Assemblée législative du Nouveau-Brunswick
État des projets de loi à la première lecture
Accueil | English

Loi sur les langues officielles

Législature :
54
Session :
4
Projet de loi no :
64
Parlementaire:
L'hon. Lord
Première lecture :
2002-6-4
Deuxième lecture :
2002-6-5
Comité plénier :
2002-6-6
Amendement :
2002-6-6
Troisième lecture :
2002-6-7
Sanction royale :
2002-6-7
Download PDF :
Bill 64

Texte du projet de loi :
                                                                                    Sommaire

Définitions......................................................................................................................................... 1
   agent de la paix — peace officer
   cité — city
   communauté linguistique — linguistic community
   «communication» et «communiquer» — «communication» and «communicate»
   institution — institution
   langues officielles — official languages
   ministère — department
   municipalité — municipality
   «publication» et «publier» — «publication» and «published»
   société de la Couronne — Crown corporation
   tribunaux — court
Interprétation
Ministre responsable......................................................................................................................... 2
Primauté de la loi......................................................................................................................... 3(1)
Cas d’exception............................................................................................................................ 3(2)
Institutions distinctes........................................................................................................................ 4
Pouvoir de la Législature.................................................................................................................. 5
Débats et travaux de l’Assemblée législative
Langues de la Législature.................................................................................................................. 6
Interprétation des débats et travaux.................................................................................................. 7
Procès-verbaux et autres documents de l’Assemblée législative.................................................. 8
Actes législatifs et autres
Langues de la législation................................................................................................................... 9
Authenticité des deux versions....................................................................................................... 10
Adoption des projets de lois........................................................................................................... 11
Lois de la Législature...................................................................................................................... 12
Publication obligatoire dans la Gazette royale............................................................................ 13
Documents officiels....................................................................................................................... 14
Documents publiés en vertu d’une loi de la Province.................................................................. 15
L’administration de la Justice
Langues des tribunaux..................................................................................................................... 16
Droit de choisir............................................................................................................................... 17
Interdiction de désavantager l’usager............................................................................................. 18
Obligation du tribunal de comprendre sans interprète................................................................. 19
Droit de l’accusé au déroulement des procédures dans sa langue.............................................. 20
Droit du témoin............................................................................................................................... 21
Obligation de Sa Majesté d’utiliser la langue des parties............................................................ 22
Désaccord des parties quant à la langue d’usage........................................................................... 23
Publication des décisions............................................................................................................... 24
Publication des décisions de la Cour d’appel............................................................................... 25
Le prononcé d’une décision........................................................................................................... 26
Communication avec le public
Communication avec le gouvernement et ses institutions........................................................... 27
Obligation des institutions.............................................................................................................. 28
Affichage et publication à l’intention du public............................................................................ 29
Prestation de services pour le compte de la province.................................................................. 30
Services de police
Prestation de services par un agent de la paix............................................................................... 31
Application de l’article 31.............................................................................................................. 32
Services de santé
Services de santé............................................................................................................................. 33
Effet de l’article 33......................................................................................................................... 34
Municipalités
Municipalités visées.................................................................................................................. 35(1)
Cités visées................................................................................................................................... 5(2)
Adoption de nouveaux arrêtés................................................................................................... 35(3)
Échéance..................................................................................................................................... 35(4)
Procès-verbaux........................................................................................................................... 35(5)
Communications et services.......................................................................................................... 36
Option d’une municipalité de se lier.............................................................................................. 37
Effet de l’option.............................................................................................................................. 38
Commissions d’aménagement et commissions de gestion des déchets solides
Commissions d’aménagement et commissions de gestion des déchets solides....................... 39
Cités et municipalités..................................................................................................................... 40
Communications et services.......................................................................................................... 41
Révision de la Loi
Révision de la Loi............................................................................................................................ 42
Commissaire aux langues officielles
Mandat, responsabilités du commissaire et plaintes.................................................................... 43
Nomination de traducteurs officiels
Nomination de traducteurs officiels.............................................................................................. 44
Réglementation
Pouvoir de réglementation............................................................................................................. 45
Abrogation
Abrogation........................................................................................................................................ 46
Entrée en vigueur
Entrée en vigueur............................................................................................................................. 47


