View this newsletter in your browser. / Voir ce bulletin sur notre site web.
You're receiving this message because you subscribed. / Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrit-e.
Not interested anymore? Unsubscribe / Vous n’êtes plus intéressé-e ? Se désabonner
Subscribe to Women Femmes NB / Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB

All Issues
2011 Issues
2012 Issues
(La version française suit)
Women Femmes NB
November 21, 2012
 

IN THIS ISSUE:

  • HOW GENDER – NOT JUST SEX - MATTERS TO PUBLIC HEALTH
  • NOTICES
  • JOINT WORLD CONFERENCE ON SOCIAL WORK & SOCIAL DEVELOPMENT
  • WAGE GAP ACTION PLAN SCHOLARSHIP APPLICATIONS
  • ABORTION RATES PLUMMET WITH FREE BIRTH CONTROL (DUH!)
  • THE ASSAULT ON REASON
  • IS THE “GLASS CEILING” MODEL NOW A “GLASS BOX”?

………………………………………………………………….……………

HOW GENDER – NOT JUST SEX - MATTERS TO PUBLIC HEALTH

Sex can be a factor that influences health: men & women may show different symptoms for diseases & may respond differently to drugs...

Gender is another important variable. It can affect health as a result of the different roles ascribed to people. Masculinity is often associated with strength & resilience, which means that some masculine individuals (whether they are male or female) may be less likely to seek help if they prefer to “tough it out.” Males tend to take more risks & are more often injured…

Men are significantly less likely to be aware of their hypertension, maybe because men tend not to seek out care because social norms promote the idea that caring for one's health & showing vulnerability are feminine traits… Women, particularly younger ones, are consistently more likely to report having had their blood pressure checked within the last 2 years than were men. Of those men & women who report that they had not had their blood pressure checked, women were significantly more likely to say it was because their doctor did not think it was necessary…

Girls often prefer “feminine” activities - figure skating - instead of contact sports. What is typically considered “locker-room talk” can take on gendered or sexist language; particularly for boys who do not perform well in sports. Physically active girls who exhibit skills connected with boys can be stigmatized as tomboys or have their behaviours extrapolated into presumed sexual orientation...

Gender plays a key role in the diagnosis of depression. Even when men & women present identical symptoms, women are more likely to perceive an emotional problem, & physicians are more likely to diagnose the women with depression. Men may adopt coping mechanisms & act out with hostility, violence, substance abuse etc. This may mask their depression & result in damaging consequences. Because of their socially constructed role, men may be particularly affected by unemployment …

Due to homophobia, sexual & gender minorities commonly experience anxiety & depression & are more likely to have thoughts about suicide. Gay men in particular transgress the expectations of “masculinity”…

Gathering information on “males” or “females,” & assuming that it is indicative of biological sex and/or being masculine or feminine does not fully address important aspects of identity & biology that need to be addressed in sub-groups of the population. People who identify as trans do not reflect a homogeneous group… Assuming gender neutrality can worsen health disparities...

-  Excerpts, 2012 Chief Public Health Officer's Report on the State of Public Health in Canada, http://bit.ly/S8xdWR


NOTICES

Pay Equity… It Starts With You! – Slogan of the 2012 fundraising campaign for N.B. Coalition for Pay Equity. Campaign co-chairs are David Hawkins of Hawk Communications Inc & Jeanne d'Arc Gaudet, univ. professor. Objective $75,000. Hawkins: “Pay inequity is gender inequality in respect to employees who are paid less than their colleagues for work of equal value. And, let's face it, that's just not right.” Donate by cash, cheque or Paypal: http://bit.ly/RRh8U5 .

Commemorative Walk & Action To End Violence - 6 Dec 2012, noon. From Holy Family Church parking lot to Bathurst Youth Center. Soleil Thériault, 545-8952

How Extreme Inequality Thwarts the Common Good – Topic of the 2012 W. Stewart MacNutt Memorial Lecture, by Linda McQuaig, author of 9 books on politics & economics. Fri 28 Nov, 2012, 5:30pm, Tilley Hall, UNB Fredericton. Free.

Canada's Anti-Human Trafficking Newsletter, Issue 1 – Read it or sign up here: http://bit.ly/SO0y5Z

Aboriginal Women & Leadership Workshops - Canadian Association for the Advancement of Women & Sport & Physical Activity is seeking communities interested in hosting a Building On Our Strengths: Aboriginal Women & Leadership workshop Jan-March 2013. A personal & professional development opportunity for Aboriginal women. Apply by 14 Dec 2012. http://bit.ly/TW4N0M .

