PROJET DE LOI 48

 

Loi sur l'exécution des ordonnances de soutien

 

Sommaire

 

PARTIE 1

INTERPRÉTATION

Définitions......................................................................................................................................... 1

administrateur de la cour — court administrator

agence d'évaluation du crédit — credit reporting agency

bénéficiaire — beneficiary

conjoint – spouse

cour — court

directeur — Director

droits de conducteur — driving privilege

institution financière — financial institution

ministre — Minister

ordonnance conditionnelle — provisional order

ordonnance de soutien — support order

ordre de paiement — payment order

payeur — payer

permis de conduire — driver's licence

registraire des véhicules à moteur — Registrar of Motor Vehicles

source de revenu — income source

tiers saisi — garnishee

La Couronne est liée......................................................................................................................... 2

PARTIE 2

BUREAU DE L'EXÉCUTION DES ORDONNANCES DE SOUTIEN

Bureau de l'exécution des ordonnances de soutien........................................................................ 3

Directeur de l'exécution des ordonnances de soutien.................................................................... 4

Dépôt d'une ordonnance de soutien................................................................................................. 5

Dépôt d'une entente........................................................................................................................... 6

Effet du dépôt..................................................................................................................................... 7

Obligations du payeur........................................................................................................................ 8

Retrait d'une ordonnance de soutien................................................................................................ 9

Versements au directeur................................................................................................................. 10

Registre............................................................................................................................................ 11

Accès à l'information...................................................................................................................... 12

Ordonnance de fournir des renseignements.................................................................................. 13

Renseignements confidentiels....................................................................................................... 14

PARTIE 3

ORDRES DE PAIEMENT

Délivrance d'un ordre de paiement................................................................................................. 15

Effet d'un ordre de paiement.......................................................................................................... 16

Révocation d'un ordre de paiement................................................................................................ 17

Exécution d'un ordre de paiement.................................................................................................. 18

Exemption d'un ordre de paiement................................................................................................. 19

Priorité d'un ordre de paiement...................................................................................................... 20

Protection de l'employé.................................................................................................................. 21

Frais prohibés.................................................................................................................................. 22

Ordre de paiement délivré à l'extérieur du Nouveau-Brunswick................................................. 23

PARTIE 4

AUTRES MOYENS D'EXÉCUTION

Créances conjointes........................................................................................................................ 24

Compte conjoint.............................................................................................................................. 25

Suspension des droits de conducteur............................................................................................. 26

Agences d'évaluation du crédit....................................................................................................... 27

Société dont le payeur est propriétaire......................................................................................... 28

Société sous le contrôle du payeur ou de sa famille immédiate................................................. 29

Renseignements financiers............................................................................................................. 30

Audience administrative.................................................................................................................. 31

Pouvoirs additionnels de l'administrateur de la cour................................................................... 32

Audience sur le défaut..................................................................................................................... 33

Certificat de la cour........................................................................................................................ 34

Emprisonnement du payeur............................................................................................................ 35

Arrestation du payeur...................................................................................................................... 36

Sûreté................................................................................................................................................ 37

PARTIE 5

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

Intérêt sur les arriérés..................................................................................................................... 38

Droits................................................................................................................................................ 39

Imputation des paiements............................................................................................................... 40

Présomption relative à la capacité de payer.................................................................................. 41

Endettement n'est pas une défense................................................................................................. 42

Action en recouvrement des arriérés............................................................................................. 43

Signification des documents.......................................................................................................... 44

Mode de paiements......................................................................................................................... 45

Appel................................................................................................................................................. 46

Immunité.......................................................................................................................................... 47

PARTIE 6

DISPOSITIONS SUR LA PREUVE

Conjoints témoins habiles à témoigner et contraignables........................................................... 48

Documents signés par le directeur................................................................................................ 49

Relevé du compte............................................................................................................................ 50

Certificat signé par le ministre des Services familiaux et communautaires.............................. 51

PARTIE 7

INFRACTIONS ET PÉNALITÉS

Infractions et pénalités.................................................................................................................... 52

PARTIE 8

RÈGLEMENTS

Pouvoir de réglementation............................................................................................................. 53

PARTIE 9

DISPOSITIONS TRANSITOIRES

Dispositions transitoires................................................................................................................ 54

PARTIE 10

MODIFICATIONS CORRÉLATIVES

Loi sur la sécurité du revenu familial......................................................................................... 55

Loi sur les services à la famille.................................................................................................... 56

Loi sur l'établissement et l'exécution réciproque des ordonnances de soutien.................... 57

Loi sur l'organisation judiciaire.................................................................................................. 58

Loi sur les véhicules à moteur...................................................................................................... 59

Loi modifiant la Loi sur les services à la famille....................................................................... 60

PARTIE 11

ENTRÉE EN VIGUEUR

Entrée en vigueur............................................................................................................................. 61

 

 

Sa Majesté, sur l'avis et du consentement de l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, décrète :

 

PARTIE 1

INTERPRÉTATION

Définitions

1                  Les définitions qui suivent s'appliquent à la présente loi.

 

« administrateur de la cour » S'entend d'une personne nommée administrateur en vertu de l'article 68 de la Loi sur l'organisation judiciaire. (court administrator)

 

« agence d'évaluation du crédit » Personne dont l'activité consiste à fournir à des tierces parties des renseignements sur la situation financière ou la solvabilité d'autres personnes. (credit reporting agency)

 

« bénéficiaire » S'entend des personnes suivantes :

 

a)           une personne en faveur de qui une ordonnance de soutien a été rendue;

 

b)           si une cession a été effectuée en vertu du paragraphe 116(5) de la Loi sur les services à la famille, le ministre des Services familiaux et communautaires dans la mesure de la cession. (beneficiary)

 

« conjoint » S'entend de personnes qui sont mariées l'une à l'autre, de personnes qui ne sont pas mariées l'une à l'autre et vivent comme mari et femme, mais ne s'entend pas d'un mari et d'une femme qui sont séparés et qui vivent séparément et qui répondent à l'une des affirmations suivantes :

 

a)           elles ont passé une entente écrite par laquelle ils ont convenu de vivre séparément;

 

b)           elles sont soumises à une ordonnance de séparation de la cour. (spouse)

 

« cour » La Cour du Banc de la Reine du Nouveau-Brunswick, sauf disposition contraire, et s'entend également d'un juge de cette cour. (court)

 

« directeur » Le directeur de l'exécution des ordonnances de soutien désigné en vertu du paragraphe 4(1). (Director)

 

« droits de conducteur » S'entend des droits de conducteur tel que le définit l'article 294 de la Loi sur les véhicules à moteur. (driving privilege)

 

« institution financière » S'entend de l'une des institutions financières suivantes :

 

a)           une banque à laquelle s'applique la Loi sur les banques (Canada);

 

b)           une compagnie de prêt ou de fiducie titulaire d'un permis en vertu de la Loi sur les compagnies de prêt et de fiducie;

 

c)            une caisse populaire constituée en corporation ou prorogée à titre de caisse populaire en vertu de la Loi sur les caisses populaires. (financial institution)

 

« ministre » Le ministre de la Justice et s'entend également d'une personne qu'il désigne pour agir en son nom. (Minister)

 

« ordonnance conditionnelle » S'entend d'une ordonnance conditionnelle ou d'une ordonnance modificative conditionnelle tel que le définit l'article 1 de la Loi sur l'établissement et l'exécution réciproque des ordonnances de soutien. (provisional order)

 

« ordonnance de soutien » S'entend d'une disposition exigeant le versement de prestations de soutien dans une ordonnance ou un jugement qui est exécutoire au Nouveau-Brunswick, y compris :

 

a)           une ordonnance provisoire rendue en vertu de la Partie VII de la Loi sur les services à la famille ou en vertu de la Loi sur le divorce (Canada);

 

b)           une ordonnance qui modifie une ordonnance de soutien rendue en vertu de la Partie VII de la Loi sur les services à la famille ou en vertu de la Loi sur le divorce (Canada);

 

c)            une ordonnance rendue en vertu du paragraphe 33(4);

 

d)           une entente déposée auprès du directeur en vertu de l'article 6;

 

e)            une ordonnance qui est une ordonnance de soutien en vertu de la Loi sur l'établissement et l'exécution réciproque des ordonnances de soutien.

 

Est exclue de la présente définition une ordonnance conditionnelle. (support order)

 

« ordre de paiement » Ordre de paiement délivré en vertu du paragraphe 15(1). (payment order)

 

« payeur » Personne de qui on exige le versement de prestations de soutien en vertu d'une ordonnance de soutien. (payer)

 

« permis de conduire » S'entend d'un permis tel que la Loi sur les véhicules à moteur le définit. (driver's licence)

 

« registraire des véhicules à moteur » S'entend du registraire tel que la Loi sur les véhicules à moteur le définit. (Registrar of Motor Vehicles)

 

« source de revenu » Un particulier, une société ou autre entité de qui une somme est exigible par le payeur ou le deviendra, laquelle somme peut comprendre :

 

a)           les gages ou un salaire;

 

b)           les commissions, les primes, les allocations de travail à la pièce ou de tout autre montant si la source de revenu ne peut recouvrer le montant du payeur dans le cas où celui-ci devait ne pas avoir droit aux commissions ou aux primes ou s'il n'arrivait pas à atteindre un objectif de production;

 

c)            une prestation versée en vertu d'un régime d'assurance-accident, d'assurance-invalidité ou d'assurance-maladie;

 

d)           une pension d'invalidité ou une pension de retraite ou toute autre pension;

 

e)            une rente;

 

f)            un revenu d'un genre décrit par règlement. (income source)

 

« tiers saisi » Personne à qui un ordre de paiement est délivré en vertu du paragraphe 15(1). (garnishee)

 

La Couronne est liée

2                  La présente loi lie la Couronne, sauf disposition contraire.

 

PARTIE 2

BUREAU DE L'EXÉCUTION DES ORDONNANCES DE SOUTIEN

Bureau de l'exécution des ordonnances de soutien

3                  Un bureau de l'exécution des ordonnances de soutien est établi.

 

Directeur de l'exécution des ordonnances de soutien

4(1)             Le ministre désigne une personne à titre de directeur de l'exécution des ordonnances de soutien.

 

4(2)             Le directeur est chargé de l'application de la présente loi.

 

4(3)             Le directeur peut, conformément aux règlements, déléguer à une personne les pouvoirs, l'autorité, les droits, les fonctions ou les responsabilités qui lui sont conférés ou imposés en vertu de la présente loi ou des règlements.

 

4(4)             Une personne à qui on a délégué les pouvoirs, l'autorité, les droits, les fonctions ou les responsabilités en vertu du paragraphe (3) peut, conformément aux règlements, les déléguer à une personne.

 

Dépôt d'une ordonnance de soutien

5(1)             Conformément aux règlements, l'administrateur de la cour dépose, sans délai, auprès du directeur les ordonnances suivantes :

 

a)           chaque ordonnance de soutien rendue par la cour;

 

b)           chaque ordonnance de soutien enregistrée auprès de la cour en vertu de la Loi sur l'établissement et l'exécution réciproque des ordonnances de soutien.

