Voir ce bulletin sur notre site web. / View this newsletter in your browser.
Vous recevez ce bulletin parce que vous êtes inscrit-e. / You're receiving this message because you subscribed.
Vous n’êtes plus intéressé-e ? Se désabonner / Not interested anymore? Unsubscribe
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB. / Subscribe to Women Femmes NB

 

Faites-nous parvenir vos nouvelles :
wib-dqf@gnb.ca
Sans frais : 1-877-253-0266
télécopieur : (506) 453-7977
www.gnb.ca/femmes

Women Femmes NB est publié deux fois par mois par la Direction des questions féminines du gouvernement provincial. Il diffuse des nouvelles sur les questions d’égalité - des événements, des rapports, des initiatives et des renseignements nous provenant des groupes de femmes, des gouvernements, des universités et autres.

**Les textes fournis par des organismes non gouvernementaux seront publiés dans la ou les langues dans lesquels ils nous sont fournis.

 

 

(English version follows)

Women Femmes NB
le 28 mars 2012

DANS CE NUMÉRO :

  • LES DONS DE CHARITÉ, N.-B., 2010
  • AVIS
  • POUR METTRE FIN AU CYCLE INTERGÉNÉRATIONNEL DE LA VIOLENCE
  • LE GOUVERNEMENT HARPER A UN ORDRE DU JOUR À COMPLÉTER
  • UN TRANSFERT SANS CONDITIONS MET À RISQUE LES PROGRAMMES SOCIAUX
  • BUDGÉT FÉDÉRAL ALTERNATIF
  • SAVOIR LIRE UNE CARTE N'EST PAS UNE AFFAIRE DE GENRE
  • 10 MESURES POUR ATTEINDRE L'ÉGALITÉ FEMMES - HOMMES


………………………………………………………………………………

LES DONS DE CHARITÉ, N.-B., 2010

Tout en se rappelant que le revenu total de toutes sources des femmes du N.-B. est, en moyenne, inférieur à celui des hommes de 34% (et inférieur de celui des hommes Canadiens de 40%, & des Canadiennes de 11%), & gardant en tête que le système fiscal encourage celui du couple qui a le revenu le plus élevé de déclarer les dons de charité dans le rapport d’impôt, voici les données sur les dons de charité en 2010 au N.-B., selon les rapport d’impôt :

Nombre of donateurs: 123 000 au N.-B. (46% sont des femmes)

Don médian:
Hommes au N.-B. 320$
Hommes au Canada 280$

Femmes au N.-B. 270$
Femmes au Canada 240$
- Statistique Canada, CANSIM 111-0002, http://bit.ly/GKRHLD

 

AVIS

Élections 2012 – Soyez candidate aux élections municipales, de conseils d’éducation de district & de régies régionales de la santé du 14 mai 2012. Fin des mises en candidature, le 13 avril. Les femmes sont actuellement 28% des conseillers municipaux & 17% des maires au N.-B.
Site d’Elections NB : http://bit.ly/GUNh7Y
Osez vous lancer, un cours sur l’organisation d’une campagne, À voix égales Canada : http://bit.ly/GW6t3L
Une source possible d’aide au financement de votre champagne: À voix égales Canada. Si vous leur envoyez votre information & un profil de 100 mots avant le 30 mars, elles feront parvenir à leurs membres qui ont indiquées qu’elles veulent aider : equalvoicenb@gmail.com .

La résistance envers les contacts parentaux chez les enfants à la suite d’une séparation : Réalités, mythes & mesures à prendre - Formation de 2 jours visant les professionnels des domaines de la justice & de la santé mentale. Types & degré de sévérité des problèmes de contact, évaluation & intervention, rôle du tribunal, de la sensibilisation des parents & des stratégies cliniques. Avec Barbara Jo Fidler, psychologue, médiatrice & présentatrice à la magistrature & aux médiateurs & auteure. Interprétation simultanée. 22-23 juin 2012, Future Inns Moncton. 50 $ à l’avance seulement. 1-877-495-5595; mpaquet@nbasw-atsnb.ca. Justice NB & Assoc des travailleurs sociaux du N.-B.

