Commission des valeurs mobilières du Nouveau Brunswick

Interdiction d'opérations sur valeurs mobilières pour deux résidents de la Colombie-Britannique (10/04/06)

NB 480

le 6 avril 2010

SAINT JOHN (CNB) - Une interdiction d'opérations sur valeurs mobilières a été prononcée à l'endroit de Kerry John O'Neill et de Renee Marie Helmig (également connue sous le nom de Nisha Helmig), deux résidents de la Colombie-Britannique.

Un comité d'audience de la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick (CVMNB) a rendu cette ordonnance le 19 février. L'ordonnance de la CVMNB donne suite à une ordonnance prononcée par la British Columbia Securities Commission (BCSC).

L'ordonnance permanente de la CVMNB interdit à M. O'Neill d'effectuer des opérations sur valeurs mobilières dans la province et d'en acheter, sauf dans des circonstances précises, et elle lui interdit d'agir à titre d'administrateur ou de dirigeant d'un émetteur, d'une personne inscrite ou d'un gestionnaire de fonds communs de placement.

Il est interdit à Mme Helmig d'effectuer des opérations sur valeurs mobilières et d'en acheter pendant 10 ans, sauf dans des circonstances précises, et il lui est également interdit d'agir à titre d'administratrice ou de dirigeante d'un émetteur, d'une personne inscrite ou d'un gestionnaire de fonds communs de placement pendant 10 ans.

Selon l'ordonnance de la BCSC, M. O'Neill était l'âme dirigeante d'un stratagème d'investissement appelé Pay it Forward Program. Les investisseurs étaient informés que leur placement servirait à acheter et à vendre de la marchandise en solde et qu'ils recevraient une somme représentant entre 100 et 300 pour cent de leur investissement dans les 90 jours. Mme Helmig a aidé à convaincre les investisseurs en leur communiquant les renseignements que M. O'Neill lui fournissait.

L'enquête de la BCSC a révélé que ce stratagème a permis de recueillir environ 9,6 millions de dollars de 943 investisseurs, dont plus de la moitié étaient de la Colombie-Britannique. Les autorités responsables de l'application des lois estiment que trois des investisseurs sont du Nouveau-Brunswick.

Selon l'ordonnance de la BCSC, de l'argent encaissé par M. O'Neill, 1,1 million de dollars ont servi à acheter de la marchandise, 6,4 millions de dollars ont été utilisés pour payer d'autres investisseurs, 56 000 $ ont été employés pour des dépenses personnelles et 213 000 $ ont été investis ailleurs. M. O'Neill s'est servi de la majorité des fonds pour rembourser les premiers investisseurs.

Malheureusement, une arnaque doit être crédible pour pouvoir fonctionner , a dit le directeur général de la CVMNB, Rick Hancox.  Les Néo-Brunswickois devraient apprendre à connaître les caractéristiques des fraudes financières pour ne pas se faire prendre au piège. 

Voici certaines questions à poser avant d'investir :

S'ils posent ces questions, les investisseurs auront davantage de renseignements à prendre en considération avant de se départir de l'argent qu'ils ont durement gagné, a ajouté M. Hancox. Si vous n'êtes pas satisfait des réponses, communiquez avec la CVMNB, car vous pourriez avoir affaire à un fraudeur. 

En tant qu'autorité provinciale de réglementation des valeurs mobilières, la CVMNB est l'organisme à appeler pour signaler une fraude financière. Vous pouvez obtenir de plus amples renseignements en ligne ou en téléphonant sans frais au 1-866-933-2222.

De plus amples renseignements sur le présent cas sont disponibles sur le site Web de l'Alberta Securities Commission (en anglais seulement) et sur celui de la British Columbia Securities Commission (en anglais seulement).

En tant que société de la Couronne provinciale indépendante, la CVMNB veille sur les marchés financiers au Nouveau Brunswick et réglemente ceux qui vendent ou qui gèrent des valeurs mobilières. La CVMNB est financée par les droits réglementaires qui sont payés par ceux qui exercent des activités dans l'industrie des valeurs mobilières, y compris les sociétés cotées à la bourse, les fonds communs de placement et plus de 7000 personnes et sociétés inscrites.

2010-04-06

PERSONNE-RESSOURCE : Michelle Robichaud, communications, Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick, 506-643-7045.

2010-04-06