Assemblée législative du Nouveau-Brunswick
Comités parlementaires
Accueil | English

NB Power Logo Énergie NB Power

Plans d'entreprise détaillés - Gestion de l'exploitation


Aperçu

L'exploitation englobe les activités d'exploitation et d'entretien liées à toutes les installations de la Société et l'alimentation électrique des abonnés d'Énergie NB. Ainsi, elle a comme responsabilité de gérer le plus efficacement possible les ressources de la Société.

Comme il a été expliqué précédemment, aucun investissement majeur associé aux nouvelles installations de production, de transport et de distribution ne sera nécessaire pour les cinq prochaines années. La prévision des charges de 1995 prescrit une stratégie d'exploitation visant à utiliser les ressources existantes de la Société pour satisfaire aux besoins des abonnés. Certains points doivent être résolus afin d'obtenir un rendement efficace des installations existantes.

Initiatives principales

Entretien et exploitation des installations de production

En ce qui concerne l'entretien des installations de production, la stratégie quinquennale d'Énergie NB vise une optimalisation de l'efficacité de ses centrales existantes. Pour mettre en oeuvre cette stratégie, Énergie NB poursuivra ses initiatives de régionalisation des centrales et ses changements à la structure organisationnelle. Elle continuera aussi d'effectuer un examen des programmes d'entretien existants et fera une utilisation plus efficace des ressources dans le but de réduire la dépendance envers des ressources externes pour l'exploitation et l'entretien des installations.

On prévoit mettre en place un programme de commande en direct du rendement thermique à certaines centrales d'Énergie NB d'ici avril 1996. Ce programme permettra d'obtenir plus d'énergie thermique à partir de chaque unité de combustible. Ainsi, les opérateurs pourront exploiter plus efficacement les centrales existantes.

Des activités d'entretien d'une vaste portée auront lieu à la centrale de Grand-Sault pour en prolonger la vie utile. Jusqu'ici, trois des quatre turboalternateurs de la centrale ont été rénovés. Le dernier le sera au cours de l'été 1996. En plus de prolonger la vie utile de la centrale, ces améliorations augmenteront sa capacité de production.

La Canadian Gypsum Company Inc. (CGC) a récemment construit à Belledune une usine de traitement du gypse d'une valeur de 11 millions de dollars. Énergie NB a conclu avec CGC un contrat pour la fourniture, pendant plusieurs années, de gypse synthétique provenant des centrales de Belledune et de Dalhousie et devant servir à la fabrication de panneaux en gypse. La quantité de gypse fournie par ces centrales dépendra de la teneur en soufre du charbon et de l'OrimulsionMD servant à alimenter les centrales et de leur taux d'exploitation.

Énergie NB a commencé à fournir du gypse à la CGC à la fin de 1995. Cette entente permet de réduire les frais d'enfouissement des sous-produits de la centrale et de recycler un matériau considéré auparavant comme un déchet.

Les cendres volantes, un autre sous-produit de Belledune, pourraient servir comme produit de renforcement du béton. On lancera un appel d'offres pour la vente des cendres volantes. L'entreprise continuera à lancer des appels d'offres et à s'efforcer de vendre les cendres de vanadium, un sous-produit de l'exploitation des centrales de Coleson Cove et de Dalhousie.

Nucléaire

Comme l'indique la section sur les activités d'exploitation, le maintien d'un facteur de capacité élevé à Point Lepreau est crucial pour les activités d'Énergie NB. Outre le facteur de capacité, la division nucléaire est en train d'étudier d'autres aspects importants du comportement de la centrale comme la sécurité, l'environnement, la réglementation et les frais d'exploitation. Reporté en raison de l'arrêt de 1995, l'établissement des objectifs et des mesures de rendement pour ces aspects clés de l'exploitation sera effectué en 1996.

On a fait des modifications aux exigences annuelles d'entretien pour profiter au maximum de l'arrêt prolongé de Point Lepreau. Par conséquent, aucun arrêt d'entretien n'est prévu en 1996. La centrale a élaboré une stratégie d'entretien selon laquelle les arrêts d'entretien auront lieu tous les deux ans.