   ATTENDU QUE la Constitution canadienne dispose que le français et l’anglais sont les langues officielles du Nouveau-Brunswick et qu’ils ont un statut et des droits et
privilèges égaux quant à leur usage dans toutes les institutions de la Législature et du gouvernement du Nouveau-Brunswick;
   
   Qu’elle confère au public, au Nouveau-Brunswick, le droit à l’usage du français et de l’anglais à la Législature et devant les tribunaux au Nouveau-Brunswick ainsi que l’accès
aux lois de la province dans les langues officielles;
   
   Qu’elle prévoit, en outre, que le public a droit à l’emploi de l’une ou l’autre des langues officielles pour communiquer avec tout bureau des institutions de la Législature ou du
gouvernement du Nouveau-Brunswick ou pour en recevoir les services;
   
   Qu’elle reconnaît également que la communauté linguistique française et que la communauté linguistique anglaise du Nouveau-Brunswick ont un statut et des droits et
privilèges égaux dont notamment le droit à des institutions d’enseignement distinctes et aux institutions culturelles distinctes nécessaires à leur protection et à leur promotion;
   
   Qu’elle confirme, en matière de langues officielles, le pouvoir de la Législature et du gouvernement du Nouveau-Brunswick de favoriser la progression vers l’égalité du statut,
des droits et des privilèges qui y sont énoncés;
   
   Il convient donc que le Nouveau-Brunswick adopte une Loi sur les langues officielles qui respecte les droits conférés par la Charte canadienne des droits et libertés et qui
permet à la Législature et au gouvernement de réaliser leurs obligations au sens de la Charte;
   
   À CES CAUSES, Sa Majesté, de l’avis et du consentement de l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, décrète :

Définitions
1                   Dans la présente loi

   «agent de la paix» s’entend d’un agent de la paix, au sens de l’article 1 de la Loi sur la procédure applicable aux infractions provinciales, qui dessert le public que ce soit
pour le compte de la Province, d’une municipalité ou en vertu d’un contrat pour la prestation de services de police conclu avec la Province ou une de ses institutions et comprend
un agent de police au sens de cette même loi; (“peace officer”)
   
   «cité» désigne une cité au sens de l’article 16 de la Loi sur les municipalités; (“city”)
   
   «communauté linguistique» s’entend de l’une ou l’autre de la communauté linguistique française et de la communauté linguistique anglaise du Nouveau-Brunswick au sens de
l’article 16.1 de la Charte canadienne des droits et libertés; (“linguistic community”)
   
   «communication» et «communiquer» visent toute forme de communication orale, écrite ou électronique; (“communication” and “communicate”)
   
   «institution» désigne les institutions de l’Assemblée législative et du gouvernement du Nouveau-Brunswick, les tribunaux, tout organisme, bureau, commission, conseil, office
ou autre créés afin d’exercer des fonctions de l’État sous le régime d’une loi provinciale ou en vertu des attributions du lieutenant gouverneur en conseil, les ministères, les
Sociétés de la Couronne créées sous le régime d’une loi provinciale et tout autre organisme désigné à titre de mandataire de Sa Majesté du chef du Nouveau-Brunswick ou placé
sous le contrôle du lieutenant-gouverneur en conseil ou d’un ministre provincial; (“institution”)
   
   «langues officielles» désigne les langues officielles du Nouveau-Brunswick au sens du paragraphe 16(2) de la Charte canadienne des droits et libertés; (“official languages”)
   
   «ministère» désigne un ministère au sens de la définition au paragraphe 1(1) de la Loi sur l’administration financière; (“department”)
   
