Village historique de Kings Landing

Vente des pauvres aux enchères à Kings Landing (06/07/12)

NB 926

le 12 juillet 2006

PRINCE WILLIAM (CNB) -- Avant l'assurance-emploi, la sécurité sociale et autres filets de sécurité, les citoyens défavorisés dépendaient des grâces de la paroisse locale pour de l'aide. La fin de semaine des 15 et 16 juillet, le Village historique de Kings Landing présentera une reconstitution de l'encan des pauvres, manière dont certaines communes du Nouveau-Brunswick s'occupaient des personnes dans la misère.

Au cours de l'événement, les visiteurs rencontreront des comédiens en costumes d'époque dépeignant des personnages du XIXe siècle, dont un militant américain nommé George Francis Train ainsi que le shérif et l'intendant des pauvres et des nécessiteux du XIXe siècle.

Le clou de l'événement, la reconstitution d'un encan des pauvres, illustrera la vente de gens dans le besoin au soumissionnaire le moins-disant. Au XIXe siècle, en guise de compensation, ce dernier recevait du gouvernement le montant de la soumission et acceptait en retour de nourrir, vêtir, loger et prendre soin du pauvre pendant une année.

Bien des visiteurs trouvent cette façon de faire troublante et terrible , affirme la directrice artistique de Kings Landing, Michelle Daigle. C'est la preuve que, sous certains aspects, la vie au XIXe siècle était difficile et que tout n'était pas aussi rose et paisible qu'on puisse l'imaginer à Kings Landing.

Les tenants de l'encan des pauvres considéraient que c'était une façon rationnelle d'assurer à la fois que les taxes demeurent aussi faibles que possible et que les personnes dans le besoin soient prises en charge. Et si elles le pouvaient, ces personnes travaillaient pour les gens qui les recueillaient.

Quant à ses détracteurs, ils estimaient que c'était un procédé humiliant et que les pauvres risquaient ainsi d'être victimes de violence. Comme solution, ils suggéraient que la commune construise un asile des pauvres. Le taux des taxes locales serait fixé en fonction du coût de l'entretien de l'institution.

Pendant la fin de semaine, les visiteurs entendront les propos des tenants et des détracteurs et décideront pour eux-mêmes ce qui leur semble juste, précise Mme Daigle. Ce que nous considérons correct au XXIe siècle était peut-être perçu très différemment à cette époque, et nous encouragerons les visiteurs à participer au débat et à se faire une opinion.

L'encan des pauvres commencera à 14 h 30, samedi et dimanche, dans la grange Ingraham. Un narrateur décrira les normes sociales, les attitudes et les croyances de l'époque, et les visiteurs seront appelés à trancher une troublante question : est-ce que miser sur un pauvre sort celui-ci de la misère? ou est-ce atteindre à sa dignité que de le vendre aux enchères?

Situé à 20 minutes à l'ouest de Fredericton, sortie 253 de la Transcanadienne, le Village historique de Kings Landing est ouvert tous les jours de 10 h à 17 h, du 3 juin au 9 octobre 2006, ainsi qu'à d'autres moments pour le repas du soir à l'auberge King's Head. Des événements spéciaux sont prévus tout au long de la saison : reconstitutions militaires, représentations théâtrales, ventes aux enchères, foires, festivals, etc. Pour tous renseignements, téléphoner à Kings Landing au 506-363-4999 ou consulter le site web.

2006-07-12

PERSONNE-RESSOURCE : Patricia Donnelly, gestionnaire du marketing, Village historique de Kings Landing, 506-363-4952 ou pdonnelly@kingslanding.nb.ca.

2006-07-12