En 1995, la division nucléaire a mis en place une méthodologie de formation novatrice appelée approche systémique à la formation (ASF). En vertu de ce programme, on étudie toutes les activités des groupes de travail pour déterminer les exigences de travail normales et anormales. On cerne ensuite les besoins de formation des différents groupes de travail, on élabore et fournit le matériel de formation nécessaire, et on en évalue l'efficacité sur une base continue. Ce programme doit s'achever en 1998. Cette approche détaillée est maintenant exigée par les autorités du domaine nucléaire du monde entier.

La Commission de contrôle de l'énergie atomique (CCEA) met en place un programme visant la recertification des opérateurs de salle de commande et des surveillants de quarts. On élabore actuellement un programme de formation pour veiller à ce que le personnel maintienne sa certification. La centrale ne peut fonctionner sans personnel autorisé. De plus, le personnel continuera de consulter la CCEA pour mieux définir les priorités et les programmes de certification et d'analyse afin d'optimaliser les gains découlant de ces efforts.

Le permis d'exploitation de la centrale de Point Lepreau devra être renouvelé en 1996, et par conséquent, les activités dans les domaines de la sécurité et de la certification seront accrues. De plus, l'Association mondiale des exploitants des centrales nucléaires effectuera une vérification des activités d'exploitation de la centrale. On avait prévu la vérification pour 1995, mais on a du la repousser en raison de l'arrêt SLAR.

On a mis en place un programme à Point Lepreau pour repérer toute composante ou tout système de la centrale qui pourrait avoir comme effet de limiter la durée de vie utile de la centrale. On en fait ensuite une étude systématique pour trouver les meilleures stratégies d'entretien ou de remplacement. Le but de ce programme est d'assurer que la vie utile maximale de la centrale soit atteinte.

Parmi les initiatives d'améliorations commerciales prévues, mentionnons une révision du programme d'entretien préventif, un système de gestion de l'entretien et une dépendance réduite à l'égard des experts-conseils. Toute suggestion de modifications comportera une analyse de rentabilité indiquant les avantages connexes.

Exploitation et entretien du réseau de transport

L'entretien des installations de transport est effectué sur une base régulière et comprend des activités prévues et imprévues. Les priorités sont établies au moyen de visites aériennes régulières des installations, et par l'analyse du rendement et des conditions anormales du réseau. La Société se sert d'un programme d'entretien préventif informatisé pour coordonner toutes les activités d'entretien.

Le réseau de transport de 69 kV est le plus ancien des installations de transport d'Énergie NB. En 1988, la Société a commencé un programme de rénovation pour améliorer la fiabilité des lignes de 69 kV érigées avant 1965 et en prolonger la vie utile. À ce jour, environ 1 800 km de lignes ont été rénovés. Au cours des cinq prochaines années, Énergie NB s'est engagée à rénover les 600 km qui restent d'installations anciennes de 69 kV.

Comme c'est le cas pour les lignes de 69 kV, les lignes de transport de 138 kV et de 230 kV ont besoin d'être rénovées. En 1995, Énergie NB a mis en place un programme de cinq ans semblable à celui pour les lignes de 69 kV visant la réfection du réseau de 138 kV et de 230 kV.

En 1995, Énergie NB a également amorcé un programme de remise en état de ses postes plus anciens. Elle effectuera un examen technique des besoins à long terme de chaque poste et examinera en particulier les disjoncteurs à air comprimé obsolescents, le remplacement des isolateurs et les travaux civils d'entretien. Les travaux ont débuté à plusieurs postes au cours de l'exercice 1995-1996.

Les frais d'entretien des emprises le long des lignes de transport prennent rapidement de l'importance. On prévoit que les frais associés à la coupe et au nettoyage des arbres et des broussailles le long des lignes d'Énergie NB doubleront au cours des cinq prochaines années. La Société étudie diverses autres méthodes en vue de trouver une solution rentable au problème.

Exploitation et entretien du réseau de distribution

En vue d'améliorer l'efficacité des services de distribution, Énergie NB a commencé à prendre des mesures de réduction des coûts. Au lieu d'être entreposés à l'entrepôt central à Fredericton, l'équipement courant, comme les transformateurs, les chauffe-eau et les poteaux, sera expédié directement aux centres d'exploitation locaux. Ces articles comptent pour 40 % à 50 % de l'inventaire total pour le réseau de distribution. Du personnel d'ingénierie sera attaché aux unités hors siège, ce qui lui permettra d'évaluer plus facilement les travaux sur les installations, de communiquer avec NBTel et d'étudier les charges de façon à réduire les pertes.