 

5(2)             Les personnes suivantes peuvent, en tout temps, déposer une ordonnance de soutien auprès du directeur :

 

a)           un bénéficiaire;

 

b)           un payeur;

 

c)            le ministre des Services familiaux et communautaires, s'il fournit assistance ou soutien à une personne nommée dans l'ordonnance de soutien ou pour le bénéfice d'une personne nommée dans l'ordonnance de soutien.

 

5(3)             Une ordonnance de soutien rendue par la cour ou enregistrée auprès de celle-ci avant l'entrée en vigueur du présent article et qui n'a pas été déposée auprès de la cour immédiatement avant l'entrée en vigueur du présent article peut être déposée auprès du directeur conformément au présent article.

 

Dépôt d'une entente

6(1)             Sous réserve du paragraphe (2), une entente faite avant ou après l'entrée en vigueur du présent article et qui comprend une disposition concernant des versements de prestations de soutien peut être déposée auprès du directeur par les personnes suivantes :

 

a)           une partie à l'entente;

 

b)           le ministre des Services familiaux et communautaires, s'il fournit assistance ou soutien à une personne ou pour le bénéfice d'une personne recevant des versements de prestations de soutien en vertu de l'entente.

 

6(2)             Une entente peut seulement être déposée en vertu du paragraphe (1) si elle a été déposée auprès de la cour en vertu du paragraphe 134(1) de la Loi sur les services à la famille.

 

Effet du dépôt

7(1)             Le directeur est chargé de l'exécution des ordonnances de soutien déposées auprès de celui-ci de la façon qu'il estime opportune.

 

7(2)             Aux fins du paragraphe (1), le directeur peut :

 

a)           prendre les mesures qu'il estime souhaitables pour exécuter une ordonnance de soutien;

 

b)           entamer, conduire, continuer une procédure ou s'en désister pour exécuter une ordonnance de soutien en son nom pour le compte d'un bénéficiaire ou pour le compte de l'enfant d'un bénéficiaire;

 

c)            signer les documents afférents à l'exécution des ordonnances de soutien;

 

d)           percevoir les paiements d'arriérés exigibles en vertu d'une ordonnance de soutien, malgré le fait que les arriérés se soient accumulés avant le dépôt de l'ordonnance auprès du directeur ou avant l'entrée en vigueur du présent article.

 

7(3)             Nul autre que le directeur peut exécuter une ordonnance de soutien qui est déposée auprès de lui à moins d'avoir reçu par écrit au préalable le consentement du directeur pour ce faire.

 

7(4)             Le directeur signifie un avis aux personnes suivantes qu'une ordonnance de soutien a été déposée :

 

a)           au bénéficiaire;

 

b)           au payeur;

 

c)            au ministre des Services familiaux et communautaires, si le directeur a connaissance qu'il fournit assistance ou soutien à une personne nommée dans l'ordonnance de soutien ou pour le bénéfice d'une personne nommée dans l'ordonnance de soutien.

 

7(5)             Une demande de modification d'une ordonnance de soutien qui a été déposée auprès du directeur doit lui être signifiée.

 

7(6)             Une ordonnance de soutien déposée auprès du directeur est réputée inclure les dispositions suivantes :

 

a)           le directeur exécute l'ordonnance de soutien;

 

b)           les montants exigibles en vertu d'une ordonnance de soutien sont versés à la personne à qui ils sont dus par l'intermédiaire du directeur sauf s'il y a eu retrait de l'ordonnance de soutien auprès du directeur.

 

Obligations du payeur

8(1)             Dans les quatorze jours du dépôt de l'ordonnance de soutien auprès du directeur, le payeur fournit au directeur les renseignements exigés par règlement et fait l'une des choses suivantes :

 

a)           il prend les mesures nécessaires auprès d'une source de revenu, conformément aux règlements, pour que celle-ci verse au directeur le montant payable en vertu de l'ordonnance de soutien;

 

b)           il demande au directeur de délivrer un ordre de paiement à une source de revenu;

 

c)            il dépose une sûreté auprès du directeur de la manière et pour le montant prescrits par règlement afin d'assurer le paiement de l'ordonnance de soutien;

 

d)           il choisit un mode de paiement prescrit par règlement.

 

8(2)             Si un payeur ne se conforme pas au paragraphe (1), le directeur prend les mesures qu'il juge nécessaires pour s'assurer que l'ordonnance de soutien soit respectée.

 

8(3)             Un payeur qui a fourni les renseignements au directeur en vertu du paragraphe (1) avise le directeur des changements à ces renseignements dans les quatorze jours du changement.

 

8(4)             Un payeur

 

a)           avise le directeur par écrit qu'il commence à travailler auprès d'une source de revenu, et

 

b)           dans les quatorze jours du début de son emploi auprès d'une source de revenu, se conforme à l'alinéa (1)a) ou b), si la source de revenu précédente du payeur était assujettie à un ordre de paiement.

 

Retrait d'une ordonnance de soutien

9(1)             Le directeur peut retirer une ordonnance de soutien déposée auprès de celui-ci dans les circonstances suivantes :

 

a)           s'il lui semble que le bénéficiaire prend des mesures pour l'exécuter sans son consentement et que trente jours se sont écoulés depuis qu'il a signifié un avis au bénéficiaire et au payeur de son intention de la retirer;

 

b)           s'il lui semble que le montant payable en vertu de l'ordonnance de soutien n'est pas facilement vérifiable;

 

c)            si le montant payable en vertu de l'ordonnance de soutien est symbolique;

 

d)           s'il lui semble que la validité, l'effet ou la signification de l'ordonnance de soutien est douteux ou ambigu;

 

e)            si le bénéficiaire accepte des versements relatifs à l'ordonnance de soutien directement du payeur;

 

f)            si le bénéficiaire omet ou refuse de lui fournir des renseignements dont il a besoin pour l'exécuter;

 

g)           si le bénéficiaire ne peut être retracé après avoir fait des efforts raisonnables pour le retrouver.

 

9(2)             Le directeur retire, dans le délai prescrit par règlement, une ordonnance de soutien déposée auprès de celui-ci dans les circonstances suivantes :

 

a)           si le bénéficiaire en a demandé le retrait, sauf si elle a été déposée par le payeur;

 

b)           si le payeur en a demandé le retrait, s'il l'avait déposée et que le bénéficiaire a consenti au retrait par écrit.

 

9(3)             Malgré le paragraphe (2), si le ministre des Services familiaux et communautaires fournit de l'assistance ou soutien à une personne nommée dans l'ordonnance de soutien ou pour le bénéfice d'une personne nommée dans l'ordonnance de soutien, le ministre des Services familiaux et communautaires est la seule personne qui peut demander au directeur de retirer l'ordonnance de soutien.

 

9(4)             Sous réserve du paragraphe (5), une ordonnance de soutien qui a été retirée peut être déposée à nouveau auprès du directeur à tout moment par une personne habilitée à le faire en vertu du paragraphe 5(2).

 

9(5)             Une ordonnance de soutien qui a été retirée en vertu de l'alinéa (1)b), ne peut être déposée à nouveau qu'avec le consentement du directeur.

 

9(6)             Si une ordonnance de soutien a été retirée en vertu de l'alinéa (1)b), le bénéficiaire ou le payeur peut demander à la cour des éclaircissements sur le montant payable en vertu de l'ordonnance de soutien.

 

9(7)             Le directeur signifie un avis aux personnes suivantes qu'une ordonnance de soutien a été retirée :

 

a)           au bénéficiaire;

 

b)           au payeur;

 

c)            au ministre des Services familiaux et communautaires, si le directeur a connaissance qu'il fournit assistance ou soutien à une personne nommée dans l'ordonnance de soutien ou pour le bénéfice d'une personne nommée dans l'ordonnance de soutien.

 

9(8)             Malgré qu'une ordonnance a été retirée en vertu du présent article, si une cession a été effectuée en vertu du paragraphe 116(5) de la Loi sur les services à la famille, le directeur peut faire exécuter le paiement d'un montant exigible en vertu d'une ordonnance de soutien par le ministre des Services familiaux et communautaires.

 

Versements au directeur

10(1)          Malgré les exigences d'une ordonnance de soutien, si une ordonnance de soutien est déposée auprès du directeur, le payeur fait tous les versements en vertu de l'ordonnance de soutien au directeur.

 

10(2)          Le directeur verse au bénéficiaire tous les paiements qu'il reçoit en vertu d'une ordonnance de soutien déposée auprès de celui-ci jusqu'à concurrence du montant auquel le bénéficiaire a droit en vertu de l'ordonnance de soutien.

 

10(3)          Malgré le paragraphe (2), s'il y a plus d'une ordonnance de soutien déposée auprès du directeur concernant le même payeur, le directeur peut, à sa discrétion, répartir les versements reçus du payeur en application d'une telle ordonnance de soutien parmi les bénéficiaires de toutes les ordonnances de soutien ou de quelques-unes.

 

10(4)          Malgré toute autre loi, les versements reçus par le directeur en vertu d'une ordonnance de soutien ne sont pas saisissables.

 

Registre

11(1)          Le directeur conserve un registre, de la manière prescrite par règlement, des renseignements suivants :

 

a)           des versements exigibles en vertu d'une ordonnance de soutien déposée auprès de celui-ci;

 

b)           des versements reçus et versés par celui-ci;

 

c)            des personnes à qui et de qui les versements visés à l'alinéa b) ont été versés.

 

11(2)          Le directeur peut, à la demande d'un bénéficiaire ou d'un payeur, fournir un exposé détaillé démontrant l'état actuel du compte en vertu de l'ordonnance de soutien déposée auprès de lui.

 

Accès à l'information

12(1)          Aux fins de l'exécution d'une ordonnance de soutien déposée auprès du directeur ou de l'obtention de renseignements pour une personne dans un autre État qui exerce des fonctions semblables à celles du directeur, il peut demander à une personne ou à un organisme public, y compris la Couronne, les renseignements suivants ayant trait à un payeur ou conjoint du payeur dont la personne ou l'organisme a, ou est présumé avoir, connaissance ou que contient un dossier en sa possession ou contrôle :

 

a)           gages, salaire ou autre revenu;

 

b)           sources de revenu;

 

c)            endroit où se trouve les sources de revenu;

 

d)           éléments d'actif et de passif;

 

e)            endroit où se trouve les éléments d'actif, y compris les numéros de compte auprès des institutions financières;

 

f)            situation financière;

 

g)           copies des déclarations de revenus;

 

h)           numéro d'assurance sociale;

 

i)            endroit, adresse ou lieu de travail;

 

j)            endroit, adresse ou lieu de résidence;

 

k)            numéro de téléphone et de télécopieur;

 

l)            toute autre information que le directeur juge nécessaire pour l'exécution d'une ordonnance de soutien.

 

12(2)          Malgré toute autre loi ou règle de common law relative aux privilèges ou aux renseignements personnels, une personne ou un organisme public, y compris la Couronne, qui a reçu une demande en vertu du paragraphe (1) doit, dans les quatorze jours de la signification de la demande, faire ce qui suit :

 

a)           soit fournir les renseignements exigés au directeur;

 

b)           soit aviser le directeur par écrit qu'il n'a pas connaissance des renseignements exigés et n'a pas en sa possession ou contrôle un dossier contenant ces renseignements.

