Assemblée législative du Nouveau-Brunswick
Comités parlementaires
Accueil | English

Vue d'ensemble


L'industrie de l'électricité a entrepris une des plus importantes transformations dans le milieu des affaires actuel. Prévoyant les effets financiers et en matière de réglementation de cette transformation, Énergie NB a entrepris sa propre transformation. Le Plan d'entreprise de 1997 à 2002 présente l'évolution de la Société qui, d'un monopole «ayant l'obligation d'offrir» des services de l'électricité, devient une entreprise qui fonctionne dans un marché concurrentiel. L'arrivée de la concurrence sur le marché canadien de l'électricité apportera des changements significatifs pendant la durée du présent plan. Certains de ces changements nécessiteront des modifications aux lois.

Les principaux éléments du Plan d'entreprise sont les suivants :

  1. Réorganisation

    La Société est restructurée en trois unités commerciales :

    • Production
    • Transport et Distribution
    • Commercialisation et Services à la clientèle

    Ces trois unités seront appuyées par un groupe de Services de l'entreprise qui assurera des services financiers, administratifs, techniques et de ressources humaines. Chaque unité commerciale aura des objectifs de rendement et les résultats seront mesurés contre des objectifs clairement énoncés.

  2. Restriction des dépenses et réduction de la dette

    Les coûts d'exploitation, d'entretien et d'administration (EEA) seront réduits à des niveaux inférieurs à ceux d'il y a sept ans malgré l'ajout récent de nouvelles installations. La réduction de la dette se chiffrera à plus de 900 millions de dollars, ou à près de 30 % de la dette actuelle, pour passer du niveau de pointe de 3,4 milliards de dollars enregistré en décembre 1995 à environ 2,5 milliards de dollars à la fin de la durée du plan.

  3. Valeur accrue

    Les tarifs d'électricité devraient diminuer en termes réels, au cours des cinq prochaines années. Les tarifs n'augmenteront pas pendant une période de trois ans, après des augmentations se chiffrant en moyenne à 2,9 % au cours de chacune des deux premières années du plan. La diminution des coûts, la réduction de la dette et l'efficacité d'exploitation accrue augmenteront la valeur de nos services à la clientèle ainsi que la valeur corporative pour nos propriétaires.

Dossiers urgents

Même si la déréglementation constitue la base de ce plan d'entreprise, un certain nombre de dossiers urgents sont examinés. Il s'agit du rendement et de la fiabilité de Point Lepreau, des possibilités d'utiliser d'autres combustibles, grâce à l'exploitation des champs de gaz naturel au large de l'Île de Sable, l'interfinancement continu des tarifs entre et dans les catégories d'abonnés et l'évolution de notre Société vers une culture davantage axée sur l'abonné.

Nouveau marché d'électricité

Les changements s'opérant dans l'industrie de l'électricité sont provoqués par divers facteurs. Une certaine forme de déréglementation est prévue avant la fin de cette décennie. Les consommateurs exigeront un plus grand nombre de choix, de meilleurs services et des prix moins élevés. La déréglementation donnera lieu à la concurrence, ce qui pourrait réduire notre part du marché. Une part du marché réduite pourrait entraîner des coûts d'investissement dans les installations de production non rentables (la capacité de production étant sous-utilisée). Dans un marché purement concurrentiel, c'est une condition équitable. Toutefois, au Nouveau-Brunswick, la capacité de production d'électricité appartient aux citoyens et aux contribuables. Ceux-ci sont aussi des abonnés. Même si on accepte la concurrence et que celle-ci pourrait faire baisser les prix pour certains abonnés, la déréglementation pourrait être accompagnée de coûts sociaux et de hausses de taxes susceptibles de contrebalancer les prix plus faibles. C'est pourquoi Énergie NB favorise une forme quelconque de consultation publique avant l'arrivée de la concurrence au Nouveau-Brunswick.

Les législateurs dans toute l'Amérique du Nord réagissent aux changements de la réglementation. L'égalité et la liberté d'accès aux installations de transport sont perçues comme la clé de la concurrence. Les pressions en vue de changements proviennent des États-Unis, et sont exercées par un certain nombre d'États où les tarifs d'électricité sont plus que le double de ceux du Nouveau-Brunswick. Les États-Unis ont libre accès aux abonnés en gros, et les chargés de la réglementation dans les États continuent de dicter les règles pour la concurrence dans le secteur du détail. Au Canada, les gouvernements fédéral et provinciaux établissent un cadre en vue d'un accord interprovincial de vente de l'électricité.

