Finances

Budget 2004-2005 (04/03/30)

NB 380

le 30 mars 2004

FREDERICTON (CNB) - Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a présenté aujourd'hui un budget équilibré pour 2004-2005 qui ne comprend pas de nouvel impôt ou taxe ni d'augmentation fiscale. Le budget prévoit des investissements records dans les priorités comme les soins de santé et les soins aux personnes âgées, l'éducation et les enfants de même que des investissements dans la création d'emplois et la prospérité.

Les mesures que nous avons prises afin de corriger le déséquilibre entre les dépenses et les recettes prévues garantissent que nous continuerons de vivre selon nos moyens et de mettre l'accent sur les priorités , a indiqué le ministre des Finances, Jeannot Volpé, lors du dépôt du budget 2004-2005 à l'Assemblée législative.  Le budget prévoit davantage d'argent pour les salles de classe et les soins, et moins pour l'administration. 

Le ministre des Finances et le sous-ministre John Mallory (Photo agrandie) Vidéo: (WMV) Audio : (WMA) - (audio/vidéo)

Les recettes budgétaires dans le Budget 2004-2005 seront de 5,729 milliards de dollars et les dépenses budgétaires seront de l'ordre de 5,727 milliards, pour une réduction projetée de la dette nette de 2,4 millions de dollars.

Les faits saillants incluent :

 Le gouvernement a atteint son engagement d'avoir un budget équilibré à l'intérieur du cycle de 2000-2001 à 2003-2004 avec un excédent cumulatif de 161,8 millions de dollars, a indiqué le ministre. Nous allons maintenant nous concentrer sur la réalisation de notre engagement à faire la même chose pour le prochain cycle de quatre ans. 

Le ministre anticipe un déficit aux fins de politique budgétaire de 21, 3 millions de dollars pour 2003-2004. Il a ajouté que si des mesures correctives n'avaient pas été prises pendant l'année, le déficit aurait pu être beaucoup plus élevé. Un élément clé qui explique ce déficit est une réduction au niveau des paiements de péréquation de l'ordre de 112,7 millions de dollars du budget.

En 2004-2005, le gouvernement demeure engagé à faire des soins de santé sa priorité la plus importante en investissant 5,2 % de plus que l'an dernier. Les investissements records pour 2004-2005 comprennent 905,9 millions de dollars pour les services hospitaliers, 396,6 millions de dollars pour les services de santé communautaires, 376,4 millions de dollars pour l'Assurance-maladie et 132 millions de dollars sous le Régime de dispensation gratuite des médicaments sur ordonnance.

D'autres mesures incluent 4 millions de dollars pour l'amélioration des services d'ambulance, 2,5 millions de dollars pour une stratégie de lutte contre le cancer, et 500 000 dollars pour une stratégie du mieux-être afin de réduire le taux d'obésité chez les jeunes. La contribution provinciale pour la rémunération du personnel de soutien à domicile augmentera de 1,2 million de dollars.

Pour l'éducation et les enfants, les investissements représentent une augmentation de 2,4 % de plus par rapport aux dépenses révisées de 2003-2004. Les dépenses comprennent 736,4 millions de dollars pour la maternelle à la 12e année.

Pour 2004-2005, 200 postes d'enseignement, spécialisés dans l'alphabétisation précoce de la maternelle à la 3e année et avec les étudiants à besoins spéciaux, seront ajoutés au système scolaire. Un Fonds de ressources pédagogiques de qualité de 10 millions de dollars sera créé pour les fournitures et ressources destinées aux élèves et aux enseignants. Un premier versement de 2,5 millions de dollars sera fait pour l'année 2004-2005. La somme de 1,8 million de dollars sera disponible pour la création d'un Fonds d'amélioration de la technologie afin d'offrir des services de technologie de l'information dans les écoles.

Le financement de base des universités sera augmenté de 2 % par rapport à l'an dernier, et 5 millions de dollars seront investis pour le programme pour l'infrastructure universitaire.

Le ministre a ajouté que le budget contient également des investissements records de 5,7 millions de dollars pour des initiatives qui toucheront directement les garderies. Cette somme comprend 4 millions de dollars pour améliorer les salaires et les conditions de travail des employés de garderies, et 1,3 million de dollars pour leur formation. De plus, le budget prévoit une somme additionnelle de 1,7 million de dollars, pour un total de 8 millions de dollars, pour de l'assistance aux garderies.

Le ministre a indiqué que la croissance économique sera de 2,8 % en 2004, comparativement à 2 % en 2003.

Le budget prévoit des investissements dans la création d'emplois et la prospérité avec la réduction du taux d'impôt sur le revenu des corporations applicable à la petite entreprise de 3 % à 2,5 % dès le 1er juillet 2004 - le taux le plus bas au pays. Le plafond d'admissibilité au taux applicable à la petite entreprise passera de 400 000 $ à 425 000 $ dollars le même jour.

