Présidents de l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick

L'hon. Hedley Francis Gregory Bridges

Hedley Francis Gregory Bridges est né le 7 avril 1902 à Fredericton, au Nouveau-Brunswick. D’ascendance coloniale anglaise et écossaise, il était le fils du Dr Hedley V.B. et de Mabel Eloise Fulton Gregory Bridges.

Il a fréquenté la Fredericton High School. En 1922, il a obtenu un baccalauréat ès arts de l’Université du Nouveau-Brunswick. Il a été enseignant de 1922 à 1927 puis directeur à l’école secondaire de Hillsborough et de Campbellton. En 1926, il a été président de la New Brunswick Teachers’ Association.

Il a étudié le droit dans le cabinet de Peter Hughes, à Fredericton. Il a été admis au Barreau du Nouveau-Brunswick comme avocat en 1927 et comme avocat plaidant en 1928. Il s’est établi à Campbellton, au Nouveau-Brunswick, où il a exercé le droit.

Peu après le début de la Seconde Guerre mondiale, il s’est engagé dans l’armée et a servi au Canada avant d’aller outre-mer. Attaché d’abord au quartier général de la Deuxième armée britannique, où il a occupé en France et en Belgique le poste d’officier des affaires juridiques civiles, il a ensuite fait partie de la Première armée canadienne. Il est devenu plus tard fonctionnaire supérieur juridique du gouvernement militaire au quartier général du 2e Corps d’armée canadien et a organisé et supervisé des tribunaux militaires en Allemagne, dans la région où était stationné le corps. Auparavant, il avait aidé les autorités néerlandaises à remettre sur pied leurs tribunaux civils.

Il était célibataire.

S’étant porté candidat dans le comté de Restigouche pour servir à l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, il a été battu aux élections générales du 19 juin 1930.

Il a été élu pour la première fois à l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, comme l’un des députés libéraux du comté de Restigouche, aux élections générales du 27 juin 1935. Il a siégé durant cette législature jusqu’à la dissolution de la Chambre en vue du déclenchement d’élections et il s’est retiré temporairement de la politique.

Le 5 mars 1936, il a été choisi président de l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick et a occupé ce poste jusqu’au 9 janvier 1939, date de sa démission.

Le Telegraph Journal du 11 août 1947 rapporte les propos suivants du premier ministre du Canada Mackenzie King :

En tant que président de la Chambre, il a acquis la réputation d’être une autorité en matière de droit constitutionnel et de formalités constitutionnelles ainsi qu’en matière de procédure parlementaire. Toutefois, il a démissionné de la présidence afin de pouvoir participer plus librement aux débats et exprimer sans entraves ses opinions sur le besoin au Canada d’une vision globale en matière de politique. [Traduction.]

Il a été élu pour la première fois à la Chambre des communes, comme député de la circonscription de York-Sunbury, aux élections générales du 11 juin 1945.

Le 29 août 1945, il a été assermenté à titre de membre du Conseil privé du Canada et a reçu le portefeuille de ministre des Pêches dans le gouvernement King, portefeuille qu’il conservera jusqu’à sa mort.

Il est décédé le 10 août 1947 à Ottawa, en Ontario, à l’âge de 45 ans.

Le Telegraph Journal du 11 août 1947 écrit plus loin :

D’enseignant qui a étudié le droit dans ses temps libres, il est devenu, à l’âge de 34 ans, président de l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick, a rompu avec les dirigeants de son parti provincial et, par la suite, après avoir servi outre-mer pendant la guerre, a fait son entrée sur la scène politique fédérale lors des élections générales de 1945. Avant qu’il ne soit terrassé par la maladie, les observateurs politiques de la province avaient prévu son ascension à des postes plus élevés au Cabinet. [Traduction.]

Source : Nouveau-Brunswick. Assemblée législative. Bureau du greffier. Orateurs de l’Assemblée législative : Province du Nouveau-Brunswick : 1786-1985, Fredericton, 1985.