Initiatives en matière de gestion

Améliorations commerciales

On continuera à travailler sur les trois initiatives principales déjà annoncées, soit :

Renégociation de l'entente d'usage conjoint entre Énergie NB et NBTel

Énergie NB et NBTel ont, depuis 1946, une entente d'usage conjoint qui couvre les installations et les activités d'exploitation communes aux deux entreprises. L'entente actuelle a été élaborée en 1967. Énergie NB et NBTel ont toutes les deux vu le besoin de réviser l'entente pour permettre des économies continues et mettre en place des méthodes rentables pour satisfaire aux exigences du travail.

On vise essentiellement à établir une nouvelle entente qui inclut tous les aspects communs, qui est clairement comprise par les employés, et qui reconnaît les changements aux contextes financiers et réglementaires survenus depuis 1967. Les discussions avec NBTel ont commencé en 1995, et on prévoit arriver à une entente officielle en 1996-1997.

Étude des pratiques de gestion du combustible

En 1994-1995, Énergie NB a dépensé 237 millions de dollars pour les achats de combustibles et de puissance, ce qui représente plus de 23 % de toutes les dépenses de l'entreprise. En 1996, Énergie NB mènera une étude détaillée de ses pratiques de gestion du combustible. Cette étude touchera toutes les activités liées au combustible, y compris l'approvisionnement, l'inventaire, le type de combustible acheté et les dossiers de l'exploitation et de l'entretien. En plus des ressources internes, on fera appel à des experts-conseils pour effectuer cette étude.

Projet de technologie informatique SAP

Lancé en 1995, l'implantation du projet SAP est prévue pour avril 1996. Le projet SAP a été conçu pour améliorer l'efficacité et la qualité des données de gestion utilisées par Énergie NB. Les domaines compris dans le projet sont la comptabilité financière, la gestion des coûts et la gestion du matériel. Les détails de cette initiative sont donnés dans les sections Énergie NB - Technologie, et Plans d'entreprises détaillés - Gestion de la technologie du présent Plan d'entreprise.

Régionalisation

La deuxième étape de la régionalisation de la division des Services à la clientèle a été achevée en juin 1995, ce qui a permis à Énergie NB de rationaliser ses activités et de profiter d'une efficacité accrue. De plus, l'implantation du système de gestion SAP facilitera le transfert de plusieurs fonctions aux centres régionaux. Certaines de ces initiatives comprennent :

  • Établissement dans la région du Centre d'un centre unique de gestion des comptes où l'on s'occupera de toutes les activités régionales ayant trait à la perception. On prévoit ouvrir ce centre en mars 1996. L'objectif du centre est de réduire le total des comptes radiés de 1 million de dollars d'ici la fin de l'exercice 1996-1997. En 1994-1995, les comptes radiés représentaient 0,25 % des produits tirés des ventes à l'intérieur de la province. Au cours des cinq dernières années, les radiations se sont chiffrées, en moyenne, à 0,224 % des produits tirés des ventes à l'intérieur de la province.
  • Discussions avec Services Nouveau-Brunswick (SNB) visant la possibilité de paiement des factures d'Énergie NB aux centres qui ouvrent partout dans la province. Énergie NB pourrait ainsi économiser davantage sur ses coûts. SNB compte des centres de paiement où une variété de services gouvernementaux sont disponibles ainsi que des services relevant du secteur privé. De plus, plusieurs systèmes de prestations électroniques (stands) sont disponibles et on en prévoit d'autres. SNB a actuellement des bureaux à Woodstock, à Caraquet, à Saint John et à Moncton.
  • Rationalisation des activités de construction et d'entretien. On prévoit coordonner les activités de construction à partir de Fredericton et les activités d'entretien à partir de Fredericton et de Chatham. On a rénové la centrale de Chatham, mise hors service en 1993, pour y aménager le centre d'entretien.
Consultation auprès des abonnés de l'usage industriel et de l'usage en gros

Comme on le décrit dans la section Énergie NB - Gestion de l'exploitation, Énergie NB a passé beaucoup de temps avec ses gros abonnés au cours de la dernière année. Selon les commentaires obtenus, Énergie NB s'engage à poursuivre les efforts de collaboration avec ces abonnés et les discussions continueront en 1996.