Nominate Youth Leaders Who Promote Female Empowerment - Atlantic Council for International Cooperation wants to recognize youth ages 15 to 30 during International Development Week, 3-9 Feb 2013. Nominate by 18 Dec. Self-nominations welcome. http://bit.ly/UThvBW

New Human Trafficking Website - Public Safety Canada. Info on federal funding, reports, announcements. http://bit.ly/WieI0J .

Nova Scotia Inter-Agency Group on Human Trafficking – See its mapping out of available services, (“assets map”): http://bit.ly/TdS10f .

Interested In Enhancing After School Programs For Girls? - 4 Canadian communities will be selected to be mentored by CAAWS & Boys & Girls Clubs. Request info from snmillar@caaws.ca . Cdn Assoc. for Advancement of Women & Sport. Priority to rural/remote or poor communities, girls with disabilities, etc

The Food Insecurity-Obesity Paradox as a Vicious Cycle for Women: A Qualitative Study – Investigates why moderate food insecurity is linked to overweight rather than low body weight, & why only for women. http://bit.ly/WtLuAJ .

Demeter Press Holiday Special - publishing division of the Motherhood Initiative for Research & Community Involvement First publisher focused on mothering / motherhood. Order any 2 published/forthcoming books (pay shipping) & get a third book free. Order 2 books at www.demeterpress.org then email them at info@motherhoodinitiative.org with the title of your free book. All 3 books will be shipped within 5 days. Ends 15 Dec 2012

Commission for Public Complaints Against the RCMP - Anyone, including a non-citizen, who has a concern about the conduct of an RCMP member can make a complaint, even on behalf of someone else, or as a witness to an incident. The Commission for Public Complaints Against the RCMP is an independent body established in 1988 to review complaints about the conduct of regular and civilian RCMP members. Its mission is to contribute to excellence in policing through civilian review. When you contact the Commission, you'll be given info to help you decide whether to lodge a formal complaint or opt for alternate dispute resolution. In the 2011 report by the Commission, the most common complaint issue relates to RCMP attitude (dismissive, rude, biased, unfair). The 2nd most common complaint was quality of investigation (not thorough or timely, mishandled evidence, inaccurate reports). The 3rd most common complaint relates to improper arrest (invalid warrants, failure to provide a reason, inappropriate use of mental health arrest provisions, lack of evidence). Commission: 1800-665-6878; http://bit.ly/URjPDS ; National Intake Office, Box 88689, Surrey, BC V3W 0X1

 

JOINT WORLD CONFERENCE ON SOCIAL WORK & SOCIAL DEVELOPMENT
July 8-12, 2012: Action & Impact Stockholm, Sweden.

This international conference was organized by a partnership of 3 high profile & influential organizations: the International Association of Schools of Social Work, the International Council on Social Welfare & the International Federation of Social Workers. I was accepted to do a poster presentation on a project entitled “Action for Change: Increasing the capacity of women victim of intimate partner violence to build healthy & safe lives for themselves & their children”. The presentation informed attendees about the importance of informing practitioners about the realities of the victims/survivors of intimate partner violence. The project is a partnership between Muriel McQueen Fergusson Centre for Family Violence Research, University of New Brunswick & the N.B. Association of Social Workers.

I was able to connect with many participants on the issues of violence against women & intimate partner violence not only during my poster presentation but also all throughout the conference & exchange valuable information with people from around the world.

Three underlying themes repeated by several of the plenary speakers during the five days of the conference touched on the difficult world economy, how the rights of all humans are attached to the various world political agendas & how the trench between the rich & poor is increasing.

In her statement, Michelle Bachelet, Under-Secretary-General & Executive Director of UN women, painted a bleak picture of the status of women & children in the world. With conviction, she spoke of the need for a social protection floor for fair & inclusive globalization for all people. She set the tone for the rest of the conference which was to state that organizations such as governments, employers & workers need to work together to adopt/support the recommendations for a social protection floor. “The social protection floor, as defined by the United Nations Chief Executives Board, is an integrated set of social policies designed to guarantee income security & access to social services for all, paying particular attention to vulnerable groups, & protecting & empowering people across the life cycle” (Social protection floor for a fair & inclusive globalization: Report of the Advisory Group chaired by Michelle Bachelet, Convened by the ILO with the collaboration of the WHO, 2011, p. 9).

