Énergie

Centrale de Point Lepreau : pression pour qu'Ottawa paie le coût des retards (10/04/26)

NB 610

le 26 avril 2010

FREDERICTON (CNB) - Le premier ministre, Shawn Graham, et le ministre de l'Énergie, Jack Keir, pressent le gouvernement fédéral d'assumer ses responsabilités envers les Néo-Brunswickois en couvrant tous les coûts occasionnés par les travaux en cours à la centrale nucléaire de Point Lepreau.

MM. Graham et Keir se rendront à Ottawa, le mardi 27 avril, pour sommer le gouvernement fédéral de payer les coûts associés aux retards dans l'exécution des travaux, afin d'atténuer les risques financiers courus par les abonnés.

M. Keir en a fait l'annonce, aujourd'hui, après qu'Énergie NB a fait le point sur le compte de report et les autres coûts découlant des retards.

Les retards qu'accuse le projet de remise à neuf de la centrale entraîneront, pour Énergie NB, des coûts additionnels de l'ordre de 475 millions de dollars si les travaux sont terminés d'ici février 2011. Cela pourrait se traduire par une augmentation ponctuelle et générale des tarifs de trois pour cent ou plus si d'autres délais surviennent. Cette augmentation s'ajoutera à toute hausse que l'entreprise de services publics pourrait imposer, l'année prochaine, au titre des charges d'exploitation.

L'augmentation des tarifs serait considérablement moins élevée si le gouvernement fédéral décidait d'assumer ses responsabilités, a déclaré M. Keir. Comme je l'ai toujours dit, il n'est pas juste que les Néo-Brunswickois prennent ces coûts en charge. Énergie atomique du Canada ltée (EACL) a accepté la responsabilité pour les retards en question. C'est maintenant le temps pour le gouvernement fédéral d'en accepter la responsabilité financière. 

M. Keir n'a pas été informé par EACL d'un autre délai au-delà de février 2011. Il affirme cependant qu'on lui a donné à croire qu'il pouvait s'attendre à d'autres problèmes et à d'autres prolongations de la durée du projet. Toute prolongation au-delà de février 2011 occasionnera des coûts additionnels d'environ 30 millions de dollars par mois, ce qui augmentera la pression financière actuellement exercée sur Énergie NB et sur les abonnés du Nouveau-Brunswick.

Il n'est pas juste que les abonnés du Nouveau Brunswick aient à payer pour l'apprentissage qu'EACL a dû faire, et c'est le message que le premier ministre et moi allons livrer sans réserve à Ottawa, a dit M. Keir. L'obligation financière revient nettement au gouvernement fédéral dans ce cas-ci. 

Le ministre Keir a remercié les employés d'Énergie NB pour leur dévouement pendant le déroulement des projets.

Les employés à la centrale de Point Lepreau doivent être félicités pour les résultats obtenus en matière de sécurité, alors que la phase 1 du projet est exécutée à temps et en respectant le budget , a-t-il dit.

2010-04-26

PERSONNE-RESSOURCE : Bonnie Doyle Creber, communications, ministère de l'Énergie, 506-658-2410.

2010-04-26