Ombres de violence - Un ballet original multi média par le Ballet-Théâtre Atlantique du Canada, situé à Moncton, qui s'inspire de la vie de femmes ayant perdu la vie aux mains d'un partenaire intime. Les prochaines représentations sont cédulées comme suit : Caraquet : 24 avril 2012. Détails à venir http://bit.ly/tXokTE

Sommet sur les mauvais traitements commis par l'intermédiaire des médias sociaux dans les fréquentations chez les jeunes - Partners For Youth & Vague par vague présente cette conférence pour toute personne de 15 ans & plus Fredericton, 20 avril 2012. http://bit.ly/GXsVLx

Violence familiale : stratégies favorisant un mode de vie sain et des relations saines – conférence, 8 mai 2012, STU Fredericton. Avec Walter S. DeKeseredy et autres conférenciers. 75$ avant 10 avril ou 100$ après. Comité provincial On vous tient à cœur. http://bit.ly/H7SdZf

Apprendre ensemble : S’attaquer à la criminalité de façon plus judicieuse – conférence du gouvernement du N.-B., 28-29 mars 2012 Fredericton Crowne Plaza. http://bit.ly/x0GE84

Guide d’implantation d’une politique d’égalité entre les femmes & les hommes - outil qui aidera les conseils municipaux à favoriser l’égalité dans toute l’organisation municipale. 2012. Table de concertation des groupes de femmes de la Gaspésie & des Îles. http://bit.ly/zdiFci . Guide : http://bit.ly/GSzSdm

 

POUR METTRE FIN AU CYCLE INTERGÉNÉRATIONNEL DE LA VIOLENCE

Dans le comté de Charlotte, deux intervenantes travaillent de concert afin de soutenir les familles qui ont été témoins ou victimes de violence familiale. Ensemble elles font la promotion de relations saines, renseignent la collectivité sur la violence et travaillent afin que les filles et femmes de tous âges puissent espérer mettre fin au cycle intergénérationnel de la violence en les dotant des moyens nécessaires pour y parvenir.

Carol Lynn Gamblin, coordonnatrice de la liaison avec la collectivité, et Kelly Kurtz-Johnson, travailleuse auprès des enfants, relèvent de la maison de transition Fundy Region Transition House, dans le comté de Charlotte. Parmi les organismes et les personnes qui leur recommandent des clientes, mentionnons le ministère du Développement social, les services de santé mentale, l’équipe de la prestation des services intégrés et d'anciennes résidentes. Même si Kelly et Carol ont leurs clientes, leurs dossiers et leurs horaires respectifs, il leur arrive, dans certains cas, d’organiser des rendez-vous ou d’offrir des services de manière à voir les femmes et leurs enfants simultanément toutes les deux. Le moment de ces rencontres est déterminé par les clientes et les deux intervenantes en tenant compte des besoins des clientes par-dessus tout. Idéalement, afin d’élaborer un plan de soutien pour les résidentes ayant des enfants, un lien est établi avant que ces celles-ci ne quittent la Fundy Region Transition House afin de permettre une transition de services sans heurts après leur départ. Il peut être très bénéfique de leur offrir plus de confort et de sécurité au moment où elles franchissent l’étape suivante. Si c'est impossible de le faire pour une raison ou une autre, il est toujours offert aux résidentes, à leur départ, que Carol ou Kelly demeure en contact avec elles pour leur fournir d'autres services. Si les clientes ne sont pas des résidentes ou s’il est impossible de prévoir une rencontre à la maison de transition pour quelque raison que ce soit, des visites à domicile peuvent être organisées afin que les deux intervenantes puissent voir la famille ensemble et séparément au cours d’un même rendez-vous. À la maison de transition, des locaux sont prévus pour les rencontres entre les femmes et Carol. De plus, on y trouve une zone de jeu à l’intérieur et à l’extérieur pour les enfants. Puisque ces intervenantes entretiennent de bonnes relations de travail dans la collectivité avec le personnel d'autres organismes, il y a plusieurs endroits où l’on peut tenir de telles rencontres, notamment si les clientes n'habitent pas à proximité de la maison de transition ou si elles vivent dans un endroit qui n’est pas convenable pour la tenue de celles-ci.