Attending conferences such as this opens the possibilities to many new opportunities. It creates a field of learning, not only in attending presentations, but by sharing with & listening to other participants. Attendees all bring unique knowledge & interests that can pollinate new ideas. For me, this event nurtured a deep & intense feeling of belonging to the social work profession.

-  Notes by Rina Arseneault.

 

WAGE GAP ACTION PLAN SCHOLARSHIP APPLICATIONS

Wage Gap Action Plan Scholarship applications are being accepted until November 30 for eligible programs commencing in January. The scholarships are open to women & men entering their first year in a non-traditional program at an approved New Brunswick college. Each scholarship has a maximum value of $2,600, with up to $150,000 being awarded per year.

To apply, students must fill out an application & attach a short essay outlining career interests & goals. Applications, eligibility requirements & additional information about the scholarships are available through the Women's Issues website at www.gnb.ca/wagegap

Questions can be directed at Annick Noël annick.noel@gnb.ca (506) 453-6464 or Kate McLean kate.mclean@gnb.ca (506) 462-5910.

The wage gap is the difference between the average wages earned by men & the average wages earned by women. In N.B., there is an 11.7% wage gap. Creating diversity in the workforce, by supporting entry into careers in sectors where women & men have traditionally been under-represented, is a key factor in eliminating this gap.

 

ABORTION RATES PLUMMET WITH FREE BIRTH CONTROL (DUH!)

Providing free birth control to women substantially reduced unplanned pregnancies & cut abortion rates by 62 to 78% over the national rate. Among a range of birth control methods offered in the study, most women chose long-acting methods like intrauterine devices (IUDs) or implants, which have lower failure rates than birth control pills. In the United States, IUDs & implants have high up-front costs that sometimes aren't covered by health insurance, making these methods unaffordable for many women. "The impact of providing no-cost birth control was far greater than we expected in terms of unintended pregnancies." From 2008 to 2010, annual abortion rates among study participants ranged from 4.4 to 7.5 per 1,000 women, a substantial drop over the national rate of 19.6 abortions.

- Excerpt, Preventing Unintended Pregnancies, Jeffrey F. Peipert et al, Washington Univ School of Medicine. Obstetrics & Gynecology, 2012. http://bit.ly/QstTYo

 

THE ASSAULT ON REASON

I've spent my professional life as a researcher, dedicated to understanding the relationship between cause & effect. & I have to tell you, I've begun to see some troubling trends. It seems as though our government's use of facts as the bases of policy is declining, & in their place dogma, whim & political expediency are on the rise. Even more troubling, Canadians seem to be buying it.

A big part of the problem is cultural. For decades following the WW2, progress seemed both normal & limitless. The next car was going to be faster, the next paycheque fatter ... This created a sense of well-being & goodwill. Whatever success you enjoyed threatened in no way the amount of success that might be available to me.

Today we seem to be living in a zero-sum society. The prevailing wisdom is that the rich are getting richer while the poor get poorer; whatever prosperity might be available is unequally shared; & that for many, opportunity is actually shrinking. In the same way that feelings of well-being can generate goodwill, feelings of threat spawn envy & recrimination. This explains the disdain that the middle class has for public-sector employees & the obsession the rich seem to have about the poor “ripping off the system.” Once the population segments itself into “us versus them,” anyone with an interest in exacerbating the rift can till that soil. That is what is happening in the political process. A vicious cultural wheel is turned by a political one. A fearful, divided citizenry fights off uncertainty by protecting its turf; politicians exploit this division by choosing sides & offering simplistic solutions to address fears; & the population seeks solace in the simplistic solutions. So instead of trying to bridge these differences through consensus & compromise based on reason, what we see all too often is the politics of polarization, over-torqued partisanship & dogma.

- From a speech by Allan R. Gregg, Chairman Harris/Decima, 5 Sept 2012, excerpted in Policy Options, Oct 2012, http://bit.ly/WieUge

 

IS THE “GLASS CEILING” MODEL NOW A “GLASS BOX”?

An Ernst & Young study has found that the glass ceiling concept that bars women from leadership positions in companies is outdated. Instead, the multiple barriers of age, lack of role models, motherhood, & qualifications & experience are now the primary reasons that block women from progressing. Does this make it more of a glass box? “The notion that there is a single glass-ceiling for women is dead.”