 

12(3)          Aux fins de l'exécution d'une ordonnance de soutien déposée auprès du directeur ou de l'obtention de renseignements pour une personne dans un autre État qui exerce des fonctions semblables à celles du directeur, celui-ci peut consulter les fichiers provinciaux prescrits par règlement pour y obtenir les renseignements mentionnés au paragraphe (1).

 

Ordonnance de fournir des renseignements

13(1)          Sur demande, une cour peut rendre une ordonnance en vertu du paragraphe (2) si elle est convaincue de l'une ou l'autre des choses suivantes :

 

a)           que le directeur n'a pas reçu les renseignements après en avoir fait la demande en vertu du paragraphe 12(1);

 

b)           qu'un bénéficiaire a besoin des renseignements pour exécuter une ordonnance de soutien qui n'est pas déposée auprès du directeur.

 

13(2)          Une cour peut ordonner à une personne, un organisme public, y compris la Couronne, de lui fournir ou de fournir à une autre personne nommée dans l'ordonnance les renseignements, visés au paragraphe 12(1), dont la personne ou l'organisme a connaissance ou que contient un dossier en sa possession ou contrôle.

 

13(3)          Si le directeur obtient une ordonnance en vertu du paragraphe (2), la cour accorde au directeur les dépens engendrés par la demande.

 

Renseignements confidentiels

14(1)          Nul ne peut divulguer des renseignements reçus par le directeur en vertu de la présente loi à moins de le faire conformément à la présente loi ou aux règlements.

 

14(2)          Les renseignements reçus par le directeur en vertu de la présente loi peuvent être divulgués dans les cas suivants :

 

a)           dans la mesure nécessaire à l'exécution d'une ordonnance de soutien déposée auprès du directeur;

 

b)           sur demande, à une personne exerçant des fonctions similaires à celles du directeur dans un autre État;

 

c)            en application d'une ordonnance de la cour.

 

14(3)          Si la cour rend une ordonnance en vertu du paragraphe 13(2) ou d'une disposition analogue d'une autre loi ou d'une loi du Parlement du Canada, elle peut aussi rendre une ordonnance concernant la confidentialité à respecter relativement aux renseignements communiqués.

 

PARTIE 3

ORDRES DE PAIEMENT

Délivrance d'un ordre de paiement

15(1)          Pour les fins d'exécution des ordonnances de soutien, le directeur peut délivrer un ordre de paiement à une personne qui est tenue de verser une somme d'argent au payeur ou qui le deviendra.

 

15(2)          Un ordre de paiement en vertu du paragraphe (1) peut être délivré à l'encontre d'une institution financière qui est dépositaire d'un compte de dépôt au nom du payeur.

 

15(3)          Un ordre de paiement ne peut être délivré à l'encontre d'assistance reçue en vertu de la Loi sur la sécurité du revenu familial.

 

15(4)          Un ordre de paiement est établi selon la formule prescrite par règlement et ordonne au tiers saisi de faire ce qui suit :

 

a)           de déduire de la somme due au payeur et exigible par celui-ci, ou qui le deviendra, le montant indiqué à l'ordre de paiement conformément à l'annexe prévue dans l'ordre de paiement;

 

b)           d'acheminer au directeur le montant déduit conformément à l'ordre de paiement.

 

15(5)          Un ordre de paiement doit être signifié au tiers saisi.

 

15(6)          Avant de délivrer un ordre de paiement, le directeur peut en aviser la personne à qui l'ordre de paiement doit être délivré.

 

15(7)          Le directeur remet une copie de l'ordre de paiement au payeur, mais l'impossibilité du directeur de remettre une copie de l'ordre de paiement au payeur n'a pas d'effet sur la validité de l'ordre de paiement.

 

15(8)          Une cour peut, au moment où une ordonnance de soutien est rendue, ordonner au directeur de délivrer un ordre de paiement en vertu du paragraphe (1).

 

Effet d'un ordre de paiement

16(1)          Un ordre de paiement demeure en vigueur jusqu'à ce qu'un des événements suivants se produise :

 

a)           l'arrivée à échéance indiquée dans l'ordre de paiement;

 

b)           un avis de révocation est signifié au tiers saisi en vertu de l'alinéa 17(2)a) ou du paragraphe 17(6);

 

c)            la cour ordonne la révocation de l'ordre de paiement en vertu de l'alinéa 17(5)a).

 

16(2)          Un montant reçu en application d'un ordre de paiement est imputé au montant payable en vertu de l'ordonnance de soutien auquel l'ordre de paiement se rattache.

 

16(3)          Un montant versé par un tiers saisi en vertu d'un ordre de paiement libère, jusqu'à concurrence du versement, la dette du tiers saisi envers le payeur.

 

Révocation d'un ordre de paiement

17(1)          Un payeur ou un tiers saisi peut demander au directeur, conformément aux règlements, de révoquer un ordre de paiement pour l'un des motifs suivants :

 

a)           un tiers saisi n'est pas ou ne deviendra pas tenu de verser une somme d'argent au payeur;

 

b)           l'ordre de paiement contient ou est fondé sur une erreur importante.

 

17(2)          Sur demande faite en vertu du paragraphe (1), le directeur peut prendre l'une ou l'autre des mesures suivantes :

 

a)           il peut révoquer un ordre de paiement en signifiant un avis de révocation au tiers saisi s'il est d'avis que :

 

(i)      le tiers saisi n'est pas ou ne deviendra pas tenu de verser une somme d'argent au payeur,

 

(ii)     l'ordre de paiement contient ou est fondé sur une erreur importante;

 

b)           il peut refuser de révoquer l'ordre de paiement.

 

17(3)          Si le directeur refuse de révoquer un ordre de paiement en vertu de l'alinéa (2)b), le payeur ou le tiers saisi peut demander à la cour conformément aux règlements de révoquer l'ordre de paiement pour les mêmes motifs qu'une demande au directeur en vertu du paragraphe (1).

 

17(4)          Un demandeur en vertu du paragraphe (3) doit signifier au directeur un avis de la demande.

 

17(5)          Sur demande faite en vertu du paragraphe (3), la cour peut faire ce qui suit :

 

a)           ordonner la révocation d'un ordre de paiement si elle est d'avis que

 

(i)      le tiers saisi n'est pas ou ne deviendra pas tenu de verser une somme d'argent au payeur, ou

 

(ii)     l'ordre de paiement contient ou est fondé sur une erreur importante;

 

b)           si elle est d'avis que le tiers saisi est redevable en vertu de l'ordre de paiement,

 

(i)      ordonner au tiers saisi de verser les montants non versés en vertu de l'ordre de paiement, et

 

(ii)     ordonner au demandeur de payer les dépens du directeur engendrés par la demande.

 

17(6)          Si l'obligation du tiers saisi envers le payeur cesse, le tiers saisi avise, dans les dix jours de la fin de son obligation, le directeur par écrit et le directeur révoque l'ordre de paiement en signifiant un avis de révocation au tiers saisi.

 

17(7)          Le directeur fournit au payeur une copie d'un avis de révocation en vertu du présent article.

 

Exécution d'un ordre de paiement

18(1)          Si un tiers saisi fait défaut ou refuse de se conformer à un ordre de paiement, le directeur peut demander à la cour conformément aux règlements de rendre une ordonnance exigeant que le tiers saisi verse le montant non versé en vertu de l'ordre de paiement.

 

18(2)          Une demande en vertu du paragraphe (1) comprend ce qui suit :

 

a)           une copie de l'ordre de paiement;

 

b)           une preuve de signification de l'ordre de paiement;

 

c)            un affidavit indiquant que le tiers saisi n'a pas versé les paiements requis en vertu de l'ordre de paiement.

 

18(3)          Si la cour rend une ordonnance en vertu du paragraphe (1), il se produit ce qui suit :

 

a)           elle ordonne aussi au tiers saisi de verser au directeur les dépens engendrés par la demande et les coûts pour l'exécution de l'ordonnance;

 

b)           l'ordonnance peut être exécutée de la même manière que toute autre ordonnance de la cour.

 

Exemption d'un ordre de paiement

19(1)          Un payeur peut demander à la cour, conformément aux règlements, de rendre une ordonnance exemptant une somme d'argent de la déduction en vertu d'un ordre de paiement.

 

19(2)          Sur demande faite en vertu de paragraphe (1), la cour peut ordonner qu'une somme d'argent soit exemptée de la déduction en vertu d'un ordre de paiement si elle est convaincue qu'il serait manifestement injuste et inéquitable envers le payeur de ne pas rendre l'ordonnance.

 

Priorité d'un ordre de paiement

20(1)          Malgré toute autre loi, dès signification, un ordre de paiement a priorité sur toute cession de gages faite par le payeur, peu importe quand la cession a été effectuée, et la cession de gages est nulle dans la mesure où elle empêche de satisfaire à l'ordre de paiement.

 

20(2)          Malgré toute autre loi, dès signification, un ordre de paiement a priorité sur une ordonnance de saisie-arrêt, une ordonnance de saisie ou d'exécution, peu importe quand l'ordonnance a été rendue, à l'égard des dettes du tiers saisi.

 

20(3)          La Loi sur le désintéressement des créanciers ne s'applique pas relativement à une somme versée ou qui doit l'être en vertu d'un ordre de paiement.

 

20(4)          Le paragraphe (2) ne lie pas la Couronne.

 

Protection de l'employé

21(1)          Un employeur ne peut congédier, suspendre, mettre à pied, pénaliser un employé ou lui infliger des mesures disciplinaires ou agir de façon discriminatoire à son égard pour un motif relié au fait qu'un ordre de paiement lui a été délivré.

 

21(2)          Sur demande d'un employé qui prétend avoir été l'objet d'une violation au paragraphe (1), une cour peut, si elle juge que l'allégation est fondée, rendre toute ordonnance en faveur de l'employé qu'elle considère juste, y compris une ordonnance de réintégration et un octroi de dommages-intérêts.

 

21(3)          Un employeur qui congédie, suspend, mets à pied, pénalise un employé à l'égard duquel un ordre de paiement a été délivré ou lui inflige une mesure disciplinaire ou agit de façon discriminatoire à son égard, lorsque l'ordre de paiement est en vigueur ou dans les six mois après sa cessation, doit, si une demande est faite en vertu du paragraphe (2), exposer ses motifs pour une telle action, sinon l'action est réputée avoir été faite en violation du paragraphe (1).

 

Frais prohibés

22(1)          Un tiers saisi n'exige aucun frais du payeur pour faire ce qu'il est tenu de faire en vertu de la présente loi.

 

22(2)          Le paragraphe (1) ne s'applique pas à Sa Majesté la Reine du chef du Canada.