La relation de collaboration entre les deux intervenantes repose sur la croyance que, pour mettre fin au cycle intergénérationnel de la violence, il importe que les femmes et chacun de leurs enfants reçoivent un soutien et des séances de counselling. Il est connu que les répercussions de la violence familiale peuvent aller de problèmes émotionnels à des problèmes liés au mieux-être comme la perturbation du sommeil et de la difficulté à conserver de saines routines et habitudes de vie. Puisque les mères et les enfants éprouvent des difficultés importantes pouvant évoluer et changer au fil du temps, le processus de progression est quelque peu lent.

Ainsi, il peut s'avérer très utile d'organiser des rencontres avec les familles et les deux intervenantes à la fois, car cela permet d'accroître l'efficacité et la commodité des services.

 

LE GOUVERNEMENT HARPER A UN ORDRE DU JOUR À COMPLÉTER

Vous vous souviendrez que le gouvernement Harper a aboli le long questionnaire de recensement & éliminera sous peu le registre des armes à feu, par souci de notre vie privée. Maintenant, ils proposent une loi qui donne au gouvernement de grands pouvoirs pour épier les Canadiens qui utilisent Internet. J’ai pensé que c’était contradictoire & illogique. Ce n’est pas logique.

Le gouvernement ne tente pas d’avoir du sens. Il a un ordre du jour à compléter. Ils n’ont pas besoin de faits. C’est pourquoi le long formulaire de recensement était inutile pour eux. Ils n’ont pas besoin d’identifier un problème pour chercher une solution & c’est pour cette raison qu’il n’importe pas que le taux de criminalité baisse depuis des décennies & que les Canadiens disent se sentir en sécurité. Nous obtenons plus de prisons, que nous les voulions ou non. Ils n’ont pas besoin de savoir si quelque chose fonctionne pour l’adopter & c’est pourquoi les sentences minimales seront imposées. Puisque nous avons plus de prisons, il faut bien les remplir.

Ils ont une liste de choses à accomplir & on ne peut en discuter. Par exemple, lorsque le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, a dit lorsqu’il est devenu agacé par le processus démocratique (il devait répondre aux questions des autres députés au sujet du projet de loi), il a tenté de réduire les débats en disant que les gens peuvent «nous appuyer pour ce projet de loi ou appuyer les pornographes infantiles». Vous connaissez le genre. «Il n’y a que mon opinion qui compte.» On les rencontre habituellement dans un mauvais mariage, un mauvais emploi, un état policier ou une cour d’école, mais pas au Parlement…

- Tiré de la chronique Votre intimité & le gouvernement du Canada, Jody Dallaire, Acadie Nouvelle, 15 mars 2012. http://bit.ly/GKwhE6

 

UN TRANSFERT SANS CONDITIONS MET À RISQUE LES PROGRAMMES SOCIAUX

Le Transfert canadien en matière de programmes sociaux – le mécanisme par lequel le fédéral finance nos programmes sociaux, notamment de l'enseignement postsecondaire, des services sociaux & des programmes à l'intention des enfants - est un transfert essentiellement inconditionnel de fonds du fédéral aux provinces, sans mesures pour assurer un niveau convenable de programmes sociaux dans l'ensemble du Canada. Les provinces n’ont pas à rendre compte au fédéral de comment ils dépensent les sommes, ni des retombées de ces dépenses. Les provinces n'ont aucunement besoin d'agir avec prudence. Il est très difficile pour des citoyens de connaître les acteurs dans le financement & la prestation des services sociaux & de savoir où l'argent est dépensé, une fois qu'ils ont identifié qui le dépense. S’ils devaient s'élever contre la façon dont le Transfert est dépensé, il leur manquerait un mécanisme pour faire valoir leurs doléances. Le Transfert comportait autrefois des outils pour assurer sur la réalisation de droits sociaux; le gouvernement fédéral (dans un processus qui a débuté dans les années 1990) a réduit les sommes & éliminé les conditions rattachées.

Lors de la dernière réunion du Conseil de la fédération, les premiers ministres des provinces ont fait du renouvellement des soins de santé une priorité en créant le Groupe de travail sur l’innovation en matière de santé, constitué de tous les ministres de la Santé. Il faudrait que le Conseil de la fédération se penche avec la même attention au chapitre du Transfert canadien en matière de programmes sociaux. Il n'y a eu aucune rencontre des ministres responsables des services sociaux & de leur homologue fédéral depuis l'élection du gouvernement Harper en 2006.

