Présidents de l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick

L’hon. Amos Botsford

Amos Botsford est né le 31 janvier 1744 à Newtown, au Connecticut. D’ascendance loyaliste et coloniale anglaise, il était le fils de Gideon et de Bertha Bennett Botsford.

Il a reçu son diplôme du Yale College en 1763, il a étudié le droit et été admis au Barreau. Il s’est établi à New Haven, au Connecticut, où il a exercé le droit et est devenu un citoyen influent. Il a donné des cours de droit à Yale en 1768-1769.

En 1770, il a épousé Sarah Chandler, fille de Joshua Chandler, de New Haven, au Connecticut. De cette union sont nés un fils et deux filles.

Lorsque la guerre de la révolution américaine a éclatée, M. Botsford a pris parti pour la Couronne. Il a dû quitter sa demeure et se réfugier derrière les lignes britanniques, tandis que ses biens, estimés à plus de 1 200 £, ont été confisqués.

Nommé par sir Guy Carleton mandataire des Lloyd Neck Associated Loyalists en 1782, Amos Botsford a été envoyé en Nouvelle-Écosse pour faire les préparatifs en vue de l’établissement des réfugiés. L’arpentage détaillé des rives de la baie de Fundy et du fleuve Saint-Jean a été effectué, et des plans ont été dressés en vue de l’établissement des loyalistes l’année suivante.

Amos Botsford a été un des premiers à obtenir plusieurs concessions à Parrtown. Il ne s’y est pas établi, mais s’est rendu dans le comté de Westmorland et s’est installé d’abord à Dorchester Island, où il a construit la première maison de pierre du comté. Il y a vécu plusieurs années. Il a ensuite acheté une grande étendue de terre à Westcock, près de Sackville, et, en 1790, il a vendu à Benjamin Wilson sa demeure à Dorchester Island. Il a fini ses jours à Westcock.

Il s’est occupé beaucoup d’agriculture et il a continué à exercer le droit. Il a aussi ouvert un commerce de détail. Le Dictionnaire biographique du Canada décrit ainsi M. Botsford :

Lorsque le Nouveau-Brunswick devint une province en 1784, Botsford alla s’installer à Dorchester. Il obtint les nominations de greffier de la paix, de juge de la Cour inférieure des plaids communs et de receveur de l’enregistrement dans le comté de Westmorland, nouvellement créé.

Lors des premières élections générales de l’Assemblé législative tenues dans la nouvelle province du Nouveau-Brunswick, en novembre-décembre 1785, il a été élu comme un des députés du comté de Westmorland. Il a participé à la première session du nouveau corps législatif, qui s’est ouverte le 3 janvier 1786 à la maison Mallard, sur la rue King, à Saint John. La session a été ouverte par le lieutenant-gouverneur, Thomas Carleton, et M. Botsford a été choisi premier président, charge qu’il a occupée sans interruption jusqu’à sa mort 26 ans plus tard. Il a été réélu aux élections générales de janvier 1793, de septembre 1795, de novembre 1802 et d’octobre 1809, et il a siégé jusqu’à sa mort.

Il est décédé le 14 septembre 1812 à Saint John, au Nouveau-Brunswick, lors d’une visite. Un article rédigé par Edward Chapman Bowes dans The Sackville Tribune-Post du 18 juillet 1984 décrit ainsi le président Botsford :

Un des pères du Nouveau-Brunswick […] M. Botsford a aussi fondé une dynastie qui jouera un rôle important dans le développement de la province au cours du siècle suivant. [Traduction.]

Source : Nouveau-Brunswick. Assemblée législative. Bureau du greffier. Orateurs de l’Assemblée législative : Province du Nouveau-Brunswick : 1786-1985, Fredericton, 1985.