Voir ce bulletin sur notre site web. / View this newsletter in your browser.
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrit-e. / You're receiving this message because you subscribed.
Vous n’êtes plus intéressé-e ? Se désabonner / Not interested anymore? Unsubscribe
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB. / Subscribe to Women Femmes NB

Tous les numéros
2011 Bulletins
2012 Bulletins
(English version follows)
Women Femmes NB
le 10 octobre 2012
 

DANS CE NUMÉRO :

  • SI ON REPRÉSENTE TOUTES LES VICTIMES D'AGRESSION SEXUELLE COMME 100 PERSONNES,
  • AVIS
  • DU NOUVEAU DE LA TABLE DE CONCERTATION POUR CONTRER LA VIOLENCE CONJUGALE ET
  • FAMILIALE DANS LA PÉNINSULE ACADIENNE
  • LES ÂGES MINIMUMS AUXQUELS LES ENFANTS ONT ACCÈS À LA CITOYENNETÉ
  • UNE ENFANCE SEXUALISÉE EST UNE ENFANCE VOLÉE
    LE NOMBRE DE NAISSANCES DANS LES HÔPITAUX CHUTE
    JEUNES VIDÉASTES CONTRE LE SEXISME

………………………………………………………………….……………

SI ON REPRÉSENTE TOUTES LES VICTIMES D'AGRESSION SEXUELLE COMME 100 PERSONNES,

61 sont des enfants (49 filles & 12 garçons)
34 sont des femmes adultes
5 sont des hommes adultes

On a rapporté 568 agressions sexuelles à la police. La victim au N.-B. en 2009. Dans 472 de ces cas, la victime était de sexe féminin (tous âges confondus) - 83% des cas.
Quand tous les crimes d'ordre sexuel sont inclus- les agressions sexuelles mais aussi des infractions comme le contact sexuel avec un mineur, l'incitation à des contacts sexuels, l'exploitation sexuelle et l'inceste - la police a reçu des rapports sur un total 757 crimes sexuels au N.-B. en 2009. La victime était de sexe féminin dans 613 cas (81% de toutes les victimes). La victime était un enfant dans 522 cas (69% de toutes les victimes). La victime était une fille dans 408 cas (54% de toutes les victimes).

-Statistique Canada, Centre canadien de la statistique juridique, Programme de déclaration uniforme de la criminalité, cité dans Profil Égalité 2012, Direction des questions féminines, www.gnb.ca/femmes .

AVIS

Le prix «Femme remarquable 2012» - La remise de ce prix, décerné par l'Alliance des femmes de la francophonie canadienne de par son association membre soit Le Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick , aura lieu lors d'une activité de reconnaissance dans le courant de l'année sous la présidence de madame Sylvie Morin. Madame Gaudet est professeure à l'université de Moncton (campus de Moncton) et se démarque de par son engagement et son militantisme envers la cause des femmes et cela, depuis plusieurs décennies. Pour plus Renseignements : Manon Beaulieu, Directrice générale de l'AFFC
Tél: (613) 241-3500 / 1.866.535.9422 Courriel: info@affc.ca

Condition féminine Canada lance un appel de propositions - afin d'inviter les demandes de financement en vue de projets visant à promouvoir l'égalité des sexes et à réduire la violence envers les femmes et les filles au Canada. Cet appel, intitulé « Travailler ensemble : engager les collectivités dans l'élimination de la violence faite aux femmes et aux filles » La date limite pour présenter une demande au titre de cet appel de propositions : thèmes 1 et 2, le 12 octobre 2012, thèmes 3 et 4, le 9 novembre 2012

Gestion avancée & programme de mentorat - Nouveau programme de 6 mois pour entreprises appartenant à une femme au Canada atlantique dont les revenus sont entre 250 000 $ & 1 million. Augmenter vos compétences en gestion, établir des liens avec des propriétaires d'entreprises non rivales. Un mentor vous sera assigné. Saint John, NB. 600$. CBDC. S'inscrire : dnistranskyj@eastlink.ca

Projet Elle - Programme de leadership pour jeunes femmes. 14-18 nov 2012. Fondation filles d'action réunira 25 jeunes femmes, qui apprendront à organiser des projets & à se servir du multimédia comme outil de changement. Avant le 3 sept. http://bit.ly/NxUhIX .

Les groupes Ligue La Leche du N.-B . organisent des réunions mensuelles afin de regrouper des mères enceintes, des mères allaitantes, & leurs nourrissons. Les groupes francophones sont affiliés à la Ligue La Leche. http://on.fb.me/NXarNp ; http://bit.ly/Optpz6

 

Êtes-vous prêtes à célébrer?
La JOURNÉE INTERNATIONALE DES FILLES est demain, le 11 octobre 2012!


