Présidents de l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick

L’hon. Frederick Charles Squires

Frederick Charles Squires est né le 13 novembre 1881 à Bath, dans le comté de Carleton, au Nouveau-Brunswick. D’ascendance loyaliste anglaise, il était le fils de Robert et d’Elizabeth Turner Squires.

Il a fréquenté les écoles publiques, l’école normale provinciale et l’Université du Nouveau-Brunswick, où il a obtenu un baccalauréat ès arts en 1906. Au cours de ses études à l’Université du Nouveau-Brunswick, M. Squires s’est taillé une réputation enviable comme étudiant et comme athlète. Il a été choisi comme athlète exceptionnel et a remporté trois années de suite la ceinture d’athlétisme toutes catégories.

Enseignant pendant bien des années, M. Squires a été directeur de la Florenceville Consolidated School et de la Woodstock High School. Il a étudié plus tard à la Harvard University à Boston, au Massachusetts, et a obtenu un baccalauréat en droit. Il a été admis au Barreau du Nouveau-Brunswick comme avocat le 16 novembre 1916 et comme avocat plaidant le 29 novembre 1917.

Frederick Squires s’est établi à Woodstock, au Nouveau-Brunswick, et s’est livré avec succès à l’exercice de sa profession. Il a été nommé conseiller du roi en 1947. Au cours de sa longue carrière au Barreau, M. Squires a acquis une excellente réputation comme avocat de la défense dans les causes criminelles.

Il s’est activement intéressé aux confréries et a été membre de l’ordre maçonnique et des Knights of Pythias. Il a été grand maître provincial de l’Orange Lodge of New Brunswick et membre du Rotary Club of Woodstock.

Le 2 septembre 1912, il a épousé Hattie Duncan Pierce. De cette union sont nés un fils et une fille.

Il a été élu pour la première fois à l’Assemblée législative comme un des députés du comté de Carleton aux élections générales du 10 août 1925. Il a été réélu aux élections générales du 9 juin 1930. Le 27 juin 1935, il a été élu député progressiste-conservateur du comté de Carleton. Réélu aux élections générales du 20 novembre 1939 et du 28 août 1944, il a siégé sans interruption jusqu’à la dissolution de la Chambre en 1948.

Il a été battu aux élections générales du 28 juin 1948 et s’est ensuite retiré de la vie politique active pour consacrer son temps à la pratique privé.

Au cours de la session de 1926, il a été choisi vice-président de la Chambre et, le 12 février 1931, il a été choisi président de la Chambre, charge qu’il a occupée jusqu’à 1935.

Le 5 mars 1936, il a été choisi leader parlementaire de l’opposition conservatrice et a plus tard été nommé chef du Parti conservateur du Nouveau-Brunswick.

À la suite des élections générales de 1939, M. Squires a dû démissionner pour des raisons de santé de son poste de chef du Parti conservateur.

En 1953, il a été nommé greffier de l’Assemblée législative et légiste, postes qu’il a occupés jusqu’à sa démission en 1959.

Il est décédé le 16 décembre 1960 au Victoria Public Hospital à Fredericton, au Nouveau-Brunswick, à l’âge de 79 ans.

Le Telegraph Journal du 17 décembre 1960 a décrit M. Squires en ces termes :

Il a été nommé président de la Chambre […] et a acquis la réputation d’être un expert de premier plan au Nouveau-Brunswick en matière de procédure parlementaire. [Traduction.]

Source : Nouveau-Brunswick. Assemblée législative. Bureau du greffier. Orateurs de l’Assemblée législative : Province du Nouveau-Brunswick : 1786-1985, Fredericton, 1985.