Pêches

Le gouvernement appuie l'innovation dans le secteur des pêches (10/07/16)

NB 1225

le 16 juillet 2010

""

Multimédia

SHIPPAGAN (CNB) - Le gouvernement provincial investit pour aider l'entreprise Touche Organik, de Beresford, à fabriquer un nouvel appât entièrement biodégradable qui pourrait être utilisé pour la pêche au homard.

Le ministre des Pêches, Rick Doucet, en a fait l'annonce à l'occasion de la Journée Pêches et Aquaculture à Shippagan. Il était accompagné du président de Touche Organik, Marc Landry.

Notre gouvernement reconnaît l'importance d'investir dans l'innovation et dans la recherche pour assurer un secteur des pêches durable, économiquement viable et autosuffisant, a déclaré M. Doucet. Ce projet en particulier pourra atténuer l'impact de la pêche sur l'environnement, ce qui est un objectif fondamental de la gestion des pêches au Nouveau-Brunswick. 

Le projet de recherche a pour objectif de mesurer l'efficacité en mer et l'attractivité d'un appât transformé expérimental. Les produits de base de l'appât proviennent des résidus des usines de transformation des produits de la mer. L'appât a été testé en référence avec l'appât traditionnel durant la saison de pêche 2010. Il sera par la suite testé dans des bassins et dans un environnement contrôlé pour les mesures de dissolution au pavillon aquacole de l'Institut de recherche des zones côtières.

Les pêcheries du homard dépendent fortement des récoltes de poissons, surtout du hareng, comme appâts pour attirer les homards dans les casiers, a expliqué M. Landry. L'aide du gouvernement provincial nous permettra de perfectionner ce nouveau produit sous forme séchée, qui posséderait des avantages au niveau de l'entreposage et de sa disponibilité et qui pourrait remplacer l'appât traditionnel, principalement le hareng. 

Plus de 800 millions de livres de harengs sont utilisés comme appâts aux États-Unis et au Canada. Les pêcheurs sont soumis aux variables imputables à la pêche au hareng, principalement la fluctuation des prix et l'approvisionnement.

Le projet de recherche est livré par l'Institut de recherche sur les zones côtières, pour l'entreprise Touche Organik. La recherche est effectuée en collaboration avec le ministère fédéral des Pêches et des Océans à Moncton ainsi que trois pêcheurs de homard de la Péninsule acadienne, soit Bruno Roussel (Le Goulet), Donald Ward (Miscou) et Régis Larocque (Pigeon Hill).

2010-07-16

PERSONNES-RESSOURCES POUR LES MÉDIAS : Gisèle Regimbal, communications, ministère des Pêches, 506-444-4218; Marc Landry, président, Touche Organik, 506-783-7514.

2010-07-16