L'évolution du secteur de l'électricité est donc bien amorcée. Dans une position de monopole, les fonctions de la production, du transport et de la distribution de l'électricité d'une entreprise d'électricité sont intégrées. Dans un marché déréglementé, la production, le transport et la commercialisation sont séparés ou dégroupés et la concurrence est introduite dans les fonctions de production et de commercialisation. Les aspects physiques et techniques du réseau d'électricité demeurent essentiellement inchangés tandis que les aspects commerciaux de l'industrie subissent des changements considérables. L'électricité sera échangée comme tout autre bien de consommation, le prix étant fixé par l'offre et la demande plutôt que par la méthode de récupération des coûts actuelle. De plus, grâce aux progrès technologiques et à la disponibilité de gaz naturel, les petites centrales pourront produire de l'électricité à un coût concurrentiel avec celui des grandes tranches. Elles peuvent également être construites dans une période beaucoup plus courte.

Situation du marché

L'emplacement et le profil en matière de ressources d'une entreprise d'électricité influencent grandement sa capacité concurrentielle sur le marché. Le Nouveau-Brunswick a des ressources naturelles limitées pour produire de l'électricité à un faible coût. Cette situation a donc abouti à une stratégie de développement qui met l'accent sur la diversification des combustibles ainsi que sur de solides interconnexions. Grâce à la situation géographique du Nouveau-Brunswick, en bordure de trois provinces et des États-Unis, Énergie NB a pu développer des installations d'interconnexion qui permettent d'importer et d'exporter de l'électricité et d'exploiter des centrales d'une taille plus grande que la normale. Les résultats ont été bénéfiques pour Énergie NB et ont occasionné une réduction des tarifs pour les abonnés à l'intérieur de la province.

Le développement du réseau d'Énergie NB autour de ces fortes interconnexions présente à la fois un défi et des possibilités. Il offre des possibilités par rapport à l'accès aux marchés de l'extérieur de la province. Le défi provient du risque pour Énergie NB de perdre l'usage historique de ses interconnexions pour fournir les réserves d'électricité requises afin de soutenir l'exploitation de ses plus grandes centrales.

La situation d'Énergie NB sur le marché est influencée également par l'expansion et la modernisation récentes de ses installations de production et de transport. La dette due à ces travaux est d'environ 3,4 milliards de dollars et les charges fixes associées à cette dette, ainsi que l'amortissement, représentent actuellement 51 % du total de nos revenus. Il devient plus important de réduire la dette à mesure que le marché d'électricité devient plus concurrentiel.

Objectifs commerciaux

Énergie NB a besoin d'une structure commerciale adéquate pour prospérer dans un marché concurrentiel. Cette structure doit prévoir les restrictions des dépenses et la réduction de la dette ainsi que d'importantes améliorations à nos initiatives de commercialisation et de services à la clientèle.

  1. Réorganisation de l'entreprise La nouvelle structure d'unités commerciales d'Énergie NB (Production, Transport et Distribution, Commercialisation et Services à la clientèle) est appuyée par un groupe de Services de l'entreprise. Cette structure améliorera le contrôle des coûts et le rendement de l'entreprise en général, et alimentera également une culture d'entreprise plus concurrentielle.
  2. Restriction des dépenses et réduction de la dette Les coûts d'exploitation, d'entretien et d'administration (EEA) seront réduits à leur plus bas niveau depuis sept ans. Ils seront plafonnés à 259 millions de dollars, sauf pour une augmentation ponctuelle en 1999-2000 relative à l'arrêt prévu prolongé à Point Lepreau. Les dépenses d'investissement seront réduites à leur plus bas niveau depuis 10 ans. Les hausses de productivité et les améliorations technologiques contrebalanceront le taux d'inflation prévu de 1,8 % par année.

    L'an dernier, Énergie NB a prédit que sa dette serait réduite de 750 millions de dollars d'ici l'an 2001. En raison d'arrêts imprévus à Point Lepreau, nous avons manqué cet objectif d'environ 37 millions de dollars. Ce plan s'étend jusqu'à 2002 et les prévisions de la réduction de la dette ont été augmentées à plus de 900 millions de dollars. À mesure que la dette sera réduite, les charges fixes diminueront à 42 % du total des revenus et Énergie NB deviendra une entreprise plus sensible à un marché concurrentiel.

