Voir ce bulletin sur notre site web. / View this newsletter in your browser.
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrit-e. / You're receiving this message because you subscribed.
Vous n’êtes plus intéressé-e ? Se désabonner / Not interested anymore? Unsubscribe
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB. / Subscribe to Women Femmes NB
 

Faites-nous parvenir vos nouvelles :
wib-dqf@gnb.ca
Sans frais : 1-877-253-0266
télécopieur : (506) 453-7977
www.gnb.ca/femmes

Women Femmes NB est publié deux fois par mois par la Direction des questions féminines du gouvernement provincial. Il diffuse des nouvelles sur les questions d’égalité - des événements, des rapports, des initiatives et des renseignements nous provenant des groupes de femmes, des gouvernements, des universités et autres.

Les textes fournis par des organismes non gouvernementaux seront publiés dans la ou les langues dans lesquels ils nous sont fournis.

 

 

(English version follows)

Women Femmes NB
le 17 août 2011

DANS CE NUMÉRO :

  • LE CANCER AU NOUVEAU-BRUNSWICK EN 2008
  • AVIS
  • CES PERSONNES QUI S’EN PRENNENT AUX FEMMES ENCEINTES
  • APRÈS LA VIOLENCE
  • PROGRAMME « ALLER DE L’AVANT » - GUÉRIR DES EFFETS DE LA VIOLENCE
  • POUR QUE VIEILLIR SOIT GAI
  • LES FEMMES ET LA PRESSE
  • LA NATION SHUSWAP ÉTAIT ET EST ENCORE MATRIARCALE

………………………………………………………………………………

LE CANCER AU NOUVEAU-BRUNSWICK EN 2008

Filles et femmes: 1 900 nouveaux cas de cancer, un taux de 506 cas pour 100 000 de population, une amélioration comparativement à l'année précédente. Un peu plus de la moitié des nouveaux cas (1 000 des 1 900 cas) étaient des femmes de 65 ans ou plus.

Garçons et hommes: 2 500 nouveaux cas de cancer, un taux de 682 cas pour 100 000 de population, une détérioration relativement à l'année précédente. 60% des cas (1 500 des 2 500) étaient des hommes de 65 ans ou plus.

Le type de cancer le plus fréquemment détecté en 2008 au N.-B. :

  • Filles et femmes: sein, 503 nouveaux cas.
  • Garçons et hommes: prostate, 816 nouveaux cas.

Au deuxième rang de fréquence, chez les deux sexes : le cancer du poumon.

- Incidence du cancer au Canada, 2010, http://bit.ly/ncxbmp

 

AVIS

L'immigration francophone dans les petites communautés d'accueil - lundi 29 août 2011, 17h à 19h, Thé Infusion, rue Charlotte, Saint John. Réservez avant le 19 août : www.doodle.com/4qbzbu6g2q868dn7. Centre d'accueil multiculturel et des nouveaux arrivants & Centre Métropolis Atlantique. http://bit.ly/pcVNQZ

L'estime de soi chez l'adulte – Sessions en français. Les lundis 17 oct au 21 nov, 2011, 18h30-21h. $85 ($150/couple). Pré-inscription : 857-3258 poste 0. Services à la famille Moncton.

Sommet des femmes « Représentation des sexes dans le milieu du travail technologique : Technologie sans frontières » - d'Entreprise Grand Moncton, Hôtel Ramada Plaza Dieppe, 14-15 sept 2011. Pour étudiantes, éducatrices, femmes en affaire ou dans les TI et les métiers spécialisés et… les hommes avertis. Veut démystifier les carrières du secteur technologique; comprendre comment la technologie change le milieu de travail; identifier des débouchés au Canada atlantique. Programme : http://bit.ly/mWxbQT

Détermination à l'égard du statut de réfugié des minorités sexuelles au Canada : l'expérience de demandeurs d'asile bisexuels – Nouveau document, Metropolis, 2011. http://bit.ly/oQiqgk

Présentez une demande de financement pour la réalisation de projets visant à améliorer l'accessibilité d'installations aux personnes handicapées : la modification d'immeubles ou de véhicules communautaires ou les technologies de l'information (jusqu'à 50 000$). Fonds pour l'accessibilité Projets de petite envergure. Avant le 23 sept 2011. http://bit.ly/oADnZ2; 1-866-268-2502.