Most of the 1,000 working women surveyed revealed that age - perceived as either too young or too old - was the biggest hindrance they faced. 32% said it had affected their advancement. The next barrier was the lack of qualifications & experience. Women with children cited that motherhood had become an obstacle while others cited that the lack of female role models in their organizations.

Henry Gaskell of Ernst & Young, “There is no magic bullet; it will take a combined effort, but the focus has to be on the talent pipeline rather than just on the boardroom.”

- Nicel Jane, 29 Aug 2012, http://bit.ly/WtLQat

 

IN PARTING

I know firsthand when you're first diagnosed with cancer, they never asked where you worked. They want to know if you smoked, if you had stress in your life, if you drink… they don't ask me where I live… where I worked all those years.”

– focus group participant, National Network on Environments & Women's Health, http://bit.ly/Sc8sHS

 

 

wib-dqf@gnb.ca
Toll free:
1-877-253-0266
Fax: (506) 453-7977  
www.gnb.ca/women

Women Femmes NB
is sent out twice a month by the provincial government Women's Issues Branch. It provides news related to equality issues, including events, studies, initiatives and information from women's groups, governments, universities, etc.

**Text from non-governmental sources will be published in the language(s) in which it is provided.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 
Women Femmes NB
le 21 novembre 2012
 

DANS CE NUMÉRO :
  • L'IMPORTANCE DU GENRE – EN PLUS DU SEXE - EN SANTÉ PUBLIQUE
  • AVIS
  • CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LE TRAVAIL SOCIAL & LE DÉVELOPPEMENT SOCIAL
  • BOURSES D'ÉTUDES DU PLAN D'ACTION SUR L'ÉCART SALARIAL
  • PLUS JAMAIS SANS LES FEMMES – ÉGALITÉ ET DÉVELOPPEMENT DURABLE

………………………………………………………………………………

L'IMPORTANCE DU GENRE – EN PLUS DU SEXE - EN SANTÉ PUBLIQUE

Le sexe peut avoir une influence sur la santé. Les hommes & les femmes atteints d'une même affection peuvent présenter des symptômes distincts & répondre différemment aux médicaments.

Le genre est un autre facteur important. On associe souvent la masculinité à la force & à la résilience, ce qui peut entraîner chez les personnes de genre masculin (qu'elles soient de sexe masculin ou féminin) une réticence à consulter ou une propension à endurer le mal. Les hommes ont davantage tendance à prendre des risques & à se blesser.

Les hommes sont beaucoup moins souvent conscients d'avoir un problème d'hypertension et, donc sont moins portés à demander un traitement. Il est possible que les hommes ne pressentent pas la présence de la maladie parce que prendre soin de soi & se montrer vulnérables sont perçus comme des traits féminins. Une proportion plus élevée de femmes (en particulier de jeunes femmes) que d'hommes déclarent avoir fait mesurer leur tension artérielle. Parmi ceux & celles qui ne l'ont jamais fait vérifier, un nombre considérablement plus élevé de femmes déclarent que c'est parce que leur médecin n'en voyait pas la nécessité…

Les filles préfèrent les activités « féminines » (le patinage artistique) plutôt que les sports de contact. Les « discussions de vestiaire » peuvent conduire à des propos sexistes, particulièrement aux dépens des garçons qui excellent moins bien dans les sports. Les filles actives qui présentent des compétences associées aux garçons peuvent être victimes de stigmatisation, être traitées de « garçons manqués » ou entendre des allusions sur la soi-disant ambiguïté de leur orientation sexuelle.

Le genre joue un rôle important dans le diagnostic de la dépression. En présence des mêmes symptômes, les femmes sont plus susceptibles que les hommes de percevoir un problème émotionnel, & les médecins sont plus susceptibles de diagnostiquer la dépression chez les femmes… On attend des hommes qu'ils se montrent forts & solides... Par conséquent, ils peuvent adopter des mécanismes d'adaptation négatifs, comme l'hostilité, la violence, l'abus d'alcool & de drogues ou d'autres comportements à risque, qui peuvent masquer leur dépression… Étant donné le rôle que la société leur attribue, les hommes peuvent être particulièrement sensibles aux effets du chômage...