 

Ordre de paiement délivré à l'extérieur du Nouveau-Brunswick

23(1)          Le directeur peut délivrer un ordre de paiement en vertu du paragraphe 15(1) si les documents suivants sont déposés auprès de lui :

 

a)           une ordonnance de soutien rendue par une autorité compétente à l'extérieur de la province;

 

b)           un document qui réunit les conditions suivantes :

 

(i)      il a un effet semblable à un ordre de paiement,

 

(ii)     il est délivré par une autorité compétente à l'extérieur de la province,

 

(iii)   il est délivré relativement à une ordonnance de soutien,

 

(iv)    il est rédigé en français ou en anglais ou est accompagné d'une traduction française ou anglaise attestée sous serment ou certifiée.

 

23(2)          Le directeur peut délivrer un ordre de paiement en vertu du paragraphe 15(1) à une personne qui est à l'extérieur de la province.

 

PARTIE 4

AUTRES MOYENS D'EXÉCUTION

Créances conjointes

24(1)          Le directeur peut délivrer un ordre de paiement en vertu du paragraphe 15(1) à une personne qui est tenue ou deviendra tenue de verser une somme d'argent à un payeur et à au moins une autre personne comme créanciers conjoints ou créanciers solidaires.

 

24(2)          Une somme d'argent mentionnée au paragraphe (1) est réputée être exigible en parts égales par chacun des créanciers conjoints ou créanciers solidaires.

 

24(3)          Dans les dix jours de la signification d'un ordre de paiement relatif à une somme d'argent mentionnée au paragraphe (1), un tiers saisi fait ce qui suit :

 

a)           il verse au directeur la part de la somme d'argent réputée être exigible par le payeur qui lui est nécessaire pour se conformer à l'ordre de paiement;

 

b)           il signifie un avis au directeur que la somme d'argent est exigible conjointement ou solidairement par au moins deux personnes;

 

c)            il signifie un avis aux cocréanciers, qui ne sont pas nommés dans l'ordre de paiement, que la somme d'argent a été versée au directeur.

 

24(4)          Dans les trente jours de la signification au directeur par un tiers saisi en vertu de l'alinéa (3)b), le directeur, le payeur ou un cocréancier de la somme d'argent peut demander à la cour, conformément aux règlements, de décider si une plus grosse ou plus petite part de la somme d'argent est due au payeur que le versement fait au directeur.

 

24(5)          Si un tiers saisi a fait la signification prévue à l'alinéa (3)b), le directeur ne libère pas la somme d'argent reçue en vertu de l'alinéa (3)a) avant que trente jours ne soient écoulés depuis la signification de l'avis.

 

24(6)          Malgré le paragraphe (5), si une demande a été faite en vertu du paragraphe (4), le directeur ne libère pas la somme d'argent reçue en vertu de l'alinéa (3)a) avant que la cour n'ait statué sur la demande.

 

24(7)          Si une demande a été faite en vertu du paragraphe (4), le directeur libère la somme d'argent reçue en vertu de l'alinéa (3)a) conformément à l'ordonnance de la cour.

 

Compte conjoint

25(1)          Le directeur peut délivrer un ordre de paiement en vertu du paragraphe 15(1) à une institution financière qui est dépositaire d'un compte de dépôt au nom d'un payeur et d'au moins une autre personne comme détenteurs conjoints du compte.

 

25(2)          Les éléments d'actif du compte de dépôt mentionné au paragraphe (1) sont réputés être dus par l'institution financière en parts égales à chacun des détenteurs conjoints du compte.

 

25(3)          Dans les dix jours de la signification de l'ordre de paiement relatif au compte de dépôt mentionné au paragraphe (1), une institution financière fait ce qui suit :

 

a)           elle verse au directeur la part du compte de dépôt réputée être due au payeur qui lui est nécessaire pour se conformer à l'ordre de paiement;

 

b)            elle signifie un avis au directeur que le compte de dépôt est détenu conjointement au nom d'au moins deux personnes;

 

c)            elle signifie un avis aux détenteurs conjoints du compte de dépôt qui ne sont pas nommés dans l'ordre de paiement que le montant a été versé au directeur.

 

25(4)          Dans les trente jours de la signification au directeur par une institution financière en vertu de l'alinéa (3)b), le directeur, le payeur ou un détenteur conjoint du compte de dépôt peut demander à la cour, conformément aux règlements, de décider si une plus grosse ou une plus petite part du compte de dépôt est due au payeur que le versement fait au directeur.

 

25(5)          Si une institution financière a fait la signification prévue à l'alinéa (3)b), le directeur ne libère pas la somme d'argent reçue en vertu de l'alinéa (3)a) avant que trente jours ne soient écoulés depuis la signification de l'avis.

 

25(6)          Malgré le paragraphe (5), si une demande a été faite en vertu du paragraphe (4), le directeur ne libère pas la somme d'argent reçue en vertu de l'alinéa (3)a) avant que la cour n'ait statué sur la demande.

 

25(7)          Si une demande a été faite en vertu du paragraphe (4), le directeur libère la somme d'argent reçue en vertu de l'alinéa (3)a) conformément à l'ordonnance de la cour.

 

Suspension des droits de conducteur

26(1)          Le directeur peut enjoindre au registraire des véhicules à moteur de retirer le permis de conduire et de suspendre les droits de conducteur du payeur dans les cas suivants :

 

a)           le payeur ne se conforme pas à l'ordonnance de soutien déposée auprès du directeur;

 

b)           les versements en défaut représentent un montant supérieur à celui prescrit par règlement;

 

c)            de l'avis du directeur, toutes les mesures raisonnables ont été prises pour exécuter l'ordonnance de soutien;

 

d)           la période de trente jours mentionnée au paragraphe (2) est écoulée.

 

26(2)          Avant de donner des directives au registraire des véhicules à moteur en vertu du paragraphe (1), le directeur signifie un avis au payeur indiquant qu'à moins qu'il ne fasse un arrangement, à la satisfaction du directeur, pour se conformer à l'ordonnance de soutien dans les trente jours de la signification de l'avis, le directeur enjoindra au registraire des véhicules à moteur de lui retirer son permis de conduire ou de suspendre ses droits de conducteur.

 

26(3)          Si le directeur est convaincu que le payeur a besoin d'un permis de conduire pour les fins de son emploi ou à des fins médicales, le directeur peut enjoindre au registraire des véhicules à moteur d'imposer l'une des restrictions suivantes au permis de conduire du payeur, au lieu de lui retirer son permis de conduire et de suspendre ses droits de conducteur :

 

a)           le payeur est seulement autorisé à conduire un véhicule à moteur pour les fins de son emploi ou à des fins médicales, selon le cas;

 

b)           le payeur est limité dans la conduite d'un véhicule à moteur à des heures et à des endroits spécifiques.

 

26(4)          Le directeur enjoint au registraire des véhicules à moteur de rétablir un permis de conduire qui a été retiré et les droits de conducteur suspendus d'un payeur en vertu du présent article si l'une des conditions suivantes se réalise :

 

a)           le payeur verse les arriérés sur le soutien à verser en vertu de l'ordonnance de soutien;

 

b)           le payeur fait des arrangements à la satisfaction du directeur pour se conformer à l'ordonnance de soutien;

 

c)            l'ordonnance de soutien est retirée en vertu de l'article 9.

 

26(5)          Le paragraphe (4) s'applique avec les adaptations nécessaires au retrait des restrictions imposées à un permis de conduire d'un payeur en vertu du présent article.

 

26(6)          Un payeur peut demander à la cour, conformément aux règlements, de rendre une ordonnance dans le but d'obtenir l'une ou l'autre des choses suivantes :

 

a)           rétablir son permis de conduire et ses droits de conducteur;

 

b)           lever les restrictions imposées à son permis de conduire.

 

26(7)          La cour peut rendre une ordonnance en vertu du paragraphe (6) si elle est convaincue de l'un des faits suivants :

 

a)           les versements en défaut ne représentent pas un montant supérieur à celui prescrit par règlement;

 

b)           la santé d'une personne est ou serait sérieusement menacée si le permis de conduire et les droits de conducteur du payeur n'étaient pas rétablis;

 

c)            le payeur a besoin d'un permis de conduire pour les fins de son emploi.

 

26(8)          Si la cour rend une ordonnance en vertu de l'alinéa (6)a), elle peut aussi ordonner au registraire des véhicules à moteur d'imposer des restrictions au permis de conduire du payeur qui peuvent être imposées en vertu du paragraphe (3).

 

26(9)          Une entente entre les parties à l'ordonnance de soutien pour éviter ou prévenir l'application du présent article à l'exécution d'une ordonnance de soutien est nulle et non avenue.

 

26(10)        Le présent article s'applique au non-respect d'une ordonnance de soutien survenu avant ou après l'entrée en vigueur du présent article.

 

Agences d'évaluation du crédit

27(1)          Si un payeur ne se conforme pas à une ordonnance de soutien déposée auprès du directeur et que les versements en défaut représentent un montant supérieur à celui prescrit par règlement, le directeur peut lui signifier un avis indiquant qu'à moins qu'il ne fasse un arrangement, à la satisfaction du directeur, pour se conformer à l'ordonnance de soutien dans les trente jours de la signification de l'avis, le directeur peut, en vertu du paragraphe (2), le dénoncer à une agence d'évaluation du crédit.

 

27(2)          Si la période de trente jours mentionnée au paragraphe (1) est écoulée, le directeur peut divulguer les renseignements suivants à une agence d'évaluation du crédit :

 

a)           le nom du payeur qui ne se conforme pas à une ordonnance de soutien;

 

b)           la date de l'ordonnance de soutien;

 

c)            le montant et la fréquence des obligations du payeur en vertu de l'ordonnance de soutien;

 

d)           le montant des arriérés sur le soutien à verser en vertu de l'ordonnance de soutien au moment de la divulgation;

 

e)            toute autre information prescrite par règlement.

 

27(3)          Le directeur peut exiger d'une agence d'évaluation de crédit d'inclure dans un rapport les renseignements concernant les obligations du payeur en vertu de l'ordonnance de soutien.

 

27(4)          Malgré le fait que le payeur ne se conforme pas à une ordonnance de soutien déposée auprès du directeur et que les versements en défaut représentent un montant supérieur à celui prescrit par règlement, le directeur ne peut le dénoncer à une agence d'évaluation de crédit conformément au paragraphe (2) dans les quatre-vingt dix jours du dépôt de l'ordonnance de soutien auprès du directeur.

 

Société dont le payeur est propriétaire

28(1)          Dans le présent article, « société » s'entend d'une société dont un payeur est l'unique actionnaire et possède le seul intérêt bénéficiaire dans les actions de la société.

 

28(2)          Une société est conjointement et individuellement responsable avec le payeur des versements exigés en vertu d'une ordonnance de soutien dans les cas suivants :

 

a)           le payeur ne se conforme pas à l'ordonnance de soutien;

 

b)           le directeur signifie à la société un avis indiquant ce qui suit :

 

(i)      que la société est conjointement et individuellement responsable avec le payeur des versements exigés en vertu de l'ordonnance de soutien,

 

(ii)     le montant dû par le payeur en vertu de l'ordonnance de soutien;

 

c)            les versements en défaut représentent un montant supérieur à celui prescrit par règlement.