 

CES PERSONNES QUI S'EN PRENNENT AUX FEMMES ENCEINTES

Le Code des droits de la personne du N.-B. interdit la discrimination (intentionnelle ou non) fondée sur la grossesse (ou en raison du fait qu'elle peut devenir enceinte) dans des domaines comme l'emploi, le logement et les services au public (restaurants, écoles, centres commerciaux, assurances, etc).

Exemple de congédiement déguisé : Une travailleuse enceinte qui occupait un poste à temps plein dans une pépinière a remis à son employeur une note de son médecin indiquant qu'elle ne devrait pas épandre des pesticides. L'employeur lui a offert un horaire de travail allégé de 2 jours par semaine, en dépit du fait que de nombreux postes étaient adaptés à son niveau de compétence. Il a été jugé que l'employeur avait fait preuve de discrimination en procédant à un congédiement déguisé.

Exemple de désavantage dans les avantages sociaux : Une salariée avait avisé son supérieur qu'elle avait l'intention de prendre un congé de maternité et un congé parental. Elle avait également demandé de se prévaloir de sa banque de congés de maladie pour couvrir la période postnatale au cours de laquelle elle ne serait pas en mesure de travailler pour des raisons d'ordre médical. L'employeur a rejeté sa demande de congé de maladie. Étant donné que sa grossesse était le seul motif du rejet de sa demande de congé de maladie, la décision de l'employeur équivalait à de la discrimination fondée sur le sexe.

- Tiré de Ligne directrice sur la discrimination fondée sur la grossesse, Commission des droits de la personne du N.-B., juin 2011. http://bit.ly/phEWqC

 

APRÈS LA VIOLENCE

Au N.-B. en 2009-10, 863 femmes ont été admises à des maisons d'hébergement pour femmes violentées. 73% d'elles séjournaient dans un tel refuge pour la première fois (les autres y avaient cherché refuge de la violence au moins une fois auparavant). Les centres d'hébergement de deuxième étape du N.-B. ont accueilli 74 femmes. Le N.-B. compte 13 maisons de transition pour femmes s'échappant d'une situation de violence par un partenaire intime. Ces maisons offrent l'hébergement pour une période d'à peu près 30 jours. Les 5 maisons de deuxième étape offrent un hébergement sur 12 mois en lieu sûr avec services de soutien et d'aiguillage, conçu pour aider les femmes qui se remettent de cette violence.

- Tiré de Les refuges pour femmes violentées, 2010, Statistique Canada, 27 juin 2011, http://bit.ly/ribJXp

 

PROGRAMME « ALLER DE L'AVANT » - GUÉRIR DES EFFETS DE LA VIOLENCE

« Ce fut une très bonne expérience pour ma fille et moi. J'ai constaté des changements positifs dans son comportement à la maison et ailleurs. Son conseiller privé a également constaté des changements, et attribue ceux ci à l'expérience de groupe».

Aller de l'avant est un programme de groupes communautaires offert au N.-B. qui aide les enfants âgés de 4 à 16 ans ainsi que leurs mères à guérir des séquelles d'avoir vécu au sein d'une famille touchée par la violence faite aux femmes. Le programme, gratuit et volontaire, offre des expériences de groupe à la fois distinctes et complémentaires pour les enfants et les mères. Cette initiative est inspirée du programme mis au point par Michelle Paddon et Susan Loosely par l'entremise de la Société d'aide à l'enfance de London et Middlesex, en Ontario.

Il est vrai que chaque personne guérit à son propre rythme; toutefois, il peut être très rassurant d'avoir la possibilité de réfléchir avec d'autres sur l'expérience de la violence.