En raison de l'homophobie, les minorités sexuelles & de genre vivent souvent de l'anxiété & de la dépression & sont donc plus susceptibles de songer au suicide. Les attentes & les rôles fondés sur le genre peuvent également expliquer la très forte prévalence des problèmes de santé mentale chez les minorités sexuelles. Les hommes gais ne répondent pas aux attentes associées à la masculinité… Les minorités sexuelles peuvent être touchées par d'autres facteurs de stress associés à la stigmatisation & au harcèlement, ce qui peut expliquer le fait que leurs taux d'hypertension diffèrent de ceux de la population en général. Les taux d'hypertension sont presque identiques chez les hommes & les femmes hétérosexuels, mais les hommes gais & bisexuels sont plus touchés que les femmes lesbiennes & bisexuelles & que les hommes hétérosexuels…

-  Tiré du Rapport 2012 de l'administrateur en chef de la santé publique sur l'état de la santé publique au Canada, http://bit.ly/Wif07M

 

AVIS

Se préparer aux entrevues avec les médias – Atelier 1 du projet Femmes & médias du Regroupement féministe. La réalité des médias au N.-B., la préparation à différents types d'entrevue, etc. Visant les femmes qui sont peu ou pas intervenantes dans les médias & qui ont une expertise ou des opinions à partager. 35$. 25 & 26 janv à Moncton. 31 janv à Campbellton. 2 fév à Edmundston. 15 fév à Bathurst. 16 fév à Shippagan. S'inscrire : http://tinyurl.com/cmawyq6

Outils de communication médiatique - Atelier 2 du projet Femmes & médias du Regroupement féministe du N.-B. Comment préparer & diffuser son message, organiser une conférence de presse. 35$. 23 fév à Moncton. 9 mars à Bathurst. S'inscrire : http://tinyurl.com/cmawyq6

Marche commémorative & d'action pour lutter contre la violence – Bathurst, 6 déc 2012 à midi. Du stationnement de l'église Ste-Famille jusqu' au Centre des jeunes. 545-8952.

Conférence sur le mieux-être des femmes – L'alimentation saine en famille, 30 nov 2012, 9h30-10h30, Centre de ressources pour les familles des militaires, Oromocto. Gratuit mais s'inscrire : 474-4619; CentreNoreenRichard@HorizonNB.ca

Nouvelle page Web sur la traite de personnes - Sécurité publique Canada. Avis sur les programmes de financement, les rapports & annonces. http://bit.ly/T9Hr7f

Le groupe interorganisationnel de la Nouvelle-Écosse sur la traite de personne – ce groupe a récemment terminé de recenser tous les services d'aide aux victimes de ce crime dans la province. Voir leur cartographie des ressources : http://bit.ly/TdS10f .

Fonds d'aide aux victimes de Justice Canada - subventions à des particuliers, des organismes & aux gouvernements provinciaux afin de soutenir des projets qui encouragent l'élaboration de nouvelles approches en matière de services d'aide aux victimes. http://bit.ly/Te8mAT .

Commission des plaintes du public contre la GRC - Toute personne, y compris un non-résident, préoccupée par la conduite d'un membre de la GRC peut déposer une plainte, même au nom d'une autre personne, ou comme témoin d'un incident. La Commission des plaintes du public contre la GRC (Commission) est un organisme autonome créé en 1988 pour recevoir et examiner les plaintes au sujet de la conduite des membres – réguliers et civils – de la GRC. Sa mission consiste à contribuer à l'excellence des services de police au moyen de la surveillance civile. La Commission vous aidera à décider si vous voulez déposer une plainte officielle ou une option telle le règlement à l'amiable. Le type de plainte le plus courant était lié à l'attitude des membres de la GRC (de rejet, d'impolitesse, d'indifférence, de partialité). Au 2e rang la qualité des enquêtes criminelles de la GRC (pas menée de façon appropriée/ exhaustive ou en temps opportun, lacunes relativement aux entrevues des témoins ou des rapports inexacts). L'arrestation injustifiée se classe au 3e rang (mandat invalide, aucun motif d'arrestation n'est fourni, recours inapproprié aux dispositions relatives à la santé mentale justifiant une arrestation, preuves insuffisantes, droit à un avocat ou les droits garantis par la Charte pas mentionnés. La Commission : 1-800-665-6878 ou http://bit.ly/WtMyEH ; Bureau national de réception des plaintes, C.P. 88689, Surrey (C.-B.) V3W 0X1

 

CONFÉRENCE INTERNATIONALE SUR LE TRAVAIL SOCIAL & LE DÉVELOPPEMENT SOCIAL
8 au 12 juillet 2012 : Actions & répercussions, à Stockholm, en Suède.