« Les filles sont les dirigeantes futures du Nouveau-Brunswick et jouent un rôle important dans l'établissement de collectivités plus saines et résilientes.Le 11 octobre prochain, à l'occasion de la toute première Journée internationale des filles, je vous encourage à célébrer les filles du Nouveau-Brunswick ainsi que leur force, leur passion et leur engagement.Cette journée constitue une occasion d'accroître la sensibilisation aux nombreux défis que doivent surmonter les filles partout dans le monde et de promouvoir le traitement équitable et les possibilités égales pour tous.Nous devons continuer à appuyer les filles et les femmes du Nouveau-Brunswick à cette fin.Incitez vos filles, vos nièces, vos sœurs et toutes les filles à caresser de grands rêves et encouragez-les à être fières des personnes qu'elles sont.Je vous souhaite tous une heureuse et enrichissante Journée internationale des filles.
— Marie-Claude Blais – ministre responsable de la Direction des questions féminines

Pour vous aider à souligner cette journée spéciale, nous avons mis au point un guide de ressources qui contient des sites Web, des outils et des ressources pour l'organisation d'activités à l'intention des filles.

Peu importe l’activité que vous choisirez, assurez vous qu’elle permettra aux filles de se réunir, d’être elles-mêmes et de s’entraider.Unissons-nous pour célébrer cette journée! Que tu sois une ou une jeune femme, un parent ou une organisation, tu seras intéressé par nos ressources.

Soyez fières.Faites-vous entendre.Communiquez au monde entier l'importance du 11 octobre 2012. http:// bit.ly/SLutip http:// bit.ly/ROYpZX

 

DU NOUVEAU DE LA TABLE DE CONCERTATION POUR CONTRER LA VIOLENCE CONJUGALE ET FAMILIALE DANS LA PÉNINSULE ACADIENNE

Lancement du site web – Le site web lancé lors de la Semaine nationale de sensibilisation aux victimes d'actes criminels 2012 (SNSVAC), Aller de l'avant. Le lancement a été fait lors du déjeûner causerie de la SNSVAC 2012 au Tazza Caffe de Shippagan. Il a été conçu par Phonograph Studio de Caraquet en collaboration avec la Table de concertation pour contrer la violence conjugale et familiale dans la Péninsule acadienne Inc. (TCCVCFPA). Le site web donne des outils de prévention, de l'information sur les maisons d'hébergement dans la province du N.-B., et propose même un quiz afin de savoir si on est victime de violence. Tous ces outils sont accessibles à l'adresse www.contrelaviolence.com . Nous allons aussi inclure des témoignages de femmes victimes de violence bientôt. Il y a aussi des liens vers nos partenaires et vers le projet des témoins silencieuses.

Projets de présentations aux entreprises embauchant en général des hommes et aux écoles – Depuis le début de l'année 2012, les Services à la Famille de la Péninsule (SFP) offrent des ateliers de sensibilisation et d'information sur la violence conjugale et familiale aux hommes travaillant dans des entreprises de la région. La réponse est excellente. SFP a aussi commencé, en 2011, à offrir des ateliers sur les relations saines dans les écoles de la Péninsule acadienne. La Table appuie ces séances en payant le coût des présentations, ce qui permet à toutes les écoles d'avoir des présentations. Nous remercions les employés des SFP pour leur soutien dans ce projet et les employeurs qui permettent ces visites. Des projets comme celui-ci font en sorte que la Table peut répondre à son objectif de prévention et de la sensibilisation au niveau de la violence sous toutes ses formes.

Marche contre la violence – Depuis trois ans, l'Université de Moncton, campus de Shippagan et la Table organisent une marche de sensibilisation dans le cadre de la Journée de commémoration de la violence faite aux femmes du 6 décembre en lien avec la tuerie de la polytechnique. Cette marche permet aux étudiants, employeurs, intervenants, victimes et autres de se remémorer ce triste événement et de parler haut et fort de la violence envers les femmes qui malheureusement est toujours présente. Ce partenariat avec le Comité permanent de la situation féminine de l'Université de Moncton, campus de Shippagan est merveilleux et ceci nous permet de rejoindre les jeunes et étudiants.

 

LES ÂGES MINIMUMS AUXQUELS LES ENFANTS ONT ACCÈS À LA CITOYENNETÉ

Tout le monde sait que pour être légalement considéré comme un adulte au N.-B., il faut avoir 19 ans. C'est l'âge qu'il faut avoir atteint pour acheter un billet de loterie ou de l'alcool, signer un contrat, adopter un enfant, ou un animal à la SPCA, faire partie d'un jury ou obtenir une carte de crédit.