Les groupes de jeunes abordent des sujets tels que la prise de conscience de ses sentiments, la planification de la sécurité et la résolution positive des problèmes. À l'aide de lignes directrices sur les séances de groupe et d'une animation assurée par des personnes formées, nous tâchons de créer pour les enfants un environnement sécurisant, sécuritaire et prévisible où ils peuvent parler de leurs expériences.

La mère participe à un groupe pour les adultes pendant les mêmes semaines où ses enfants participent aux groupes de jeunes. Le groupe des mères donne l'occasion aux mamans d'explorer les moyens qu'elles peuvent prendre pour soutenir la démarche de guérison de leurs enfants et d'y réfléchir. Ainsi que la possibilité de se renseigner et de venir chercher du soutien afin de mieux comprendre l'impact de la violence sur leurs enfants.

Au besoin, les frais de transport aux séances peuvent être défrayés et des services de garde peuvent être organisés. Le programme Aller de l'avant reçoit des fonds de la Direction des questions féminines du Bureau du Conseil exécutif. Pour participer ou en savoir plus :

  • Fredericton : Liberty Lane Inc. 451-2120
  • Woodstock : Valley Outreach 328-9680
  • Saint John Moving Forward 632-5775
  • Miramichi Family Violence Partnership Committee 778-6496
  • Moncton Services à la famille-Moncton Inc. 857-3258 ext. 41
  • Edmundston Comité de la Violence Familiale de Nord-Ouest 263-1119; 740-1121
  • Péninsule acadienne Services à la Famille de la Péninsule 727-1866
  • Campbellton Services à la Famille Restigouche 753-4161 (ext. 261)
  • Sussex Committee for the Prevention of Family Violence 433-4842

 

POUR QUE VIEILLIR SOIT GAI

La Fondation Émergence, avec l'appui financier du Gouvernement du Québec, a lancé une Charte de la bientraitance envers les personnes aînées homosexuelles, visant surtout les travailleurs-ses de la santé. «Une première génération de personnes ouvertement homosexuelles arrive au 3e âge et elle ne souhaite pas retourner dans le placard» - président de la Fondation Émergence, Laurent McCutcheon. Elles ont connu l'époque où l'homosexualité était vue comme une maladie. Ayant aujourd'hui atteint l'âge de la sagesse, elles sont souvent confrontées aux regards, questions et moqueries de leurs pairs.

«Les personnes LGBT sont souvent plus isolées, n'ont pas d'enfant, leur famille est souvent faite de leurs amis et des choses simples comme mettre la photo de leur conjoint [de même sexe] sur leur table de chevet peut les forcer à répondre à de nombreuses questions.

La Charte sera proposée aux Tables de concertation des aînés, aux membres de la Fédération de l'âge d'or du Québec et aux membres de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec.

Parmi les principes auxquels les adhérents doivent se soumettre: Assurer aux personnes aînées homosexuelles et transsexuelles un traitement égalitaire exempt de toute manifestation homophobe. Prendre les mesures nécessaires pour que les personnes qui œuvrent auprès des personnes aînées adoptent une attitude positive à l'égard de l'homosexualité. Soutenir dans leurs démarches les personnes aînées victimes d'homophobie.

- Charte http://bit.ly/orBALc; Brochure http://bit.ly/px97c9; Sensibiliser les travailleurs de la santé à l'homosexualité chez les aînés, Jennifer Guthrie, Métro, 9 août 2011.