La tenue de cette conférence internationale est le fruit d'un partenariat entre trois organisations haut placées & renommées, soit l'Association internationale des écoles de service social (AIESS), le Conseil international de l'action sociale (CIAS) & la Fédération internationale des travailleurs sociaux (FITS). On a accepté que je fasse une présentation par affiches dans le cadre d'un projet intitulé Mesures favorisant le changement : accroître la capacité des femmes victimes de violence de la part de leur partenaire intime à bâtir des vies saines & sécuritaires pour elles mêmes & leurs enfants. La présentation visait à informer les participants à la conférence de l'importance d'aviser les praticiens des réalités que vivent les victimes & les survivantes de la violence dans les relations intimes. Le projet est issu d'un partenariat entre le Centre Muriel McQueen Ferguson pour la recherche sur la violence familiale de l'Université du Nouveau-Brunswick (UNB) & l'Association des travailleurs sociaux du Nouveau-Brunswick (ATSNB).

J'ai eu l'occasion de discuter avec de nombreux participants au sujet de la violence faite aux femmes & la violence dans les relations intimes durant ma présentation, mais également tout au long de la conférence. J'ai aussi pu échanger des renseignements précieux avec des gens de partout dans le monde.

Au cours des cinq jours de présentation, trois thèmes récurrents sont apparus dans les discours des conférenciers pléniers : les difficultés de l'économie mondiale, la façon dont les droits de tous les humains relèvent d'un ensemble de programmes politiques à l'échelle mondiale & l'écart qui ne cesse de se creuser entre les riches & les pauvres.

Dans sa déclaration, Michelle Bachelet, sous secrétaire générale & directrice exécutive d'ONU Femmes, a dressé un portrait sombre de la condition de la femme & de l'enfant dans le monde. Elle a parlé avec conviction de la nécessité d'établir un seuil de protection sociale afin d'assurer l'équité & l'inclusion de tous dans le processus de mondialisation. Elle a donné le ton au reste de la conférence en affirmant que les gouvernements, les employeurs & les travailleurs doivent travailler ensemble collaborer afin d'adopter & de soutenir les recommandations relatives à un seuil de protection sociale. « Le socle de protection sociale, tel que le définit le Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies (CCS), est un ensemble intégré de mesures conçues pour garantir à tous une sécurité de revenu & un accès aux services sociaux, en particulier pour les groupes vulnérables, ainsi que pour protéger les individus & les rendre autonomes tout au long de la vie. » (Socle de protection sociale pour une mondialisation juste & inclusive : Rapport du groupe consultatif présidé par Michelle Bachelet, mis en place par le BIT avec la collaboration de l'OMS, 2011, p. 9).

Le fait de participer à des conférences de cette envergure ouvre la porte à de nombreuses nouvelles possibilités. On y trouve un climat d'apprentissage, non seulement en assistant aux présentations, mais également en échangeant avec les autres participants. Tous les participants s'amènent avec un bagage de connaissances & d'intérêts uniques qui peuvent faire naître de nouvelles idées. Ma participation à cette activité a suscité chez moi un profond sentiment d'appartenance à la profession du travail social.

-  Rina Arseneault.

 

BOURSES D'ÉTUDES DU PLAN D'ACTION SUR L'ÉCART SALARIAL

Les demandes de bourses d'études du Plan d'action sur l'écart salarial seront acceptées jusqu'au 30 novembre, pour les programmes d'étude commençant en janvier.

Ces bourses sont offertes aux femmes & aux hommes qui entreprennent leur première année d'études dans un collège agréé du Nouveau-Brunswick dans un domaine non traditionnel où les femmes ou les hommes sont sous-représentés. Le programme offre jusqu'à 150 000 $ en bourses par année, chacune d'elles pouvant atteindre 2600 $.

Pour présenter une demande, les élèves doivent remplir le formulaire prévu à cet effet & y joindre un court texte présentant leurs intérêts & leurs objectifs professionnels. Les formulaires de demande ainsi que des renseignements additionnels sur les bourses & l'admissibilité sont disponibles en ligne sur le site Web de la Direction des questions féminines au www.gnb.ca/écartsalarial

Toute questions peuvent être dirigées à Annick Noël annick.noel@gnb.ca (506) 453-6464

L'écart salarial représente la différence entre les salaires moyens des hommes & les salaires moyens des femmes. L'écart salarial au Nouveau-Brunswick est de 11,7 %.