Sauf que les choses ne sont pas aussi claires et nettes qu'il n'y paraît. À partir de 12 ans, il est permis de laisser un enfant seul sans supervision. Il est possible de confier à un enfant de cet âge la responsabilité de garder d'autres enfants plus jeunes. À partir de 12 ans, un enfant doit donner son consentement avant d'être adopté ou de faire changer son nom. La Loi sur les services à la famille du N.-B. considère qu'un adolescent est un enfant jusqu'à l'âge de 16 ans, alors les Services de protection de l'enfant sont assurés jusqu'à cet âge. À 14 ans, il est possible d'obtenir un emploi à temps partiel, et ainsi commencer à cotiser au Régime de pensions du Canada et à verser les autres cotisations liées à l'emploi.

À partir de 16 ans, une personne est en mesure de prendre ses propres décisions en matière de soins de santé, entre autres la contraception, l'avortement et la chirurgie. Dans certains cas, cette règle s'applique à un enfant plus jeune si les professionnels médicaux estiment qu'il est en mesure de comprendre les conséquences du traitement médical ou si le mineur est marié. Une personne est considérée comme un adulte dès qu'elle est mariée. Il faut avoir 18 ans pour se marier. Néanmoins, il est possible de le faire à 16 ou 17 ans à condition d'obtenir le consentement des parents. Il est possible de se marier même avant cet âge, sauf qu'il est nécessaire d'obtenir une décision d'un juge pour le faire...

Il faut avoir 17 ans et le consentement des parents pour s'enrôler dans l'Armée canadienne…

Enfin, l'âge minimal pour voter est 18 ans. Cela semble un peu tard compte tenu de toutes les autres décisions et responsabilités que les jeunes peuvent exercer avant d'atteindre cet âge...

Certaines des limites d'âge sont fondées et ne posent aucun problème. Toutefois, il semble que réduire l'âge de vote minimal à 16 ans, par exemple, serait peut-être légitime. Comme l'a dit un partisan, «l'habitude de la démocratie s'acquiert jeune». Voter pourrait fort bien inciter les jeunes à s'intéresser à la politique. Par rapport à conduire un véhicule, avoir un emploi rémunéré, faire des choix de carrière et prendre des décisions en matière de soins de santé, il semble que se faire une opinion sur quelques candidats et mettre une croix sur un bulletin de vote n'est guère intimidant.

En Autriche, au Brésil et à Cuba, on peut maintenant voter à partir de 16 ans. Aux États-Unis et au Canada, les propositions visant à réduire l'âge électoral à 16 ont toutes échoué. Les rares fois où la question a été mise aux voix dans le monde, elle a été rejetée. Certains partis politiques sont bien conscients qu'ils ne sont pas le parti de choix des jeunes, alors leurs partisans se présentent toujours en force lorsque la question est mise aux voix.

-Tiré de la chronique de Jody Dallaire, 30 août, 2012, Acadie Nouvelle, http:// bit.ly/Os6Rfg

 

UNE ENFANCE SEXUALISÉE EST UNE ENFANCE VOLÉE

Lorsqu'elles entrent à l'école, il est vrai que les filles réussissent en général mieux que les garçons en lecture et en écriture, et qu'elles ont plus de facilité à établir des relations amicales. Mais pour nombre de filles, cet avantage est éclipsé par 2 graves problèmes : des taux élevés d'agressions sexuelles et une dégradation marquée de la santé mentale à l'adolescence. En 6e année, 36% des filles disent avoir confiance en elles, mais en 10e année, ce pourcentage chute à 14 %. En 6e année, les filles et les garçons se sentent déprimés dans des proportions semblables ; en 10e année, les filles sont trois fois plus susceptibles de souffrir de dépression. Selon l'American Psychological Association, la sexualisation généralisée des filles et des femmes dans notre société joue un rôle majeur dans la détérioration de la santé mentale des filles. On parle de sexualisation lorsque la valeur attribuée à une personne est principalement évaluée en fonction de son apparence physique et de son pouvoir de séduction, plutôt que de son intelligence ou de ses autres qualités, et lorsque cette personne est tenue de correspondre à des normes irréalistes en matière d'attrait physique. Les recherches établissent des liens entre la sexualisation et les 3 problèmes de santé mentale les plus courants chez les filles : les troubles de l'alimentation, le manque d'estime de soi et la dépression.

Les filles en arrivent à « intérioriser le sentiment de n'être pas aussi importantes que les garçons ». De nombreux messages médiatiques ciblant les enfants sont subtils, mais non moins puissants. Une étude portant sur 121 jeux de société pour enfants a mis en lumière un thème commun : les images imprimées sur la boîte montrent le plus souvent des garçons qui courent dans tous les sens et qui jouent un rôle actif, tandis que les filles restent oisives en affichant parfois un air tendu.

Les défis que doit affronter une fille de 9 ans aujourd'hui sont ceux qui se présentaient à une fille de 14 ans il y a 20 ans. Des bikinis à soutien-gorge rembourré conçus pour des fillettes de 7 ans. Des chaussures à talons aiguilles pour bébés.