 

LES FEMMES ET LA PRESSE

S'intéresser aux sorts des femmes, au poids des traditions et aux violences infligées au corps féminin, sujets que bien souvent seules les femmes elles-mêmes peuvent aborder, comporte de gros risques. En Sierra Leone, en 2009, 4 journalistes, ont été séquestrées par des membres du groupe Bondo, une organisation secrète traditionnelle qui pratique l'excision. Le lendemain, l'une d'elles a été contrainte de marcher nue dans la ville. Les journalistes avaient réalisé une série d'interviews sur les pratiques traditionnelles, à l'occasion du cinquième anniversaire de la Journée internationale de tolérance zéro face aux mutilations génitales. Le groupe Bondo avait considéré leurs reportages comme une offense aux traditions…

Anne Nivat, correspondante de guerre, Prix Albert Londres, a couvert la Tchétchénie, l'Afghanistan et l'Irak : «J'ai plus de facilités en tant que femme à faire mon travail car en Irak et en Afghanistan les femmes ne sont rien et on ne fait pas attention à elles. Une journaliste femme peut passer relativement inaperçue… on ne se méfie pas d'elle. Mais c'est lié à ma méthode de travail, en immersion totale dans la population locale. Je suis vêtue comme une femme locale, avec une burqa qui permet de traverser des milieux très hostiles. Dans les pays en guerre, la population est toujours prise entre deux feux, les insurgés et l'armée régulière. Pendant que les hommes sont au front, celles qui tentent de survivre, ce sont les femmes auxquelles j'ai eu un accès privilégié grâce à des hommes qui m'ont emmenée dans leur famille. Les pays en guerre ont tendance à se replier sur eux-mêmes et à devenir très conservateurs. Le droit de la femme y recule toujours.»

- Tiré de La presse, chasse gardée des hommes, Zone dangereuse pour les femmes, Reporters sans frontières, 2011, France. http://bit.ly/pjx0zh

 

LA NATION SHUSWAP ÉTAIT ET EST ENCORE MATRIARCALE

Les femmes Shuswap étaient formées comme sages-femmes par les grand-mères et par les femmes âgées. Elles étaient aussi formées au cours de cérémonies féminines liées au cycle menstruel, ainsi qu'aux nombreux pouvoirs des femmes et à notre développement (de l'enfance à l'âge adulte). Les femmes Shuswap utilisaient des plantes indigènes pour ne pas tomber enceintes ou pour interrompre une grossesse. Une grossesse pouvait être interrompue si la famille ou la communauté vivait de graves difficultés, comme un manque de nourriture, un hiver prolongé, etc. Les femmes Shuswap exerçaient un contrôle total sur leur corps.

- Wilma K. Boyce (Nation Shuswap), Canim Lake, C.-B., cité par Jessica Yee est fondatrice du Native Youth Sexual Health Network, L'Activiste, automne 2009. http://bit.ly/q0tjMG

 

EN FIN DE COMPTE
Il a été convenu que les femmes feraient semblant d'être faibles et timides et que les hommes feindraient d'être forts et courageux.
- Alphonse Karr, journaliste et romancier français, 1808-1890.

 


 

Send us your news:
wib-dqf@gnb.ca
Toll free: 1-877-253-0266
Fax: (506) 453-7977  
www.gnb.ca/women

Women Femmes NB is sent out twice a month by the provincial government Women's Issues Branch. It provides news related to equality issues, including events, studies, initiatives and information from women's groups, governments, universities, etc.

Text from non-governmental sources will be published in the language(s) in which it is provided.

 

 

Women Femmes NB
August 17, 2011

IN THIS ISSUE:

  • CANCER IN NEW BRUNSWICK IN 2008
  • NOTICES
  • THOSE WHO WOULD DISADVANTAGE PREGNANT WOMEN
  • AFTER THE VIOLENCE
  • MOVING FORWARD PROGRAM - HEALING FROM THE EFFECTS OF WOMAN ABUSE
  • FAIRER HOUSING ADS
  • TO EARN AS MUCH AS MEN WITH A BACHELOR’S DEGREE…
  • UNPLANNED PREGNANCIES
  • RETHINKING SLEEPING ARRANGEMENTS

………………………………………………………………………………

CANCER IN NEW BRUNSWICK IN 2008

Females: 1,900 new cases of cancer. That is a rate of 506 cases per 100,000 females, a noted improvement from the previous year. Slightly over half of the new cases (1000 of the 1,900 cases) were women aged 65 & over.

