Bureau du lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick
 

Lieutenante-
Gouverneure
arrowMessage
arrowBiographie
arrowMessages de félicitations
arrowHistoire
arrowFAQ
arrowAccueil

Autres liens
arrowRésidence
du gouverneur

arrowOrdre du N.-B.
arrowAutres sites

Rôle du lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick

La reine du Canada, Sa Majesté la reine Elizabeth II, représentée au Nouveau-Brunswick par le lieutenant-gouverneur, est le chef d'État officiel. Le lieutenant-gouverneur est donc chef d'État de nom au palier provincial et, à ce titre, il a l'autorisation et la responsabilité de représenter la reine dans la province. Cependant, le pouvoir réel revient au premier ministre et au Conseil exécutif (lequel est formé de membres élus qui sont nommés ministres de la Couronne par le lieutenant-gouverneur à la recommandation du premier ministre).

Le lieutenant-gouverneur du Nouveau-Brunswick est nommé par le gouverneur général en conseil à la recommandation du premier ministre du Canada. Le document de nomination est signé par le gouverneur général. Selon la tradition, la nomination du lieutenant-gouverneur est valable pour une période d'au moins cinq ans et lui confère à vie le titre d'«honorable». Dans la conversation et la correspondance, il convient de donner le titre de «Votre Honneur» au lieutenant-gouverneur ou à la lieutenante-gouverneure, ainsi qu'à sa conjointe ou son conjoint.

Le lieutenant-gouverneur joue un double rôle; il agit d'abord en qualité de représentant de la reine pour toutes les activités du gouvernement provincial, puis en tant que fonctionnaire fédéral qui s'acquitte de certaines fonctions au nom du gouvernement fédéral.

C'est le lieutenant-gouverneur qui ouvre, proroge et dissout l'Assemblée législative. Il est chargé de faire prêter serment au premier ministre et aux membres du Conseil des ministres, et il doit s'assurer qu'il y a toujours un gouvernement au pouvoir. Le juge en chef du Nouveau-Brunswick devient administrateur au nom du lieutenant-gouverneur lorsque ce dernier est absent, malade ou incapable d'exercer ses fonctions pour quelque raison que ce soit. Le lieutenant-gouverneur et le juge en chef ne peuvent donc s'absenter de la province en même temps.

Le lieutenant-gouverneur accorde la sanction royale à tous les projets de loi adoptés par l'Assemblée législative avant qu'ils n'entrent en vigueur, et il les signe. Il appose également sa signature sur d'autres documents officiels comme les proclamations, les nominations à des postes du gouvernement, dont ceux de sous-ministre, juge provincial, membre d'un conseil, d'un organisme ou d'une commission, procureur de la Couronne et juge de paix. Il signe en outre d'autres documents tels les lettres patentes relatives aux biens-fonds publics, les baux, ainsi que les nominations de notaires et de commissaires aux affidavits.

Une des principales responsabilités du lieutenant-gouverneur consiste à prononcer le Discours du Trône à l'occasion de l'ouverture officielle d'une nouvelle session de l'Assemblée législative. Ce discours présente les projets de loi, les programmes et les initiatives que le gouvernement entend proposer au cours de la session.

En plus de ses obligations officielles, le lieutenant-gouverneur prend part, à sa discrétion, à un grand nombre d'activités traditionnelles. Ainsi, il parraine des activités bénévoles qui visent à améliorer la qualité de la vie dans la collectivité, ainsi que des programmes de récompenses. Il remet des citations, participe à des investitures, à des dédicaces et à d'autres cérémonies officielles soulignant les réalisations des Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoises, et il envoie des messages de félicitations et de condoléances. Il donne des réceptions, reçoit à déjeuner ou à dîner des invités exerçant diverses professions ou représentant diverses organisations, accueille les membres de la famille royale, les chefs d'État, les ambassadeurs et les autres représentants de pays étrangers, ainsi que des personnes de toutes conditions. Au cours d'une année, le lieutenant-gouverneur assiste à des centaines d'activités publiques et communautaires, d'un bout à l'autre de la province.