L'exposition continuelle à ces images incite nombre de filles à porter sur leur propre corps un jugement de plus en plus critique, et crée chez elles un sentiment accru de honte, d'anxiété et même de haine de soi. Les études montrent que le fait d'accorder une importance excessive à leur apparence extérieure nuit à la capacité de réflexion et de concentration des filles. Il existe un lien entre la sexualisation et la tendance des filles à sous-estimer leurs capacités en mathématiques et à abandonner les cours de mathématiques enrichies au secondaire. Une image corporelle négative rend les filles moins susceptibles d'être physiquement actives. Plus les filles consomment d'images sexualisées, plus elles trouvent normal que les femmes soient utilisées à titre d'objets sexuels et plus elles sont aptes à avoir une attitude négative face à l'allaitement et aux menstruations. Plus les garçons regardent la télévision, plus leurs croyances acquièrent un caractère sexiste. Les hommes qui sont continuellement exposés à des idéaux restreints en matière de beauté féminine ont souvent plus de difficulté à trouver une partenaire « acceptable » ou à vivre sainement un rapport intime avec une femme.

Il existe des liens significatifs entre la sexualisation et les comportements à risque - devenir sexuellement active à un très jeune âge, omettre d'utiliser le condom et avoir des relations sexuelles contre son gré. Cela est particulièrement vrai pour les filles à besoins spéciaux.

Comment peut-on aider les filles à surmonter l'influence de ces messages ? Lorsque les filles apprennent à réfléchir de façon critique, elles deviennent en mesure d'interpréter, de les contester. Le meilleur moment pour enseigner ces compétences est lorsqu'elles ont entre 9 et 13 ans, et le meilleur endroit, dans le cadre de programmes pour filles seulement. La Fondation canadienne des femmes investit dans des programmes qui permettent aux filles de prendre un bon départ et à s'épanouir tout au long de leur existence. Les parents ont rapporté qu'après avoir participé aux programmes, leurs filles avaient plus confiance en elles, se sentaient moins timides et étaient plus actives physiquement. 80% des filles ont dit que les programmes les avaient aidées à se sentir mieux dans leur peau en tant que filles.

- http://bit.ly/SRkR12

 

LE NOMBRE DE NAISSANCES DANS LES HÔPITAUX CHUTE - 1ère FOIS EN 10 ANS

Les hôpitaux ont enregistré une chute du nombre de naissances à travers le pays, renversant une tendance de dix ans d'augmentations. (Les bébés nés dans les hôpitaux sont 99% de toutes les naissances). On note en 2010-11 une diminution de 1,5% par rapport à l'année précédente. Toutes les provinces ont rapporté des baisses. Au N.-B., 7 364 bébés sont nés en 2010-11 (7 460 en 2009-10)

Entre 1995 et 2001, le taux de naissances avait chuté de manière constante (baisse totale de 13%), mais les neuf années suivantes avaient été marquées par une augmentation.

Quant aux naissances prématurées (avant la 37e semaine de gestation), le taux est relativement stable depuis 2006 à 1 sur 12 (Canada, 7,9%; N.-B. 7,5%).

Les taux de césariennes primaires (premier accouchement) sont demeurés stables au fil des années, tout en variant considérablement d'une province à l'autre. En 2010-11, le taux national était de 18% des naissances (N.-B., 18,7% ; Nunavut, 6%). Les femmes qui accouchent pour la première fois à 35 ans et plus ont plus souvent une césarienne que les autres femmes, 23% des naissances comparativement à 17%. (N.-B., 22,4% versus 18,2%.) L'Organisation mondiale de la santé recommande aux pays où plus de 15% des naissances sont par césarienne d'étudier la situation.

Environ les deux tiers des accouchements au Québec (70%) et en Ontario (61,5%) ont eu lieu sous anesthésie épidurale- des taux presque deux fois ceux du Manitoba (37,5%) et de la C.-B. (32,5%).

-Tiré d'un article de Sheryl Ubelacker, Presse Canadienne, 21 juin 2012. Rapport de l'Institut canadien d'information sur la santé, 2012, http://bit.ly/O6LuSK .

 

JEUNES VIDÉASTES CONTRE LE SEXISME

Les Nouvelles Brèves Mis en ligne le 04/09/12 I Rédaction par La rédaction

L'association française de vidéo féministe Télédebout – dont un slogan est "Faut-il vivre avec son temps? Tout dépend s'il fait beau!" - a lancé un concours, « Buzzons contre le sexisme », ouvert jusqu'à fin 2012. Les jeunes de 10 à 25 ans sont invités à réaliser un film, d'une durée de 2 à 10 minutes montrant « une grande envie que le monde bouge vers plus d'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes. » L'an dernier, Télédebout avait reçu 48 vidéos venant de 20 régions de France. Cette 2e édition du concours est soutenue par le ministère des Droits des femmes.