 

28(3)          Si une société est conjointement et individuellement responsable en vertu du paragraphe (2), il se produit ce qui suit :

 

a)           la société continue d'être responsable aussi longtemps que le payeur est responsable des versements exigés en vertu de l'ordonnance de soutien;

 

b)           la mesure d'exécution qui peut être prise en vertu de la présente loi contre le payeur peut l'être également contre la société;

 

c)            le montant du versement fait par la société en vertu de l'ordonnance de soutien est une dette du payeur à la société.

 

28(4)          Malgré le paragraphe (3), une société n'est pas responsable des versements exigés en vertu d'une ordonnance de soutien qui deviennent exigibles à compter de la signification par la société d'un avis écrit au directeur indiquant ce qui suit :

 

a)           que le payeur a cessé, à partir d'une date qu'elle précise, d'avoir un intérêt bénéficiaire dans les actions de la société;

 

b)           le nom et l'adresse de la personne qui a acquis l'intérêt bénéficiaire dans les actions du payeur;

 

c)            si la société en a connaissance, la nature et le montant de la contrepartie que le payeur a reçue ou qu'il recevra pour le transfert de son intérêt bénéficiaire dans les actions.

 

28(5)          Aux fins d'une procédure d'exécution contre la société en vertu du présent article, le directeur fait ce qui suit :

 

a)           il détermine si la procédure d'exécution pose ou posera un risque important au maintien de la solvabilité de la société;

 

b)           s'il a déterminé que la procédure d'exécution pose ou posera un risque important, il procède d'une manière qui, à son avis, réduira le risque et permettra aux mesures d'exécution en vertu de la présente loi d'être efficaces.

 

Société sous le contrôle du payeur ou de sa famille immédiate

29(1)          Les définitions suivantes s'appliquent au présent article.

 

« contrôler » À l'égard d'une société, s'entend du fait pour une personne ou un groupe de personnes ayant entre elles un lien de dépendance de détenir, autrement qu'à titre de garantie seulement, des actions d'une société qui lors d'une élection des administrateurs de la société confèrent en tout un droit de vote suffisant pour élire au moins 50 % des administrateurs ou d'avoir autrement le contrôle effectif des activités et de la direction de la société. (control)

 

« membre de la famille immédiate » Conjoint, ex-conjoint, enfant, parent, beau-parent, soeur, frère, demi-soeur, demi-frère, demi-soeur par alliance ou demi-frère par alliance du payeur. (immediate family member)

 

« société » Société contrôlée par un payeur ou par un payeur et les membres de sa famille immédiate. (corporation)

 

29(2)          Le directeur, si l'ordonnance de soutien est déposée auprès de lui ou un bénéficiaire si l'ordonnance de soutien n'a pas été déposée auprès du directeur, peut demander à la cour de rendre une ordonnance déclarant la société conjointement et individuellement responsable avec le payeur des versements exigés en vertu de l'ordonnance de soutien si tout ce qui suit se produit :

 

a)           le payeur ne se conforme pas à l'ordonnance de soutien;

 

b)           le demandeur a signifié un avis à la société de la demande visant à faire déclarer la société responsable conjointement et individuellement et le montant dû par le payeur en vertu de l'ordonnance de soutien;

 

c)            les versements en défaut représentent un montant supérieur à celui prescrit par règlement.

 

29(3)          Si la cour ordonne que la société est conjointement et individuellement responsable en vertu du paragraphe (2), il se produit ce qui suit :

 

a)           la société continue d'être responsable aussi longtemps que le payeur est responsable des versements exigés en vertu de l'ordonnance de soutien;

 

b)           la mesure d'exécution qui peut être prise en vertu de la présente loi contre le payeur peut l'être également contre la société;

 

c)            le montant d'un versement fait par la société en vertu de l'ordonnance de soutien est une dette du payeur à la société.

 

29(4)          Malgré le paragraphe (3), une société n'est pas responsable des versements exigés en vertu d'une ordonnance de soutien qui deviennent exigibles à compter de la signification par la société d'un avis écrit au directeur ou au bénéficiaire, selon le cas, indiquant ce qui suit :

 

a)           le payeur a cessé, à partir d'une date qu'elle précise, d'avoir un intérêt bénéficiaire dans les actions de la société;

 

b)           le nom et l'adresse de la personne qui a acquis l'intérêt bénéficiaire dans les actions du payeur;

 

c)            si la société en a connaissance, la nature et le montant de la contrepartie que le payeur a reçue ou qu'il recevra pour le transfert de son intérêt bénéficiaire dans les actions.

 

29(5)          Lorsque la cour rend une ordonnance aux fins du présent article, elle fait ce qui suit :

 

a)           elle détermine si la procédure d'exécution prise en application de l'ordonnance posera un risque important pour le maintien de la solvabilité de la société;

 

b)           si elle a déterminé que la procédure d'exécution pose un risque important, elle rend une ordonnance qui réduira, à son avis, le risque et permettra aux mesures d'exécution en vertu de la présente loi d'être efficaces.

 

Renseignements financiers

30(1)          Le directeur peut exiger qu'un payeur qui ne se conforme pas à une ordonnance de soutien déposée auprès de lui dépose ce qui suit :

 

a)           un état financier tel que prescrit par règlement;

 

b)           toute autre information ou documents tel que prescrits par règlement.

 

30(2)          Un payeur dépose les documents exigés en vertu du paragraphe (1) auprès du directeur dans les quinze jours de la signification de l'avis de l'exigence.

 

30(3)          Sur demande faite conformément aux règlements, la cour peut ordonner au payeur qui ne se conforme pas à une ordonnance de soutien de déposer auprès de la cour dans les quinze jours de l'ordonnance de la cour :

 

a)           l'état financier prescrit par règlement;

 

b)           toute autre information ou documents prescrits par règlement.

 

30(4)          Si une ordonnance de soutien est déposée auprès du directeur, il peut faire une demande à la cour en vertu du paragraphe (3).

 

30(5)          Si une ordonnance de soutien n'est pas déposée auprès du directeur, les personnes suivantes peuvent faire une demande à la cour en vertu du paragraphe (3) :

 

a)           un bénéficiaire;

 

b)           s'il est ordonné qu'un montant en vertu d'une ordonnance de soutien soit versé à une personne ou à un organisme pour le bénéfice d'une personne nommée dans l'ordonnance de soutien, la personne ou l'organisme à qui il est ordonné de verser le montant;

 

c)            le ministre des Services familiaux et communautaires, s'il fournit assistance ou soutien à une personne nommée dans l'ordonnance de soutien ou pour le bénéfice d'une personne nommée dans l'ordonnance de soutien.

 

Audience administrative

31(1)          Si un payeur ne se conforme pas à une ordonnance de soutien déposée auprès du directeur, le directeur peut demander à un administrateur de la cour de rendre une ordonnance exigeant que le payeur :

 

a)           dépose auprès de l'administrateur de la cour :

 

(i)      l'état financier prescrit par règlement,

 

(ii)     toute autre information ou documents prescrits par règlement;

 

b)           comparaisse devant l'administrateur de la cour, conformément aux Règles de procédure, afin d'y être interrogé sous serment aux fins de l'exécution de l'ordonnance de soutien relativement à :

 

(i)      son revenu d'emploi, ses éléments d'actif, ses obligations financières et moyens ou capacité de se conformer à l'ordonnance de soutien,

 

(ii)     l'aliénation de ses biens après que la procédure qui a donné lieu à l'ordonnance de soutien a été intentée.

 

31(2)          Si un administrateur de la cour rend une ordonnance en vertu de l'alinéa (1)a), le payeur dépose un état financier, des renseignements ou documents dans les quinze jours de la signification de l'avis de l'ordonnance.

 

31(3)          Un administrateur de la cour peut, conformément aux Règles de procédure, exiger qu'une personne comparaisse devant lui s'il est convaincu que cette personne est en mesure de fournir des éléments de preuve pertinents à l'exécution de l'ordonnance de soutien qui fait l'objet d'une demande en vertu du paragraphe (1).

 

31(4)          Après avoir interrogé un payeur suite à l'ordonnance rendue en vertu de l'alinéa (1)b), un administrateur de la cour peut faire ce qui suit :

 

a)           délivrer un certificat en vertu de l'article 34;

 

b)           exiger que le payeur verse la totalité ou une partie des arriérés sur le soutien à verser en vertu de l'ordonnance de soutien;

 

c)            porter une question devant les officiers compétents pour évaluer si une procédure doit être intentée relativement à une infraction à la présente loi;

 

d)           exiger que le payeur communique avec le directeur de façon périodique quant à l'information indiquée dans l'ordonnance;

 

e)            exiger qu'un payeur comparaisse devant la cour aux fins d'une audience sur le défaut en vertu de l'article 33;

 

f)            ajourner une audience, avec ou sans conditions;

 

g)           faire une des choses ci-dessus ou chacune d'elles.

 

31(5)          Si un administrateur de la cour exige la présence d'une personne devant la cour en vertu de l'alinéa (4)e), il prépare et dépose un rapport auprès de la cour indiquant les détails du défaut de paiement de l'ordonnance de soutien.

 

Pouvoirs additionnels de l'administrateur de la cour

32                Malgré les autres dispositions de la présente loi, lorsqu'il est ordonné qu'un montant soit versé en vertu d'une ordonnance de soutien et qu'il ne l'est pas alors qu'il s'agit d'une ordonnance de soutien déposée auprès du directeur, l'administrateur de la cour peut, sans préavis au payeur et sans audition, délivrer un certificat en vertu de l'article 34.

 

Audience sur le défaut

33(1)          Si un payeur ne se conforme pas à une ordonnance de soutien, le directeur, si l'ordonnance de soutien est déposée auprès de lui ou le bénéficiaire, si l'ordonnance de soutien n'a pas été déposée auprès du directeur, peut demander à un administrateur de la cour de rendre une ordonnance exigeant que le payeur comparaisse à une audience sur le défaut devant la cour afin qu'il puisse expliquer pourquoi il ne se conforme pas à l'ordonnance de soutien.

 

33(2)          Une ordonnance rendue en vertu du paragraphe (1) doit être signifiée au payeur.

 

33(3)          À une audience sur le défaut, si un payeur ne réussit pas à convaincre la cour que le défaut est attribuable à son incapacité de payer, la cour peut faire ce qui suit :

 

a)           délivrer un certificat en vertu de l'article 34;

 

b)           si l'ordonnance de soutien est déposée auprès du directeur, exiger que le directeur délivre un ordre de paiement en vertu de l'article 15;

 

c)            exiger que le payeur verse la totalité ou une partie des arriérés sur le soutien à verser en vertu de l'ordonnance de soutien;

 

d)           exiger que le payeur communique avec la cour de façon périodique quant à l'information indiquée dans l'ordonnance;

 

e)            si l'ordonnance de soutien est déposée auprès du directeur, exiger que le payeur communique avec le directeur de façon périodique quant à l'information indiquée dans l'ordonnance;

 

f)            ordonner une peine d'emprisonnement au payeur conformément à l'article 35;

 

g)           rendre l'une des ordonnances ci-dessus ou chacune d'elles.

 

33(4)          À une audience sur le défaut, la cour peut prendre n'importe quelle mesure autorisée en vertu de l'article 118 de la Loi sur les services à la famille.