  3. Commercialisation et Services à la clientèle Pour maintenir et accroître la part du marché d'Énergie NB, la nouvelle unité de Commercialisation et de Services à la clientèle devra axer ses efforts sur les abonnés. Les services à la clientèle, la fiabilité et les tarifs concurrentiels seront, pour la Société, les éléments clés de la protection de sa part du marché et de sa rentabilité.

    Le premier objectif d'Énergie NB est d'améliorer les relations actuelles avec ses abonnés. Les abonnés industriels et commerciaux seront desservis par des représentants de compte. Un nouveau système de facturation et de renseignements sur les abonnés simplifiera et améliorera les renseignements. Des efforts innovateurs seront déployés pour commercialiser les nouveaux produits et les produits actuels.

    L'amélioration du lien direct entre les employés et les abonnés est une importante stratégie de commercialisation qui donnera un autre élan à l'amélioration de nos services. De nouveaux objectifs seront établis relativement à la satisfaction des abonnés, à la rentabilité et à la part du marché afin de surveiller les activités de Commercialisation et de Services à la clientèle. La recherche de marchés d'exportation sera poursuivie activement à mesure que les nouvelles règles d'accès aux marchés seront définies et qu'Énergie NB trouvera de nouveaux débouchés et de nouvelles façons d'augmenter ses marges sur les ventes à l'exportation actuelles.

Défis commerciaux

Énergie NB s'emploiera à améliorer le récent rendement de la centrale de Point Lepreau, à maintenir sa stabilité financière et à réduire sa dette considérablement.

  1. Point Lepreau Environ 30 % de l'électricité d'Énergie NB est produite à Point Lepreau. Après l'hydro-électricité, c'est l'énergie nucléaire qui présente les coûts différentiels les moins élevés du réseau. La centrale a été fermée pendant des périodes prolongées pour des travaux d'entretien imprévus au cours de chacune des deux dernières années.

    Un programme d'inspection des travaux effectués pendant la période d'indisponibilité de 1995 a été mené à bien. Les résultats de cette analyse sont plus rassurants quant à une production fiable à l'avenir. Une étude technique et économique de l'utilisation de la centrale sera entreprise afin que l'on puisse tirer les avantages économiques maximaux de la centrale à long terme. Il sera important d'évaluer le reste de la vie utile de l'installation. L'impact financier des récentes fermetures imprévues de la centrale ne devrait pas être sous-estimé. Par contre, la centrale a fonctionné à 85,3 % de sa capacité depuis 1983. Le plan d'entreprise prévoit une exploitation efficace et sécuritaire en moyenne à 85 % de la capacité pendant la période prévue.

  2. Maintien de la stabilité financière Au cours des cinq années de ce plan, tous les indices de la santé financière s'amélioreront de façon constante. Cette amélioration s'applique également au bénéfice net, aux rentrées, à la couverture d'intérêts et au ratio de la dette. Cette situation améliorée est prévue même si les hypothèses financières et fonctionnelles du présent plan sont plus prudentes que celles du plan quinquennal précédent. Les difficultés d'exploitation à Point Lepreau ont amené certains intervenants à considérer Énergie NB comme une entreprise en situation de crise financière. La réalité c'est que la Société ne traverse pas une crise financière. Sa situation est stable et s'améliore. Elle a une dette élevée, mais elle a des rentrées positives et un plan rigoureux pour réduire considérablement sa dette au fil des années.

Défi de l'avenir

Les efforts entrepris par Énergie NB pour se préparer à la déréglementation et à la concurrence s'intensifient. Pour la première fois, Énergie NB pourrait faire face à une véritable concurrence en ce qui a trait à ses abonnés dans la province, et son marché d'exploitation se rétrécira davantage. Cette situation nécessite d'importants changements culturels et commerciaux reposant sur les forces de la Société. Il faut relever ces défis en les abordant de façon directe.

D'ici l'an 2002, Énergie NB sera une entreprise différente de celle qu'elle est maintenant. Elle aura une base financière plus solide et une définition plus précise des besoins de ses abonnés. Ces deux types d'améliorations rapporteront de bons dividendes au fur et à mesure du développement des marchés concurrentiels. Grâce aux mesures énoncées dans le présent plan d'entreprise, Énergie NB offrira une plus grande valeur à ses abonnés et à ses propriétaires, soit les contribuables du Nouveau-Brunswick.




Assemblée législative du Nouveau-Brunswick
Courrier électronique | Coordonnées | Décharge