Dans ses statuts, TéléDebout dit vouloir « amener les garçons à s'interroger sur la légitimité de la place centrale qu'ils occupent partout et en permanence, à se demander au détriment de qui ils occupent cette place, à se sentir bousculés dans leurs habitudes. »

Voir les vidéo primés (dont les prix nationaux, 10-14 ans «  Fais la vaisselle » ; 15-18 ans « Le ballet » ; 19-22 ans «  Chronique du sexisme ordinaire ») : http://bit.ly/KL4sf7

 

EN FIN DE COMPTE

Notre devise sera-t-elle toujours : Travailler, obéir et se taire ?
-Tiré du Cahier de doléances et réclamations des femmes aux États Généraux, France, 1789.


 

 

wib-dqf@gnb.ca
Sans frais : 1-877-253-0266
télécopieur : (506) 453-7977
www.gnb.ca/femmes

Women Femmes NB
est publié deux fois par mois par la Direction des questions féminines du gouvernement provincial. Il diffuse des nouvelles sur les questions d’égalité - des événements, des rapports, des initiatives et des renseignements nous provenant des groupes de femmes, des gouvernements, des universités et autres.

**Les textes fournis par des organismes non gouvernementaux seront publiés dans la ou les langues dans lesquels ils nous sont fournis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

 

Women Femmes NB
Octobre 10, 2012

 

 

IN THIS ISSUE:

  • IF REPORTED SEXUAL ASSAULT VICTIMS IN N.B. WERE REPRESENTED AS 100 PERSONS
  • NOTICES
  • SOMETHING NEW FROM THE TABLE DE CONCERTATION POUR CONTRER LA VIOLENCE CONJUGALE ET FAMILIALE DANS LA PÉNINSULE ACADIENNE
  • REVIEW AGE LIMITS FOR CHILDREN'S ACCESS TO CITIZENSHIP
  • CANADIAN HOSPITAL BIRTHS FALL FOR FIRST TIME IN A DECADE: REPORT
  • WHEN WE CALLED FOR EQUALITY, WE DIDN'T MEAN 'HAIL, THE SUPERWOMAN!'
  • A SEXUALIZED CHILDHOOD IS A STOLEN CHILDHOOD
  • HOW MORNING-AFTER PILLS REALLY WORK
  • ………………………………………………………………………………
 

IF REPORTED SEXUAL ASSAULT VICTIMS IN N.B. WERE REPRESENTED AS 100 PERSONS

61 would be children (49 girls & 12 boys)
34 would be adult females
5 would be adult males.

There were 568 sexual assaults reported to police in N.B. in 2009. In 472 of these cases, the victim was a female (of any age) - 83% of cases.

When all reports of sexual crimes are included (sexual assaults plus other offences such as sexual interference, invitation to sexual touching, sexual exploitation and incest), then there were 757 sexual crimes reported to police in N.B. in 2009. The victim was a female in 613 cases (81% of victims were female). The victim was a child in 522 cases (69% of victims were children). The victim was a female child in 408 cases (54% of victims were girls)

-Statistics Canada, Canadian Centre for Justice Statistics, Uniform Crime Reporting Incident-Based Survey, quoted in Equality Profile 2012, Women's Issues Branch, www.gnb.ca/women

 

NOTICES

Status of Women Canada Call for Proposals - Status of Women Canada is launching a Call for Proposals “Working Together: Engaging communities to end violence against women and girls”, to invite funding applications for projects that promote equality for women and girls, and reduce gender-based violence in Canada. The deadline for application to this Call for Proposals is: Themes 1 and 2:  October 12th, 2012, Themes 3 and 4: November 9th, 2012

My Women's Workshop: Seasons - Are you wondering how to advance in your career or your life? Feeling that somehow everyone else gets first dibs on your time and your resources? Join other women who are looking to discover and develop their best selves!  Check out our website Agenda for the first session, scheduled for Saturday, October 13, 2012 at the Wu Conference Centre in Fredericton 9am - 2:30pm. Registration fee is $49 + HST. Register online to ensure your seat!

MMFC Workshop 2012 Wellness Pays Off - Family Violence Impacts Everyone - Protecting Yourself from Burnout Thursday, November 1 & Friday, November 2, 2012, Wu Conference Centre, UNB, Fredericton. For more information or to register online: www.unb.ca/mmfc fvrc@unb.ca or 453-3595

Let's Talk About It – visit www.lets-talk-about-it.ca for a variety of resources:
Listing of sexual assault services in your area of N.B.: http://bit.ly/Qn92ze ; Frequently Asked Questions about sexual assault: http://bit.ly/Q9M4wL ; Submit your question - even anonymously : http://bit.ly/Q9M4wL

Constitute! – a documentary and a website about feminist activism leading up to the Canadian Charter with study guide and resources on citizen engagement. View the film & interviews. Int'l Women's Rights Project at Univ. of Victoria. www.constitute.ca

Dreamworlds: Desire, Sex & Power in Music Video – 2007 update of groundbreaking 1995 film by Sut Jhally, founder of Media Education Foundation. Examines the stories music videos tell about girls and women, how these shape attitudes about sexuality. 60 min. http://bit.ly/178CXM Read transcript: http:// bit.ly/QSafCU

My Women's Workshop . Saturday, October 13, from 9am – 2:30pm @ Wu Conference Centre, Fredericton . Please send this e-mail to encourage a friend, co-worker, sister, or neighbour! I have chosen to support women through my involvement with this valuable process, and I would ask that you spread the word. For more information: My Women's Workshop .