L'Association canadienne des travailleuses & travailleurs sociaux encourage les Canadiens à agir de manière à ce que le Conseil de la fédération, établisse comme prioritaire la reddition de compte au chapitre du Transfert canadien en matière de programmes sociaux.

- Étude sur le Transfert canadien en matière de programmes sociaux : La reddition de compte, c'est important, Assoc. canadienne des travailleuses & travailleurs sociaux, mars 2012, http://bit.ly/H6e4wp

 

BUDGÉT FÉDÉRAL ALTERNATIF

L’Alternative budgétaire pour le gouvernement fédéral 2012, lancé la semaine dernière par le Centre canadien de politiques alternatives, a le courage d’affonter deux vérités désagréables de notre époque : le changement climatique & l’inégalité profonde. Il lance des investissements visant l’infrastructure, la RD, la santé, l’éducation, les services de garde à l’enfance, les transports publics, le logement, & l’énergie renouvelable. Il prévoit augmenter l’impôt sur les revenus les plus élevés, annuler la réduction des taux d’impôt sur le revenu des sociétés, refermer les échappatoires fiscales & l’accès aux refuges fiscaux, taxer les activités financières, mettre en oeuvre des taxes écologiques progressives.

Au sujet de l’égalité des femmes : La croissance économique durable doit tenir compte des rôles distincts des femmes & des hommes dans l’économie & de l’effet distinct que la crise économique & ses stratégies de reprise ont sur les femmes & sur les hommes. C’est logique sur le plan budgétaire & c’est aussi une bonne politique publique. L’ABGF abordera les principaux obstacles : l’écart entre femmes & hommes aux niveaux du salaire & du revenu; le manque de services de garde à l’enfance abordables; sans oublier la dévastation personnelle, sociale & économique causée par la violence faite aux femmes. L’ABGF assurera la parité salariale pour l’exécution de fonctions équivalentes, élimera les politiques & les avantages fiscaux inéquitables qui sont à l’origine du sous-emploi des femmes; assurera que les taux d’aide sociale sont à la hauteur des coûts des aliments, des vêtements & du logement; financera un programme national de garderies qui augmentera le nombre de places dans les garderies sans but lucratif & publiques abordables; augmentera les dépenses affectées aux services qui aident les femmes aux prises avec la violence & aux organismes qui cherchent à trouver des solutions qui reposent sur les politiques publiques ; augmentera le financement consenti à Condition féminine ; mettra en oeuvre les recommandations découlant du Rapport de 2009 de la vérificatrice générale sur l’analyse comparative entre les sexes. - http://bit.ly/GJ4f8r

 

SAVOIR LIRE UNE CARTE N'EST PAS UNE AFFAIRE DE GENRE

Les différences d’aptitudes spatiales entre hommes & femmes, comme le sens de l’orientation, s’expliquent en grande partie par le contexte culturel & social, notamment l’éducation.

Les femmes ne savent pas lire une carte, elles n’ont pas le sens de l’orientation, les filles sont moins bonnes que les garçons en géométrie... Ces idées reçues sont solidement ancrées. Des écarts de compétence existent mais d’où viennent-ils? D’une différence innée, naturelle? Ou bien d’une différence dans l’éducation des filles & des garçons, aggravée par le poids des stéréotypes & des clichés que les filles finissent par intégrer?

Trois chercheurs américains ont mené une expérience en Inde, auprès de tribus voisines qui offrent un terrain privilégié pour étudier le rapport entre nature & culture : les Khasi & les Karbi, génétiquement très proches & ayant le même mode de vie. Chez les Khasi prévaut un système matrilinéaire - la propriété est transmise par la sœur aînée & les hommes n’ont pas le droit d’être propriétaires. La société des Karbi est patrilinéaire - l’aîné des fils hérite & les filles ne sont pas censées être propriétaires. Dans la société matrilinéaire filles & garçons ont le même nombre d’années d’éducation ; dans la tribu patrilinéaire les garçons ont presque 4 années de plus. Résultat du test des aptitudes spatiales : les hommes sont plus rapides que les femmes dans la tribu patrilinéaire mais pas dans la tribu matrilinéaire. Les individus les plus éduqués sont les plus rapides : un an de plus d’éducation correspond à un gain de temps de 4%.

Ces résultats démontrent que la culture, notamment l’éducation, joue un rôle important dans les différences hommes/femmes pour les aptitudes spatiales.