Males: 2,500 new cases of cancer. That is a rate of 682 cases per 100,000, a deterioration from the previous year. 60% of the cases (1,500 of the 2,500) were men aged 65 & over.

The most frequent type of new cases of cancer in N.B. in 2008:

  • Females: breast, 503 new cases.
  • Males: prostate, 816 new cases.

The second most frequent type for both sexes was lung cancer.

- Cancer Incidence in Canada, http://bit.ly/ofRTNC

 

NOTICES

Men's Anger Management - 30-hr program on successful ways to interact, for anger issues in the family though it applies to all relationships. Sundays, 2 Oct. to 11 Dec 2011, 5–8pm. $250 + fee for 1-on-1 interview. Mark Nicholson. Family Enrichment F'ton info@familyenrichment.ca Find out more at free introduction session, Wed 21 Sept, 12-1pm, 618 Queen St, Fredericton.

Assertive Communication - 15-hr program in Sept-Oct 2011. How to increase quality of your messages & listen more effectively. Saturdays 1–3:30pm; Thurs 5–7:30pm; or Fri 1:30–4pm. $175. Anne Marie Hartford. Family Enrichment F'ton http://bit.ly/qnLmCj; info@familyenrichment.ca Find out more at free Introduction session, Fri 23 Sept, 12–1pm, 618 Queen St, Fredericton.

Take Back The Night March – Fri 23 Sept 2011, 8-11pm. Fredericton City Hall - Public protest by women for women, reacting to sexual violence incidence & victim blaming. Not every woman has been sexually assaulted, but every woman has been taught to fear it. F'ton Sexual Assault Crisis Centre.

First Nations 101 - a 288-page primer on the lives of First Nations people. Subjects incl veterans, youth, urbanization, child welfare, questions to ask a First Nations person, feminism, the medicine wheel, language preservation. $20. Adaawx 2011. Invite author Lynda Gray to speak: http://bit.ly/ppTSyA

Sexual minority refugee determinations in Canada: The experience of bisexual claimants – new document, Metropolis, 2011. http://bit.ly/o4LvwI

Settlement Experiences of Lesbian, Gay and Bisexual Newcomers: Implications for Services in Large and Small Canadian Cities - View presentation by Brian O'Neill of UBC, via webcast, 24 Aug 2011, 1:30 to 3pm (NB time) For info and to view: http://bit.ly/mTweJy

Women's Summit, Gender Diversity in the Technological Workplace: Technology is Borderless - 14-15 Sept 2011, Ramada Plaza Hotel, Dieppe. Enterprise Greater Moncton. For female students, educators, business leaders, women in IT & skilled trades and men who get it. To demystify the technological sector, career opportunities; show how technology can contribute to career mobility; identify opportunities in Atlantic Canada. Agenda: http://bit.ly/oaTUzL

WOW! Conference with Janice Butler - KV Wesleyan Church, Hampton Rd, Quispamsis. 9 Sept 2011, 9-4pm, $40 incl lunch. Register: danielle.sullivan@cbdc.ca; 466.5055; Women in Business NB.

Exceptional Board Governance – Workshop for board chairs, members & executive directors by Family Enrichment Fredericton, STU Forest Hill Conference Ctre, 19-21 Sept 2011, 5-8:30pm. $60. Register by 12 Sept: 1-888-829-6777; info@familyenrichment.ca; http://bit.ly/n72sQB

$$ for projects that improve accessibility for people with disabilities - Enabling Accessibility Fund Small Project Component. Submit proposals (up to $50,000) for modification of buildings or community use vehicles, or for information technologies. By 23 Sept 2011. www.hrsdc.gc.ca/disability; 1-866-268-2502.

 

THOSE WHO WOULD DISADVANTAGE PREGNANT WOMEN

The N.B. Human Rights Code prohibits discrimination (intentional or not) because a woman is or may become pregnant, in employment, housing, public services (restaurants, schools, insurance, malls).