Concurrence et déréglementation

Dans l'introduction à la section consacrée à la fourniture des services, on décrivait les changements profonds qui ont touché l'industrie de l'électricité dans le monde entier. La question de la privatisation et de la compétition entre les entreprises d'électricité canadiennes a suscité beaucoup de discussions pendant les années 1990. L'introduction possible de la concurrence et de la déréglementation dans l'industrie des entreprises d'électricité canadiennes aurait un effet considérable sur Énergie NB. La Société a entrepris une initiative au début de 1996 pour explorer de façon exhaustive les changements possibles à ses activités, à sa structure et à ses programmes de commercialisation pouvant découler d'un tel changement.

Énergie NB a fait appel à deux firmes d'experts-conseils dans le domaine de la déréglementation pour examiner les conséquences de la déréglementation du point de vue de l'entreprise, de l'exploitation et des politiques gouvernementales. Le but de ces études est de déterminer tous les scénarios auxquels Énergie NB pourrait avoir à faire face dans les années à venir.

Un groupe de travail interne a également été mis sur pied pour examiner les défis économiques et techniques qui pourraient découler de la déréglementation. Le groupe de travail étudie les activités actuelles de l'entreprise et détermine les sources de revenus, de coûts et de profits par centres d'activités. Plus précisément, le comité de travail doit :

  • Examiner les tendances dans les domaines de l'économie, de la technologie et des politiques gouvernementales auxquelles devront faire face Énergie NB et le réseau électrique provincial;
  • Évaluer les activités commerciales actuelles d'Énergie NB et déterminer les sources de produits et de coûts et les avantages de certains domaines d'activité précis;
  • Étudier des modèles possibles de déréglementation et de concurrence;
  • Faire des recommandations concernant les stratégies à adopter pour faire face aux défis imminents de la concurrence.

Les travaux effectués par le groupe de travail interne et par les experts-conseils sont semblables à ceux effectués ailleurs au Canada par les entreprises d'électricité et les gouvernements provinciaux. En se préparant à l'avance pour la concurrence et la déréglementation, Énergie NB sera dans une meilleure situation pour profiter des possibilités et relever les défis.

Services à la clientèle

Énergie NB s'engage à continuellement améliorer ses services à la clientèle. Bien que ses abonnés se soient toujours avérés satisfaits du niveau de service fourni par Énergie NB, on cherche à les satisfaire encore davantage. Les entreprises d'électricité du Canada, qui détenaient auparavant des monopoles, doivent faire face à l'arrivée de la déréglementation et de la concurrence. Ces facteurs renforcent encore davantage l'idée que les abonnés d'Énergie NB constituent son atout le plus valable.

Pour veiller à ce qu'Énergie NB ait les ressources dont elle a besoin pour satisfaire aux besoins des abonnés, on élabore actuellement un projet de formation pour le personnel des services à la clientèle qui couvrira notamment les politiques, les tarifs, les procédures, les réponses aux questions posées fréquemment, etc. L'étape initiale du projet consistera à préparer la documentation et le matériel de référence.

Le sondage effectué par l'ACÉ en 1995 a indiqué que le degré de satisfaction des abonnés d'Énergie NB était très semblable à la moyenne nationale. Les mesures qui seront prises dans les domaines suivants, jugés très importants par les abonnés, visent à améliorer davantage le service à la clientèle.

Fiabilité de l'approvisionnement

Comme les abonnés d'Énergie NB sont généralement satisfaits de la fiabilité de l'approvisionnement, la Société vise à maintenir sa moyenne quinquennale de 4,37 heures, telle que mesurée par l'indice SAIDI. D'autre part, Énergie NB analysera le réseau de toute partie de la province où les pannes sont particulièrement longues.