- Tiré d’un article de Cécile Dumas, Sciences & Avenir, août 2011. http://bit.ly/wQi8re

 

10 MESURES POUR ATTEINDRE L'ÉGALITÉ FEMMES - HOMMES

45 associations féministes ont adressé aux candidats à l’élection présidentielle française 2012 une lettre ouverte pour leur présenter 10 mesures pour atteindre l'égalité femmes – hommes :

Créer un ministère d’État des Droits des Femmes dans un gouvernement paritaire

Réaliser l’égalité professionnelle & salariale avant 2017 en engageant une revalorisation des métiers à prédominance féminine & en majorant les cotisations sur les temps partiels.

Créer une Haute Autorité contre les violences faites aux femmes avec un Observatoire national dédié

Rembourser l’IVG à 100% & ouvrir 100 nouveaux centres d’IVG

Ouvrir 500 000 places d’accueil en crèche dans les 5 ans.

Multiplier par 4 le nombre de places d’hébergement spécifiques pour les femmes victimes de violences

Assurer dans les 3 ans, à chaque professionnel-le intervenant dans le champ éducatif, une formation à l'égalité filles-garçons & à la déconstruction des stéréotypes sexistes

Reconnaître le droit à l’adoption pour les couples de même sexe & le droit à l’aide médicale à la procréation pour les couples de lesbiennes.

Supprimer le délit de racolage passif, mettre en place des mesures de prévention & d’éducation, pénaliser les clients prostitueurs & accompagner les personnes qui souhaitent quitter la prostitution.

Garantir la délivrance & le renouvellement du titre de séjour aux femmes étrangères victimes de violence

- http://bit.ly/GTzgHa



EN FIN DE COMPTE

Cacher son âge, c'est supprimer ses souvenirs.

- Arletty, actrice française, 1898-1992.

 


 

Send us your news:
wib-dqf@gnb.ca
Toll free: 1-877-253-0266
Fax: (506) 453-7977  
www.gnb.ca/women

Women Femmes NB is sent out twice a month by the provincial government Women's Issues Branch. It provides news related to equality issues, including events, studies, initiatives and information from women's groups, governments, universities, etc.

**Text from non-governmental sources will be published in the language(s) in which it is provided.

 

 

Women Femmes NB
March 28, 2012

IN THIS ISSUE:

  • CHARITABLE DONATIONS, N.B., 2010
  • NOTICES
  • TO BREAK DOWN THE INTERGENERATIONAL CYCLE OF ABUSE…
  • YOU KNOW THE TYPE
  • LACK OF ACCOUNTABILITY IN SOCIAL PROGRAM SPENDING
  • AN ALTERNATIVE FEDERAL BUDGET
  • EMERGENCY CONTRACEPTION

………………………………………………………………….……………

CHARITABLE DONATIONS, N.B., 2010

Keeping in mind that New Brunswick women’s total income from all sources is 34% less than N.B. men’s income (& 40% less than Canadian men’s, & 11% less than Canadian females), & that income tax rules encourage the person in a couple with the larger income to declare all charitable donations of the couple, here are the median charitable donations in New Brunswick in 2010, based on income tax reports.

Number of donors: 123,000 New Brunswickers (46% were female)

Median donation:
N.B. males $320
Canadian males $280

N.B. females $270
Canadian females $240

- Statistics Canada. CANSIM 111-0002, http://bit.ly/GJJWds

 

NOTICES

Offer As A Candidate In The May 14 2012 municipal, District Education Council & Regional Health Authority elections. Deadline: Fri 13 April. Women are currently 28% of municipal councilors & 17% of mayors in N.B. Elections NB website: http://bit.ly/GJJUCk
Getting to the Gate Campaign School, online program, Equal Voice Canada: http://bit.ly/GKtDOK
Potential source for funding: Equal Voice Canada: send them your info & 100 word profile before 30 March & they’ll circulate to supportive members who’ll possibly send donations: equalvoicenb@gmail.com

Healthy Futures for Healing Families – conference with author /speaker Lundy Bancroft. Best practices for intervening with male perpetrators of violence against women; dynamics of emotional injury & recovery in children exposed to violence. Of interest to professionals & service providers. 26 April 2012, 8:30-4pm, Best Western Woodstock. Free (lunch incl) but you must register: woodstocknvcaw2012@gmail.com Woodstock Caring Communities in recognition of Nat’l Victims of Crime Awareness Week.

