Présidents de l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick

L’hon. Charles Simonds

Charles Simonds est né le 22 août 1783 à Portland Point, à Saint John, au Nouveau-Brunswick. D’ascendance coloniale anglaise préloyaliste, il était le fils de James et de Hannah Peabody Simonds.

Il a étudié à l’école publique de Portland et avec des tuteurs privés. Il s’est établi à Saint John et a travaillé dans les entreprises commerciales établies et dirigées par son père. C’est dans cette ville qu’il est devenu un chef de file sur la scène commerciale, financière et politique de son époque.

Charles Simonds a d’abord épousé le 27 mai 1817 Catherine Mary Longmuir, fille du capitaine Richard Longmuir. Elle est décédée le 2 mars 1820, à l’âge de 21 ans. Ils n’ont pas eu d’enfants. Il s’est remarié le 31 juillet 1824 avec Lucy Ann Clopper, fille de Garrett Clopper. Elle est décédée le 6 juillet 1832, à l’âge de 27 ans. De cette union sont nés trois fils et une fille.

Aux élections générales d’octobre 1819, il a été porté candidat pour le comté de Saint John, mais il s’est retiré avant le vote. Il a été élu pour la première fois à l’Assemblée législative comme un des députés du comté et de la ville de Saint John aux élections générales de juin 1820. Réélu aux élections générales de juin 1827, d’octobre 1830, de décembre 1834, de septembre 1837 et de décembre 1842, il a siégé sans interruption comme député jusqu’à la dissolution de l’Assemblée législative en 1846.

Il ne s’est pas représenté aux élections générales de cette année-là mais a accepté un siège au Conseil législatif du Nouveau-Brunswick et y a siégé jusqu’en 1850, année où il a démissionné afin de briguer à nouveau les suffrages dans le comté de Saint John pour revenir à l’Assemblée législative.

Élu de nouveau à l’Assemblée législative comme un des députés du comté et de la ville de Saint John aux élections générales du 20 juin 1850, il y a siégé jusqu’à sa démission en octobre 1851. Élu à nouveau aux élections générales du 24 juin 1856, il a siégé pendant deux sessions jusqu’à la dissolution de l’Assemblée législative en 1857. Il a été battu aux élections générales du 23 avril 1857 et s’est ensuite retiré de la vie politique active.

Le 11 décembre 1828, il a été choisi président de l’Assemblée législative, après la démission de son frère, l’hon. Richard Simonds. Il a été président jusqu’en 1830. Il a de nouveau été nommé président le 20 janvier 1835 et le 28 décembre 1837. Il a occupé le poste jusqu’en 1842 et y a été nommé de nouveau le 6 février 1851 et, encore une fois, le 17 juillet 1856.

Le 15 août 1837, il a été nommé au Conseil exécutif, où il a siégé jusqu’à sa démission le 1er février 1846. Au cours de cette période, il a occasionnellement exercé les fonctions de leader parlementaire du gouvernement à l’Assemblée législative. Durant la lutte pour obtenir un gouvernement responsable, il a d’abord appuyé avec circonspection le concept mais y a accordé plus tard son soutien sans réserve, jusqu’à l’aboutissement des efforts en 1854.

Il est décédé le 12 avril 1859 à la résidence de son fils Henry G. Simonds, à Saint John.

Source : Nouveau-Brunswick. Assemblée législative. Bureau du greffier. Orateurs de l’Assemblée législative : Province du Nouveau-Brunswick : 1786-1985, Fredericton, 1985.