   «municipalité» désigne une municipalité au sens de l’article 1 de la Loi sur les municipalités; (“municipality”)
   
   «publication» et «publier» désigne toute forme de publication, sur papier ou électronique; (“publication” and “publish”)
   
   «sociétés de la Couronne» désigne les personnes morales tenues de rendre compte à l’Assemblée législative de leurs activités par l’intermédiaire d’un ministre ainsi que les
sociétés de la Couronne mères et leurs filiales à cent pour cent; (“Crown Corporation”)
   
   «tribunaux» désigne les cours et les tribunaux administratifs dans la province. (“court”)

Interprétation
2                   Le Premier ministre est responsable de l’application de la présente loi.

3(1)            Toute loi ou ses règlements d’application, autre que la présente loi, ne peuvent être interprétés de manière à supprimer, restreindre ou enfreindre une disposition de la
présente loi et, en cas de conflit, la présente loi l’emporte.

3(2)            Le paragraphe (1) ne s’applique pas à la Loi sur l’éducation et toute autre loi, disposition législative ou mesure visant à promouvoir l’égalité des deux communautés
linguistiques ou visant l’établissement d’institutions d’enseignement distinctes ou d’institutions culturelles distinctes.

4                   Ne sont pas visés par la définition d’institution à l’article 1, les institutions d’enseignement distinctes et les institutions culturelles distinctes et, sans limiter la portée
générale de ce qui précède, le système scolaire de la province, dont les sections française et anglaise du ministère de l’éducation, y compris les écoles et leurs comités, les conseils
et administrations, les centres communautaires, les universités et, le cas échéant, les collèges communautaires.

5                   Rien dans la présente loi ne limite le pouvoir de la Législature et du gouvernement de favoriser la progression vers l’égalité de statut ou d’usage du français et de
l’anglais.

Débats et travaux de l’Assemblée législative
6                   Le français et l’anglais sont les langues officielles de la Législature et chacun a le droit d’employer la langue officielle de son choix dans les débats et les travaux de
l’Assemblée législative et de ses comités.

7                   L’Assemblée législative doit pourvoir à l’interprétation simultanée de ses débats et autres travaux.

8                   Les archives, les comptes-rendus, les procès-verbaux et les rapports de l’Assemblée législative et de ses comités sont imprimés et publiés dans les deux langues
officielles, les deux versions ayant même valeur.

Actes législatifs et autres
9                   Le français et l’anglais sont les langues officielles de la législation.

10                La version française et la version anglaise des lois du Nouveau-Brunswick ont également force de loi.

11                Les projets de lois sont déposés à l’Assemblée législative simultanément dans les deux langues officielles et ils sont aussi adoptés et sanctionnés dans les deux langues
officielles.

12                Les lois de la Législature sont imprimées et publiées dans les deux langues officielles.

13                Les règles, ordonnances, décrets en conseil et proclamations dont la publication dans la Gazette royale est requise sont imprimés et publiés dans les deux langues
officielles,.

14                Les avis, annonces et autres pièces à caractère officiel devant paraître ou non dans la Gazette royale sont imprimés et publiés dans les deux langues officielles.

15                Les avis, pièces ou documents dont la présente loi ou toute autre loi exige la publication par la province ou ses institutions sont imprimés et publiés dans les deux
langues officielles.

L’administration de la Justice
16                Le français et l’anglais sont les langues officielles des tribunaux.

17                Chacun a le droit d’employer la langue officielle de son choix dans toutes les affaires dont sont saisis les tribunaux, y compris toute procédure, pour les plaidoiries et
dans les actes de procédure qui en découlent.

18                Nul ne peut être défavorisé en raison du choix fait en vertu de l’article 17.

19(1)       Il incombe au tribunal saisi d’une affaire de comprendre, sans l’aide d’un interprète ou de toute technique de traduction simultanée ou d’interprétation consécutive, la
langue officielle choisie en vertu de l’article 17 par une partie à cette affaire.

