Assemblée législative du Nouveau-Brunswick
Comités parlementaires
Accueil | English

VERS UNE INDUSTRIE DU GAZ NATUREL AU NOUVEAU-BRUNSWICK

Perspective historique

Même avant que le gaz naturel soit accessible en Amérique du Nord par gazoduc, il existe une petite industrie de distribution de gaz. Elle comprend essentiellement des entreprises locales qui produisent du gaz à partir du charbon et du pétrole. Toutefois, en raison de sa composition chimique, ce gaz manufacturé a un pouvoir calorifique relativement faible et n'est donc distribué et utilisé que dans des régions géographiques restreintes. Les premiers distributeurs locaux s'établissent à des endroits comme Baltimore et Boston. La première compagnie canadienne de distribution est Consumers' Gas, de Toronto, fondée en 1847.

Au début, le gaz naturel est obtenu comme sous-produit du pétrole brut et est considéré comme un déchet. Alors que le pétrole, étant un liquide, est facile à entreposer et à transporter vers les marchés, même en faible quantité, il n'existe pendant les premières années de production pétrolière aucune façon économique de stocker le gaz naturel, qui est donc habituellement brûlé à la torche, à la tête du puits.

Plus tard, l'industrie se rend compte que le gaz naturel peut être une source précieuse d'énergie, mais seulement lorsque la clientèle peut l'obtenir de façon économique ; ainsi s'explique la construction des premiers gazoducs pour acheminer le gaz vers les marchés. Toutefois, c'est seulement dans les années 30 que sont mises au point des techniques de construction et d'exploitation de gazoducs à haute pression comme ceux qui existent de nos jours.

En 1947, du pétrole est découvert dans le champ pétrolifère de Leduc, en Alberta, et cela s'avère une fait marquant dans le développement de l'industrie gazière canadienne. Les découvertes de gaz qui s'ensuivent révèlent l'existence d'importants gisements pouvant être exploités commercialement. Au départ, la Commission de conservation de l'Alberta, établie près d'une décennie auparavant afin de réglementer l'exploitation du gaz et du pétrole dans la province, formule des prévisions relativement modestes quant à la quantité de gaz exportable. Plus tard, il est constaté que la quantité disponible de gaz naturel en Alberta dépasse de loin la demande dans la province.

En 1951, le Parlement crée TransCanada PipeLines afin de permettre aux producteurs de gaz naturel de l'Alberta d'avoir accès aux marchés de l'Ontario et du Québec. La construction du gazoduc commence en 1956 et se termine en 1958. L'année suivante, le Parlement constitue l'Office national de l'énergie à la suite de la recommandation de la Commission Borden, qui détermine l'importance des réserves potentielles de gaz au Canada.

Parmi les premiers clients importants de TransCanada se trouvent la corporation de gaz naturel du Québec (prédécesseur de Gaz Métropolitain, à Montréal), Consumers' Gas, à Toronto, et Union Gas, dans le sud-ouest ontarien. La participation de Union Gas, en particulier, est digne de mention, car la compagnie dispose de grandes installations de stockage qui lui permettent de recevoir et de stocker des volumes importants de gaz pendant l'été, ce qui permet au réseau de TransCanada de fonctionner de façon plus efficiente. Le réseau de TransCanada se termine près de Montréal. Le réseau Trans-Québec-Maritimes, une coentreprise à laquelle participent TransCanada et Gaz Métropolitain, prolonge le service de la région de Montréal jusqu'à Québec.

Les mesures incitatives fédérales relevant du programme énergétique national sont abolies dans les années 80, et l'occasion de prolonger davantage le pipeline vers l'est disparaît en même temps. En conséquence, la région de l'Atlantique n'a jamais eu accès au gaz naturel de l'Ouest canadien pour développer son industrie locale et fournir une autre source d'énergie à usage domestique. À vrai dire, la seule exception à l'absence de gaz naturel au Nouveau-Brunswick a eu lieu à Moncton, où il y avait une production locale au début des années 1900. Pas plus tard qu'en 1974, Moncton Utility Gas comptait 810 clients, mais la compagnie a cessé la production locale en 1991.

Aujourd'hui, l'Alberta produit 83 % de l'approvisionnement en gaz naturel du Canada ; la Colombie-Britannique et la Saskatchewan fournissent le reste. La production canadienne totale s'élève à 6 billions de pieds cubes (1012pi3) par année, dont la moitié environ est exportée. Le volume des exportations a permis aux producteurs de l'Ouest canadien de réaliser des économies d'échelle dans la production, ce qui a donné lieu à des prix intérieurs plus bas tout en renforçant l'économie canadienne. Maintenant, grâce à l'exploitation du champ de gaz qui avoisine l'île de Sable, les consommateurs des provinces Maritimes auront pour la première fois l'occasion de recevoir des quantités importantes de gaz naturel.

Aux États-Unis, même si l'administration fédérale a créé dès les années 30 une commission de réglementation, prédécesseur de l'actuelle Federal Energy Regulatory Commission (FERC), c'est seulement après la Deuxième Guerre mondiale que l'industrie du gaz naturel a connu une croissance rapide. Des améliorations importantes dans la technologie des gazoducs et une augmentation de la demande d'énergie pendant l'après-guerre ont donné l'élan à l'aménagement de gazoducs. En outre, des oléoducs construits pendant la guerre pour transporter du pétrole du golfe du Mexique vers les marchés de la côte est des États-Unis ont été convertis en gazoducs, offrant ainsi un réseau relativement peu coûteux de transport du gaz vers les principaux marchés de la côte est des États-Unis.

En Nouvelle-Angleterre, le gaz naturel est devenu accessible vers le milieu des années 50. Parce que le gaz naturel par gazoduc était nettement moins coûteux que le gaz manufacturé et que son contenu calorifique était presque le double, les distributeurs locaux existants ont étendu leurs réseaux de façon spectaculaire ; leur capacité de fournir de l'énergie a doublé à mesure que le gaz naturel remplaçait le gaz manufacturé.




Assemblée législative du Nouveau-Brunswick
Courrier électronique | Coordonnées | Décharge