|
|
|
Assemblée législative du Nouveau-Brunswick
Index | Précédent | Suivant

Partie 6 - Masse


La masse du Nouveau-Brunswick, faite d'argent massif doré, est le symbole de l'autorité parlementaire. Elle a été présentée à l'Assemblée législative en 1937, l'année du couronnement du roi George VI, par l'hon. Murray MacLaren, lieutenant-gouverneur. Les armoiries royales figurent sur le coussin de la couronne. Sur la tête de la masse figurent, d'un côté, les armoiries de la province, de l'autre, le premier Grand Sceau. Le monogramme royal GVIR est gravé sur les deux côtés; des violettes cuculées, l'emblème floral de la province, y figurent aussi. Sur la hampe, la violette cuculée, l'épinette rouge et des feuilles d'érable sont représentées pour marquer le lien entre la province et le pays.

La garde de la masse, du mobilier et des installations de la Chambre est confiée au sergent d'armes. Celui-ci, portant la masse, escorte le président de la Chambre et les greffiers à leur entrée ou sortie de la Chambre. Il prend place à la Chambre et il est toujours prêt à intervenir pour faire respecter, si le besoin s'en fait sentir, les ordres du président.

Lorsque l'Assemblée législative siège, la masse est déposée sur le bureau. Quand la Chambre se forme en comité et que le président de la Chambre n'occupe pas le fauteuil, la masse repose sur des supports sous le rebord du bureau. Lorsque l'Assemblée législative ne siège pas, la masse demeure sous la responsabilité du président.

La plupart des corps législatifs du Commonwealth ont de nos jours une masse à la Chambre. La masse est le symbole de l'autorité du président, qui est au service de la Chambre.

L'évolution historique de la masse au Parlement britannique est à la fois intéressante et curieuse. À l'époque médiévale, c'était une arme défensive utilisée dans les corps à corps, par les ecclésiastiques en particulier, auxquels il était défendu de se servir d'une épée. Plus tard, dans les assemblées de législateurs, la masse a servi comme moyen très efficace de maintenir l'ordre. Ce n'est que graduellement que son rôle cérémonial actuel a été acquis. Le cortège du président et la masse sont un rappel constant du fait que le Parlement a gagné la lutte pour obtenir la suprématie sur un gouvernement arbitraire.

Index | Précédent | Suivant

DÉCHARGE