Présidents de l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick

L’hon. George Johnson Clarke

George Johnson Clarke est né le 10 octobre 1857, à Saint Andrews, au Nouveau-Brunswick. Il était le fils de Nelson et de Mary Clarke, tous deux résidents de cette ville.

Il a fréquenté les écoles publiques de Saint Andrews et de Fredericton, au Nouveau-Brunswick. Il a enseigné à divers endroits dans le comté de Charlotte lorsqu’il était encore très jeune. Plus tard, il a étudié le droit et a été admis au Barreau du Nouveau-Brunswick comme avocat le 29 avril 1885 et comme avocat plaidant le 23 juin 1887.

Il s’est établi à St. Stephen, au Nouveau-Brunswick, et il a exercé avec succès sa profession. Il a été pendant un certain temps rédacteur, directeur et principal propriétaire du journal Saint Croix Courrier. Jeune homme, il a occupé le poste de greffier de la ville de St. Stephen et il a été maire de St. Stephen de 1898 à 1899. Il a aussi été préfet du comté de Charlotte. Il a été nommé conseiller du roi en 1907.

George Clarke a été membre des clubs de golf et de curling de St. Stephen et adepte de la voile. Il a été membre des Ancients Free & Accepted Masons.

Le 11 septembre 1889, il a épousé Bessie McKeown, fille du rév. Hezekiah McKeown. De cette union sont nées deux filles.

Il a été battu dans le comté de Charlotte aux élections générales fédérales du 5 mai 1891.

Il a été battu dans le comté de Charlotte aux élections générales provinciales du 18 février 1899.

Il a été élu à l’Assemblée législative pour la première fois comme un des députés du comté de Charlotte aux élections générales du 28 février 1903. Il a été réélu aux élections générales du 3 mars 1908 et du 20 juin 1912. Il a été réélu à l’Assemblée législative à l’élection partielle du 19 février 1914 à la suite de son acceptation d’un poste au Cabinet. Il a siégé jusqu’à la dissolution de l’Assemblée législative en 1917 et il s’est retiré pour des raisons de santé.

Il a reçu deux fois l’honneur d’être nommé président de la Chambre. Il a été élu à la charge pour la première fois le 18 mars 1909 et il a été réélu le 13 février 1913. Il a occupé la charge jusqu’en 1914. Le Gleaner du 27 février 1917 indique qu’il a occupé le poste avec dignité et qu’il s’est gagné la confiance et le respect des députés des deux côtés de la Chambre.

Le 22 janvier 1914, il a été assermenté membre du Conseil exécutif du Nouveau-Brunswick et il a été nommé procureur général dans le gouvernement de l’hon. James K. Flemming. Il a occupé le poste jusqu’au 17 décembre 1914, date à laquelle il est devenu premier ministre et ministre des Terres et des Mines, après la démission de l’hon. M. Flemming. Il a démissionné de ces poste le 1er février 1917 pour des raisons de santé, et l’hon. James A. Murray, ministre de l’Agriculture, lui a succédé comme premier ministre.

Pendant le mandat de George Clarke comme ministre des Terres et des Mines, il a été directement responsable d’un grand nombre de mesures progressistes, en particulier celle portant sur la reclassification des terres de la Couronne dans la province. À l’époque, la nouvelle loi qui en a découlé a été qualifiée de politique la plus progressiste de toutes les provinces du Canada.

Il est décédé le 26 février 1917, après une longue maladie, à sa résidence à St. Stephen, au Nouveau-Brunswick.

Source : Nouveau-Brunswick. Assemblée législative. Bureau du greffier. Orateurs de l’Assemblée législative : Province du Nouveau-Brunswick : 1786-1985, Fredericton, 1985.