Il a été prouvé que les stratégies de réduction de l'écart salarial augmentent aussi le nombre de travailleurs qualifiés, créent un effectif stable & améliorent les résultats d'une entreprise.

Ces bourses visent à fournir une aide aux femmes & aux hommes cherchant à créer un effectif diversifié, ce qui constituera un facteur clé dans la réduction de l'écart salarial.

 

PLUS JAMAIS SANS LES FEMMES – ÉGALITÉ ET DÉVELOPPEMENT DURABLE

Kim Cornelissen, urbaniste & fondatrice de Bebop & cie : « Il n'aurait jamais été question de développement durable si la société avait toujours été égalitaire. Au milieu des années 70, on s'est mis à entendre que la Terre était surpeuplée, ce qui avait un impact direct sur la disponibilité des ressources naturelles. Les scientifiques, les démographes y sont allés de leurs hypothèses & de leurs solutions. » La politique de l'enfant unique en Chine & la stérilisation encouragée des Japonaises représentent des tentatives aussi cruelles que vaines de remédier à ces problèmes criants de surpopulation dans les pays en voie de développement & de pénurie imminente des ressources. « Il aurait suffi d'augmenter l'âge du mariage ainsi que les taux d'éducation & d'activité rémunérée des femmes, & le taux de fertilité aurait diminué de manière considérable. »

Selon cette logique, la surpopulation mondiale & la pénurie des ressources naturelles sont des retombées de l'inégalité entre les sexes… Ainsi, il faut tendre vers l'égalité... Même si les organisations internationales lient développement durable & égalité des sexes, « sur le plancher des vaches, c'est difficile d'en parler … parce que cela remet en question le partage du pouvoir. & les gens ont tendance à se positionner pour ou contre. » Il faut donc aborder la question avec des pincettes. Ou parler de complémentarité entre les deux sexes.

Au Québec, il semble que seule la Conférence régionale des élus de la Montérégie-Est a inscrit l'égalité comme objectif dans sa Charte de développement durable. Le premier de ses 7 principes énoncés concerne l'égalité entre les sexes. Il y a un comité consultatif femmes depuis 2006. À force de beaucoup de représentation auprès des instances, ces femmes ont su convaincre de la nécessité d'adopter une approche de société égalitaire. « Le comité a constaté que les femmes avaient beaucoup de difficulté à obtenir du financement pour leurs projets d'entreprise à cause de la nature de ces derniers & de leur secteur d'activité ». Le portrait socioéconomique de la Montérégie-Est a aussi fait réfléchir. Les hommes gagnent en moyenne 35 000 $ par an, contre 25 000$ pour les femmes. Ces dernières sont aussi moins présentes en politique. Plusieurs initiatives ont vu le jour, telle la campagne « Ma place au conseil, c'est une question de confiance... », qui vise à soutenir les candidatures féminines aux élections municipales. Le Fonds IDEE finance des projets d'entrepreneuriat féminin…

- Tiré de Plus jamais sans les femmes, Gazette des femmes, 2009, http://bit.ly/XxtLK1 .

 

EN FIN DE COMPTE

Le féminisme souffre, selon moi, de ne pas se rendre compte suffisamment de la valeur de ses apports. & d'en tirer les conséquences... De refuser de voir la gravité de la banalité du mépris & de la haine des femmes. & d'en tirer les conséquences. De ne pas savoir politiquement utiliser l'immense peur qu'il provoque. & d'en tirer les conséquences.

-  Abécédaire, Marie-Victoire Louis.

 

 

wib-dqf@gnb.ca
Sans frais : 1-877-253-0266
télécopieur : (506) 453-7977
www.gnb.ca/femmes

Women Femmes NB est publié deux fois par mois par la Direction des questions féminines du gouvernement provincial. Il diffuse des nouvelles sur les questions d’égalité - des événements, des rapports, des initiatives et des renseignements nous provenant des groupes de femmes, des gouvernements, des universités et autres.

**Les textes fournis par des organismes non gouvernementaux seront publiés dans la ou les langues dans lesquels ils nous sont fournis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

To unsubscribe, click here. / Pour désabonner, cliquez ici.
Subscribe to Women Femmes NB / Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Questions or comments? E-mail us at wib-dqf@gnb.ca or call 1-877-253-0266
. / Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel
wib-dqf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266
Women's Issues Branch | 551 King Street, Suite A | Fredericton, NB E3B 5H1 / Direction des questions féminines
551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1