 

33(5)          Si la cour est convaincue qu'une personne est apte à fournir des éléments de preuve pertinents pour l'exécution d'une ordonnance de soutien qui fait l'objet d'une audience sur le défaut, la cour peut, prendre l'une ou l'autre des mesures suivantes :

 

a)           conformément aux Règles de procédure, exiger que la personne comparaisse devant la cour pour témoigner;

 

b)           exiger que la personne dépose un état financier auprès de la cour.

 

33(6)          Malgré les autres dispositions du présent article, s'il est présumé dans une demande en vertu du paragraphe (1) qu'un montant dont le versement a été ordonné en vertu d'une ordonnance de soutien n'a pas été versé ou qu'il ne l'est pas, la cour peut, sans préavis au payeur et sans audition, prendre l'une ou l'autre des mesures suivantes :

 

a)           délivrer un certificat en vertu de l'article 34;

 

b)           si l'ordonnance de soutien est déposée auprès du directeur, exiger que le directeur délivre un ordre de paiement en vertu de l'article 15.

 

33(7)          Lors d'une audience sur le défaut en vertu du présent article, si la cour l'estime indiquée elle peut ordonner au payeur de fournir une sûreté en garantie du versement des prestations de soutien ou peut grever ses biens d'une charge en garantie du versement d'un montant exigible ou qui le devient en vertu d'une ordonnance de soutien.

 

33(8)          Si une cour ordonne qu'une sûreté ou une charge soit constituée sur des biens en garantie du versement des prestations de soutien, elle peut, après en avoir reçu la demande et en avoir avisé les personnes ayant un intérêt dans les biens, ordonner la réalisation de la sûreté ou de la charge par confiscation, vente ou autres moyens qu'elle estime indiqués.

 

33(9)          Si un payeur omet de déposer un état financier conformément à une ordonnance en vertu du paragraphe 30(3) ou omet de comparaître conformément à une ordonnance en vertu du paragraphe (1), la cour peut rendre une ordonnance pour l'appréhension du payeur afin de l'amener devant la cour.

 

33(10)        Lors d'une audience sur le défaut en vertu du présent article, la cour peut admettre en preuve un témoignage ou documents relatifs aux moyens et éléments d'actif d'une personne, malgré le fait que le témoignage ou les documents ne seraient pas autrement recevables à titre de preuve, et sur la foi de cette preuve, statuer sur toute question.

 

Certificat de la cour

34(1)          La cour peut délivrer un certificat établi en la forme prescrite et indiquant le montant exigible en vertu d'une ordonnance rendue en vertu de la présente loi ou de la Partie VII de la Loi sur les services à la famille et le nom du payeur, et ce certificat, dès sa production et son dépôt auprès de la cour doit y être inscrit et enregistré et il devient dès lors un jugement de la cour et a la même force et les mêmes effets et toute procédure peut être prise sous son régime comme s'il s'agissait d'un jugement obtenu en cour à l'encontre du payeur.

 

34(2)          La Loi sur le désintéressement des créanciers ne s'applique pas aux sommes prélevées en vertu d'un bref d'exécution conformément à un certificat inscrit et enregistré à titre de jugement de la cour en vertu du paragraphe (1).

 

Emprisonnement du payeur

35(1)          Si la cour est convaincue que toutes les autres mesures utiles qui sont disponibles en vertu de la présente loi pour exécuter une ordonnance de soutien ont été étudiées, elle peut, selon le cas :

 

a)           ordonner l'emprisonnement du payeur jusqu'à ce qu'il soit remédié au défaut;

 

b)           imposer une amende au payeur d'au plus 500 $.

 

35(2)          L'ordonnance d'emprisonnement en vertu de l'alinéa (1)a) :

 

a)           peut être assujettie au défaut d'observation d'une condition prévue dans l'ordonnance;

 

b)           peut prévoir une peine purgée de façon intermittente;

 

c)            est d'une période d'au plus quatre-vingt dix jours, même s'il n'a pas été remédié au défaut.

 

35(3)          L'emprisonnement d'un payeur en vertu du présent article ne le libère pas des arriérés sur le soutien à verser en vertu de l'ordonnance de soutien.

 

Arrestation du payeur

36(1)          Sur demande, s'il appert qu'un payeur se prépare à quitter la province pour se soustraire à l'exécution d'une ordonnance de soutien ou à l'empêcher, une cour peut rendre une ordonnance pour l'appréhension du payeur afin de l'amener devant la cour pour être interrogé concernant sa capacité de rencontrer ses obligations en vertu de l'ordonnance de soutien.

 

36(2)          Malgré le fait que le payeur amené devant la cour en vertu du paragraphe (1) s'est conformé à une ordonnance de soutien, la cour peut, lors d'une demande en vertu du paragraphe (1), prendre les mesures qu'elle est autorisée à prendre à une audience sur le défaut en vertu de l'article 33.

 

36(3)          Une demande en vertu du paragraphe (1) peut être ex parte et peut être faite par les personnes suivantes :

 

a)           le directeur, si une ordonnance de soutien est déposée auprès de lui;

 

b)           si une ordonnance de soutien n'a pas été déposée auprès du directeur :

 

(i)      soit un bénéficiaire,

 

(ii)     soit le ministre des Services familiaux et communautaires, s'il fournit assistance ou soutien à une personne nommée dans l'ordonnance de soutien ou pour le bénéfice d'une personne nommée dans une ordonnance de soutien.

 

Sûreté

37(1)          Le directeur peut, en tout temps, exiger qu'un payeur dépose une sûreté auprès de lui de la manière et pour le montant prescrit par règlement afin de garantir le paiement d'une ordonnance de soutien.

 

37(2)          Si un payeur ne se conforme pas à une ordonnance de soutien déposée auprès du directeur et qu'il a déposé une sûreté auprès du directeur, le directeur peut réaliser la sûreté par confiscation, vente ou autres moyens qu'il estime indiqués.

 

37(3)          Si le directeur réalise une sûreté en vertu du paragraphe (2), il peut exiger que le payeur dépose une sûreté additionnelle en vertu du présent article.

 

37(4)          Un payeur doit se conformer à une demande du directeur en vertu du paragraphe (1) ou (3) dans les quatorze jours de la signification de l'avis de la demande.

 

PARTIE 5

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

Intérêts sur les arriérés

38(1)          Si une ordonnance de soutien est déposée auprès du directeur, le payeur verse au bénéficiaire par l'entremise du directeur, les intérêts sur les arriérés sur le soutien à verser en vertu de l'ordonnance de soutien qui sont calculés à un taux et de la manière prescrits par règlement.

 

38(2)          Les intérêts en vertu du paragraphe (1) sont versés sur les arriérés qui ont été accumulés avant et après l'entrée en vigueur du présent article.

 

38(3)          Malgré que les arriérés exigibles en vertu d'une ordonnance de soutien aient été accumulés avant l'entrée en vigueur du présent article, la période sur laquelle porte le calcul des intérêts dus sur les arriérés débute au plus tôt à l'entrée en vigueur du présent article.

 

38(4)          Malgré le paragraphe (1), les intérêts versés par le payeur sur les arriérés qui s'accumulent alors que le bénéficiaire reçoit de l'assistance ou du soutien de la part du ministre des Services familiaux et communautaires sont versés dans le Fonds consolidé.

 

38(5)          Le directeur peut faire exécuter le paiement des intérêts dus en vertu du présent article de la même manière que le soutien dû en vertu d'une ordonnance de soutien déposée auprès de lui.

 

38(6)          Malgré toute autre loi, le directeur n'a pas besoin de fournir au payeur un rapport distinct sur les intérêts dus ou payés en vertu du présent article.

 

Droits

39(1)          Le directeur peut exiger des personnes dont la liste est prescrite par règlement des droits prescrits par règlement pour les services et mesures d'exécution prescrits par règlement.

 

39(2)          Le directeur n'exige pas d'un bénéficiaire des droits pour les services qu'il lui a fournis ou pour son bénéfice en vertu de la présente loi.

 

39(3)          Le directeur peut inclure un droit demandé pour la délivrance d'un ordre de paiement dans le montant qui doit être versé en vertu de l'ordre de paiement.

 

39(4)          Le directeur peut faire exécuter le paiement d'un droit exigible en vertu du présent article de la même manière que le soutien dû en vertu d'une ordonnance de soutien déposée auprès de lui.

 

39(5)          Le directeur peut, à sa seule discrétion, renoncer à un droit qui est par ailleurs exigible en vertu du présent article.

 

Imputation des paiements

40(1)          Les sommes versées au titre d'une ordonnance de soutien sont portées au crédit conformément aux règlements.

 

40(2)          Malgré le paragraphe (1), si un payeur fait un versement exigé en vertu d'une ordonnance de soutien au directeur, qui est supérieur au montant exigible pour ce versement périodique, le directeur peut, à sa seule discrétion, créditer le versement excédentaire conformément aux règlements ou retourner le versement excédentaire au payeur.

 

Présomption relative à la capacité de payer

41                Dans une procédure en vertu de la présente loi, à moins de preuve contraire, un payeur est présumé avoir la capacité de payer les arriérés sur le soutien à verser en vertu d'une ordonnance de soutien et de faire les paiements subséquents à mesure qu'ils deviennent exigibles en vertu de l'ordonnance de soutien.

 

Endettement n'est pas une défense

42                L'endettement du payeur ou le fait qu'il a versé une somme à une personne autre que le bénéficiaire n'est pas une défense à une procédure prise pour exécuter une ordonnance de soutien.

 

Action en recouvrement des arriérés

43                Malgré la Loi sur la prescription, il n'y a pas de délai de prescription relativement à l'exécution des arriérés exigibles en vertu d'une ordonnance de soutien.

 

Signification des documents

44(1)          Sous réserve des autres dispositions de la présente loi portant sur la signification, un avis ou un document dont la présente loi ou les règlements exige la signification, doit être signifié de la manière prescrite par règlement.

 

44(2)          Dans une procédure prise pour exécuter une ordonnance de soutien, il n'est pas nécessaire de prouver que le payeur a reçu signification :

 

a)           de l'ordonnance de soutien;

 

b)           dans le cas d'une entente déposée auprès du directeur en vertu de l'article 6, de l'avis du dépôt de l'entente.

 

Mode de paiements

45                Le directeur peut, à sa seule discrétion, refuser d'accepter un mode de paiement pour le soutien à verser en vertu de l'ordonnance de soutien, y compris un chèque personnel et de la monnaie légale.

 

Appel

46(1)          Il peut être interjeté appel devant la Cour d'appel du Nouveau-Brunswick de toute ordonnance rendue en vertu de la présente loi par la cour ou par un administrateur de la cour, et la Cour d'appel peut décider de maintenir, d'annuler ou de modifier l'ordonnance.

 

46(2)          Malgré le paragraphe (1), une ordonnance rendue en vertu de la présente loi ne peut être annulée ou modifiée en appel que si la Cour d'appel estime qu'il y a eu déni de justice et aucune ordonnance ne peut être annulée pour de pures questions de procédure.

