Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick

Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale (10/03/19)

NB 391

le 19 mars 2010

FREDERICTON (CNB) - Voici la déclaration faite par le président de la Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick, Gordon L. Porter :

Le 21 mars est la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale. Cette journée a été instituée par les Nations Unies en 1966 pour appeler la communauté internationale à accorder une attention spéciale au problème du racisme et au besoin de faire la promotion de l'harmonie raciale. De nos jours, le 21 mars est reconnu et célébré de différentes façons ici même au Canada et ailleurs dans le monde.

Le racisme et l'antisémitisme sont les raisons qui ont donné naissance, en 1967, à la Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick. À l'instar des États-Unis, le Nouveau-Brunswick a une histoire de racisme et d'activisme en matière de droits de la personne.

C'est peut-être difficile à croire aujourd'hui, mais il fut un temps où le YMCA de Saint John n'était réservé qu'aux blancs et qu'un club de golf interdisait ouvertement aux Juifs d'en être membres. Même des vedettes comme Ella Fitzgerald et Louis Armstrong ont dû entrer par la porte arrière de l'hôtel Admiral Beatty lorsqu'ils sont venus se produire à Saint John. Cette situation a persisté jusqu'au début des années 1950 alors qu'une femme de race noire dénommée Lena O'Ree, la Rosa Parks du Nouveau-Brunswick, a défié avec succès la barrière de la couleur de la peau en insistant pour se rendre au travail en utilisant l'entrée principale de l'hôtel.

La totalité des plaintes que la Commission recevait, durant ses premières années d'existence, portaient sur une discrimination fondée sur la race, l'origine, l'ascendance et la religion. Au fil des années cependant, ces motifs furent rattrapés par d'autres, notamment le sexe et l'incapacité mentale ou physique. Les premiers motifs ne constituent plus aujourd'hui que huit pour cent de toutes les plaintes reçues.

Les minorités raciales et ethniques ainsi que les Autochtones constituent une proportion croissante de notre population, et l'avenir du Nouveau-Brunswick est en partie lié à notre capacité à les accueillir et à les inclure pleinement dans tous les aspects de notre société.

À l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la discrimination raciale, j'aimerais reconnaître le formidable travail accompli par les gens et les qui aident les immigrants à s'établir au Nouveau-Brunswick et qui améliorent les services et les possibilités dont disposent les Autochtones.

J'invite les Néo-Brunswickois à célébrer, en ce 21 mars et tout au long de l'année, les contributions apportées par des personnes de toutes les appartenances raciales, ethniques et religieuses et à s'engager à s'opposer au racisme dans toutes ses formes au Nouveau-Brunswick.

2010-03-19

PERSONNE-RESSOURCE : Francis Young, agent des droits de la personne, Commission des droits de la personne du Nouveau-Brunswick, 1-888-471-2233.

2010-03-19