Groupe de travail sur l'autosuffisance

Déclaration des coprésidents du groupe de travail (07/05/03)

NB 554

le 3 mai 2007

NOTE DE LA RÉDACTION : La déclaration suivante a été rendue publique aujourd'hui par les coprésidents du Groupe de travail sur l'autosuffisance, Francis McGuire et Gilles Lepage. PERSONNE-RESSOURCE : Brendan Langille, Communications Nouveau-Brunswick, 506-444-5070.

FREDERICTON (CNB) -  En tant que coprésidents du Groupe de travail sur l'autosuffisance, nous avons le plaisir d'annoncer aujourd'hui que notre travail tire à sa fin et que nous nous préparons à communiquer au gouvernement notre rapport final sur l'autosuffisance le lundi 7 mai. C'est l'aboutissement de plusieurs mois d'exposés, de réunions dans toute la province, de centaines de mémoires et de remarques sur le babillard ainsi que de questionnaires remplis.

Vers la fin de l'année dernière, le premier ministre Shawn Graham nous a demandé de nous adresser aux gens du Nouveau-Brunswick pour leur demander de nous faire part de leur vision du Nouveau-Brunswick pour 2026. Quelle serait l'allure de la province, et comment changerait-elle de façon positive? Le premier ministre nous a également demandé de faire rapport sur ces réunions et de formuler des recommandations claires sur les changements transformationnels qui sont nécessaires pour mettre le Nouveau-Brunswick sur la voie de l'autosuffisance.

 Le fait de fonctionner indépendamment du gouvernement nous a procuré la latitude nécessaire pour discuter avec les gens du Nouveau-Brunswick sur n'importe quel sujet, si controversé soit-il, et nous sommes reconnaissants au gouvernement de ne pas avoir porté de jugement avant que notre travail soit terminé.

 Pendant toute la durée du processus, notre objectif a été de stimuler les débats. Très souvent, la tenue d'un dialogue honnête et ouvert oblige à considérer des points de vue différents et à nous efforcer de voir le tableau d'ensemble selon des optiques diverses. Afin d'encourager l'expression du plus grand nombre possible de points de vue, nous avons lancé la discussion sur l'autosuffisance à toutes sortes d'endroits publics du Nouveau-Brunswick : cafés, patinoires, salles de conférence, salles de classe et lieux de travail.

 En nous adressant aux gens du Nouveau-Brunswick, nous leur avons demandé de décrire la situation de la province telle qu'ils la voyaient dans 20 ans et de suggérer les moyens d'y parvenir. Leurs réponses ont été nombreuses. Du 14 au 18 mars, le groupe de travail a tenu quatre jours de consultations à Fredericton et a entendu 46 exposés. Il a également rencontré des dizaines de groupes dans des collectivités de tous les coins du Nouveau-Brunswick et a reçu plus de 400 mémoires.

 Le groupe de travail s'est délibérément écarté du modèle traditionnel des "consultations" publiques en ne se limitant pas aux réunions et aux consultations; il a également tenu des conversations en ligne et a utilisé son site Web comme principal moyen de communication. En tout, 261 remarques ont été affichées sur les forums de discussion, et le groupe de travail a reçu 926 questionnaires remplis.

 Nous avons été particulièrement impressionnés par la qualité de l'apport que nous avons reçu. Fondés sur une réflexion et une recherche approfondies, les mémoires ont soulevé des questions importantes et proposé des solutions innovatrices à certaines des difficultés auxquelles fait face notre province.

 Au cours des quatre derniers mois, nous avons entendu une multitude de groupes divers, dont chacun avait sa propre idée sur les moyens possibles d'améliorer leur avenir et celui de notre province. Si diverses que soient leurs opinions, nous avons été frappés par le point commun qui les unissait presque toutes : la conviction que des changements sont nécessaires et que le statu quo n'est plus acceptable.

 Il est clair que la quête de l'autosuffisance ressemblera davantage à un roman qu'à un article de journal. Elle ne sera pas dominée par une seule personne ou un thème unique. Elle ne sera pas atteinte au moyen d'une seule politique gouvernementale ou de l'injection de fonds dans un seul secteur. Elle sera plutôt l'aventure d'un Nouveau-Brunswick meilleur et plus fort qui prendra forme au cours de nombreuses années. L'autosuffisance dépend de changements transformationnels et de mesures à grande échelle que nous pouvons prendre maintenant pour réaliser le changement souhaité en vue du mieux-être de tous les gens du Nouveau-Brunswick. C'est pourquoi la grande majorité de nos recommandations finales porteront sur les mesures qui peuvent être mises en application d'ici 12 à 24 mois.

 Nous sommes tous deux sincèrement reconnaissants de la réponse donnée à notre travail jusqu'ici, et nous nous réjouissons à l'avance de présenter notre rapport final au gouvernement et à la population du Nouveau-Brunswick le lundi 7 mai.

2007-05-03