Des sommes de 15 millions de dollars seront investies dans le développement économique régional et communautaire, en plus de 4,5 millions de dollars pour des initiatives de développement. Un total de 10,9 millions de dollars est prévu pour l'extension, à la plupart des régions de la province, d'Internet haute vitesse. Cette mesure contribuera au renforcement des communautés rurales.

 Des gains d'efficience ont été réalisés au sein du gouvernement pour assurer un financement adéquat pour nos priorités, a expliqué le ministre. Dans les domaines non prioritaires, nous avons décidé d'éliminer ou de réduire le financement de programmes gouvernementaux, et nous avons refusé une série de nouvelles demandes de dépenses. 

Il a ajouté que le double emploi et le chevauchement seront réduits, que des bureaux gouvernementaux seront regroupés et d'autres seront fermés. Ces décisions se résulteront par l'élimination d'environ 750 postes au sein de la fonction publique. Le nombre réel de pertes d'emploi sera inférieur à celui des postes abolis en raison de l'élimination de 130 postes vacants, et de la mise en place d'un programme ciblé de retraite anticipée, d'une liste de redéploiement et des indemnités de départ.

 Afin de parvenir à la stabilité à long terme de la rémunération, qu'il nous faut pour contenir les dépenses, nous demandons aux syndicats du secteur public d'accepter des augmentations salariales faibles, voire nulles, cette année et de modestes augmentations dans les prochaines années au fur et à mesure que notre situation financière s'améliorera , a indiqué le ministre Volpé.

La préférence du gouvernement, a-t-il ajouté, est de respecter les conventions collectives actuelles et de négocier les contrats à venir.

Le ministre a ajouté que les municipalités continuent de rechercher une prévisibilité et une stabilité accrues en ce qui a trait au financement de la subvention sans condition aux municipalités. Le montant global du financement sera maintenu au niveau actuel de 60,4 millions de dollars en 2005, 2006 et 2007.

Bien qu'aucune augmentation de taxe n'ait été proposée, le coût de certains frais aux usagers, d'amendes et de pénalités sera augmenté au courant de la prochaine année. Cette décision représentera des recettes supplémentaires de 22,9 millions de dollars.

Pendant la tournée de consultations prébudgétaires, les gens du Nouveau-Brunswick ont demandé à ce que les programmes sociaux soient préservés, et ce, malgré le défi financier. La population croit que des gains d'efficience peuvent être réalisés au sein de la fonction publique provinciale pour financer les soins de santé, l'éducation et les autres priorités.

Le ministre a indiqué qu'il a reçu plus de 2000 suggestions prébudgétaires, et il remercie la population de s'être fait entendre. Il a promis de continuer à trouver d'autres moyens d'économiser et à rendre les services publics plus efficaces.

Il a donné comme exemple la réalisation d'une étude sur le regroupement des services communs offerts dans chaque ministère, comme la technologie de l'information, les ressources humaines, les services financiers et les services administratifs. Les ministères, le système scolaire et le réseau des hôpitaux seront examinés. La province examinera aussi à fond le réseau des parcs provinciaux pour déterminer si elle doit maintenir ou se départir de certains éléments d'actifs excédentaires.

 Relever aujourd'hui le défi financier est dans le meilleur intérêt des gens du Nouveau-Brunswick pour demain, a conclu le ministre. En continuant présentement de vivre selon nos moyens, nous pourrons investir dans la prospérité et les priorités des gens du Nouveau-Brunswick maintenant et dans l'avenir. 

04/03/30

NOTE DE LA RÉDACTION : Quatre fiches de renseignements concernant le budget sont annexées. Le discours complet du budget, les faits saillants, le budget principal et le rapport annuel sur l'économie du Nouveau-Brunswick sont disponibles sur le site Web du ministère des Finances à : http://www.gnb.ca/0024/index-f.asp. PERSONNES-RESSOURCES : Ministère des Finances, Ann Deveau (506-444-4498) et Vicky Deschênes (506-453-4138); télécopieur (506) 457-4989; courriel wwwfin@gnb.ca.

Budget 2004-2005
Faits saillants - Finances

Perspectives économiques pour 2004-2005

Mise à jour financière pour 2003-2004

Points saillants - L'économie du Nouveau-Brunswick

Faits saillants - Dépenses

Soins de santé et soins aux personnes âgées

2,06 milliards de dollars en financement pour les soins de santé en 2004-2005, ce qui représente une augmentation de 5,2 pour cent par rapport au montant de dépenses révisées de 2003-2004 :

Éducation et enfants

1,15 milliard de dollars en financement pour l'éducation en 2004-2005, ce qui représente une augmentation de 2,4 pour cent par rapport au montant des dépenses révisées de 2003-2004 :

Autres

Faits saillants - Fiscalité compétitive

Impôt sur le revenu des corporations

Impôt sur le revenu des particuliers

Autres

04/03/30