 

Immunité

47(1)          Nulle action en dommages-intérêts ou autre recours ne peut être intenté contre la province, le directeur, un employé du bureau de l'exécution des ordonnances de soutien ou une autre personne en ce qui a trait à quelque chose qui a été fait ou présenté comme fait de bonne foi ou à quelque chose qui a été omis de bonne foi en vertu de la présente loi ou des règlements.

 

47(2)          Nulle action en dommages-intérêts ou autre recours ne peut être intenté contre une personne pour avoir fourni des renseignements de bonne foi au directeur, à un administrateur de la cour ou à la cour sous le régime de la présente loi ou des règlements.

 

PARTIE 6

DISPOSITIONS SUR LA PREUVE

Conjoints témoins habiles à témoigner et contraignables

48                Malgré la Loi sur la preuve, les conjoints sont des témoins habiles à témoigner et contraignables l'un contre l'autre dans une procédure pour exécuter une ordonnance de soutien.

 

Documents signés par le directeur

49(1)          Un relevé des arriérés signé par le directeur est recevable à titre de preuve, en l'absence de preuve contraire, des faits indiqués et ce, sans préavis aux autres parties et sans preuve de l'authenticité de la signature.

 

49(2)          Un relevé signé par le directeur indiquant que l'ordonnance de soutien est déposée auprès de lui est recevable comme preuve concluante des faits indiqués sans preuve de l'authenticité de la signature.

 

49(3)          Un document signé par le directeur concernant l'exécution d'une ordonnance de soutien est recevable en preuve sans preuve de l'authenticité de la signature ou de sa qualité officielle de directeur.

 

49(4)          Lorsque la signature du directeur est requise aux fins d'application de la présente loi, la signature peut être écrite, gravée, lithographiée ou reproduite par toute autre méthode de reproduction de façon lisible.

 

Relevé du compte

50                Un imprimé par ordinateur indiquant, à la date de l'imprimé, l'état du compte entre les parties à une ordonnance de soutien et certifié par le directeur comme étant l'état véritable du compte est recevable à titre de preuve, en l'absence de preuve contraire, comme l'état du compte, sans préavis aux autres parties et sans preuve de l'authenticité de la signature.

 

Certificat signé par le ministre des Services familiaux et communautaires

51                Un certificat signé, ou censé l'être, par le ministre des Services familiaux et communautaires et indiquant ce qui suit peut être produit en preuve sans qu'il soit nécessaire de prouver l'authenticité de la signature ni la nomination de son signataire et constitue alors, en l'absence de preuve contraire, une preuve des faits suivants qui y figurent :

 

a)           le ministre des Services familiaux et communautaires a fourni assistance ou soutien à une personne nommée dans le certificat ou au profit de celle-ci;

 

b)           un soutien a été fourni par un tiers ou aucun soutien ne l'a été;

 

c)            le montant des prestations d'assistance ou de soutien.

 

PARTIE 7

INFRACTIONS ET PÉNALITÉS

Infractions et pénalités

52(1)          Quiconque contrevient ou omet de se conformer à une des dispositions suivantes commet une infraction punissable en vertu de la Partie II de la Loi sur la procédure applicable aux infractions provinciales à titre d'infraction de la classe C :

 

a)           le paragraphe 8(1);

 

b)           le paragraphe 8(3);

 

c)            le paragraphe 8(4);

 

d)           le paragraphe 12(2);

 

e)            le paragraphe 37(4).

 

52(2)          Quiconque contrevient ou omet de se conformer à une des dispositions suivantes commet une infraction punissable en vertu de la Partie II de la Loi sur la procédure applicable aux infractions provinciales à titre d'infraction de la classe E :

 

a)           le paragraphe 14(1);

 

b)           le paragraphe 30(2);

 

c)            le paragraphe 31(2).

 

52(3)          Quiconque contrevient ou omet de se conformer à une ordonnance de la cour rendue en vertu du paragraphe 13(2), 14(3) ou 30(3) commet une infraction punissable en vertu de la Partie II de la Loi sur la procédure applicable aux infractions provinciales à titre d'infraction de la classe E.

 

52(4)          Quiconque contrevient ou omet de se conformer à une ordonnance d'un administrateur de la cour en vertu de l'alinéa 31(1)b) commet une infraction punissable en vertu de la Partie II de la Loi sur la procédure applicable aux infractions provinciales à titre d'infraction de la classe E.

 

52(5)          Quiconque fournit sciemment de l'information trompeuse ou fausse en vertu de la présente loi au directeur, à un administrateur de la cour ou à la cour commet une infraction punissable en vertu de la Partie II de la Loi sur la procédure applicable aux infractions provinciales à titre d'infraction de la classe E.

 

52(6)          Quiconque omet ou refuse de payer une amende imposée par la cour en vertu de l'alinéa 35(1)b) dans le délai imparti par la cour pour le paiement commet une infraction punissable en vertu de la Partie II de la Loi sur la procédure applicable aux infractions provinciales à titre d'infraction de la classe C.

 

PARTIE 8

RÈGLEMENTS

Pouvoir de réglementation

53                Le lieutenant-gouverneur en conseil peut prendre des règlements :

 

a)           prescrivant les genres de sources de revenu aux fins de la définition « source de revenu » à l'article 1;

 

b)           concernant une délégation en vertu du paragraphe 4(3) ou (4), y compris :

 

(i)      le délégataire,

 

(ii)     les pouvoirs, l'autorité, les droits, les fonctions ou les responsabilités qui peuvent être délégués,

 

(iii)   les limites ou conditions qui peuvent être imposées à une délégation, et

 

(iv)    la manière selon laquelle une délégation peut être faite;

 

c)            concernant les formules et les procédures pour établir et tenir les registres, rapports et autres documents afférents aux responsabilités du directeur;

 

d)           concernant le dépôt et le dépôt subséquent des ordonnances de soutien ou des ententes auprès du directeur, y compris les renseignements qui sont exigés lors du dépôt ou du dépôt subséquent;

 

e)            prescrivant les avis aux fins de la présente loi et des règlements;

 

f)            concernant la signification, la remise ou l'envoi des avis, de renseignements ou de documents en vertu de la présente loi ou des règlements;

 

g)           concernant les renseignements à fournir au directeur en vertu du paragraphe 8(1);

 

h)           prescrivant les modes de paiement pour les versements faits au directeur;

 

i)            concernant la manière selon laquelle un payeur peut prendre un arrangement auprès d'une source de revenu en vertu de l'alinéa 8(1)a);

 

j)            concernant le dépôt et la réalisation des sûretés, y compris la forme et les montants des sûretés qui peuvent être déposées, la manière selon laquelle une sûreté peut être déposée et la manière et la procédure à suivre pour la réalisation de la sûreté;

 

k)            concernant le retrait d'une ordonnance de soutien déposée auprès du directeur, y compris la manière de demander le retrait;

 

l)            concernant les règles de procédure à suivre dans le cadre d'une procédure judiciaire ou d'un appel en vertu de la présente loi, y compris la forme et la manière de faire une demande à la cour;

 

m)           concernant la production des renseignements sur le revenu, financiers ou autres en vertu de la présente loi;

 

n)           prescrivant les fichiers provinciaux aux fins du paragraphe 12(3);

 

o)           concernant la procédure à suivre lors de la divulgation et de la protection de renseignements confidentiels;

 

p)           concernant la délivrance d'un ordre de paiement;

 

q)           prescrivant les formules aux fins de la présente loi ou des règlements;

 

r)            concernant la révocation d'un ordre de paiement, y compris la manière de demander la révocation;

 

s)            concernant le retrait du permis de conduire et des droits de conducteur d'un payeur ou l'imposition de restrictions au permis de conduire en vertu de l'article 26, y compris la prescription des avis et droits connexes;

 

t)            prescrivant le montant pour lequel il doit y avoir défaut du soutien à verser en vertu d'une ordonnance de soutien avant que le directeur puisse agir en vertu du paragraphe 26(1) ou 27(1);

 

u)           prescrivant les renseignements qui peuvent être divulgués à une agence d'évaluation du crédit en vertu de l'article 27;

 

v)            concernant la forme et la manière selon lesquelles les renseignements peuvent être divulgués à une agence d'évaluation du crédit en vertu de l'article 27;

 

w)           prescrivant le montant pour lequel il doit y avoir défaut du soutien à verser en vertu d'une ordonnance de soutien avant qu'une société puisse être responsable conjointement et individuellement en vertu de l'article 28 ou 29;

 

x)            prescrivant un état financier aux fins de l'alinéa 30(1)a) ou 30(3)a) ou du sous-alinéa 31(1)a)(i);

 

y)            prescrivant les renseignements et documents aux fins de l'alinéa 30(1)b) ou 30(3)b) ou du sous-alinéa 31(1)a)(ii);

 

z)            concernant le rapport de l'administrateur de la cour en vertu du paragraphe 31(5);

 

aa)         concernant la délivrance de certificats en vertu de la présente loi;

 

bb)         prescrivant le taux d'intérêt et la manière de calculer les intérêts sur les arriérés sur le soutien à verser en vertu d'une ordonnance de soutien;

 

cc)          prescrivant les droits, les services et les mesures d'exécution pour lesquels les droits peuvent être demandés et les personnes à qui on peut demander des droits;

 

dd)         concernant l'imputation des sommes versées au titre d'une ordonnance de soutien;

 

ee)          concernant la conversion des montants dans une ordonnance de soutien en monnaie canadienne si les montants sont exprimés en monnaie étrangère;

 

ff)           concernant le calcul et le paiement des arriérés;

 

gg)         concernant la procédure pour déterminer la répartition des versements si un payeur a des obligations de soutien envers plusieurs bénéficiaires;

 

hh)         concernant le recouvrement des coûts engagés par le directeur ou par un administrateur de la cour en vertu de la présente loi ou des règlements;

 

ii)           définissant les termes ou expressions utilisés dans la présente loi mais qui n'y sont pas définis;

 

jj)           prescrivant tout ce qui doit être prescrit ou peut l'être en vertu de la présente loi;

 

kk)          visant, de façon générale, à une meilleure application de la présente loi.

 

PARTIE 9

DISPOSITIONS TRANSITOIRES

Dispositions transitoires

54(1)          Une ordonnance de soutien qui a été déposée auprès de la Cour du Banc de la Reine du Nouveau-Brunswick en vertu de la Partie VII de la Loi sur les services à la famille, immédiatement avant l'entrée en vigueur du présent article est réputée avoir été déposée auprès du directeur de l'exécution des ordonnances de soutien à l'entrée en vigueur du présent article.

 

54(2)          Une ordonnance de soutien qui est réputée avoir été déposée auprès du directeur de l'exécution des ordonnances de soutien en vertu du paragraphe (1) est réputée avoir été déposée auprès du directeur par la personne qui a déposé l'ordonnance de soutien auprès de la Cour du Banc de la Reine du Nouveau-Brunswick.

 

54(3)          Une entente qui est déposée auprès de la Cour du Banc de la Reine du Nouveau-Brunswick sous le régime du paragraphe 134(1.1) de Loi sur les services à la famille immédiatement avant l'entrée en vigueur du présent article est réputée être déposée auprès du directeur de l'exécution des ordonnances de soutien à l'entrée en vigueur du présent article.