19(2)       Il incombe également au tribunal saisi d’une affaire de comprendre, sans l’aide d’un interprète ou de toute technique de traduction simultanée ou d’interprétation
consécutive, les deux langues officielles lorsque les parties ont opté pour que l’affaire soit entendue dans les deux langues officielles.

20 (1)      Une personne accusée d’une infraction à une loi ou à un règlement de la province, ou à un arrêté municipal, a droit au déroulement des procédures dans la langue officielle
de son choix, et elle doit être informée de ce droit par le juge qui préside avant d’enregistrer son plaidoyer.

20(2)       La personne accusée au sens de l’article (1), a le droit lorsqu’elle a fait son choix de langue, de se faire comprendre par le tribunal, sans l’aide d’un interprète ou de toute
technique de traduction simultanée ou d’interprétation consécutive.

21                Il incombe au tribunal de veiller à ce que tout témoin qui comparaît devant lui puisse être entendu dans la langue officielle de son choix et sur demande d’une partie ou du
témoin, à ce que soit offert des services de traduction simultanée ou d’interprétation consécutive, le cas échéant.

22                Dans une affaire civile dont est saisi un tribunal et à laquelle est partie Sa Majesté du chef du Nouveau-Brunswick ou une institution, Sa Majesté ou l’institution utilise,
pour les plaidoiries orales et écrites et pour les actes de procédure qui en découlent, la langue officielle choisie par la partie civile.

23                Lorsque les parties à une affaire civile, autre que Sa Majesté du chef du Nouveau-Brunswick ou une institution, ne peuvent s’accorder sur le choix de la langue ou
qu’elles omettent de faire un choix, Sa Majesté ou l’institution concernée utilise la langue officielle la plus justifiée dans les circonstances.

24(1) Les décisions ou ordonnances définitives des tribunaux, exposés des motifs et sommaires compris, sont publiés dans les deux langues officielles

   a) si le point de droit en litige présente de l’intérêt ou de l’importance pour le public; ou
   
   b) lorsque les procédures se sont déroulées, en tout ou en partie, dans les deux langues officielles.

24(2)       Dans les cas visés par le paragraphe (1) ou lorsque la publication d’une version bilingue entraînerait un retard qui serait préjudiciable à l’intérêt public ou qui causerait
une injustice ou un inconvénient grave à une des parties au litige, la décision, exposé des motifs compris, est publiée d’abord dans l’une des langues officielles, puis dans les
meilleurs délais, dans l’autre langue officielle.

25                Les décisions de la Cour d’appel sont réputées satisfaire aux critères de l’article 24.

26                Les articles 24 et 25 n’ont pas pour effet d’interdire le prononcé, dans une seule langue officielle, d’une décision ou de l’exposé des motifs auquel cas la décision n‘est
pas invalide pour autant.

Communication avec le public
27 Le public a le droit de communiquer avec toute institution et d’en recevoir les services dans la langue officielle de son choix.

28 Il incombe aux institutions de veiller à ce que le public puisse communiquer avec elles et en recevoir les services dans la langue officielle de son choix.

29                Tout affichage public et autres publications et communications destinés au grand public et émanant d’une institution sont publiés dans les deux langues officielles.

30                Il incombe à la province et à ses institutions de veiller à ce que les services offerts au public par des tiers pour le compte de la province ou ses institutions le soient dans
l’une et l’autre des langues officielles.

Services de police
31(1)       Tout membre du public a le droit, lorsqu’il communique avec un agent de la paix, de se faire servir dans la langue officielle de son choix et il doit être informé de ce choix.

31(2)       Lorsque l’agent de la paix n’est pas en mesure d’assurer la prestation des services dans la langue officielle choisie en vertu du paragraphe (1), il doit prendre les mesures
nécessaires et ce dans un délai raisonnable pour lui permettre de répondre au choix fait par le membre du public au paragraphe (1).