Example of constructive dismissal: A pregnant full-time worker at a nursery had presented her employer with a note by her physician, which stated that she should not be spraying pesticides. The employer offered her a reduced work schedule of 2 days/ week, though there were a number of jobs suitable to her skill level. The employer was found to have discriminated against her by constructively dismissing her.

Example of discrimination in benefits: An employee notified her supervisor that she intended to take maternity and parental leave after the birth of her child. She also requested to apply some of her accumulated sick leave for the time after the delivery that she was unable to work for medical reasons. The employer denied her request for sick leave. Since pregnancy was the only reason for denying her sick leave benefits, the employer's action constituted sex discrimination.

- Excerpts, Guideline on Pregnancy Discrimination, N.B. Human Rights Commission June 2011. http://bit.ly/nySz7f

 

AFTER THE VIOLENCE

In N.B. in 2009-10, 863 women were admitted to a transition house. 74 went into Second Stage Housing. New Brunswick has 13 transition houses for women who are seeking shelter from relationship violence. They provide shelter for approx. 30 days. The 5 Second Stage Housing programs provide affordable housing for a year & individual & group support to women healing from such violence.

- Excerpts, Shelters for abused women in Canada, 2010, StatCan, June 27, 2011, http://bit.ly/ojfCdI

 

MOVING FORWARD PROGRAM - HEALING FROM THE EFFECTS OF WOMAN ABUSE

“This has been an excellent experience for me and my child. I have seen positive changes in her demeanor around home and everywhere. Her private counselor has noticed a difference and attributes it to her group experience”.

Moving Forward is a N.B. free, voluntary community-based group program that helps children ages 4 to 16 and their mothers to heal from the hurt of living with woman abuse in their family. It offers separate, yet complimentary, group experiences for children and their mothers. It's based on the highly acclaimed Community Group Program developed by Michelle Paddon and Susan Loosely through the Children's Aid Society of London & Middlesex, Ontario.

Although everyone heals at their own pace, having the chance to reflect with others about the experience of abuse can be very reassuring.

Children's groups cover such topics as: awareness of feelings, safety planning and positive problem solving. Group guidelines and trained facilitators help to create a safe, secure and predictable environment for children to share their experiences.

Mothers participate in an adult group during the same week their children are in the children's group. The Mother's Group offers moms an opportunity to reflect on how to support their children's healing and an opportunity to gain information and support in understanding the impact of the abuse on their children.

Assistance with childcare or transportation to the groups may be arranged if needed. Funded by the Executive Council Office, Women's Issues Branch. To participate or find out more:

  • Fredericton: Liberty Lane Inc. 451-2120;
  • Woodstock: Valley Outreach 328-9680
  • Saint John Moving Forward 632-5775;
  • Miramichi Family Violence Partnership Committee 778-6496
  • Moncton Family Services Moncton Inc. 857-3258 ext. 41
  • Edmundston Comité de la Violence Familiale du Nord-Ouest Inc. 263-1119; 740-1121
  • Acadian Peninsula Services à la Famille de la Péninsule 727-1866
  • Campbellton Restigouche Family Services Inc. 753-4161 (ext. 261)
  • Sussex Committee for the Prevention of Family Violence 433-4842

 

FAIRER HOUSING ADS

The Ontario Human Rights Commission has asked media and websites to help prevent and remove discriminatory housing ads. They looked at 28 housing websites. Statements that openly discriminate: Adult building; Not suitable for children; Must have working income; Seeking mature couple; Perfect for female student… Good tenants are discouraged from applying - they think they won't be treated fairly.

The Commission offers an e-learning module on rights and housing and best practices: provide information on human rights in housing; include a non-discrimination clause on forms which landlords use to place ads; describe the unit, not the tenant: the rent & size of the unit, the building, and nearby services. Example: The wrong way: “Perfect apartment for a student” or “ideal for a single professional.” The right way: “Bright, cozy bachelor basement apartment, new cabinets, shared laundry in friendly 5-unit building. $750/ month incl. hydro. On 2 bus routes, close to university…”

Research shows that people living on social assistance, pensions or retirement income are just as likely to pay their rent as people who are working.