Power & Control in Teen Dating Relationships – free public session with author / workshop leader Lundy Bancroft (see above), Wed 25 April 2012, 7-9pm, Best Western Hotel Woodstock.

Human Trafficking: Reality vs. Myth – How the problem affects Atlantic Canada. Conference for professionals & parents, front-line workers & policy makers. City of Moncton Public Safety Advisory Committee. With Victor Malarek, W5 senior reporter & author of books on human trafficking & the sex trade, Glendene Grant, mother of a woman missing because of human trafficking; Lee Cohen, immigration lawyer; & RCMP officers. Thurs 19 April 2012, Delta Beauséjour Moncton. $50 if registered by 30 March, or $65 (student $25). A few subsidies available to NGO’s. rgallant@ravenssun.ca.

Children Resisting Post-Separation Contact: What it is, What it isn’t & What to Do - 2-day training for legal & mental health professionals. Types & levels of contact problems, assessment & intervention, role of the court, parent education & clinical strategies. With Barbara Jo Fidler, psychologist/ accredited mediator/ presenter to the judiciary & mental health professionals, co-author of a forthcoming book, Children Who Resist Post-Separation Parental Contact. 22-23 June 2012, Future Inns Moncton. $50 in advance only. 1-877-495-5595; mpaquet@nbasw-atsnb.ca. Justice NB & N.B. Assoc of Social Workers.

Challenging Men Toward Safety & Equality In Primary Relationships - 20-hr program, developing self-awareness to avoid hurtful /embarrassing behavior. Sundays 15 April to 24 June, 6-8pm. Fredericton Family Enrichment. $250 (+interview fee). Register by 31 March: 458-8211; info@familyenrichment.ca

Family Violence: Strategies for Healthy Living & Healthy Relationships – With author Dr. Walter S. DeKeseredy & others. 8 May 2012, STU. Early bird $75 by 10 April. Provincial Caring Partnerships Cttee http://bit.ly/GSXPAW

Crime Prevention Conference “Learning Together: Getting Smarter on Crime” - 28-29 March 2012, Fredericton Crowne Plaza Lord Beaverbrook. By Govt of N.B., http://bit.ly/ynEQXU

Preventing Youth Relationship Violence in Social Media - 20 April 2012, Fredericton. Partners for Youth, Join youth, program leaders, school personnel. dpayne@partnersforyouth.ca ; http://bit.ly/GXqOr7

Fredericton Women’s Show, 14-15 Apr 2012, Convention Centre. Free (donations for Transition House accepted). Shop til you drop or learn something new! http://bit.ly/GS7Lwl

Skills Work!® For Women” Networking Dinners - Provides females in gr. 9-12 access to female mentors working in non-traditional careers. Enjoy a dinner, explore careers, meet women working in skilled trades & technologies fields - & in some cases, see how the job is done. Next dinners: 29 March 2012, 5:30-8:30pm Sussex Regional High School. 9 May 2012, Fredericton Leo Hayes High. http://bit.ly/nF6SJD

Self-directed group workshop “You are Worth it: Compensation Pitfalls & How to Avoid Them”. To educate women about discriminatory pay practices & how to minimize effects. Have you been in a situation where you were paid less than a co-worker doing same work, or less than what you felt the work was worth? Ontario Pay Equity Office & BPW Clubs http://bit.ly/GSwHHQ

Being There for Seniors - session with several presenters incl. Giselle Arsenault, Social Development NB, Thurs 19 Apr 2012, 2-4pm, Moncton Hospital, Theatre A. Mary Bourgeois 858-7870 (115).

Juno winning jazz vocalist Kellylee Evans - Conversations with Inspiring Women, Imperial Theatre Saint John, 10 April 2012. Free. Register 674-4111; 1-800-323-7469 marketing@imperialtheatre.nb.ca http://bit.ly/Ha41Vy



TO BREAK DOWN THE INTERGENERATIONAL CYCLE OF ABUSE…

In Charlotte County there is a partnership that is working together to support families who have witnessed or experienced domestic/ family abuse, advocating for healthy relationships, educating the community about abuse, & empowering all ages of girls & women with hopes of ending the intergenerational cycle of abuse.