31(3)       Il incombe aux agences responsables ou aux corps policiers, le cas échéant, de veiller à mettre en œuvre les mesures nécessaires pour répondre au choix fait par un
membre du public en vertu du paragraphe (1) et pour appuyer l’obligation de l’agent de la paix au sens du paragraphe (2).

32                L’article 31 n’a pas pour effet de porter atteinte aux obligations imposées aux agents de la paix visés en vertu de toute autre loi ou par l’application du droit, de dispenser
des services au public dans les deux langues officielles.

Services de santé
33(1)       Aux fins de la prestation des soins de santé dans la province et malgré la définition du mot “institution” à l’article 1, une institution au sens des articles 27 et 28 s’entend
du réseau des établissements, installations et programmes de santé relevant du Ministère de la Santé et du Mieux-être ou des régies régionales de la santé établies en vertu de la
Loi sur les régies régionales de la santé.

33(2)       Lorsque le ministre de la Santé et du Mieux-être établit un plan provincial de la santé en vertu de la Loi sur les régies régionales de la santé, il veille à ce que les principes
sur lesquels sont basés la fourniture des services tiennent compte de la prestation, dans les deux langues officielles, des services de santé dans la province.

34                Sous réserve de l’obligation de servir le public dans la langue officielle de son choix, l’article 33 n’a pas pour effet de limiter l’usage d’une seule langue officielle par un
hôpital ou par un autre établissement tel que défini dans la Loi sur les régies régionales de la santé lorsque la langue utilisée est celle dans laquelle hôpital ou l’établissement
fonctionne habituellement.

Municipalités
35(1)       Une municipalité dont la population de langue officielle minoritaire atteint au moins 20% de la population totale est tenue d’adopter et de publier ses arrêtés dans les deux
langues officielles.

35(2)       Les cités sont également tenues d’adopter et de publier leurs arrêtés dans les deux langues officielles sans égard au pourcentage prévu au paragraphe (1).

35(3)       Tout nouvel arrêté ou toute modification à un arrêté existant, adopté après le 31 décembre 2002 par une municipalité ou une cité auxquelles les paragraphes (1) et (2)
s’appliquent, doit être adopté et publié dans les deux langues officielles.

35(4) Sauf en ce qui concerne un arrêté visé au paragraphe (3), les municipalités et les cités auxquelles s’appliquent les paragraphes (1) et (2), autre que Moncton, doivent adopter
et publier leurs arrêtés dans les deux langues officielles au plus tard le 31 décembre 2005.

35(5)       Le paragraphe (3) s’applique, avec les modifications nécessaires, aux procès-verbaux des séances du conseil municipal;

36                Les municipalités et les cités visées aux paragraphes 35(1), (2) ainsi qu’à l’article 37 sont tenues d’offrir, dans les deux langues officielles, les services et les
communications prescrits par règlement.

37                Toute municipalité peut, par arrêté de son conseil municipal, se déclarer liée par les dispositions de la présente loi et rien à la présente loi ne porte atteinte ou ne limite le
pouvoir des municipalités de favoriser la progression vers l’égalité de statut ou d’usage du français et de l’anglais.

38                Les dispositions des paragraphes 35(3), (4) et (5) s’appliquent, avec les modifications nécessaires, à toute municipalité visée à l’article 37.

Commissions d’aménagement et Commissions de gestion des déchets solides
39                Les Commissions d’aménagement ainsi que les Commissions de gestion des déchets solides desservant un territoire dont la population de langue minoritaire atteint au
moins 20% de la population totale sont assujetties aux obligations de l’article 41.

40                Une commission d’aménagement ou une commission de gestion des déchets solides dont le territoire comprend une cité ou une municipalité à laquelle s’appliquent les
paragraphes 35(1) ou (2), le cas échéant, est assujettie aux obligations de l’article 41 sans égard au pourcentage visé à l’article 39.