- Excerpts, Opening the door, 14 Jun 2011, http://bit.ly/pRefoJ; See the New Brunswick Human Rights Commission 2004 document, Guideline on Discrimination in the Housing Sector, http://bit.ly/os4Boi

 

TO EARN AS MUCH AS MEN WITH A BACHELOR'S DEGREE…

…women must obtain a doctoral degree (in the U.S.). Women with bachelor's degrees earn about as much as men with some college education but no degree. Women's earnings gaps have been diminishing, but there are still substantial gaps, unexplained by educational attainment or occupational choices. Women earn less than men, even when they work the same number of hours — a gap that persists across all levels of educational attainment.

A high school graduate can expect to earn $1.3 million on average over a lifetime, while a bachelor's degree-holder earns $2.3 million. That gap has widened over the years – people with bachelor's degrees earned 75% more over a lifetime than a high school graduate in 2002 – now they earn 84% more.

- The College Payoff report, Aug 2011. Report (11 MB): http://bit.ly/qIPTWi; Summary: http://bit.ly/qudu2a

 

UNPLANNED PREGNANCIES

It has been estimated that over 40% of pregnancies worldwide are unplanned, the result of non-use or ineffective use of contraception or of method failure. It is also estimated that if the need for family planning were fully met, 3 out of 4 unsafe abortions could be eliminated. Women are highly likely to have an induced abortion when faced with an unplanned pregnancy, irrespective of legal conditions… Legal restrictions increase the percentage of unlawful and unsafe procedures.

Deaths due to unsafe abortion remain close to 13% of all maternal deaths… World-wide, it is estimated 220 of every 100 000 women who get an unsafe abortion die. Even in developed countries, the case–fatality rate for unsafe abortion is 40 times higher than that for legal abortion…

In regions with less restrictive abortion laws, there are low rates of induced abortion and unsafe abortions are nonexistent or rare. Where the laws are restrictive, most abortions are unsafe and the combined induced abortion rates are high…

Unsafe abortion may be induced by the woman, by a nonmedical person under unhygienic conditions or by a health worker outside of prescribed facilities. Abortion attempts may involve insertion of an object into the uterus; a dilatation and curettage performed improperly; ingestion of harmful substances; or exertion of external force. There are signs that increased illicit - & often incorrect use of - medical abortion (use of a pharmaceutical drug), over other methods, nevertheless may lower the number of complications and maternal deaths.

- Excerpts, Global and regional estimates of the incidence of unsafe abortion and associated mortality, World Health Organization, 2011. http://bit.ly/qEyAkU

 

RETHINKING SLEEPING ARRANGEMENTS

In the past, sleeping arrangements at the Tatamagouche Centre (Nova Scotia) have been sex-segregated into male and female dorms. Sex-segregated dorms are problematic, says a co-coordinator of the camp. “It puts people on the spot, requires people to ‘out' themselves. This year we decided to do it differently … to make the space a safer, more accessible space for queer and trans people.” The Centre will implement non-gendered sleeping arrangements. Participants will be given the opportunity to self-identify their own gender.

- See TRANSitioning Spaces, Shay Enxuga, Halifax Metro, 2 Aug 2011, http://bit.ly/qRaG8g

 

IN PARTING
Some people grumble because roses have thorns. I am thankful that thorns have roses.
- Alphonse Karr, 1808-1890, French journalist and novelist.

 


Pour désabonner, cliquez ici. / To unsubscribe, click here.
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB. / Subscribe to Women Femmes NB
Avez-vous des questions ou des commentaires? Communiquez avec nous par courriel wib-dqf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266 /
Questions or comments? E-mail us at wib-dqf@gnb.ca or call 1-877-253-0266.
Direction des questions féminines | 551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1/
Women's Issues Branch | 551 King Street, Suite A | Fredericton, NB E3B 5H1