Prompt rétablissement du service

En 1996, Énergie NB vise à maintenir sa moyenne annuelle de 1,50 heure, telle que mesurée par l'indice CAIDI. Comme on le décrit dans la section Énergie NB - Exploitation, la température et les autres conditions difficiles à maîtriser peuvent avoir un effet notable sur les statistiques de rétablissement du service.

Souci de la santé publique

Comme il est expliqué dans la section consacrée à la gestion des ressources humaines du Plan d'entreprise, Énergie NB a élaboré une série de programmes à l'échelle de l'entreprise et au sein de la division de la Santé et de la Sécurité pour répondre à ce besoin.

Qualité du service à la clientèle

Les mesures visant la qualité du service - mesures décrites dans les plans de services à la clientèle de la Société - devraient accroître le degré déjà élevé de satisfaction des abonnés d'Énergie NB.

Assurance d'approvisionnement en électricité dans l'avenir

Comme il est expliqué dans la section consacrée à la gestion des installations du Plan d'entreprise, Énergie NB a mis en place une série de plans et de mesures pour assurer l'approvisionnement en électricité dans l'avenir.

Encouragement d'un usage plus judicieux de l'électricité

Énergie NB poursuivra ses efforts pour promouvoir les économies d'énergie et la gestion de la consommation pendant l'exercice 1996-1997. Son Plan des ressources intégrées de 1995 étant achevé, Énergie NB élaborera une stratégie détaillée d'économies d'énergie et d'efficacité énergétique de façon à répondre aux besoins futurs de ses abonnés. La section Plans d'entreprise détaillés - Gestion des installations fait état des possibilités de cette stratégie.

Respect de l'environnement

La section sur la gestion de l'environnement dans les Plans d'entreprise détaillés décrit le nombre croissant de programmes et de mesures cherchant à améliorer le rendement de la Société à cet égard.

Rôle de leadership dans le développement économique

Un des objectifs clés d'Énergie NB est de maintenir des tarifs concurrentiels de façon à contribuer au développement économique de la province du Nouveau-Brunswick.

Gestion efficace

Le processus de planification d'entreprise et les mesures d'améliorations commerciales visent surtout à accroître l'efficacité de la gestion de la Société.

Participation sociale et communautaire

Les employés d'Énergie NB sont très actifs, et on encourage leur participation aux activités sociales et communautaires.

Des consommateurs et un public bien informés

En 1994, Énergie NB a amorcé un processus cherchant à améliorer l'interaction de la Société avec les abonnés et le public. En particulier, la publication annuelle de ses Plans quinquennaux d'entreprise permettra au public de se prononcer sur les décisions touchant les objectifs à court et à long terme.

Coût de l'électricité

Comme il est souligné dans tout le Plan d'entreprise, la Société veut surtout mettre l'accent sur la compression des coûts et la prise de mesures appropriées pour réduire la nécessité d'augmenter les tarifs. De plus, les mesures de gestion de la consommation décrites dans la section Plans d'entreprise détaillés - Gestion des installations auront pour effet de réduire le coût global de l'électricité.

Exportation du savoir

Le personnel nucléaire continuera à appuyer les sources de revenus additionnels en vendant services, expertise, pratiques d'exploitation et documentation à d'autres opérateurs de centrales nucléaires. Parmi les contrats en vigueur actuellement, mentionnons les activités de mise en service en Roumanie et la formation du personnel nucléaire coréen. On prévoit un protocole d'entente avec la Chine pour l'appui à la formation et à la mise en service des centrales.

Une fois que le projet SAP d'Énergie NB aura été mis en place, Énergie NB étudiera aussi la possibilité de commercialiser l'expertise technologique acquise dans le cadre du projet.

La Société étudie actuellement la possibilité de fournir ces services sur une plus grande échelle et d'intensifier la commercialisation de ses compétences. Toutes ces exportations de compétences et d'habiletés sont assujetties à des conditions liées au recouvrement des coûts, à la sécurité de l'exploitation interne d'Énergie NB, à la disponibilité des compétences sur le marché national, et à la stabilité politique et au respect des droits de la personne dans les pays en question. Si l'ampleur de ces activités le justifie, Énergie NB envisagera la possibilité d'établir une unité distincte responsable de la fourniture de ces services.




Assemblée législative du Nouveau-Brunswick
Courrier électronique | Coordonnées | Décharge