41                Les commissions d’aménagement et les commissions de gestion des déchets solides auxquelles s’appliquent les articles 39 et 40, sont tenues d’offrir, dans les deux
langues officielles, les services et les communications prescrits par règlement.

Révision de la loi
42(1)       Le Premier ministre doit, au plus tard le 31 décembre 2012, entamer une révision de la présente loi.

42(2)       Une révision visée au paragraphe (1) s’effectue en la forme et de la manière prescrites par règlement.

Commissaire aux langues officielles
43(1)       Est institué le commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick ainsi que le poste de commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick.

43(2)       Le commissaire est nommé par le lieutenant-gouverneur en conseil sur la recommandation de l’Assemblée législative et a rang et pouvoirs d’administrateur général et se
consacre à sa charge à l’exclusion de tout autre poste au service de Sa Majesté ou de tout autre emploi.

43(3)       Le commissaire est nommé à titre inamovible pour un mandat de cinq ans.

43(4)       Le mandat du commissaire est renouvelable pour des périodes de cinq ans.

43(5)       En cas d’absence ou d’empêchement du commissaire ou de vacance de son poste, le lieutenant-gouverneur en conseil peut confier les responsabilités de commissaire à
une autre personne compétente pour une période allant jusqu’à la fin du mandat du commissaire et fixer la rémunération et les frais auxquels elle a droit.

43(6)       Nonobstant la Loi sur la Fonction publique, le commissaire peut, lorsqu’il l’estime nécessaire à l’exercice de ses fonctions, nommer des personnes aux postes au sein du
commissariat en vertu de la présente loi.

43(7)       La Loi sur la pension de retraite dans les services publics s’applique au commissaire ainsi qu’aux employés du commissariat.

43(8)       Le commissaire peut conclure des contrats de services professionnels pour des périodes de temps limitées ou dans des domaines particuliers, s’il l’estime nécessaire à
l’exercice de ses fonctions en vertu de la présente loi.

43(9)       Conformément aux pouvoirs qui lui sont conférés en vertu de la présente loi, le rôle du commissaire est d’enquêter, présenter des rapports et de faire des
recommandations visant le respect de la présente loi.

43(10)    Pour remplir son rôle au sens du paragraphe (9), le commissaire procède à des enquêtes, soit à la suite des plaintes qu’il reçoit, soit de sa propre initiative, et présente les
rapports et recommandations émanant de ces enquêtes conformément à la présente loi.

43(11) Le commissaire peut, à son appréciation, refuser ou cesser d’instruire une plainte dans l’un ou l’autre des cas suivants :

   a)          elle est sans importance;
   
   b)          elle est frivole ou vexatoire ou n’est pas faite de bonne foi;
   
   c)          son objet ne constitue pas une contravention à la présente loi ou, pour toute autre raison, ne relève pas de la compétence du commissaire en vertu de la présent loi.

43(12)    En cas de refus d’instruire un plainte ou de la poursuivre, le commissaire donne au plaignant un avis motivé.

43(13) Le commissaire donne un préavis à l’administrateur général de l’institution concernée de son intention d’enquêter en vertu de la présente loi.

43(14)    Sous réserve des dispositions de la présente loi, le commissaire peut établir la procédure à suivre pour ses enquêtes en vertu de la présente loi.

43(15)    Pour l’application de la présente loi, le commissaire a la qualité d’un commissaire selon la Loi sur les enquêtes.

43(16)    Au terme d’une enquête effectuée suite à une plainte qu’il reçoit en vertu de la présente loi, le commissaire transmet les résultats de son enquête ainsi que toute
recommandation, y compris toute opinion ou motifs qui ont mené à cette recommandation, uniquement au Premier ministre, à l’administrateur général de l’institution concernée et
au plaignant.