 

Are you ready to celebrate?
INTERNATIONAL DAY OF THE GIRL is Tomorrow –
October 11 th , 2012


“Girls are the future women leaders of New Brunswick and play an important role in building healthier, stronger communities. On Oct. 11, the first ever International Day of the Girl, I encourage you to celebrate New Brunswick girls and their strength, passion and commitment. This day provides an opportunity to raise awareness about the many challenges faced by girls around the world and to promote equal treatment and equal opportunities. We need to continue to support New Brunswick girls and women to this end. Empower your daughters, nieces, sisters and all girls to dream big and encourage them to be proud of who they are. I wish you all a happy and fulfilling International Day of the Girl.”
- Marie-Claude Blais – Minister responsible for Women's Issues

How are you celebrating October 11 th ?

To help you mark this special day, we've developed a resource guide in which you'll find websites, tools and resources to organize activities for girls.

Whatever activity you choose, make sure it's an event where girls can come together, be themselves and support one another. If you are a girl or a young woman, a parent or an organization interested in planning International day of the girl, take a look at the suggested activities.

Be proud. Use your voice. Let the world know the significance of October 11, 2012.http://bit.ly/VOHlXi http://bit.ly/ROYpZX

 

SOMETHING NEW FROM THE TABLE DE CONCERTATION POUR CONTRER LA VIOLENCE CONJUGALE ET FAMILIALE DANS LA PÉNINSULE ACADIENNE

Launch of the website – The website was launched during National Victims of Crime Awareness Week (NVCAW), Moving Forward, at the NVCAW 2012 breakfast session at Tazza Caffe in Shippagan. It was designed by Phonograph Studio of Caraquet in collaboration with the Table de concertation pour contrer la violence conjugale et familiale dans la Péninsule Acadienne Inc. The website provides prevention tools, information on shelters in N.B. and even has a quiz to find out if you are a victim of violence. All these tools are accessible at: www.contrelaviolence.com. We will soon include testimonies of women who have been victims of violence, and there are links to our partners and the silent witness project.

Projects involving presentations to schools and to businesses that generally hire men – Since early 2012, the Services à la Famille de la Péninsule (SFP) has been offering awareness and information workshops on spousal abuse and family violence to men working for businesses in the region. The response has been excellent. SFP also started, in 2011, to offer workshops on healthy relationships in Acadian Peninsula schools. The Table de concertation supports these sessions by paying for the cost of the presentations, so they can be given in all the schools. We thank the SFP employees for their support of this project and the employers who allow these visits. Projects such as this make it possible for the Table de concertation to meet its objective of raising awareness about and preventing violence in all its forms.

Walk against Violence – For the past three years, the Université de Moncton, Shippagan Campus and the Table de concertation have been organizing an awareness walk as part of the National Day of Remembrance and Action on Violence against Women, December 6, to mark the massacre at l'École Polytechnique. This walk enables students, employers, stakeholders, victims and others to commemorate this sad event and to speak out strongly against violence towards women, which unfortunately still exists. This partnership with the Standing Committee on the situation of women at the Université de Moncton, Shippagan campus is wonderful and this enables us to reach out to young people and students.

 

REVIEW AGE LIMITS FOR CHILDREN'S ACCESS TO CITIZENSHIP

Everyone knows that to be legally considered an adult in N.B., you must be 19. That's when you may buy a lottery ticket or alcohol, sign a contract, adopt a child – or an SPCA pet -, sit on a jury or get a credit card.

But it's not as straightforward as it sounds. At the age of 12, you can be left alone unsupervised. You can be left in charge to babysit younger children. At 12, your consent is needed to be adopted or to have your name changed. The provincial Family Services Act only considers you a child until you turn 16 and so offer Child Protection Services until that age. At 14 years of age, you may get a part-time job – and so start paying into your Canada Pension and other employment charges.

At 16, you can make your own healthcare decisions, including about contraception, abortion, and surgery. You can be even younger than 16 if medical professionals consider you are able to understand the consequences of treatment, or if you are married. If you are married, you are treated as an adult. To get married, you must be 18, but with your parents' consent, you can do it between 16 and 17. You can get married even before age 16 if you get a declaration from a judge…

You may join the Canadian Forces at 17 years of age with your parent's consent...

