053) or the women's representative (hgwsq@stu.ca ).

Call for presentations: National Conference on Intimate Partner Violence (Fredericton, October 20-22, 2014) – The Canadian Observatory on the Justice System Response to Intimate Partner Violence, the Muriel McQueen Fergusson Centre, and the NB Department of Public Safety are now accepting submissions for presentation (English and French) for this year's National Conference on Integrated Approaches to Intimate Partner Violence: Learning and Innovating Together . Conference will take place October 20-22, 2014 at the University of New Brunswick's Wu Conference Centre in Fredericton. Contact Christine Stewart at  christine.stewart@unb.ca   or (506) 458-7457 or http://bit.ly/1itVy1T for more information including sub-themes. Proposal deadline: June 2, 2014.

Life expectancy in N.B., 2006

At birth:
Girls 82.7 years
Boys 77.6 years

At age 65:
Women 20.9 years
Men 17.7 years

Visit the Equality Profile
and send us your feedback HERE

HOW TO CLOSE THE GENDER GAP AT WORK? STRIKE A POSE

Plenty of pundits have idiosyncratic ways of prepping for a big speech. But if you're a six-foot-one progressive lesbian debating a conservative white man on Fox News, you'd better have a good one.

Sally Kohn, 36, has a ritual: A few minutes before she heads on set, she ducks into a hallway, spreads her feet, stands up perfectly straight and puts her hands on her hips, chin tilted up. She holds the pose for two full minutes – at which point her testosterone levels rise and her cortisol drops, making her more confident and less anxious. Then she walks on camera.

Kohn learned the trick from Amy Cuddy, a Harvard Business School social psychologist whose TedTalk on " Power Posing " – a shortcut to boosting confidence and gaining a quick competitive edge — has been viewed nearly 10 million times, and spawned a global following.

Today, workplace sexism is subtle — and oftentimes, it's not overt sexism at all. Women are more likely to be interrupted when they speak in meetings; according to  a 2009 study , they often underestimate their job performance, while men tend to overestimate theirs. Gender bias can take curious forms, like the fact that women are still more likely to internalize that “impostor” feeling, says Valerie Young, the author of “ The Secret Thoughts of Successful Women ” — or that when men succeed, we like them more, but when women are successful, we like them less (which is why women are so busy smiling and showing gratitude and being appreciative... you get the drill).

But correcting for that doesn't mean acting like men. But it does mean learning the skills that often come more easily to men – confidence, risk-taking – to lead like women. It's what writer  Henriette Lazaridis Power  calls “sitting tall”: owning your body to take up more space, or noticing, as Amy Cuddy has in her graduate students, the way that women make themselves small, hunching their shoulders or wrapping their legs around themselves (which in turn reduces confidence). (…) Continued: http://on-msn.com/1fweBJR

 

LISTENING TO SURVIVORS: EUROPE TREND TOWARDS POSITIVE CHANGE

Zsolt stands in front of St. Stephen's Basilica in the city center every night from 8:00 p.m. until the early hours. His job is to direct passing tourists toward a "gentleman's club" nearby. He earns 300,000 ft ($1,365 USD) per month in a country where the average wage is less than half this amount. He speaks five languages and is happy to answer questions during what he says is a "slow" evening. Even still, he talks to twelve interested English-speaking men within a 20 minute period. The commercial sex industry is not legal in Hungary, but it is tolerated and exists largely in plain view.

Sex trafficking has become a growing concern among Hungarians. Young Roma girls are trafficked domestically to supply sexual services for visitors and stag weekends in the capital. But Hungary plays a much larger role in external trafficking within Europe. It is a key "source" location for women and girls to be trafficked to countries where prostitution is legal, such as Switzerland, Germany, and the Netherlands. In those countries, women and girls are brought in to supply the legally sanctioned demand.

Those that support the legalization and decriminalization of prostitution often do so with the intended goal of making prostitution better and safer for those involved. Yet, survivors of sexual exploitation and sex trafficking have repeatedly stated that the legalization or decriminalization of prostitution does just the opposite; it legitimizes the violence which is inherent in the trade.

Rebecca Mott , who entered prostitution in the UK at age 14, says that these approaches permit the rape and torture of women to be "non-crimes" and allow women in prostitution to be "thrown away." Irish survivor Rachel Moran describes the approaches as 'agonizing insults' to those in prostitution. (…) Continued: http://huff.to/1mXxmJU

 

A NEW REPRODUCTIVE RIGHTS GROUP CALLING FOR IMPROVED ABORTION ACCESS IN NEW BRUNSWICK

A new reproductive rights group calling for improved abortion access in New Brunswick announced its formation on May 14th, in front of the provincial legislature. Reproductive Justice NB is a collective of women and men from across New Brunswick calling on the provincial government to fulfill its constitutional and health care obligations to support women's equality and reproductive choices.

“In light of the imminent closure of the Fredericton Morgentaler Cl inic due to a lack of public funding, New Brunswick women are at a crisis point,” said Kathleen Pye, chair of Reproductive Justice NB. “We urge the government to repeal its outdated and unjust abortion rules and to ensure New Brunswick women have the same access to health care services as women in the rest of Canada.”

“Our collective is advocating for a publicly funded and comprehensive reproductive health system that includes abortion services,” Pye said. “And this means full abortion access on a self-referral basis in all regions of New Brunswick and in both official languages.”

Reproductive Justice NB will focus its efforts on public information campaigns, public rallies, and government lobbying. For more information, please see the RJNB Fact Sheet at: http://bit.ly/1gaVV7q

 

 

IN PARTING

“Lock up your libraries if you like; but there is no gate, no lock, no bolt that you can set upon the freedom of my mind.”
Virginia Woolf , A Room of One's Own

 

web-edf@gnb.ca
Toll free:
1-877-253-0266
Fax: (506) 453-7977  
www.gnb.ca/women

Women Femmes NB
is sent out twice a month by the provincial government Women's Equality Branch. It provides news related to equality issues, including events, studies, initiatives and information from women's groups, governments, universities, etc.

**Text from non-governmental sources will be published in the language(s) in which it is provided.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

To unsubscribe, click here. / Pour désabonner, cliquez ici.
Subscribe to Women Femmes NB / Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Questions or comments? E-mail us at web-edf@gnb.ca or call 1-877-253-0266
. /
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel
web-edf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266
Women's Equality Branch | 551 King Street, Suite A | Fredericton, NB E3B 5H1 / Direction de l'égalité des femmes