 

54(4)          Une entente qui est réputée avoir été déposée auprès du directeur de l'exécution des ordonnances de soutien en vertu du paragraphe (3) est réputée avoir été déposée auprès du directeur par la personne qui a déposé l'entente auprès de la Cour du Banc de la Reine du Nouveau-Brunswick.

 

54(5)          Une ordonnance de paiement fait en vertu de la Partie VII de la Loi sur les services à la famille qui est en vigueur immédiatement avant l'entrée en vigueur du présent article est réputée être un ordre de paiement en vertu du paragraphe 15(1) de la présente loi, à l'entrée en vigueur du présent article.

 

PARTIE 10

MODIFICATIONS CORRÉLATIVES

Loi sur la sécurité du revenu familial

55(1)          La rubrique « DEMANDE ET VERSEMENT EN VERTU DE LA LOI SUR LES SERVICES À LA FAMILLE », qui précède l'article 11 de la Loi sur la sécurité du revenu familial, chapitre F-2.01 des Lois du Nouveau-Brunswick de 1994, est modifiée par la suppression de « DEMANDE ET ».

 

55(2)          Le paragraphe 11(1) de la Loi est modifié par la suppression de « Partie VII de la Loi sur les services à la famille » et son remplacement par « Loi sur l'exécution des ordonnances de soutien ».

 

Loi sur les services à la famille

56(1)          L'article 111 de la Loi sur les services à la famille, chapitre F-2.2 des Lois du Nouveau-Brunswick de 1980 est modifié

 

a)           par l'abrogation de la définition « administrateur de la cour »;

 

b)           par l'abrogation de la définition « source de revenu ».

 

56(2)          L'article 116 de la Loi est modifié

 

a)           par l'abrogation du paragraphe (6) et son remplacement par ce qui suit :

 

116(6)        Sauf disposition contraire de l'ordonnance de soutien, celle-ci prend fin au décès de la personne tenue au soutien et la responsabilité des sommes impayées exigibles en application de l'ordonnance constitue une dette de la succession de cette personne.

 

b)           par l'adjonction, après le paragraphe (6), de ce qui suit :

 

116(7)        Nonobstant le paragraphe (6), sur demande, une cour peut libérer la succession de la personne tenue au soutien de la responsabilité de la totalité ou d'une partie des sommes impayées en vertu d'une ordonnance de soutien si elle est convaincue qu'il serait manifestement injuste envers la succession de ne pas le faire.

 

116(8)        Au décès de la personne en faveur de qui l'ordonnance a été rendue, les sommes impayées en vertu de l'ordonnance de soutien au moment de son décès constituent une dette exigible par sa succession.

 

56(3)          L'article 119 de la Loi est modifié par la suppression de « comparution sur avis donné en application de l'article 123 » et son remplacement par « l'article 33 de la Loi sur l'exécution des ordonnances de soutien ».

 

56(4)          L'article 121.1 de la Loi est abrogé.

 

56(5)          L'article 122 de la Loi est modifié

 

a)           à l'alinéa (1)b), par la suppression de « de soutien, »;

 

b)           au paragraphe (1.01), par la suppression de « de soutien, »;

 

c)            au paragraphe (1.1), par la suppression de « de soutien, ».

 

56(6)          L'article 122.1 de la Loi est modifié

 

a)           au paragraphe (2), par la suppression de « de soutien, »;

 

b)           au paragraphe (4), par la suppression de « de soutien, »;

 

c)            au paragraphe (8), par la suppression de « de soutien, ».

 

56(7)          L'article 122.2 de la Loi est abrogé.

 

56(8)          L'article 122.3 de la Loi est abrogé.

 

56(9)          L'article 122.4 de la Loi est abrogé.

 

56(10)        L'article 122.5 de la Loi est abrogé.

 

56(11)        L'article 123 de la Loi est abrogé.

 

56(12)        L'article 123.1 de la Loi est abrogé.

 

55(13)        L'article 123.2 de la Loi est abrogé.

 

55(14)        L'article 123.3 de la Loi est abrogé.

 

55(15)        L'article 123.4 de la Loi est abrogé.

 

55(16)        L'article 124 de la Loi est modifié

 

a)           par l'abrogation du paragraphe (3);

 

b)           par l'abrogation du paragraphe (4).

 

55(17)        L'article 125 de la Loi est abrogé.

 

55(18)        L'article 126 de la Loi est abrogé.

 

55(19)        L'article 126.1 de la Loi est abrogé.

 

55(20)        Le paragraphe 134(1.1) de la Loi est abrogé.

 

55(21)        L'article 136 de la Loi est abrogé.

 

55(22)        L'article 143 de la Loi est modifié

 

a)           par l'abrogation de l'alinéa pp);

 

b)           par l'abrogation de l'alinéa pp.1);

 

c)            par l'abrogation de l'alinéa pp.2);

 

d)           par l'abrogation de l'alinéa pp.3);

 

e)            par l'abrogation de l'alinéa pp.4);

 

f)            par l'abrogation de l'alinéa pp.5);

 

g)           par l'abrogation de l'alinéa pp.6);

 

h)           par l'abrogation de l'alinéa pp.7);

 

i)            par l'abrogation de l'alinéa pp.8);

 

j)            par l'abrogation de l'alinéa rr.1);

 

k)           par l'abrogation de l'alinéa rr.2);

 

l)            par l'abrogation de l'alinéa rr.3);

 

m)          par l'abrogation de l'alinéa rr.4);

 

n)           par l'abrogation de l'alinéa rr.5);

 

o)            par l'abrogation de l'alinéa rr.6).

 

56(23)        L'annexe A de la Loi est modifiée par la suppression de

 

121.1(9)                                                                                       E

122.1(5)                                                                                       E

123(1.1)                                                                                       E

123.2(2)                                                                                       E

125(5.1)                                                                                       E

125(5.2)                                                                                       E

 

et son remplacement par ce qui suit :

 

122.1(5)                                                                                       E

 

Loi sur l'établissement et l'exécution réciproque des ordonnances de soutien

57(1)          L'article 1 de la Loi sur l'établissement et l'exécution réciproque des ordonnances de soutien, chapitre I-12.05 des Lois du Nouveau-Brunswick de 2002, est modifié par la suppression de la définition « administrateur de la cour » et son remplacement par ce qui suit :

 

« administrateur de la cour » désigne une personne nommée administrateur en vertu de l'article 68 de la Loi sur l'organisation judiciaire; ("court administrator")

 

57(2)          L'article 18 de la Loi est modifié

 

a)           au paragraphe (4) par la suppression de « l'article 122.2 de la Loi sur les services à la famille » et son remplacement par « l'alinéa 5(1)b) de la Loi sur l'exécution des ordonnances de soutien »;

 

b) par l'abrogation du paragraphe (5) et son remplacement par ce qui suit :

 

18(5)          Les dispositions de la Loi sur l'exécution des ordonnances de soutien  s'appliquent avec les adaptations nécessaires à l'exécution d'une ordonnance déposée en vertu du paragraphe (4).

 

Loi sur l'organisation judiciaire

58                L'Annexe B de la Loi sur l'organisation judiciaire, chapitre J-2 des Lois révisées de 1973, est modifiée par l'adjonction après « Loi sur l'exécution réciproque des jugements » de ce qui suit :

 

Loi sur l'exécution des ordonnances de soutien

 

Loi sur les véhicules à moteur

59(1)          La Loi sur les véhicules à moteur, chapitre M-17 des Lois révisées de 1973 est modifiée par l'adjonction, après l'article 309.2, de ce qui suit :

 

309.3(1)     À la réception des directives de la part du directeur de l'exécution des ordonnances de soutien en vertu du paragraphe 26(1) ou (3) de la Loi sur l'exécution des ordonnances de soutien, le registraire doit, à l'égard des personnes nommées dans les directives et conformément à celles-ci,

 

a)            retirer le permis de la personne et suspendre ses droits de conducteur, ou

 

b)            imposer des restrictions décrites sur le permis de la personne.

 

309.3(2)     À la réception des directives de la part du directeur de l'exécution des ordonnances de soutien en vertu du paragraphe 26(4) de la Loi sur l'exécution des ordonnances de soutien, le registraire doit, à l'égard des personnes nommées dans les directives et conformément à celles-ci,

 

a)            rétablir un permis retiré et les droits de conducteur suspendus en vertu du présent article, ou

 

b)            lever les restrictions imposées au permis en vertu du présent article.

 

309.3(3)     Le registraire doit rétablir un permis et les droits de conducteur, lever les restrictions imposées au permis ou imposer les restrictions au permis conformément à une ordonnance de la cour en vertu du paragraphe 26(6) ou (8) de la Loi sur l'exécution des ordonnances de soutien.

 

309.3(4)     Nonobstant les paragraphes (2) et (3), le registraire ne doit pas rétablir un permis et les droits de conducteur en vertu du paragraphe (2) ou (3) à moins d'être convaincu que la personne rencontre les exigences de la délivrance d'un permis.

 

309.3(5)     Le registraire peut ou bien délivrer un permis restreint spécial ou bien énoncer les restrictions imposées en vertu du présent article sur la formule habituelle de permis.

 

309.3(6)     Une personne qui est titulaire d'un permis restreint en vertu du présent article et conduit un véhicule à moteur en contravention d'une restriction imposée par le registraire et décrite sur le permis commet une infraction.

 

309.3(7)     Le registraire peut suspendre ou retirer le permis d'une personne reconnue coupable d'une infraction en vertu du paragraphe (6).

 

309.3(8)     Nonobstant toute autre disposition de la présente loi, les articles 311 à 315 ne s'appliquent pas à une mesure prise par le registraire sous le régime du présent article.

 

59(2)          L'article 310.1 de la Loi est abrogé et remplacé par ce qui suit :

 

310.1(1)     La personne dont les droits de conducteur ont été suspendus en application du paragraphe 298(4), ou de l'article 298.1, 300, 302 ou 309.3 doit, avant d'en obtenir le rétablissement en vertu de la présente loi, acquitter le droit prévu à cet effet.

 

310.1(2)     La personne qui obtient le remplacement de son permis dans les circonstances suivantes doit acquitter le droit prévu à cet effet :

 

a)            un permis est délivré avec des restrictions imposées à celui-ci en vertu du paragraphe 309.3(1) ou (3); et

 

b)            un permis est délivré après que des restrictions imposées sont levées en vertu du paragraphe 309.3(2) ou (3).

 

59(3)          L'annexe A de la Loi est modifiée par la suppression de :

 

290(5)                                                                                          C

 

et son remplacement par ce qui suit :

 

290(5)                                                                                          C

309.3(6)                                                                                        F

 

Loi modifiant la Loi sur les services à la famille

60                L'article 6 de la Loi modifiant la Loi sur les services à la famille, chapitre 60 des Lois du Nouveau-Brunswick de 1991, est abrogé.

 

PARTIE 11

ENTRÉE EN VIGUEUR

Entrée en vigueur

61                La présente loi ou l'une quelconque de ses dispositions entre en vigueur à la date ou aux dates fixées par proclamation.