Carol Lynn Gamblin, Community Outreach Coordinator & Kelly Kurtz-Johnson, Children Support Worker both work under the management of Fundy Region Transition House Inc. in Charlotte County & their referrals come from agencies such as Social Development, Mental Health, the Integrated Service Delivery Team, & ex-residents. Although Kelly & Carol each have their own clients, client files & schedules for many of the people they see, there are a group of women & children where appointments & services are coordinated to happen at the same time. Where it happens is determined between the clients & Carol & Kelly, keeping the needs of the clients at the centre of it. Ideally to create a supportive plan for women with children who are in transition, a connection is started before they move out of Fundy Region Transition House & allows for a smooth flow of services once they leave. This can be very beneficial in providing them with additional comfort & security as they take the next step. If it isn’t possible to do this for a variety of reasons, the offer is always made to residents on their departure for Carol and/ or Kelly to keep in touch with them for further services. If clients are not residents or if meeting in the shelter is not practical for whatever reason, home visits may be coordinated so that both workers see the family in one visit & each worker has time & attention with clients, both independently &, for part of the appointment time, as a group. In the shelter there is a designated office space for women to meet with Carol, & both an indoor & outdoor area for children. Good working relationships in the community with other agencies, also means that there are several locations available for use to hold these visits & particularly if they don’t live close to the shelter or if where they live doesn’t make it an appropriate place to meet.

This partnership is founded in the belief that if you are going to break down the intergenerational cycle of abuse, then it’s important that both women & any children they have receive support & counselling. We know that the effects of domestic violence can range from emotional issues to wellness challenges that may include sleep disruption & problems maintaining healthy routines & habits. The challenges mothers & children face are significant & can evolve & change over time, making the process of moving forward somewhat slow. The efficiency & convenience of “doubling up” on receiving services by having the two workers meeting with family members simultaneously can be very helpful.

 

YOU KNOW THE TYPE

You will remember that, out of their concern for our privacy, the (Harper) government abolished the long form Census questionnaire & soon, the gun registry. Now it proposes a law giving the government great, sweeping powers to snoop on Canadians who use the Internet? It isn’t logical.

And it isn’t logical, but that’s from our point of view. The Harper government is not trying to make rational sense. It has a ‘To Do’ list. It doesn’t need facts. That’s why the Census long form was worse than useless to them. It doesn’t need to identify a problem to want a solution, that’s why it doesn’t matter that crime has been going down for decades & Canadians say they feel safe. We’re getting more prisons whether we need them or not. It doesn’t need to know whether something works to adopt it, that’s why we’re getting minimum sentences. Since we have more prisons we need to populate them, right?

It has a ‘To Do’ list & there is no questioning it. Like what Public Safety Minister Vic Toews said, when he became irritated with how democracy works (he got questions from other members of Parliament about the bill). He tried to cut debate short by saying people can “either stand with us on this bill or stand with child pornographers.”

You know the type, ‘my way or the highway.’ But usually you meet with them in a bad marriage, or a bad job, or a police state, or in a schoolyard rather than Parliament…

- Excerpts, Should I tell Mr. Toews what I’m doing in the washroom?, Jody Dallaire, Times & Transcript, 15 Mar 2012, http://bit.ly/GSx5pM

 

LACK OF ACCOUNTABILITY IN SOCIAL PROGRAM SPENDING

Governments have no need to be prudent or accountable in their spending of the Canada Social Transfer money - how the federal government finances social programs including post-secondary education, social & child development services - since there are no conditions, no mandatory monitoring or reporting, & no enforcement. There is no accountability from the legislators to citizens for fulfilling social rights & providing adequate programs, & no accountability from the federal executive branch to the House of Commons for spending federal money on approved purposes. Also, provinces are not required to report to the federal level how they spent the funds nor the outcomes. It is currently very hard for citizens to understand the roles & players involved in funding & delivering social services, & track where the money is spent once they are aware of whom is spending it. If citizens were to take issue with the way the CST is spent in a province, they lack a mechanism of action to address the issue.

The transfers, which at one time were constructive tools for realizing social rights, became destructive when the federal government (in a process begun in the 1990s) unilaterally reduced the amount transferred to provinces & eliminated the conditions. Advocates concerned with human rights have called for the government to: reinstate conditions; introduce new standards for post secondary education, housing, & poverty; & to create new child care service programs with enforceable standards.