Finally, you may vote at 18. That seems a late age given all the other decisions and responsibilities youth can exercise before 18... As one proponent put it, “the habit of democracy is formed young”. It might encourage young people to take an interest in politics. Compared to driving, working for pay, making health and career choices, it seems that forming an opinion about a few candidates and making an X in a polling booth is not so intimidating…

The minimum voting age is now 16 in Austria, Brazil and Cuba. In the United States and Canada, proposals to reduce the voting age to 16 have been made without success. The few times when the issue has been put to a vote around the world, it has been defeated. Some political parties know that they are likely not the favoured party of younger people and so their supporters come out in force when the issue is put.

-  Excerpts, column by Jody Dallaire, 30 Aug 2012, Times Transcript, http://bit.ly/PsnJBI

 

CANADIAN HOSPITAL BIRTHS FALL FOR FIRST TIME IN A DECADE: REPORT

A drop in the recorded number of babies born in hospitals across Canada reverses a 10-year trend of increasing birth rates. (Babies born in hospitals represent about 99% of all births). In 2010-11, 1.5 % fewer infants were born in hospitals than the previous year. All provinces reported a drop. N.B. saw 7,364 infants born in 2010-11, down from 7,460 the previous year. Between 1995 & 2001, the number of births decreased steadily (total drop of 13%) but the next 9 years saw an increase in births.

The proportion of babies born prematurely, before 37 weeks gestation, has remained relatively stable since 2006-07 at one in 12 births. The national rate is 7.9% (N.B., 7.5%).

Annual caesarean-section rates for first-time mothers remain steady. In 2010-11, the national rate was about 18% of births (N.B., 18.7%). Nunavut had the lowest rate at about 6%. Women aged 35 & older had higher caesarean rates when delivering their first child compared to younger women, 23% compared to 17%. (N.B., 22.4% versus 18.2%.) The World Health Organization recommends countries with a rate above 15% study the situation.

Epidural rates for vaginal deliveries rose significantly 2006 to 2011: from 53.2% to 56.7%. In 2010–11, about two-thirds of vaginal deliveries in Quebec (70%) & Ontario (61.5%) were preceded by an epidural, nearly double the rates in Manitoba & B.C. N.B.'s rate was 50.4%.

- From media article: www.thespec.com/news/canada/article/748165--canadian-hospital-births-fall-for-first-time-in-a-decade-report . Canadian Institute for Health Information, 2012. http://bit.ly/SPl0bu

 

WHEN WE CALLED FOR EQUALITY, WE DIDN'T MEAN 'HAIL, THE SUPERWOMAN!'

For over 30 years, the media have repeatedly pronounced the death of the women's movement & blamed feminism for women's failure to "have it all." None of this is true. The movement has spread around the globe. Early feminists wanted to change the world, not just seek individual self-fulfillment. Activists in the women's movement knew women could never have it all, unless they were able to change the society in which they lived. At the 1970 march for Women's Strike for Equality, the 3 preconditions for emancipation were child care, legal abortion & equal pay. "There are no individual solutions," feminists chanted in the late sixties. If feminism were to succeed as a radical vision, the movement had to advance the interests of all women.

The belief that you could become a superwoman became a journalistic trope in the 70s & has never vanished. By 1980, most women's (self-help) magazines turned a feminist into a Superwoman, hair flying as she rushed around, attaché case in one arm, a baby in the other. The Superwomen could have it all, if she did it all. That was exactly what feminists had not wanted…

Missing from the media's coverage … are the millions of working mothers who will never have it all, but still must do it all. These are the women that the radical women's liberation movement addressed & for whom they sought decent jobs, sustainable wages & government training, social services & child care. These are the women who are stuck on the sticky floor, not held back by a glass ceiling.

- Excerpts, Women Never Said 'We Wanted it All', Ruth Rosen, professor emeriti, U.C. Davis. 8 Aug 2012, TheTyee.ca. http://bit.ly/No6gJu

 

A SEXUALIZED CHILDHOOD IS A STOLEN CHILDHOOD

When girls start school, they are more likely than boys to do well in reading, writing, and forming friendships. For many, this advantage is overshadowed by high rates of sexual assault and a sharp decline in mental health in adolescence. In Gr. 6, 36% of girls are self-confident. By Gr. 10, it's 14%. In Gr. 6, boys and girls report the same levels of depression; by Gr. 10, girls are three times more likely than boys to be depressed. According to the American Psychological Assoc, the widespread sexualization of females in our society plays a major role in the deterioration of girl's mental health. Sexualization occurs when a person's main value is believed to come from their sexual appearance, rather than intelligence etc and when they are held to unrealistic standards of attractiveness. Research links sexualization with the 3 most common mental health problems facing girls: eating disorders, low self-esteem, and depression. Girls live with the pervasive sentiment they are not as important as boys. Many media messages aimed at children are subtle yet powerful. A study of 121 children's board games showed a common theme—boys running and taking an active role, while girls stand quietly or even appear nervous.