43(17)    Au terme d’une enquête effectuée de sa propre initiative, le commissaire transmet les résultats de son enquête ainsi que toute recommandation, y compris toute opinion
ou motifs qui ont mené à cette recommandation, uniquement au Premier ministre et à l’administrateur général de l’institution concernée.

43(18) Le plaignant qui n’est pas satisfait des conclusions du commissaire reçues au terme de l’enquête en vertu du paragraphe (16) ou de la suite donnée à sa plainte, peut former
un recours devant la Cour du Banc de la Reine du Nouveau-Brunswick.

43(19) Le juge de la cour visée au paragraphe (18) rend la réparation qu’il estime juste et convenable eu égard aux circonstances.

43(20)    Le présent article ne porte atteinte à aucun autre droit d’action.

43(21)    Dans les meilleurs délais après la fin de chaque année, le commissaire présente à l’Assemblée législative, le rapport d’activité du commissariat pour l’année précédente.

Nomination de traducteurs officiels
44                Le lieutenant-gouverneur en conseil peut nommer les traducteurs officiels nécessaires afin qu’un tribunal puisse s’acquitter des responsabilités qui lui ont été conférées
en vertu de la présente loi.

Pouvoir de réglementation
45                Le lieutenant-gouverneur en conseil peut établir des règlements

   a)          en cas de silence de la présente loi, déterminant les circonstances dans lesquelles il incombe aux institutions de veiller à ce que le public puisse communiquer avec elles
   ou en recevoir les services dans l’une ou l’autre des deux langues officielles;
   
   b)          concernant la procédure de tout tribunal, y compris

      (i) l’établissement d’un avis nécessaire afin que le tribunal puisse s’acquitter de ses responsabilités, en matière de langues officielles, en vertu de l’article 21; et
      
      (ii)                      l’assermentation ou l’affirmation solennelle d’un interprète;

   c)          concernant les services et les communications visés aux articles 36 et 41 et les modalités de leur fourniture;

   d)          identifiant les mesures d’incitation pour que soient effectivement assurés dans les deux langues officielles les communications et les services que les institutions sont
   tenues de fournir au sens de la présente loi;
   
   e)          concernant la forme et la manière selon laquelle une révision de la présente loi doit s’effectuer en vertu de l’article 42;
   
   f)            concernant les responsabilités des personnes nommées en vertu de l’article 44 et le statut et l’admissibilité en preuve des traductions faites par les personnes nommées
   en vertu de l’article 44;
   
   g)          concernant la prise de toute autre mesure nécessaire à l’application de la présente loi.

Abrogation
46                La Loi sur les langues officielles, chapitre O-1 des Lois révisées de 1973, est abrogée.

Entrée en vigueur
47(1)       La présente loi, à l’exception de l’article 43, entre en vigueur le 5 août 2002.

47(2)       L’article 43 entre en vigueur le 1er avril 2003.

 

Amendment :
Après l'article 28, ajouter ce qui suit :
28.1 Il incombe aux institutions de veiller à ce que les mesures voulues soient prises pour informer le public que leurs services lui sont offerts dans la langue officielle de son choix.



À l’article 33, paragraphe(2)
Supprimer le paragraphe 33(2) et remplacer par ce qui suit :
33(2) Lorsque le ministre de la Santé et du Mieux-être établit un plan provincial de la santé en vertu de la Loi sur les régies régionales de la santé,

a) il veille à ce que les principes sur lesquels sont basés la fourniture des services tiennent compte de la prestation, dans les deux langues officielles, des services de santé dans la province, et

b) il considère la langue de fonctionnement habituelle en vertu de l'article 34.



À l’article 43, paragraphe(9)
Au paragraphe 43(9), par l’adjonction de « et de promouvoir l’avancement des deux langues officielles dans la province » après « visant le respect de la présente loi ».


Assemblée législative du Nouveau-Brunswick
Courrier électronique | Coordonnées | Décharge