At the last meeting of the Council of the Federation, the Premiers made health care renewal a priority with the establishment of the Health Care Innovation Working Group composed of all provincial health ministers. The accountability of the Canadian Social Transfer requires equal consideration. Since the Harper Government came into power in 2006, the provincial Ministers Responsible for Social Services have not met with their federal counterpart. The Canadian Association of Social Workers is encouraging Canadians to make the renewal of accountability to the Canada Social Transfer a priority.

- Excerpts, Canada Social Transfer Project: Accountability Matters, Cdn Assoc of Social Workers, March 2012, http://bit.ly/GQCknf

 

AN ALTERNATIVE FEDERAL BUDGET

The Canadian Centre for Policy Alternatives’ Alternative Federal Budget 2012 (AFB released last week) confronts the 2 inconvenient truths of our time: climate change, & widening inequality. It injects demand into the economy with major investment on infrastructure, R&D, health, education, child care, public transit, housing, & renewable energy. It would increase tax on top incomes, reverse the cuts to corporate tax cuts, close tax loopholes, apply financial activities taxes, introduce progressive green taxes.

On women’s equality: The AFB will address key barriers: the wage & income gap between women & men; the lack of affordable child care; & the personal, social & economic devastation caused by violence against women. The AFB will ensure equal pay for work of equal value, eliminate inequitable tax breaks & tax policies that result in under-employment for women; ensure social assistance rates meet the costs of food, clothing, & housing; fund a national child care plan that increases the number of affordable public & not-for-profit child care spaces; increase funding to Status of Women; & implement the recommendations of the 2009 Report of the Auditor General on gender-based analysis.

Read how it would be paid for. - http://bit.ly/GKD9eh

 

EMERGENCY CONTRACEPTION

Students at Shippensburg Univ. in Pennsylvania can get the "morning-after" pill for $25 from a vending machine installed in their health clinic at the request of the student government. It provides EC as well as condoms & pregnancy tests. The pill is available without a prescription to anyone 17 or older (all current students are that age or older). Taking Plan B within 72 hours of rape, condom failure or forgetting regular contraception can cut the chances of pregnancy by 89% (best if taken within 24 hrs). Vending machines are also reported in U.K. clinics. - International Consortium for Emergency Contraception.

Surveys were mailed to a sample of pharmacists in Florida. 56% of respondents incorrectly answered that EC causes birth defects & 46% that it causes abortion. Only 22% said that EC can be purchased in advance of need. Many felt uncomfortable dispensing to adolescents (61%) & men (58%). Correct information about EC was the most important predictor of pharmacists' dispensing EC. – The role of pharmacists & emergency contraception, Contraception, Feb 2011.

An Australian study of 632 women found most women had heard of EC pills & 26% had used it. Only 48% were aware that it was available from pharmacies without a prescription. A third believed the EC pill to be an abortion pill. - Contraception 2011;83(2), http://bit.ly/GJQrPj

A U.S. study of emergency doctors showed that a large proportion prescribed EC pills to teens but did so infrequently. 43% incorrectly answered over half of the questions about EC. Physicians were more likely to report prescribing EC if they had answered correctly more than 3 questions & were less likely to report prescribing if they identified more than 5 barriers to teen EC use (ex.: concern for birth defects, lack of follow-up or clinical resources, discouraging regular contraceptive use). - Pediatrics. March 2009.

 

 
IN PARTING

I wish someone would have told me that, just because I'm a girl, it doesn’t mean I have to get married.

- Marlo Thomas.

 


Pour désabonner, cliquez ici. / To unsubscribe, click here.
Abonnez-vous au bulletin Women Femmes NB. / Subscribe to Women Femmes NB
Avez-vous des questions ou des commentaires? Communiquez avec nous par courriel wib-dqf@gnb.ca ou sans frais 1-877-253-0266 /
Questions or comments? E-mail us at wib-dqf@gnb.ca or call 1-877-253-0266.
Direction des questions féminines | 551, rue King, suite A | Fredericton, N.-B. E3B 5H1/
Women's Issues Branch | 551 King Street, Suite A | Fredericton, NB E3B 5H1