“The challenges that a 14-yr-old girl faced 20 years ago are the challenges faced by 9-yr-olds today.” Push-up bikinis marketed to girls as young as 7. Shoes for baby girls in the shape of stilettos…

Constant exposure to sexualized images of females causes many girls to be highly critical of their bodies, undermining their confidence and increasing feelings of anxiety and self-disgust. Sexualization is linked to girls' tendency to underestimate their math abilities, and to drop out of higher level mathematics.

Negative body image makes girls less likely to be physically active. In one study, the girls who were most concerned about how they looked scored the lowest in a simple ball-throwing test. The more sexualized images girls consume, the more they agree with women being sexual objects & the more their attitudes towards breastfeeding and menstruation was negative. The more TV that boys watch, the more sexist their beliefs become. Exposure to narrow ideals of female sexual attractiveness makes it more difficult for some men to find an “acceptable” partner or to enjoy intimacy with a female partner.

There are strong links between sexualization and risky decisions, such as becoming sexually active too early, not using condoms, and having sex they don't want. This is especially true for girls who have disabilities.

How can girls be helped to overcome these messages? Critical thinking teaches girls how to interpret and challenge them. The best time to teach this is ages 9 to 13; the best place, in a girls-only program. The Canadian Women's Foundation invests in programs that help girls build a foundation for thriving throughout their life. Parents report their daughters are more confident & physically active. 80% of the girls said the programs helped them feel better about being a girl.

- Facts about girls, Canadian Women's Foundation, 2012. www.canadianwomen.org/facts-about-girls

 

HOW MORNING-AFTER PILLS REALLY WORK

Religious conservatives are losing one of their primary arguments for trying to ban the morning-after birth control pill that can prevent pregnancy if taken within days after sexual intercourse. They have long contended that the pills work by aborting an embryo at the earliest stages of development. But the latest scientific findings and expert opinion indicate that the pills work by delaying ovulation so that sperm can't fertilize an egg to create an embryo.

Belief that the pill might be an abortifacient stems from speculative language that the Food and Drug Administration approved for its original label, which listed a number of physiological processes by which the pill might prevent pregnancy, including preventing fertilized eggs from implanting in the womb. There was no evidence to support that view at the time, and there is none to support it now. Studies in Australia and Chile have convincingly shown that the pill acts solely by delaying ovulation.

The F.D.A. now acknowledges that the emerging data suggest the morning-after pill, often called Plan B, does not inhibit implantation. It should remove that unsupported suggestion from the label. Mitt Romney and other politicians need to stop calling it an “abortive” pill.

-  How Morning-After Pills Really Work, NY Times editorial, 8 Jun 2012.

 

 

IN PARTING

If you want to question my masculinity, like a schoolyard circle of curses, like a swordfight with light saber erections, save your breath. Because contrary to what you may believe, not every problem can be solved by “growing a pair.” You can't arm-wrestle your way out of chemical depression. The CEO of the company that just laid you off does not care how much you bench. & I promise, there is no lite beer in the universe full-bodied enough to make you love yourself.

“Man Up” assaults our self esteem by suggesting that competence & perseverance are uniquely masculine traits. That women—not to mention any man who doesn't eat steak, drive a pickup truck, have lots of sex with women & otherwise conform to gender norms absolutely—are nothing more than background characters & props in a movie where the strong, stoic, REAL man is the hero. More than anything, though, it suggests that to be yourself—whether you, wear skinny jeans, listen to Lady Gaga, rock a little eyeliner, drink some other brand of light beer, or write poetry—will cost you.

•  Excerpts from 10 Responses To The Phrase "Man Up” by hip hop artist /educator /National Poetry Slam champion Guante. See him perform it: www.youtube.com/watch?v=ayzwzG

 

wib-dqf@gnb.ca
Toll free:
1-877-253-0266
Fax: (506) 453-7977  
www.gnb.ca/women

Women Femmes NB
is sent out twice a month by the provincial government Women's Issues Branch. It provides news related to equality issues, including events, studies, initiatives and information from women's groups, governments, universities, etc.

**Text from non-governmental sources will be published in the language(s) in which it is provided.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

To unsubscribe, click here. / Pour désabonner, cliquez ici.
Subscribe to Women Femmes NB / Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB
Questions or comments? E-mail us at wib-dqf@gnb.ca or call 1-877-253-0266
. /
Avez-vous des questions ou des commentaires?
Communiquez avec nous par courriel
wib-dqf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266
Women's Issues Branch | 551 King Street, Suite A | Fredericton, NB E3B 5H1 /
Direction des questions féminines | 551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1